Réparation pénale des Vélib’ vandalisés : visite lors d’un atelier
jeudi 6 mars

Réparation pénale des Vélib’ vandalisés : visite lors d’un atelier

admin
17Je partage

Il est 14h30, mercredi 26 février. La plupart des jeunes profitent des vacances scolaires. Ruben, 18 ans, devra encore passer quelques heures dans les ateliers de réparation JCDecaux pour réparer des Vélib’ vandalisés. Après avoir volé un Vélib’ l’été dernier (mineur aux moments des faits), il a accepté de travailler pendant 2 jours, afin d’échapper à l’amende et à la poursuite pénale.

Mise en place depuis près d’un an par la Ville de Paris, le Parquet, la Protection Judiciaire de la Jeunesse et JCDecaux, la mesure de réparation pénale Vélib’ fait déjà ses preuves. Cette mesure a d’abord été proposée dans l’objectif de sensibiliser des jeunes souvent en difficulté ; elle représente également une alternative aux poursuites pénales, en permettant une meilleure insertion dans la société. Elle permet aussi de montrer aux usagers qui subissent les fermetures de station pour cause de vandalisme que les actes de vandalisme ne restent pas sans réponse.

Avec l’accord de leurs parents et après être passés devant le juge, ce sont donc 38 mineurs qui ont été reçus dans les ateliers Vélib’ pendant leurs vacances scolaires depuis janvier 2013. Ils ont entre 13 et 19 ans et effectuent leur sanction dans l’un des deux ateliers parisiens de Vélib’ situés place de la Nation et place d’Italie. Pendant deux jours consécutifs, ils sont accueillis par le chef d’Atelier Sylvain Dupuy avec pour objectif  « celui de les voir prendre conscience du travail à effectuer et du délit commis ». Les jeunes doivent respecter le rythme de travail de l’atelier et les mêmes horaires que leurs « collègues » éphémères, même si cela implique de se lever tôt pendant les vacances. Les tâches confiées à ces jeunes ne demandent pas de technicité particulière, mais restent clés dans la réparation d’un vélo ou d’un élément de station Vélib’. Une chose est sûre, Ruben a pris ses responsabilités, comprend le travail fourni et ne risque pas de réitérer.

Depuis la mise en place de ce dispositif, aucun des 38 mineurs accueillis en atelier n’a récidivé. Le dispositif devrait être étendu au parquet du 93.

Sachez que vous pouvez nous aider à retrouver des Vélib’ abandonnés et/ou dégradés en envoyant un message sur le compte Twitter de @Vélib, sur la page Facebook ou encore par téléphone au 01 30 79 79 30.

Pour en savoir plus sur les actions entreprises pour lutter contre le vandalisme, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

helene dit :

mon velib garé devant un immeuble de la préfecture de police de paris,dans le 15 ème ardt, immeuble gardé par un homme avec mitraillette a été volé et personne n’a rien vu…;adieu ma caution .
oups, sale journée;

Emmanuelle Ex Co dit :

petite anecdote du jour : un jeune entre 25-30 ans se promenant sur un velib sans lame
Voyant mon regard persistant sur son vélo, me demande ce que j’ai
Lui disant qu’il est sur un vélib volé, il me répond mais non Madame ce n’est pas un vélib volé… 🙁
Y a du travail face à un tel déni

Jacques712 dit :

Il faut rouvrir les bagnes pour enfants, comme au XIX ème siècle !
Non mais .

patou dit :

Ce lever tôt pour un jeune en vacances et bosser gratuitement pour la société c’est sûr que c’est une punition ! Mais j’espère que pour les récidivistes, ce ne sera pas deux jours mais plus de jours sur leur vacances…

DOMINIQUE dit :

BRAVO POUR CETTE INITIATIVE QUE VOUS NOUS FAITES DECOUVRIR, pragmatique et très intelligente parce qu’elle donne ou redonne du SENS !

Emmanuelle -ex co dit :

@JPM hélas on peut regretter que la récupération ne soit pas toujours efficace et rapide. Des délais trop longs on a tous constaté cela. pas plus tard qu’hier j’ai du faire une relance après 6 jours
C’est important de le signaler sur le blog cela démontre qu’on n’est pas le (la) seul(e) à le constater
@Cattenoz, cela fait longtemps qu’on l’a suggéré à la ville et à JCD mais la sensibilisation ne pourra être efficace qu’avec le témoignage d’usagers car si c’est la police on sait que les jeunes ne seront pas réceptifs (on le voit sur la sensibilisation à la consommation de stupéfiants- dans les collèges et lycées, les jeunes avec qui on discute ne se sentent pas concernés quand c’est fait par l’autorité)
D’accord avec anonyme

marie dit :

il faudrait apprendre aux enfants dans les écoles des le plus jeune age à respecter le bien commun

Anonyme dit :

Il faudrait aussi retrouver plus systématiquement les auteurs de dégradations. Trente-huit auteurs d’actes de vandalisme sont passés par les ateliers, mais trente-huit sur combien ? Comment faire en sorte qu’ils soient retrouvés systématiquement ?

JPM dit :

Mon épouse a déclaré l’abandon d’un Vélib devant le 69 rue Dunois 75013 il y a près d’une semaine. Il est toujours là ! Ce n’est pas très encourageant …

CATTENOZ dit :

FAIRE UNE ACTION AU SEIN DES COLLÈGES ET LYCÉES LES VELIBS AUX ABORDS FONT L’OBJET DE DÉGRADATIONS

DAVEAU dit :

Bravo pour ces ateliers, c’est un très bonne solution et un bon moyen de faire réfléchir le « vandale » avant son passage à l’acte : l’éducation permanente empreinte de civisme.

Ce serait bien si on l’étendait à tous les trains.

sabine dit :

Je pense que ce genre d’initiative à plus d’impact qu’une amende et une poursuite pénale si cela est fait sérieusement. Ce genre de démarche devrait faire son chemin et être appliqué dans bien d’autres domaines.

Godefroy dit :

Bravo pour cette initiative éducative et civique.

lapciuk dit :

Une très bonne initiative ! Bravo

Haven dit :

Voilà une initiative vraiment intéressante et constructive qui pourrait être reprise par la RATP

poncelet dit :

Excellente initiative !

Lut dit :

Intéressant ! On pourrait aussi y intégrer la REGULATION ? Parce que ça, ça manque cruellement…

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...