<< PtitVelib

J’ai testé les P’tit Vélib’ pour vous
dimanche 22 juin

J’ai testé les P’tit Vélib’ pour vous

Marion
1Je partage

Ce mercredi 18 juin, fébrilité sur les Berges de Seine : à vos casques, Petits Vélib’, Prêts ? Partez ! Les enfants, venus tester gratuitement ce nouveau service, exécutent, radieux, leurs tours de pistes comme s’ils étaient les rois de l’arène, têtes hautes et sourires mangeant le visage. Quatre modèles sont disponibles : la draisienne, le Petit Vélib’ 12 pouces avec roulettes, les modèles supérieurs, 16 ou 20 pouces, créés par JCDecaux. Je suis partie à la rencontre de ces petits cyclistes en herbe !

Clémence, 4 ans, son casque rose visé sur les oreilles vient de parader sous les yeux de sa mère sur un vélo à petites roues. « Il te plaît ce Vélib ? Oui ! Tu le trouves comment ? Joli ? Oui ! ». Ulysse, 4 ans et demi, vient de tester un vélo « sans les petites roues ». Forcément, il fait déjà du vélo avec son papa. Et alors ? « C’est bien ! » me lance-t-il sur le ton de l’évidence ! Et de fait, les petits testeurs regardent plus avec des yeux ronds ces adultes qui les questionnent que les petits vélos qu’ils s’approprient aisément. « Je peux faire du coloriage ? » me demande Clémence. Évidemment !

Sur une grande table, les crayons de couleurs s’agitent. Nos petits cyclistes en devenir colorient Paris, ses monuments et ses cyclistes, petits et grands, sur un poster géant créé pour Petit Vélib’. Anne Hidalgo vient à la rencontre des enfants, curieuse de voir ce qu’ils voient et reconnaissent dans ce Paris en 2D. « Vous savez ce que c’est ce monument-là » interroge l’élue en pointant l’hôtel de ville ? « Bah c’est le travail de maman ! » répond l’un d’eux ! Hilarité générale… Forcément, quand on travaille à la mairie et qu’on travaille depuis deux ans sur le projet, on vient avec ses petits testeurs le jour J !

Retour sur le parcours d’initiation Petit Vélib’. La mère de Nael, 3 ans et demi, commence à se demander si son fils voudra un jour descendre de son Petit Vélib !  Canah, s’amuse de voir son fils parader. « Pour ses deux ans, il a eu une draisienne. Au bout de six mois, il maîtrisait, et aujourd’hui les passants s’inquiètent même tellement il file » raconte-t-elle. Pour son anniversaire, en septembre, Nael a déjà passé commande : « un vélo rouge avec des pédales! ». Canah décide de tester la capacité de son fils à se passer des petites roues : la réputation de la draisienne est de permettre aux enfants d’apprendre l’équilibre au point que certains réussissent à se passer de cette étape. Changement de vélo. « Ça tombe maman! » se plaint Nael. Bon ce n’est pas gagné mais je me demande dans quelle mesure il n’est pas surtout pressé de remonter sur celui à petites roues. Et de fait, au bout d’une nouvelle vingtaine de tours, on a arrêté de compter ! Au-delà de la possibilité de tester et travailler les aptitudes de son bout de chou, Canah voit un autre intérêt à ce nouveau service : pouvoir faire une balade avec ses enfants dans Paris et ses parcs en particulier, chacun sur son Vélib’, petit ou grand modèle.

Plus loin, je rencontre Samia et Evan, 4 ans. Ce sont les parents d’Evan (adeptes du Vélib’ ?) qui ont demandé à Samia, qui s’occupe de lui les mercredis,  de l’emmener essayer Petit Vélib’. « C’est magnifique » juge-t-elle, « aussi parce qu’il rencontre d’autres enfants sur ce parcours. Ils s’amusent mieux ensemble » explique-t-elle. « Quand je propose à Evan de faire du vélo, il est tout de suite fatigué, veut arrêter. Là, je vois bien qu’il est content » souligne Samia. Le grand point positif réside aussi selon elle dans la présence de Joël Sick, de l’association AICV. L’association propose depuis longtemps des cours d’apprentissage et de perfectionnement au vélo pour adultes et enfants. « L’idée est de disposer d’un petit espace d’apprentissage sous la responsabilité des parents et de pouvoir ensuite proposer des stages ici, sur les berges » explique Joël. Dans le cadre des rythmes éducatifs, AICV projette d’autres animations à partir de la rentrée scolaire et espère créer deux à trois emplois d’insertion-formation.

 « Si on veut que ces enfants puissent devenir plus tard des cyclistes à Paris, il faut développer l’apprentissage en zone urbaine » souligne Joël. Car certes tout commence par « apprendre à pédaler, maintenir son vélo sur une trajectoire mais il faut aussi être capable d’anticiper, comprendre la circulation, connaître les dangers, les maîtriser ». Ce projet de Petit Vélib’ permet aussi que « parents et enfants fassent du vélo ensemble » puisqu’il y a une station juste à côté (Station mobile n°908) souligne Joël.

« Je pense que vous allez avoir du monde » avance la Maire au moment de partir, félicitant chacun pour ce bel événement. Un pari gagné d’avance si vous voulez mon avis !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Ferrieux dit :

y aura-t-il des petits vélib à Paris-plage ?

le coût des petits vélb est élevé : 4 € de l’heure le moins cher !..
Je n’ai que 5 petits enfants, calculez…

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...