Appel au respect de Vélib’ et du service public
samedi 19 avril

Appel au respect de Vélib’ et du service public

admin
27Je partage

Plusieurs centaines de Vélib’ ont été dégradés cette semaine à Paris. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, ainsi que Christophe Najdovski et Myriam El Khomri condamnent avec la plus grande fermeté ces actes de vandalisme revendiqués qui nuisent à la qualité du service, pénalisent en premier lieu les usagers et représentent un coût budgétaire conséquent.

Vélib’ connaît depuis 2007, un grand succès populaire, jamais démenti : au début du mois d’avril, la barre des 200 millions de locations a été franchie et le nombre d’abonnés ne cesse d’augmenter, atteignant à ce jour les 260.000 abonnés annuels. Il constitue une offre de déplacement que les Parisiennes et les Parisiens, et en particulier les plus jeunes d’entre eux, ont largement adoptée. Offre de mobilité durable et écologique, Vélib’ répond aux objectifs que s’est fixée la Ville de Paris de renforcer les déplacements doux et propres, pour une ville plus fluide et apaisée.

Le phénomène de vandalisme de ces derniers jours, sur les vélos mis à disposition, porte atteinte à ce service public populaire.

Pour répondre à ces actes de vandalisme, la Ville de Paris a signé le 7 janvier 2013 une convention avec le Parquet de Paris, la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) et la société JCDecaux, créant un dispositif de réparation pénale « Vélib’, tu casses, tu répares ».

A ce jour, 44 mineurs ont été concernés par cette mesure de réparation pénale. Ces jeunes sont intégrés au sein des équipes chargées de leur réparation, dans les ateliers de Cyclocity (la filiale de JCDecaux qui réalise la remise en état systématique des Vélib’ endommagés). Cette réponse pénale constitue une action efficace de lutte contre la récidive permettant, dans un délai rapide, de répondre au délit par une sanction responsabilisante.

Une campagne de sensibilisation va également être prochainement lancée auprès du public scolaire.

Parce que toute atteinte à Vélib’ constitue une atteinte au service public, les dégradations doivent être fermement condamnées et chacun doit donc faire preuve de civisme pour que ce service continue à bénéficier au plus grand nombre.

Christophe Najdovski et Myriam El Khomri

En savoir plus les mesures entreprises contre le vandalisme

 

 

Photo instagram de : @koprod / Stéphane Bousquet

vandalismevelib

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

GOMEZ dit :

J’habite dans le 19ème, dans ma resserre qui est sous clé, il ya 6 vélos veille, donc volés. Je déjà signalé à Paris Habitat et a la gardienne car ils sont complices de gardes des vélos volés. Merci de faire le nécessaire, si vous voulez plus des renseignements, contacter moi par mail: luciagomez@free.fr, j’ai la clé de la resserre. Merci

MARY dit :

Bonjour,
Je vous écris pour vous signaler une scène dont j’ai été témoin cette nuit avec deux amies, et qui nous a particulièrement déplu. Dans la rue Paul Klee, dans le 13ème arrondissement, là où se trouvent des escaliers qui débouchent sur la Place Augusta Holmes (où se trouve l’oeuvre « Danse de la fontaine émergente »), trois jeunes se sont amusés à prendre leurs vélib’ et à les balancer plusieurs fois dans les escaliers avec perte et fracas, juste « histoire de ». On leur a fait remarquer que ce n’était pas très intelligent, mais ils s’en sont moqué. C’était à 1h20 du matin, ils ont ensuite rendu les vélib’, qui sont sûrement dans un sale état, à la station qui se trouve à cet endroit. J’espère qu’il sera possible de les sanctionner, vous pourrez en tout cas retrouver leur nom. En vous remerciant.

Mathieu_exCO dit :

@Guillaume
De par le principe de séparation des pouvoirs, ce n’est pas à la Maire de Paris de procéder à la recherche et à la sanction des coupables identifiés, mais aux forces de police (qui dépendent à Paris du ministère de l’Intérieur et non de la ville de Paris) et à la justice (qui elle est indépendante).

Concernant les Barclays Cycle Hire, ils utilisent le modèle de vélo « Bixi » pour lequel je constate bien moins de vols : il y a effectivement quelque chose à faire sur le modèle « Cyclocity » (utilisé par Vélib’), beaucoup trop simple à arracher de sa borne.

Guillaume dit :

A Londres, il y a assez peu de vandalisme sur les Velib (appelés Boris Bikes ou Barclays bikes). Je suggère a ce gouvernement de s’enquérir du pourquoi et d’essayer de s’inspire de ce ui marche ailleurs. Une des solutions qui fonctionne bien au UK (ou tout n est certes pas rose) est l’APPLICATION de la loi. Les lois ne sont pas juste la pour faire joli. La police fait son travail qui est de les faire respecter. Cette action est proche de celle de gangs ou du grand banditisme et est injustifiable et inacceptable. Que l on soit de droite ou de gauche. Peut on savoir ce que Mme Hidlago compte faire pour rechercher et sanctionner les coupables identifies ? Et quelle sera le type de sanction infligee? Merci. Si la repense est on en a retrouve 7 et il ont eu une amende de 200 euros, vous aurez peut être votre réponse? La prevention ca a du bon mais marche main dans la main avec la sanction.

Chauzu dit :

la station 32604 kock aux lilas est intensément dégradée plusieurs attaches de velos subsistent ,un vélo n’est pas attaché

Emmanuelle Ex Co dit :

Alain c’est d’abord une meilleure sensibilisation des policiers qu’il faudrait faire et que l’ancien comité demandait entre autre à la préfecture de Police. Devant le commissariat du 12e il y a régulièrement des vélos volés ou abandonnés mais il ne se passe rien
Chaque fois que j’ai discuté avec un policier sur ce thème on constate que cela ne les intéresse pas et je rejoins les différents commentaires à ce sujet.
Juste une fois j’ai vu des policiers me demander pourquoi je dégonflais les pneus d’un vélib (derrière gare du nord), il faut dire que l’agent ne savait pas reconnaitre un velib volé et ne comprenait pas mon acte… ça laisse un peu rêveur. Ouf je ne suis pas partie au poste :-)

Alain dit :

Il me semble qu une meilleure localisation des stations, serait une piste de réduction des dégradations. de nombreuses stations sont situées dans des petites rues (de plus difficiles à trouver quand on ne connait pas le quartier). Bon, ceci dit, il y a toujours une période de temps pendant la nuit où quelque soit la localisation, il n’y aura pas de passage, mais ça peut toujours restreindre la période d’action des dégradeurs
.Installer des stations près de commissariats de police ou d’équipements à grande amplitude horaire (comme certains magasins).
Ces réflexions peuvent paraitre triviales mais ça me parait bon de le dire Les concepteurs ont fait preuve d’un optimisme idéologique : on nous répétait que les dégradations cesseraient au bout d’un certain temps quand le vélib aura été intégré dans le paysage urbain.

marie dit :

raz-le -bol de la dégradation et vol des vélos ,j’utilise velib’ en trot dans le cadre de mon travail ,il faut faire parfois plusieurs stations pour trouver un velo utilisable ; les incivilités ,la dégradation des biens publiques et privés est un vrai fléau pour notre qualité de vie à Paris ,AGISSONS au niveau de l’éducation(dans les écoles) et développons l’art de vivre ensemble .trop de laxiste envers cette délinquance envenime nos vies !!!

carbajal victor dit :

Une adresse pour dénoncer le vandalisme ou un velib volé

Mathieu_exCO dit :

@Anonyme
Oui, je suis de nature optimiste, je me dis que ce n’est pas en baissant les bras que l’on fera avancer les choses, et je ne pense effectivement pas que résoudre le problème de la caution suffira de résoudre le problème du vandalisme, qui est bien plus profond, notamment en raison de la facilité à voler un vélo, et de l’absence quasi-totale de sanction (un collégien de Boulogne Billancourt racontait encore hier au compte Twitter non officiel @Velib_Paris à quel point il lui était simple de voler un Vélib’, et que les policiers ne lui demandaient que de reposer le vélo lorsqu’il se faisait prendre…)

Sur la récupération des vélos, comme beaucoup l’ont dit ici, c’est bien trop long (cf. mon exemple de Hubway qui récupère un vélo en 38 minutes), et un nombre important de vélos signalés disparaissent donc avant de pouvoir être récupérés.

Concernant la facturation des vélos volés, JCDecaux rembourse maintenant la ville de ses 450€ lorsqu’un vélo volé est finalement récupéré (ceci après que la ville a insisté, car initialement un vélo volé plusieurs fois et récupéré plusieurs fois était payé plusieurs fois par la ville), mais tous les usagers dont les 150€ de caution sautent ne se voient eux jamais remboursés lorsque le vélo volé est finalement récupéré…

Céline dit :

Mais oui, cassons tout. Je ne suis pas contente, je vandalise ! Totalement crétin comme comportement, la bêtise n’a pas de limite.

Claire dit :

Le prétexte de ces actes de vandalisme me paraît inouï. Pour ma part, je trouve que les tarifs et les conditions d’utilisation de Vélib sont tout à fait corrects. Sinon, ils n’auraient pas autant de succès.
Pour ma part, j’approuve les actions menées auprès des jeunes qui ont pour but de leur apprendre à respecter le « vivre ensemble (et à réparer un vélo, ce qui, soit dit en passant, peut être utile)

Anonyme dit :

Donc, selon beaucoup de commentateurs, Velib met trop de temps à récupérer les vélos, au risque que ceux-ci soient volés à nouveau avant leur récupération. Dans ce cas, le pauvre utilisateur qui s’est fait voler le Vélib (par exemple parce que mal raccroché) va devoir payer 150 € de caution plus les frais de location au-delà de la demi-heure, je suppose, et la ville de Paris va devoir compléter en payant 450 € ? Est-ce que ça se passe comme cela ?
Cela me paraîtrait vraiment injuste : dans le cas où le vélo est retrouvé et signalé à Vélib, mais reperdu à cause de leur inaction, l’utilisateur ne devrait pas avoir à rembourser 150 €, et Paris 450 €, les frais devraient être imputés à Vélib !

Geoffrey dit :

Beaucoup l’ont déjà dit, mais j’ai constaté la même chose, il faut plusieurs jours pour la récupération de vélibs signalés soit effective.

Dans le même temps la préfecture de police passe 2 fois par jour dans ma rue mettre des PV pour les stationnement non payés (et je n’ai pas de voiture, je ne preche pas pour mon cas), en passant à côté de vélibs abandonnés sans rien faire,

Question de priorités je suppose ?

Platon 75 dit :

Je ne peux qu’approuver le dispositif « Vélib’, tu casses, tu répares ». Mais je rejoins « Marco » sur le dysfonctionnement du système de récup. J’ai également signalé deux vélib abandonnés entre Pantin et Bobigny « jardin de la bergère » par la piste cyclable sur mon vélo perso… mais ce fut un assez long échange d’incompréhension qui naturellement n’aboutit à rien, sinon à exploser mon forfait mobile… En revanche étant adepte du charme discret de Paris à Vélib, je vous salue bien toutes et tous… ainsi que ceux qui réparent.

Marco dit :

Je pense que le systéme pour la récupération n’est pas au point, j ai signalé un vélo volé le mercredi soir, le vendredi soir il n’était pas récupéré….j ai appelé le service Velib pour manifester mon étonnement…votre vél sera récupéré lundi…le service ne travaillant pas le samedi et le dimanche. Le lundi j ai reçu un mail comme quoi le vélo était récupéré….Il a trainé à l abandon du mercredi au lundi…. d’autre part les Velib à signaler c’est l affaire de tous, des forces de l’ordre, des contactuels…un contravention en mois serait surement plus bénéfique à la ville si le contractuel signalé un vélo volé…

D’autre part lorsque vous adressais un mail à la Mairie de Paris vous n avez quasiment jamais de réponse
Bonne journée

petit-koskas dit :

anonyme dit : Il y a une raison absurde à ce vandalisme dont personne ne parle, ce sont les places « occupées » par les velib’ qui indisposent des automobilistes indélicats. Dans ma rue, adjacente à un boulevard qui au fil des ans a perdu toutes ses places de stationnement, je me suis aperçue que des gens râlaient régulièrement en passant devant la station. Certaines nuits on entend du bruit. Le lendemain matin, les vélos ont eu leur chambre à air sortie, les pneus crevés, les poignées retirées etc. Tout ce qu’on peut faire comme vandalisme se retrouve là. Je suppose que si ces gens se savaient filmer, ils se calmeraient. ces dégradations sont apparues quand la station a été agrandie en supprimant env 5 places de stationnement.

Anonyme dit :

Mathieu, je vous trouve malheureusement trop optimiste : premièrement je ne vois pas trop quelle solution on peut proposer à ce problème de carte bleue obligatoire pour les abonnements courte durée. Mais surtout je pense que cela n’améliorera le problème que marginalement… Certains, pas toujours des personnes défavorisées, volent ou dégradent les vélos pour s’amuser, j’en ai vu. De plus, je vous ferais remarquer que le système de caution prise sur la carte bleue est apparemment le même un peu partout, mais que le problème du vol et du vandalisme ne se pose pourtant pas partout : pas vu, par exemple, ce phénomène à Vienne, en Autriche…

Enfin, une petite anecdote : j’ai trouvé, cette semaine, un Vélib crevé et apparemment abandonné. J’ai voulu le raccrocher mais l’antivol était fermé. Je l’ai apporté au commissariat, ils m’ont dit : « Qu’est-ce qui vous dit qu’il est volé ? Vous devez aller le reposer ! » J’ai appelé Vélib, qui m’a indiqué que le vélo était sorti depuis une trentaine d’heures et m’a demandé si je pouvais l’apporter au commissariat. Au commissariat ils m’ont répété qu’ils n’en voulait pas, et que d’ailleurs s’il n’y avait pas eu de plainte pour le vol de ce vélo, ils pouvaient avoir des ennuis s’ils le prenaient, et qu’en plus ils n’avaient pas de place pour le garder. Finalement ils ont appelé Vélib, qui a promis de venir le chercher rapidement, et le policier a pris la responsabilité de le garder dans un coin… en me disant en plaisantant qu’il y avait aussi d’autres commissariats sur Paris, et de ne pas leur en ramener d’autres !

La morale de cette histoire ? Je ne sais pas… C’est vrai que Vélib pourrait peut-être se débrouiller pour récupérer tout vélo signalé dans la demi-heure, ça faciliterait un peu les choses…

Pat dit :

Sur une petite place de mon quartier, un vélib est resté attaché à un arbre plusieurs semaines… Donc oui, il faut être réactif sur le terrain plutôt que d’imaginer des plans de communication bidon dans les bureaux, qui vont juste alimenter la parano ambiante et le moral en berne ! Pareil pour la Régulation, qu’on attend toujours… Quand on ne s’occupe pas de qqch, ça part en vrille – normal. Alors action sur le terrain, please, action !

Olivier dit :

Ce qui me semble paradoxal dans cette affaire, c’est que le Vélib était censé être une solution pour ceux qui souhaitaient se déplacer en vélo mais ne voulait pas en posséder un. En raison du vol et du vandalisme justement. On ne peut pas dire que les vols et dégradations de vélos ont commencé avec Vélib. Vélib était même supposé être une solution à ce problème. Que Vélib soit lui aussi empêché de fonctionner du fait du vandalisme est assez désespérant.

Mathieu_exCO dit :

Emmanuelle : mon message sur les difficultés de paiement s’adresse aux personnes en situation difficile financièrement et pour lesquelles Vélib’ peut être un moyen de transport efficace et vraiment peu cher.

Pour un abonnement courte durée, il faut nécessairement disposer d’une carte bancaire. Les personnes en difficultés financières, ainsi que beaucoup de mineurs, disposent d’une carte « Visa Electron » ou « Mastercard Maestro » : avec ce type de carte, la caution de 150€ est prélevée, pour n’être restituée que plusieurs jours (voire semaines) plus tard. Et pour ceux qui ne disposent pas de carte bancaire, impossible de souscrire à un abonnement courte durée.

Bien entendu, je n’excuse pas le vandalisme par tous ces points de faiblesse / d’amélioration du système : voler des vélos vu le faible prix de location, crever des pneus par « message politique », est totalement stupide. Mais ce que je dis, c’est que les faiblesses du système pourraient être améliorées, et que cela pourrait probablement faire baisser le taux de vandalisme : s’il est plus facile de s’abonner et moins facile de voler un vélo, on peut supposer que moins de vélos seront volés.

Emmanuelle Ex Co dit :

Je reposte mon commentaire en espérant que cela passe – désolée si répétition mais il ne s’affiche pas…
La dégradation massive sur les vélib faite par un groupuscule qui nous sort des arguments totalement incohérents, inaudibles est scandaleuse. Encore une fois c’est l’usager qui est le perdant avec les extrêmes.
Oui tu casses tu répares, je ne vois pas en quoi il y a un problème. Que veulent ces personnes ? donner la bénédiction aux voleurs de vélib ? Arrêtons de toujours trouver des excuses qui n’en sont pas.
Mathieu honnêtement celui qui veut un abonnement à 19 € (pour les boursiers ou les personnes au RSA) ou 29 € par an envoie un chèque de caution qui n’est pas encaissée donc je ne vois pas où est le problème
Les casseurs ne sont pas des personnes qui viennent occasionnellement à Paris et donc le problème de la CB n’en est pas un
Je te trouve excessif sur la ville et JCD. Personne n’a intérêt à ce que le vandalisme perdure : coût pour la ville mais aussi pour JCD qui n’est que partiellement dédommagé, qui a des équipes pour réparer…
C’est un peu facile de mettre des responsabilités ainsi – on sait tous que si le vandalisme et le vol sont très importants c’est le système VLS qui peut être remis en cause et personne ne sera gagnant
Il n’y a pas d’excuse au vandalisme ni au vol
Seb je ne comprends rien à votre remarque par rapport au problème du vandalisme qui, heureusement d’ailleurs n’est pas l’apanage d’une classe ou d’une autre.
Quand je vois des gens d’âge mur sur des vélos volés ou des personnes qui cautionnent le vol parce que vélib est une entreprise privée, cela m’exaspère et montre la bétise
Mathieu, il y a un point que tu rappelles et qui mérite d’être vraiment renforcé, il s’agit de l’attache. JCD tente de la consolider mais il est clair qu’il faut repenser le système – blocage de roue ? quand le vélo est en station
Il y a hélas beaucoup de vélos volés avec attache et donc cela signifie qu’il y a un autre problème
Par contre la proposition d’intervenir dans les ets scolaires ou ailleurs pour sensibiliser les jeunes cela fait longtemps qu’on en a parlé et je ne comprends pourquoi cela met tant de temps pour se mettre en place
Espérons comme je l’ai déjà écrit sur ce blog qu’on n’envoie pas des policiers – cela ne sera pas efficace, les jeunes n’entendront pas le message.
Tentons le dialogue avec des usagers pour faire comprendre que le vandalisme nuit d’abord aux citoyens et amplifions la demande de réparation pour ces actes
Quand aux délais de récupération, il y a une marge de progression et de ce coté là il faut en effet mettre plus de moyens en permanence pour la récupération. Ca aussi on le dit depuis longtemps
Le taux de récupération des signalements a été mauvais cet hiver – depuis mars c’est mieux
Je parle de stat concernant mes signalements (base sur 2 ans de 1140 signalements)
Et pour compléter les propos de Mathieu l’ancien comité usagers vélib (l’actuel ne communique pas sur ce qu’il fait) avait écrit également à la préfecture rappelant la nécessité d’impliquer plus les policiers sur ce thème. Lorsqu’on aborde cette question avec des agents on « comprend » que ce n’est pas leur priorité et pas vraiment leurs soucis :-(

Mathieu_exCO dit :

Ah j’oubliais aussi : lorsqu’une personne signale un Vélib’ abandonné au service clients, il y a comme suite :
* Soit une non prise en compte de son signalement
* Soit une prise en compte annoncée sous 48 à 72h, un vélo pouvant mettre jusqu’à 13 jours pour être récupéré (record pour un vélo que j’ai signalé)

Dans les deux cas, si le vélo volé est encore utilisable, il a largement le temps de redisparaître entre temps. Hubway, à Boston, a montré une toute autre réactivité lors du signalement d’un des rares vélos volés dans ce système : il n’aura fallu que 38 minutes aux équipes pour récupérer un vélo signalé volé : http://pbs.twimg.com/media/Bk-A_QSCEAAAOYk.jpg
Cela a une conséquence sans appel sur le bilan d’Hubway : depuis le lancement du système en juillet 2011, on compte 0 vélo vandalisé, 0 vélo volé (car mal raccroché) non récupéré.

Mathieu_exCO dit :

La ville de Paris a malheureusement une vraie responsabilité dans le vandalisme dont est victime Vélib’ : JCDecaux a en effet obtenu que la mairie rembourse à hauteur de 5000 Vélib’ vandalisés ou volés chaque année !

Dans ces conditions, comment espérer que l’opérateur aille s’attaquer au problème du vandalisme, par exemple en renforçant le système d’attache des vélos que tout le monde sait extrêmement fragile, puisque le vandalisme lui est « subventionné » par la mairie !

La ville de Paris est malheureusement devenue comme un pyromane qui crierait au feu dès lors qu’il ne maîtrise plus les conséquences de ses actes…

Quant aux raisons qui font que toutes ces personnes, principalement jeunes, volent des Vélib’, elles sont extrêmement simples :
* Une carte bancaire est nécessaire pour s’abonner en station, avec une caution de 150€ prélevée et bloquée plusieurs pour chaque vélo. La plupart n’ont pas de carte bancaire, et quand ils en ont une, ils ne peuvent généralement pas se permettre de bloquer 150€. Ce problème avait été soulevé à plusieurs reprises par le comité des usagers 2010-2012, sans jamais être pris en compte.
* Pour un abonnement en ligne, il faut là encore une carte bancaire, ou un chéquier.
* Il est extrêmement simple de voler un Vélib’ : des milliers de vélos « personnels » sont volés chaque année parce que l’antivol utilisé était trop peu solide, il n’y a pas de raison que les Vélib’ fassent exception
* La ville et l’opérateur ont laissé passé plusieurs années avant de s’attaquer réellement aux voleurs. Pendant toutes ces années, voyant qu’on ne risquait quasiment rien en volant un Vélib’, eh bien voler un Vélib’ est devenu « normal »
* Aujourd’hui, la « réparation pénale » a permis d’attraper 44 personnes en quasiment un an et demi d’existence, pendant ce temps on peut estimer à 12000 le nombre de Vélib’ volés. Il y a donc 0,4% de chances de se faire prendre, et la sanction est extrêmement faible : de la même manière que la fraude dans les transports en commun ne baissera pas sans contrôles plus fréquents et des amendes plus élevées, les vols de Vélib’ ne baisseront pas sans des sanctions plus lourdes et plus fréquentes.

Il sera extrêmement important qu’au prochain marché de vélo en libre-service, en 2017, la ville cesse de subventionner le vandalisme, et exige que l’opérateur prenne en charge les coûts, conséquence de la faiblesse de conception de son système.

À lire : http://hugosoutra.wordpress.com/2014/04/15/velib-une-success-story-mise-a-mal-par-le-vandalisme/

Seb dit :

J’en ai aussi marre des commentaires à la con dès qu’on aborde ce type de sujet.
Je peux vous dire qu’il y a un tas de gens de basse classe social qui ont travaillé toute leur vie pour des clopinettes, à l’usine, à faire des ménage etc….
Pour au final se faire traiter de profiteur de la société?? non mais arrêtez de vous foutre de la gueule du monde. J’ai connu des boursiers dont les parents avaient toutes leur économie au luxembourg… Donc dans toutes les classes sociales il y a des brebis galeuses, arrêtez de stimatiser une partie de la société.

Seb dit :

La répression c’est bien la prévention c’est mieux.

Je suis le premier à pester lorsque je tombe sur un velib vandalisé, mais peut être faudrait il chercher les causes profondes qui poussent ces jeunes mineurs à faire ça…
Maintenant, pas sur que tous les dysfonctionnements viennent vandalisme, j’ai quand même l’impression que la conception du vélib à quelques défauts…
Et quid de l’entretien préventif à la casse.

Bromet dit :

Ils travaillent pas .. On paye pour eux
Ils cassent … On paye pour eux et surtout ils nous pénalisent .. Pas de velib .. Il faut acheter un ticket métro pour aller travailler. Donc OUI ..  » tu cassés tu répares » .. Une petite caméra sur les stations

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...