Ils gagnent 55 euros par mois en allant au bureau à vélo
jeudi 29 janvier

Ils gagnent 55 euros par mois en allant au bureau à vélo

admin
12Je partage

Souvenez-vous : en juin dernier, l’indemnité kilométrique vélo était testée dans 18 entreprises volontaires, incitant les 8000 salariés à se mettre au vélo. C’était l’une des 25 mesures du Plan d’action « mobilités actives » présenté en mars 2014. En échange, leur employeur les gratifierait d’une indemnité de 25 centimes par kilomètre parcouru. Les résultats sont tombés :  le nombre de pratiquants du vélo dans les entreprises participantes ont doublé !

Une étude publiée en décembre 2013 s’est penchée sur l’intérêt de promouvoir en France le vélo pour les déplacements domicile – travail dans l’hypothèse où une indemnité kilométrique serait mise en place. Quel que soit le scénario de développement examiné, les résultats sont bénéfiques en termes d’impact sur la santé, sur l’Environnement et même en termes d’économies réalisées.

Après un an d’expérimentation, les résultats confirment cette hypothèse : une hausse de 50% de la part modale du vélo a été constatée pour les déplacements domicile-travail (de 200 vélo-taffeurs, on est passé à 419). 4,6% des salariés concernés (380), ont adhéré au système proposé et ont perçu une indemnité kilométrique vélo, au moins une fois au cours des six mois d’expérimentation. Cette indemnité, non cumulable avec le remboursement des abonnements aux transports en commun, représentent pour certains salariés-cyclistes entre 30 et 55 euros de prime par mois sur leur bulletin de salaire !

Autre bonne nouvelle : les distances quotidiennes parcourues sont au dessus de la moyenne nationale. Ce résultat est très positif en termes de santé de la population, puisque le risque de maladie est d’autant plus réduit que les distances parcourues sont grandes. A noter que 1/3 des nouveaux cyclistes ont augmenté leur pratique du vélo pour d’autres utilités : une fois le vélo sorti on s’en sert également pour aller des courses et d’autres activités personnelles. On note aussi 2 fois moins de personnes en situation d’insuffisance d’activité physique parmi les bénéficiaires !

Pour rappel, cette indemnité pourrait représenter une économie de 35 millions d’euros sur les dépenses de santé. Avec cette mesure, votre abonnement Vélib’ classique pourrait vous faire économiser, voire vous faire gagner de l’argent !

Alors, partant pour être les prochains vélo-taffeurs récompensés ? L’indemnité kilométrique fait partie du projet de loi sur la transition énergétique qui, après une première lecture, sera discuté au Sénat le 10 février prochain.

Pédaler au boulot, que des avantages !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

SJ dit :

OK pour inciter les travailleurs à pédaler mais il faudrait que Velib suive : plus jamais de place pour se garer au centre de Paris entre 9-10h et 17-18h… si bien que je renonce le plus souvent à l’utiliser, après avoir vérifié sur une appli (pas l’officielle d’ailleurs) que mes hypothétiques points de dépôt sont tous complètement pleins.

Nicolas dit :

Pour ma part, je vais au boulot à vélo tous les jours et je fais environ 300 km par mois :) !

jojo dit :

apparemment, l’indemnité kilométrique va être généralisée. très bonne nouvelle !
cependant, pour un abonné des transports en commun comme moi qui ne peut se passer complètement des transports en commun, je ne pourrai bénéficier de l’indemnité kilométrique car, pour qu’elle soit plus rentable que le remboursement de l’abonnement RATP (la moitié de 80€, soit 40€), il faudrait que je fasse environ 160km par mois !!!

en clair, il ne faut pas s’attendre à ce que beaucoup de franciliens (qui ne peuvent pas se passer de l’abonnement) utilisent cette mesure (même si à la base, elle est très bonne!)

les seuls qui vont en profiter sont ceux qui ne disposent pas d’abonnement RATP, c’est à dire ceux qui ont une voiture et/ou qui vont déjà au boulot en vélo tous les jours (parce que 160km/mois mine de rien, ça commence à faire)

Julien dit :

Un rapport complet sur cette expérimentation avec la liste des entreprises participantes : http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/evaluation-mise-en-oeuvre-experimentale-indemnite-kilometrique-velo-synthese.pdf

Tuttiquanti dit :

Je suis dirigeant d’une petite société dans le centre de Paris, comment puis-je mettre cela en place de la même manière ?

Elessar dit :

C’est très bien, mais le barème est trop cher pour la plupart des entreprises je pense. Avec mes 20 km par jour, 100 par semaine, donc un peu plus de 400 par mois, cela me rapporterait 100 €/mois : personnellement j’aimerais bien, mais mon employeur ne voudra pas mettre en place une mesure aussi coûteuse.

En outre, ce barème ne correspond pas du tout aux frais réels que représente le déplacement cycliste. Un bon vélo coûte, disons 400 € pour une durée de vie de 40.000 km. À ceci s’ajoutent les pièces de rechange, à raison de, disons, 100 € tous les 4.000 km : cela fait un coût de 2,5 centimes par kilomètre. À la rigueur, 10 centimes par kilomètres, mais à 25 centimes par kilomètre on est très, très largement au-dessus des frais réels, ce qui fait de cette mesure une incitation artificielle, donc coûteuse, que les entreprises ne seront pas volontaires pour appliquer !

BERNARD dit :

Ou trouve t’on le nom de ces 18 entreprises volontaires, incitant les 8000 salariés à se mettre au vélo?
comment ont-ils managés leur communcation interne ?
Les ministères y participent-ils?
Bercy montre-t-il l’exemple?

jaydub dit :

Existe t-il quelque part une liste de ces 18 entreprises volontaires que j’aurais oublié à remarquer ?

goineau dit :

Avant tout l’expression qui me vient c’est continuer ne pas s’arrêter… il va être important d’imposer des mesures concernant les véhicules polluant. Je pense qu’il faut mettre le centre de paris piéton. Cela profitera a l’activité touristique. La pollution est insupportable. Je fais de moins en moins de vélo a cause de cela alors que je suis une adepte du vélo. Je pende qu’il y a urgence et je peux parier que les parisiens dans quelques années vous remercierons. Bonne continuation

Luks dit :

C’est marrant Cyclocity (JC Decaux) n’était pas volontaire pour tester ce dispositif…

Boutentrain dit :

Oui Bon commentaire.
Je rajouterais qu’il faudrait aussi lutter contre le vol de vélo. Car, 400000 vélo volés par an c’est énorme. Les cyclistes, à part suivre les recommandations d’utiliser de bons antivols (U) et de les attacher correctement (roue avant + cadre + point de fixation), on ne peut pas faire plus. Quand on se fait voler plusieurs fois son vélo, ça décourage rapidement son utilisation quotidienne.

MASSART WEIT dit :

Bonjour,
Le travail réalisé est important, mais pour installer le vélo durablement à Paris, il faut instaurer:
– des parcours cyclables sécurisés et indépendants des véhicules motorisés;
– programmer les connexions d’une piste cyclable à l’autre, pour éviter de ce retrouver sur des zones dangereuses (ex.: bord de Seine, rive gauche entre la magnifique Gare d’Austerlitz rénovée et la brigade fluviale sur la berge: passage dangereux; ou entre le Ministère des finances par la berge rive droite, en remontant vers l’institut médicaux légal, quai de la Rapée…): donner accès aux bords de Seine;
– prévoir un quartier piéton ou des journées réservées par quartiers à la circulation douce;
– Proposer des primes attractives (crédits d’impôts pour se débarasser de sa voiture/scooter polluante contre un vélo, scooter électrique;
– S’inspirer des dannois, Hollandais…pour installer un réseau de pistes cyclables de Paris intramuros à la grande couronne, vers les sites touristiques, bords de canaux, de fleuves, massifs forestiers valorisant l’accès au patrimoine petit et grand, tout en donnant accès aux produits locaux et gîtes ruraux d’étape: pour découvrir notre belle région;
– créer des circuits utilisants les différents modes de circulation alternatifs, de la péniche, au vélo, à pied et à cheval, dans la grande couronne notamment.
Merci
Bon courage
Arthur

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...