10 expos à voir cet été
jeudi 16 juillet

10 expos à voir cet été

admin
1Je partage

Les Parisiens en vacances désertent petit à petit la capitale… L’occasion pour les restants de profiter des musées et institutions trop souvent bondés le reste de l’année ! Car non, l’art n’est pas mort au profit des vacances. Si le soleil est propice aux activités extérieur et à Paris Plages, les assoiffés de culture ne sont pas en reste et pour leur plus grand bonheur, certains lieux laisse leurs portes ouvertes. Tour d’horizon des expos du moment à voir ABSOLUMENT cet été.

Germaine Krull @ Jeu de Paume

Artiste avant-gardiste inconditionnelle du début du XXe siècle, la photographe allemande Germaine Krull s’invite au Jeu de Paume jusqu’au 27 septembre prochain. On lui doit notamment des collages surréalistes, des photographies de rue, des nus remarquables. Au total ce sont 150 clichés, parfois inédits, que le musée est parvenu à réunir pour le plus grand plaisir de nos yeux et des amateurs d’art. Fascinée par Paris, l’artiste avait un goût prononcé pour l’anticonformisme, une prédisposition à la liberté et à l’expérimentation en tout genre. Ses œuvres sont le reflet d’une personnalité révoltée, d’une fascination pour la contre-culture qui donne naissance à des clichés uniques et atypiques.

image2

Germaine Krull, un destin de photographe
Jeu de Paume

1, place de la Concorde – 8e
Le mardi de 11h à 21h et du mercredi au dimanche de 11h à 19h
De 7,50€ à 10 €

Tatoueurs, tatoués @ Musée du Quai Branly

De l’encre à couler depuis les premières utilisations du tatouage à nos jours. « Tatoueurs, tatoués » en est la preuve, l’exposition revient aux sources de cet art et nous montre son évolution à travers son histoire planétaire. Cette exposition est rendue possible grâce à l’aide, entre autres, de Tin-Tin et des créateurs de la revue d’art moderne HEY ! qui ont réussi à réunir des vestiges millénaires et des créations contemporaines afin d’analyser l’évolution du XVIIème siècle à nos jours et ce dans les cultures occidentales et orientales.

Traditional Japanese tattoo

Du mardi 6 mai au 18 octobre 2015
De 11h à 19h
Nocturnes jusqu’à 21h les jeudis, vendredis et samedis
Entrée : 9€
Musée du quai Branly
37, quai Branly – 75007

Site internet

Mona Hatoum @ Centre Pompidou

Une rétrospective dédiée à Mona Hatoum a lieu en ce moment au Centre Georges Pompidou. L’artiste britannique, d’origine palestinienne, est l’une des représentantes incontournables de la scène contemporaine internationale. Cette exposition qui lui est consacrée réunit une centaine d’œuvres et retrace son travail de 1977 à aujourd’hui.

neon-art-mona-hatoum-hot-spot

Centre Pompidou
Place Georges Pompidou – 3e
Jusqu’au 29 septembre 2015
Tous les jours sauf le mardi
De 11h à 22h

Celeste Boursier-Mougenot – acquaalta @ Palais de Tokyo

Parmi les invités de l’été au Palais de Tokyo, Céleste Boursier-Mougenot, qui investit tout un étage avec “acquaalta”, une installation monumentale faite… d’eau. Dans un immense bassin plongé dans l’obscurité, vous conduirez vous-même une petite barque noir navigant entre divers obstacles et suivant au loin les visions blanchâtres. Expérience à la fois, visuelle, tactile et auditive, l’artiste modifie votre perception des lieux pour créer les prémices d’un voyage halluciné… Mieux, un voyage qui pourrait vous amener à naviguer à travers votre propre psyché.

Patrick Neu @ Palais de Tokyo

Pour ses œuvres, l’artiste détourne les techniques traditionnelles et manie des matières peu banales. Ailes d’abeille ou de papillon, suie sur verre, cristal, cire, sculpture en encre de Chine, coquilles d’œufs… tous les matériaux et les usages sont inversés, ouvrant le champ des possibles. Parmi les œuvres exposées, vous pourrez admirer une armure de samouraï en cristal, une camisole de force en ailes d’abeille, un Christ mort sur papier carbonisé…

Vue de l’exposition de Patrick Neu, Palais de Tokyo (24.06 – 13.09 2015). Photo : André Morin. Courtesy Patrick Neu © ADAGP, Paris 2015.

Tianzhuo Chen @ Palais de Tokyo

Attention les yeux ! À travers des images colorées, grotesques et kitsch, le jeune artiste chinois fait référence à la drogue, à la vague hip-hop queer, à la culture rave londonienne, à l’univers de la mode… Les personnages mis en scène vous sembleront peut-être d’ailleurs familiers (un petit air de Miley Cyrus, non ?) ; ils reflètent le ridicule de notre quotidien envahi par les images de célébrités. Parmi les œuvres inédites, on peut aussi découvrir la performance de l’artiste et danseur Beio (du collectif House of Drama).

ADAHA, documentation de performance, 2014, Artist and Bank Gallery, Shanghai, Photographed by Yan Zhuang.


Palais de Tokyo
Du 24 juin au 13 septembre

13, avenue du Président Wilson – 16e
Ouvert tous les jours sauf le mardi de midi à minuit

Le Pressionnisme @ La Pinacothèque

L’exposition “Le Pressionnisme 1970-1990, les chefs-d’œuvres du graffiti sur toile” réunit une centaine d’œuvres réalisées par les maîtres du graffiti sur toile entre les années 1970 et 1990. Vous pourrez découvrir ce mouvement encore trop peu reconnu à travers une centaine d’œuvres issues de collections privées.

Lady-Pink-Autoportrait-©Photo-Pierre-Guillien-Studio-objectivement

8, rue Vignon, 75009
La Pinacothèque
Du 12 mars au 13 septembre 2015

Henry Darger @ Musée d’art Moderne

 

Autodidacte et longtemps resté en marge du monde de l’art, Henry Darger a créé un monde singulier et étrange, mêlant imaginaire, récit historique et culture populaire américaine dans une oeuvre unique. Le monde imaginaire de l’artiste est reconnu aujourd’hui comme l’un des représentants majeurs de l’art brut.

Du 29 mai au 11 octobre
Musée d’Art Moderne
11 av. du Président Wilson, 75016

Le Corbusier, mesures de l’homme @ Centre Georges Pompidou

L’exposition présente toutes les facettes du travail de l’artiste, à travers près de 300 peintures, sculptures, dessins, maquettes objets, films, photographies et documents.

Du 29 avril au 3 août
Centre Georges Pompidou
Place Georges-Pompidou, 75004

My Buenos Aires @ La Maison Rouge

Cette exposition prend le contrepied d’une vision romantique de Buenos Aires. Ça n’est pas une illustration de la ville que Paula Aisemberg et Albertine de Galbert souhaitent présenter au public de la Maison Rouge, ni non plus un palmarès des artistes argentins, mais plutôt une sensation, une expérience des dynamiques à l’œuvre dans la capitale…

araoz-nicanor-my-buenos-aires-maison-rouge_large

Du 20 juin au 20 septembre
La Maison Rouge

10, bd. de la Bastille, 75012

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Aitor dit :

Yeah, a couple of tighns I read said that the rumour at the time was that it was Lelouch’s own Ferrari 275 GTB, driven by a French formula 1 driver. Lelouch denied this and, at roughly the same time as he was being arrested for it, said that it was him driving in the Mercedes and that the sound of the Ferrari was then overdubbed. Yeah right. Probably the former, but given that he was in talks with the police he was probably saying, No officer, it was all me, acting alone in my nice safe, respectable Merc, not in a noisy Ferrari at all.’ Or something along those lines.

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...