Le REVe devient réalité : le réseau express vélo est en marche
jeudi 30 avril

Le REVe devient réalité : le réseau express vélo est en marche

admin
19Je partage

Paris, capitale mondiale du vélo ! La Mairie de Paris vient de dévoiler son nouveau plan vélo aux objectifs très ambitieux. Pour que la part modale des déplacements domicile-travail réalisés à vélo triple, passant ainsi de 5 à 15% en 2020, la Ville ambitionne notamment de créer un réseau express vélo, REVe.

Qu’est-ce qu’un REVe?

Il s’agit d’un réseau principal d’aménagements continus et homogènes, dont certains à double sens de circulation pour les vélos, et d’une largeur garantissant confort et sécurité aux cyclistes. Organisés en circulaires et/ou radiales, ils couvrent ainsi tout le territoire. On parle d’un réseau express parce que pour ce type d’aménagement (qui existent au Danemark, aux Pays-Bas ou en Belgique) la vitesse de déplacement des cyclistes est alors de 20km/h en moyenne. D’où l’autre nom qu’on leur donne parfois, d’autoroute du vélo. Les carrefours et points d’intersection avec le réseau routier sont évidemment travaillés de telle sorte qu’entrer ou sortir de ce REVe puisse se faire tout en douceur…

Quatre itinéraires de rêve

A Paris ce réseau express correspondrait à (en rose et pointillé sur la carte) :

– un axe Nord – Sud allant de la Porte d’Aubervilliers à la Porte d’Orléans en passant par Gare de l’Est, châtelet, saint-Michel et Denfert-Rochereau.

– les quais, des deux côtés de la Seine.

– un axe Est – Ouest reliant les bois de Boulogne et Vincennes en passant par la place de l’Etoile, de la Concorde, Rivoli, Bastille (et la Maison du vélo) et l’avenue Daumesnil.

20150402-CarteVelo

Un réseau structurant

S’y ajouterait un réseau structurant en rocade s’appuyant sur les aménagements existants (en vert et gras sur la carte, en pointillés pour les tronçons à aménager pour créer la continuité).

– une grande circulaire reprenant le tracé des boulevards maréchaux avec notamment le tronçon Porte de la Chapelle – Porte Maillot à réaliser.

– une autre reliant saint-lazare, Stalingrad, Nation, Italie, Denfert, Denfert, Étoile avec trois tronçons à réaliser au niveau de l’Etoile, entre Nation et Bercy et entre Denfert et Montparnasse

– une 3ème circulaire, encore plus centrale, entre Concorde, Opéra, République, Bastille, et, à aménager, côté rive gauche, globalement tout le boulevard saint-germain pour revenir à Concorde.

Un réseau secondaire

Ce réseau express serait irrigué par tout un réseau cyclable secondaire. Sur la carte du réseau, cela correspond au tracé vert plus fin, les portions à créer étant là aussi figurées en pointillés. Le nombre d’aménagements prévu est impressionnant ! Au total la longueur des aménagements cyclables passera de 700 à 1400 km d’ici 2020 soit un doublement !

L’objectif de ce réseau global, express, structurant et secondaire, est évidemment d’irriguer tout le territoire pour que les cyclistes puissent emprunter l’itinéraire le plus direct et non celui le plus propice aux vélos, quitte à faire un détour… Plusieurs priorités ont été identifiées et notamment la création d’itinéraire cyclables sur les ponts, dans les bois de Vincennes et Boulogne mais aussi aux Portes de Paris. C’est d’autant plus intéressant que Vélib’ ne s’arrête pas aux frontières administratives de Paris…

Des services de qualité

Dans les exemples de réseaux REVe existant, des services de qualité sont souvent prévus : un entretien renforcé pour garantir l’accessibilité 24h/24 et 7jours/7, des systèmes d’éclairage automatique des pistes à l’approche d’un cycliste, des compteurs vélo à but pédagogique pour montrer la progression et pertinence du vélo, des points de services pour gonflage et petites réparations, des aménagements paysagers, etc. Certains de ces aménagements ne seront pas forcément jugés utiles partout à Paris. Les artères parisiennes sont déjà bien éclairées contrairement à des itinéraires périurbains par exemple mais l’idée est bien de disposer d’un réseau d’itinéraires cyclables de grande qualité et rendant les déplacements à vélo particulièrement attractifs : rapides, sûrs, fiables.

Une ville vélo

Cela correspond à un changement de paradigme. Alors que les villes ont été pensées ces dernières décennies en fonction de la circulation automobile, les infrastructures sont désormais repensées pour que les vélos y aient toute leur place. C’est d’ailleurs le sens de toutes les autres mesures adoptées qui vont dans ce sens : la généralisation des zones 30 et avec elles des doubles sens cyclables dans les rues à sens unique, cédez le passage cyclistes aux feux pour l’ensemble des carrefours, 700 sas vélos supplémentaires pour permettre aux cyclistes de se placer devant les véhicules motorisés aux feux.

Aujourd’hui, 225000 déplacements sont effectués au quotidien à Paris, dont plus d’un tiers à Vélib’. Objectif en 2020, 15% des déplacements effectués à vélo dont 35% a Vélib’…
A vos Vélib’ !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Anonyme dit :

Devant la préfecture de police la piste cyclable est constamment parasitée par des voitures de policiers. Qu’est-ce qu’on attend pour les sanctionner : qu’ils se mettent une amende à eux-mêmes ?

[…] à Vélib’ le long du port de l’Arsenal, vers Bastille. Une partie du REVe (Réseau Express Vélo) tant attendu sera inauguré dans quelques jours, le temps de peaufiner les […]

JLP dit :

C’est bien, mais au final j’espère que ces autoroutes pour vélo ne vont pas s’arrêter aux limites de la Capitale et franchir le périph pour cheminer au delà, j’epère que la ville de Paris et celles avoisinantes se sont concertées.

goutard dit :

Bonjour.
Chaque matin j’emprunte les berge à vélo. C’est formidable mais depuis début juin l’accès aux vélos sous le pont d’Iena est bloqué par des barrières. Du coup on est obligé de passer le long de la Tour Eiffel et c’est un enfer à cause des taxis qui sont stationnés sur la piste cyclable . Quand ce ne sont pas les voitures de police! On est également bloqué une fois sur deux par l’entrée fermée sur le port de Suffren. Les piétons passent mais pas les vélos. Je ne trouve pas ça normal! Les quais doivent être ouverts à tous les vehicules non polluant et non bruyant!!

Anne-Charlotte dit :

Super idée ! Mais cela doit aller de pair avec une augmentation spectaculaire du nombre de velibs disponibles, notamment aux heures de travail

Boum dit :

Attention aux pistes cyclables sur les trottoirs, les voitures peuvent tourner à droite sans les voir.
Si on ne peut pas sécuriser ces intersections, mieux vaut partager la voie avec les voitures.
Je dois un trauma crânien à l’intersection Magenta / faubourg St Martin.

Nardjes Meslem dit :

C une belle initiative mais dommage pour les touristes qui n’ont pas de carte bleu.

Charles Hendelus dit :

Bizarre, dans ce plan vélo on ne voit rien autour de la place de la Nation. La place de l’Étoile par contre n’est pas oubliée. Peut-être à venir dans le plan 2020-2025 ?

Martin dit :

C’est clair, pas mal ce projet de plan vélo, encore faudrait-il:
– Qu’il y ai des vélos (encore beaucoup trop de problèmes de stations vélib+ constamment vides)
– Que l’on puisse avoir un vélo personnel (la police ne recherche pas et ne sanctionne pas les voleurs de vélos)
– Que les parisiens en 4×4 et autres camions respectent les pistes cyclables (combien de voitures de police ai-je dû éviter car elles stationnaient sur la piste…)
– Que le plan soit réalisé un jour (depuis quelques années Paris c’est 100% projet 0% concret)

dodooo dit :

Il faudrait aussi en priorité installer des places de vélos SURES, qui se ferment, avec un système de clé magnétique ou d’abonnement pas cher. parce que le vol de vélo en décourage plus d’un. Ca se fait depuis longtemps dans plein de ville d’Europe du Nord…

loisonne dit :

il ya du boulot avant de faire cocorico …

La coulée verte ou on se la douce est une réussite pour passer de Vincennes à presque la Bastille, d’ailleurs pourquoi on a t-on coupé court à cette piste …. on se retrouve avenue Daumesnil encore protégée mais arrivée à la Bastille , on sert les fesses en se rapprochant de son centre afin de pouvoir sauter ds les bras de lange si nécessaire, et puis la pour passer à l’ouest c’est la lutte acharnée avec les bus, les taxis, les livreurs qui n’ont jamais fait de vélos de leur vie et qui mettent la nôtre en danger, rue de rivoli, si on veut , on peut se croire à l’abri en prenant une parallèle , vous savez ces petites rues bien sympas qui offrent au seul cycliste de transgresser sans contrevenir au code de la route mais alors la , il faut qu’il soit prêt a tout moment a sauter sur le trottoir s’il ne veut pas être anéanti par les 4 roues souvent surprise de sa présence. En longeant les bords de seine tant qu’on peut on est aussi heureux que sur la coulée verte mais on est vite rappelé à la réalité des grands axes . Bref pour traverser Paris à vélo c’est merveilleux par endroits et périlleux à d’autres.
Alors j’invite ceux qui vont travailler sur le sujet des pistes cyclables de prendre un vélo et essayer avant de nous les offrir!

Pierre dit :

Tres bien mais faudrait deja verbaliser les voitures qui prennent les pistes cyclables pour des parkings.

Nicolas dit :

Beau projet dont je ne peux que me réjouir comme abonné Vélib’ depuis 7 ans, car Paris est une ville faite pour le vélo…si on veut bien s’en donner la peine et financer généreusement le projet. Bien des pistes sont encore barrées par des camions ou des voitures contrevenants et jamais verbalisés, quand ce ne sont pas par des blocs de séparation déplacés (par maladresse ou intentionnellement ?). Des pistes à la conception parfois proche de l’absurde. Il faudrait faire circuler des brigades de policiers cyclistes le long des pistes, il y en a, mais pas assez comparé aux Kms de pistes à contrôler. Traverser une place parisienne à vélo relève toujours du défi, on n’est jamais sûr d’arriver en vie de l’autre côté. Cinq années pour réaliser ce projet, c’est beaucoup trop long ! La ville ne se donne pas encore tous les moyens pour réaliser son ambition de devenir la capitale du vélo, car ce budget réparti sur 5 ans est encore trop maigre comparé aux investissements d’autres grandes cités. J’ai aussi mon propre vélo, beaucoup plus performant qu’un Vélib’, mais faute de parkings sécurisés, je ne l’utilise pas dans Paris. Je n’ai pas remarqué de projet ambitieux de la ville à ce sujet qui ne prend pas assez en compte le vandalisme, un vrai problème. Je n’ai pas les moyens de me payer un nouveau vélo par an ! Et toujours les mêmes problèmes de rotation des Vélib’ dans les stations, jamais résolus depuis leur création. Et malgré tous ces tracas, je continue à être un fervent défenseur du système Vélib’ à Paris…même s’il m’arrive de pester souvent sur les nombreuses stations désespérément vides ou pleines à ras bord.

patricck dit :

Qu’en est-il des couloirs de la mort où l’on circule à contresens dans les rues à sens unique, se trouvant face à des véhicules qui n’ont pas encore assimilé ce mode? Qu’est-il fait pour nous protéger?
Que faire de son vélo en stationnement? Partager une grille d’arbre ou un poteau d’interdiction?

Pasdepub dit :

Bonjour,
Bravo ! à quand l’itinéraire de rêve Nord-Sud ? J’ai 63 ans, après avoir pris goût avec le vélib, j’ai maintenant un vélo, j’habite Porte d’Orléans : le carrefour Alésia, comme la porte d’Orléans sont des horreurs, le pire étant le tronçon avenue du général Leclerc, d’Alésia à la porte d’Orléans, direction banlieue : je ne fais JAMAIS ce tronçon à vélo. Horreur pour les bus 28 et 38 aussi que tout le monde évite le vendredi fin d’après-midi. Cordiales salutations cyclistes

TENAILLE dit :

C’est bien, mais encore faut-il que les pistes cyclables ne servent pas de places de parking. Tous les matins je prends la rue Friant 14ème qui a une piste cyclable à double sens protégée, sauf qu’elle sert de parking aux voitures. Résultat on est obligé de prendre la rue à double sens en dehors de la piste, et vue le peu d’espace qui reste, on se retrouve face à des voitures énervées. Très chaud !!! Je me demande pourquoi ces voiture qui sont garées en permanence (voiture écoles + EDF) ne sont jamais verbalisées…

PETIT dit :

Tout cela c’est bien, mais ne faudrait il pas améliorer les points suivants au préalable :
– Diminuer les vols de vélos (dépôts de plaintes inefficaces + perte de temps). Au troisième vol, on met le 4éme vélo sous clé et on ressort la voiture.
– Améliorer la disponibilité Vélib (saturation des stations Paris centre : soit il n’y a pas de vélib soit il n »y a pas de place, selon les heures…)

Sureau dit :

C’est bien, mais encore faudrait-il que les stations sur les hauteurs de Paris soient mieux alimentées. Ainsi la station de la rue de Douai, à l’angle de la rue Mansart, est toujours vide ! Et celles environnantes le sont également !

Claret dit :

Tout cela est très bien, mais si on veut que les parisiens sortent leur vélos, il faudrait absolument faire des parkings sécurisés (ou pas). Car mon propre vélo est à la cave et je ne vais pas le sortir de la cave tous les matins. Dommage !, car je pourrais très bien aller au travail en vélo.

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...