Les plus beaux jardins partagés à Vélib’
vendredi 24 février

Les plus beaux jardins partagés à Vélib’

admin
1Je partage

Comme vous le savez, Paris a pour ambition de devenir plus verte. En 2003, la Ville a lancé un programme de jardinage urbain appelé « main verte » pour faciliter la création de jardins collectifs. Les premiers jardins partagés parisiens ont ouvert au début des années 2000, huit ans plus tard il en existait une cinquantaine. L’année dernière on en comptait officiellement 119. C’est pour raconter l’histoire de tous ces jardins partagés qui rendent la nature au Parisiens, que Thierry Delahaye a réalisé cet ouvrage. Extraits de cette bible pour les mains vertes parisiennes, avec un circuit des plus beaux jardins à faire à Vélib’.  Sortie prévue le 15 février. 


Le Potager des Oiseaux – 3e

« Quant aux visiteurs, le plaisir des yeux s’accompagne d’une stimulation olfactive grâce à un bouquet d’hélichrysum très odorant. Si le jardin est ouvert, ils découvriront en outre les recoins de ce petit monde (125 m2 découpés en 10 parcelles d’un mètre sur trois) protégé par de vieux murs, ainsi que les œuvres d’art témoignant des expositions qui y ont été organisées. »

potager-des-oiseaux_75003

3, rue des Oiseaux, 75003
Accès par le marché des Enfants-Rouges, rue de Bretagne, ou par la rue de Beauce
Station n° 3006, 10 rue Perree


Le Poireau agile – 10e

« Le jardin partagé a été créé en 2005 dans l’ancien jardin de l’hôpital militaire Villemin. Il comprenait à ses débuts une surface cultivable de 135 m2, répartie en 35 petites parcelles. Aujourd’hui, le jardin dispose de 50 parcelles pour une surface d’environ 220 m2. Certaines sont cultivées collectivement par des associations, des écoles ou des centres de loisirs, d’autres individuellement par un, deux ou trois jardiniers adhérents. Le plan d’ensemble du jardin évoque la forme d’un œil. Au centre, une cuvette pavée sert de bain aux oiseaux. »

le-poireau-agile_75010

4-6, rue des Récollets, 75010 (dans le Jardin Villemin)
Station n° 10015 – 46 rue Lucie Sampaix

 

Jardin nomade – 11e

« Quand ce jardin a été créé en 2003, son avenir nomade était tout tracé. Sur la parcelle qu’il occupe devait être construit un centre multimédia et le jardin devait être relogé sur un autre terrain. Le bâtiment est tombé aux oubliettes et ce jardin partagé éphémère – le premier à signer la charte Main verte – est désormais l’un des plus anciens de Paris. Vestige de la menace de déménagement, une charrette qualifiée de « jardin mobile » a été bricolée avec une glacière et des jardinières de récup’ ; les jardiniers l’utilisent pour fleurir les rues du quartier à l’occasion des fêtes et des rencontres qui y sont organisées. »

jardin-nomade_7501148, rue Trousseau, 75011 (à l’angle de la rue Charles-Delescluze)
Station n° 11101, 15 rue Charles Delescluze
Le jardin d’Abel – 13e

« Tintin est affublé d’une marinière, de bottes en caoutchouc et d’un visage en écumoire. La Castatore est coincée d’un pot de terre et porte un tablier de jardinière à multiples poches. Les deux épouvantails font ce qu’ils peuvent pour dissuader les oiseaux du square René-Le Gall de venir picorer dans ce petit « jardin de curé ».

jardin-dabel_75013

Face au 2, rue Émile-Deslandres, 75013 (dans le square René-Le Gall)
Station n° 13005, 2 rue des Cordelières


Jardin de l’Aqueduc – 14e

« C’est le des plus grands jardins partagés de Paris (1300 m2) ; il a un côté sauvage, on peut s’y promener et laisser pousser les mauvaises herbes », annonce Françoise, l’une des responsables. Avec ses rangs de vigne plantés sur un coteau dédié, son potager, son rucher, sa mare complantée de végétaux aquatiques, sa colline expérimentale (friche et permaculture*), sa roseraie, son moulin, ses cabanes du haut et du bas, sa place des fêtes et des réunions, le jardin de l’Aqueduc en impose au visiteur. Ah oui, il y a aussi des parcelles cultivées par les adhérents, comme dans les autres (petits) jardins partagés. Ce vaste terrain fut longtemps occupé par des ateliers de réparation ferroviaire, locomotives à vapeur, puis métros parisiens. »

jardin-de-laqueduc-75014

2, rue de l’Empereur-Valentinien, 75014 (entre la rue de l’Empereur-Valentinien et la rue Thomas-Francine)
Station n° 14012, face 2 avenue de la Sibelle


Les jardins du Ruisseau – 18e

« Désaffecté, le chemin de fer de Petite Ceinture attirait les jets d’ordures. En 1998, une association de riverains, L’Écuyer à la tulipe, initialement créée pour gérer deux ruelles proches – la villa des Tulipes et l’impasse Alexandre- Lécuyer –, se lance dans le nettoyage du site. De l’enlèvement des frigos et des matelas au fleurissement, puis du fleurissement à la création d’un jardin pédagogique, tout s’enchaîne. L’association Les Amis des jardins du Ruisseau est fondée en 2000 pour porter le projet. Le jardin partagé ouvre en 2004 après qu’une convention d’occupation du quai a été signée entre la Ville de Paris et Réseau ferré de France (aujourd’hui SNCF Réseau). »

jardin-du-ruisseau-75018

110 bis, rue du Ruisseau, 75018 (sur les quais de la Petite Ceinture)
Station n° 18032, face 59 rue Belliard

Jardin de la félicité – 15e

« Pour atteindre la félicité, les jardiniers ont manifestement choisi la fantaisie. Les hampes orales des glaïeuls répondent aux tiges élancées des moulins à vent en plastique. Des ardoises affichent poèmes et commentaires sur les cultures. Une ménagerie guette le visiteur : un coq, un cygne, un Bugs Bunny et un Pluto gonflables… Des vieux jouets, des chaises d’enfants, des exibles de machine à laver décorent allées et plates-bandes de cet espace récemment ouvert et cultivé. Le terrain de 300 m2, dont 120 m2 de terre arable, est très dégagé et ensoleillé. »

jardin_de_la_felicite-75015

24, rue Paul-Barruel, 75015 (entrée face au 20, rue Sainte-Félicité)
Station n° 15019, 3 rue Paul Barruel


Commun Jardin – 18e

« Ouverture au public : aux jours et heures d’ouverture du jardin Association Vergers urbains en illustrant notamment les principes de la permaculture*. La spirale aromatique s’élève en suivant une murette de pierres sèches. En haut, des plantes qui aiment la sécheresse telles que le romarin, puis en descendant, de la sauge, de la bourrache… Tout en bas, de la menthe, qui a besoin d’un sol plus riche et d’humidité. Un petit jardin surélevé en forme de trou de serrure (keyhole*) montre une façon de cultiver des plantes en les protégeant contre les effets du vent ou de la sécheresse et en les nourrissant avec le compost* placé au centre. Un module aquaponique – une machine digne du professeur Tournesol – permet la culture de végétaux dans de l’eau enrichie en matières organiques par les poissons qui y vivent. »

commun-jardin-75-018

63 ter, rue Riquet, entrée par la rue Pajol, 75018
Station n° 18109, 55 rue Pajol

 

Jardin Saint-Serge – 19e

« Franchir le portail du 93, rue de Crimée plonge le curieux dans un univers insolite. Le jardin est celui d’une église de quartier et d’un institut de théologie orthodoxe. Avec l’accord de la communauté (tout fonctionne ici à la confiance), la rénovation de ce jardin est menée par un collectif de jardinières et de jardiniers. Ensemble, ils décident et cultivent dans le respect de l’esprit du lieu et de son histoire. « Des arbres, des arbustes, des parterres ont été implantés… puis quelque peu abandonnés. Il s’agit donc aussi d’un jardin mémoire où des jardiniers remettent leurs pas dans ceux des anciens jardiniers », écrit l’association sur son site. »

jardin-saint-serge-75019

93, rue de Crimée, 75019 (jardin de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge)
Station n° 19031, 8 rue Manin

 

Leroy Sème – 20e

 » Les fleurs silencieuses / parlent aussi / à cette oreille intérieure docile. » Le visiteur est accueilli au jardin Leroy sème par un haiku du poète Onitsura (1661-1738). Des fleurs silencieuses, il y en a beaucoup – coquelicots échevelés, scabieuse pourpre, passiflore palissée horizontalement, heuchères… Un bouddha sans tête, entouré de mobiles et de clochettes, et des angelots peuplent également ce jardin paisible et foisonnant… »

leroy-seme-75020

2 bis, cité Leroy, 75020

 

Petit tour à Vélib’ pour les plus téméraires :

Crédit photo : Fayçal Said-Ayme/facewall.fr

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

POITOU dit :

Paris aime les jardins !? Pourquoi donc amputer d’un hectare le jardin classé des serres d’Auteuil ??

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...