Pourquoi, à certains carrefours, un cycliste peut-il passer au feu rouge ?
mercredi 6 novembre

Pourquoi, à certains carrefours, un cycliste peut-il passer au feu rouge ?

Marion
70Je partage

Depuis cette année, à certains carrefours situés dans les zones 30, les cyclistes sont autorisés, sous certaines conditions, à passer au feu rouge pour aller à droite ou tout droit : c’est le cédez-le passage cycliste.

Pour éviter toute confusion, une signalisation spécifique (feux cyclistes et panonceaux) distingue les carrefours concernés des autres, où il est toujours formellement interdit de griller le feu rouge…  Explications avec Alain Boulanger, de l’Agence de la mobilité de la Division de la voirie et des déplacements.

Pourquoi mettre en place ce « cédez-le-passage cycliste » ?

Alain : C’est une revendication ancienne des associations cyclistes. Cela existe déjà dans certains pays européens et c’est l’une des mesures prises dans le cadre du programme national en faveur du vélo. En novembre 2010, un décret a intégré dans le code de la route la possibilité pour les maires, en accord avec les préfectures de police, de mettre en place ce que l’on appelle souvent le « tourne à droite » cycliste. Il s’agit plutôt d’un « cédez-le-passage cycliste », piétons et véhicules engagés demeurant prioritaires. Le décret d’application permettant aux maires volontaires de mettre en œuvre cette mesure n’a été publié qu’en janvier 2012.

La Ville a par ailleurs d’abord souhaité réaliser une expérimentation. Simplement parce que certains carrefours parisiens sont complexes et la circulation plus importante que dans les villes qui avaient déjà testé ce dispositif, comme Nantes ou Bordeaux. Une expérimentation a ainsi été réalisée dans le 10ème arrondissement en mai 2012 sur cinq carrefours. Elle nous a permis de voir comment étaient compris les panonceaux et quels carrefours pouvaient ainsi être équipés.

Quels sont donc les carrefours concernés et les règles à respecter ?

Alain : Les carrefours concernés sont toujours signalés par des panonceaux spécifiques. Une flèche précise au cycliste dans quelle direction il peut passer, en fonction de la configuration type du carrefour.

Rappelons la règle du « cédez-le-passage cycliste au feu rouge »

aux carrefours en X,

le cycliste a la possibilité de tourner à droite sans attendre au feu rouge ;

à certains carrefours en T, le cycliste a la possibilité d’aller « tout droit »

1 100 panonceaux ont été posés aux feux ; ce sont ainsi environ 350 carrefours qui ont été équipés progressivement depuis janvier 2013.

Avant de décider d’instaurer un cédez-le-passage cycliste à un carrefour, on regarde au cas par cas toutes les possibilités de déplacement et on évalue les scénarios possibles, les dangers potentiels. Si on pense qu’un cédez-le-passage n’est pas souhaitable, on ne le met pas en place. Tous les carrefours équipés le sont en accord avec la Préfecture de police et la RATP.

Le premier critère est la bonne lecture du panonceau pour les cyclistes : il ne doit pas être source de confusion. Nous avons constaté pendant les tests que de nombreux cyclistes comprenaient qu’ils pouvaient indifféremment tourner dans la première ou deuxième rue sur la droite. Or dans le code de la route, tout panneau ne vaut que pour la 1ère à droite. Et si le cédez-le-passage ne crée pas de problème quand on emprunte la 1ère à droite, on peut être exposé à un conflit en tournant dans la 2ème rue. Nous avons donc décidé de ne pas mettre en place le cédez-le-passage cycliste pour ces carrefours à deux embranchements à droite.

L’autre configuration qui nous a fait écarter certains carrefours du dispositif est celle du rétrécissement des voies qui peut générer des conflits et des problèmes de respect des distances de sécurité et de visibilité.

Enfin pour les cyclistes la règle à respecter est de cédez-le-passage : les piétons et les autres véhicules engagés sont prioritaires. Lors de l’expérimentation, nous nous sommes aperçus que certains cyclistes pensaient avoir la priorité sur les piétons qui traversent or c’est exactement l’inverse.

Quels sont les premiers retours ?

Alain : Les retours se limitent à ceux que l’on peut recueillir ponctuellement mais les cyclistes sont ravis. C’était déjà quelque chose que certains avaient tendance à faire aux carrefours où ils estimaient qu’il n’y avait pas de danger. Le fait d’être en quelque sorte légitimé leur fait plaisir. Et pour tous ceux qui respectaient les feux c’est encore plus apprécié. À chaque fois que l’on s’arrête à vélo il faut déployer de l’énergie musculaire pour repartir. Ne pas s’arrêter à ces carrefours est une économie d’énergie et un gain de temps. Cela fait partie des mesures sensées développer l’usage du vélo.

Le dispositif pourrait-il être étendu à d’autres carrefours ?

Alain : oui c’est une possibilité puisque le code de la route permet de mettre en place le cédez-le-passage partout dans la ville. Pour l’instant le choix a été de ne le mettre en place que dans les zones limitées à 30 km/h mais il pourrait être étendu. Certains maires d’arrondissement sont d’ailleurs très demandeurs et ont participé aux réflexions sur les carrefours à équiper.

L’autre évolution possible, mais qui suppose un nouveau changement du code de la route, est le cas des passages piétons dits en section courante. Il s’agit de ces feux installés non pas parce qu’il y a une intersection, mais pour permettre aux piétons de traverser plus facilement qu’avec un simple passage piéton. C’est le cas sur les grands boulevards par exemple. Le cédez-le-passage pour aller tout droit fonctionnerait très bien. Mais il faudrait pour cela que le Code de la route intègre cette possibilité…

A lire aussi : l’article de paris.fr

securitevelib

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Mathieu_exCO dit :

@olivinfo

Il y en a assez des piétons, ils ne respectent rien la plupart du temps. Tout ce qu’ils savent faire, c’est traverser au rouge, quand ils ne traversent pas n’importe où sans regarder.
À juste titre, j’ai failli me faire renverser hier en roulant par un piéton qui traçait tout droit sans rien regarder comme d’habitude. J’en ai d’ailleurs engueulé deux.
Pourtant, l’article R412-30 du code de la route dispose que tout usager doit marquer l’arrêt au feu rouge (piéton y compris), et l’article R412-37 dispose que les piétons doivent traverser au passage piéton lorsqu’il y en a un à moins de 50 mètres, et dans tous les cas en tenant compte de la visibilité ainsi que de la distance et de la vitesse des véhicules.
C’est pour cela que je propose l’immatriculation des piétons, et la verbalisation de tous les piétons qui ne respectent pas le code de la route.
De toute façon, tant que la société ne sera pas discipliné, aucune évolution ne pourra se faire.

Je te laisse méditer sur cette autre vision du problème.

olivinfo dit :

Il y en a assez des vélos, ils ne respectent rien la plupart du temps. Tout ce qu’ils savent faire, c’est brûler les feux rouges, et rouler sur les trottoirs.
À juste titre, j’ai failli me faire renverser hier en traversant par un vélo qui traçait tout droit sans rien regarder comme d’habitude. J’en ai d’ailleurs engueulé deux.
Pourtant, l’article R412-30 du code de la route dispose que tout usager doit marquer l’arrêt au feu rouge (cyclistes y compris).
C’est pour cela que je propose l’immatriculation des bicyclettes, et la verbalisation de tout cyclistes qui ne respectent pas le code de la route.
De toute façon, tant que la société ne sera pas discipliné, aucune évolution ne pourra se faire.

Baudry Annick dit :

Pour le dernier cas cité, il faut garder le feu rouge pour les cyclistes , avec le panonceau les autorisant à y aller s’il n’y a pas de piétons, car sinon (et j’utilise le V’lib) les cyclistes ne laisseront pas passer les piétons… : déjà au feu rouge sans panonceau, certains leur forcent le passage. La police doit pouvoir les verbaliser, malheureusement.

philippe dit :

Enfin la France avance… bravo aux gens qui travaillent sur ce genre de projets qui rends le vélo plus facile et plus intelligent.
maintenant les services voiries devraient rendre les pistes cyclables plus lisibles.

Olivier dit :

1) si les cyclistes ne peuvent pas en décider seuls il est parfaitement légitime qu’ils discutent de sa pertinence.
2) ma question est très sérieuse : je suis particulièrement agacé par les vélos qui prennent les pistes à contre sens. Alors quand je vois les policiers faire de même, je me demande si le sens des pistes tels qu’il est marqué au sol est vraiment obligatoire ou si c’est juste une indication. §
Voilà

tom4 ex co dit :

bonsoir

je n’ai jamais dis que le code était bien fait, j’ai dis que ce n’était pas aux cyclistes d’en décider de la pertinence . le fait d’etre policier ne dispense pas d’appliquer le code de la route, mais c’est un autre débat que le respect du code par les forces de l’ordre 🙂

tom4

Olivier dit :

Juste une réflexion en ce début d’année, et que cela ne m’empêche pas de souhaiter une bonne année à tous : si le code de la route était aussi bien fait et que le seul problème serai son inobservance par les cyclistes alors pourquoi ressentir le besoin de le modifier et de l’adapter pour les vélos qui roulent en ville ?
Question subsidiaire : pourquoi croisent on aussi souvent des policiers à vélo qui prennent les pistes cyclables à contre sens ?

tom4, ex co dit :

le pb de ce genre d’attitude, et que chacun peut l’adapter à sa sauce. quand je roule en moto, je peux donc rouler à 180 sur departementale, ça ne gene personne et ne met personne en danger à par moi.
en voiture, je peux donc griller les stops la nuit, vu que ça ne gene personne
etc etc

si vous ne savez pas traverser une place en vélo, je ne saurais trop vous conseiller soit de (re)prendre des cours de perfectionnement de circulation a vélo, permettant de reprendre confiance, soit tout simplement de contourner ces places à pied (ce qui n’est pas une honte).
Je passe depuis des années par Nation, bastille, concorde, et n’ai pas ressenti le besoin de m’affranchir du code pour assurer ma sécurité

tom4

Olivier dit :

Le respect du code de la route n’est pas qu’un problème pour arriver plus vite à sa destination. Personnellement, je ne sais pas traverser certains carrefours parisiens (ex : la place Denfert Rochereau) comme je serai censé le faire en suivant le code de la route. Quand on est aux marges du code, on peut quand même le faire avec bienveillance pour les autres usagers de la route. Et l’opinion des détracteurs de l’usage du vélo au quotidien n’a rien à voir avec ça. Je peux simplement leur rétorquer d’une part qu’il m’importera peu d’être dans mon bon droit si je suis passé sous une voiture et d’autre part que mes arrangements avec le code ne se font pas au détriment de la sécurité des piétons.

tom4 ex co dit :

bien sur
« Personnellement je ne respecte jamais les feux rouges »
ceci ne conduit pas du tout les détracteurs de l’usage du vélo au quotidien à dire que les cyclistes ne respectent pas le code.
à combien estimez vous le gain réel de ce genre d’attitude?
il y a quelques années, je faisais la même chose. et j’ai sorti mon chrono. pour faire pantin-> les halles sans griller les feux, 23mn. en grillant les feux, 21mn. plutot débile non?

tom4

Olivier dit :

Je ne trouve pas qu’Anonyme soit un âne. Le principe qui consiste à prendre soin des usagers plus vulnérables est loin d’être idiot. Il permet de limiter les risques de dommages alors même que les règles de circulation sont peu ou mal appliquées. Je l’applique aussi, avant le respect du code de la route.

tom4 ex co dit :

anonyme, vous êtes un ane o nyme

tom4

Anonyme dit :

Personnellement je ne respecte jamais les feux rouges, et encore moins si c’est pour tourner à droite. Par contre je laisse la priorité aux piétons, plus fragiles que moi, quelle que soit la configuration. S’ils sont sur la piste cyclable, je ralentis et attends gentiment qu’ils me laissent passer. Et dans l’autre sens, les automobilistes parisiens, et plus généralement français, sont en général très sympas et pleins de bonne volonté vis-à-vis de moi, même quand je prends quelques distances avec le code. J’ai beaucoup plus peur dans des pays comme l’Espagne ou le Royaume-Uni, où les gens respectent plus la loi et où les automobilistes sont moins flexibles et sympas qu’en France !
Selon moi, cette loi va tout à fait dans le bon sens ! Il faut favoriser les vélos par rapport aux véhicules polluants, c’est une bonne mesure, qui adapte un peu aux vélos un code de la route lamentablement pensé pour les voitures.

Emmanuelle -ex co dit :

Tout d’abord j’aimerais bien qu’on arrête d’accuser les velib car les cyclistes qui grillent les feux sont autant sur des vélos que sur des vélib
Je constate tous les jours en effet que certains ne respectent pas le code de la route et ce qu me fait vraiment sourire ce sont les cyclistes casqués qui grillent les feux
Mais combien de scotters grillent les feux – je n’ai pas fait de comptage mais j’en vois de plus en plus, idem pour les voitures.
Bien sur en France, si tout le monde veut bien un peu d’objectivité, observons combien de piéton traversent uniquement au vert !
Quand j’ai le malheur de signifier à un piéton qu’il passe au feu rouge et que je suis donc obligé de me mettre un peu en danger pour le contourner, j’ai une aimable insulte 3f/4, le piéton se sent roi.
Mais j’imagine que ce même piéton pourrait aussi dire la même chose sur un vélo, un scott dans sa voiture si on ose lui faire une remarque. Généralement c’est l’autre qui est en tort
Il y a quelques jours quand j’ai demandé à des personnes fumant tranquillement leur cigarette sur la piste cyclable de se décaler j’ai eu la réponse « la rue est à nous »
Bref je pourrais vous en écrire un roman.
Maintenant une simple question, quand vous avez une flèche orange qui clignote et donc autorise les voitures à tourner, criez vous les uns les autres au scandale ?
Le cycliste ne roule pas si vite que cela et regardez le nombre de feux qui ont pour objectif principal de casser l’allure des véhicules motoriés. Pour les cyclistes nous ne prendrons pas de vitesse comme une voiture, voilà une des raisons qui peut autoriser un petit panneau
Que tout le monde se respecte et la vie sera plus belle
Petit message en particulier aux taxis qui m’insultent quand je prends la piste cyclable de la place de la République

Mathieu_exCO dit :

@Pierre
Il va fallor revoir la définition du troll 😀 J’en serais un si, par exemple, je venais commenter ce billet en disant « à bas les voitures ! » ou « les cyclistes sont dangereux et font n’importe quoi, il ne faut pas leur accorder de droits ! » (caricature pourtant très proche de certains commentaires relevés ici-même…)
J’apporte justement des chiffres pour effectuer une démonstration de ce que j’avance, pour être dans l’objectif plus que dans le subjectif. Jusqu’ici personne n’en fait autant il me semble, et la plupart des contributions se limitent à des « impressions » assez subjectives.

Soit, comptons le nombre de cyclistes qui grillent les feux. Comparons-le au nombre d’automobilistes qui font de même (attention, accélérer à l’orange revient à peu près à la même chose ^^) et au nombre de piétons qui se fichent éperduement de la couleur du feu. Comme ça n’est pas un concours, on arrivera aisément à la conclusion suivante (toujours la même si tu relis mes contributions) : il n’y en a pas un qui fait mieux que l’autre, et aucun n’est irréprochable.
Et j’affronterai avec plaisir un vélib roulant à 20 km/h, pendant que tu affronteras une voiture circulant à 40 km/h (car combien de voitures circulent à 30 en zone 30 sans jamais être non plus sanctionnées, alors qu’elles représentent de par leur masse au moins 10 fois supérieure un danger bien plus grand ?)

Il y a effectivement des campagnes générales d’informations à faire, vis-à-vis de tous les usagers, telles que :
– pour les cyclistes, le panneau « cédez-le-passage cycliste » n’est pas une tolérance (puisqu’il est au code de la route, et fait donc partie des règles applicables), mais il s’agit bien d’un « cédez-le-passage » ; de même, il ne sert à rien de griller un peu, qui plus est pour se retrouver bloqué par le trafic un mètre plus loin. Et les trottoirs, sont pour les piétons, point.
– pour les piétons, la traversée « à l’oreille » n’est pas une option, et la couleur des feux piéton n’est pas faite pour décorer, surtout sur les axes de fort trafic. Ah oui, les pistes cyclables ne sont pas des endroits où il fait bon marcher, pas plus que sur la rue.
– pour les automobilistes et poids lourds, on ne stationne pas sur les pistes cyclables et les passages piéton, on laisse la priorité au piéton qui veut traverser, on respecte le sas vélo au feu, on n’accélère pas à l’orange et on ne bloque pas l’intersection, on n’utilise pas l’avertisseur sonore sauf danger immédiat, on respecte les limitations de vitesse
– pour les 2RM, on ne circule pas plus sur les trottoirs que les vélos, on ne circule pas sur les pistes cyclables / couloir de bus (et on y stationne encore moins), on respecte le sas vélo au feu et la couleur de celui-ci

J’en oublie certainement, mais ce sont les principaux rappels qui me viennent à l’esprit. Ah oui :
– aux urbanistes, on arrête de vouloir construire des pistes cyclables si l’on n’a jamais fait de vélo en ville avant. Pistes cyclables mal démarquées sur trottoirs fréquentés, qui zig-zaguent à chaque carrefour, qui changent de côté de la chaussée en faisant traverser les files de circulation « à l’aveugle », et autres idées mal pensées sont à proscrire.

tom4 ex co dit :

Pierre, si vous comptez aussi bien les vélo que les interventions sur le sujet, on va avoir des soucis :).
sérieusement, personne n’a nié que des cyclistes grillent des feux. nous avons juste fait remarquer qu’il y a aussi des pietons qui traversent n’importe comment (mettez vous à la sortie de la gare rer cité U par exemple, quand un rer vient d’arriver et qu’un tram attend. 100% des pietons traversent au nez des voitures et du tram pour ne pas le louper).
amusez vous à compter aussi les voitures garées sur les PC, trottoir, en warning.
j’habite au niveau d’un feu sur un gros carrefour sur la D920. à chaque rouge, il y a au moins 2 ou 3 voiture qui le grillent.
bref, comme le disait mathieu, il n’y en a pas un seul pour rattraper l’autre.

je fais 8/12km par jour en vélib dans paris, et je peux vous garantir que quel que soit le type d’usager, j’en évite plusieurs de chaque type chaque soir

tom4

Pierre dit :

Les commentaires faisant état de l’incivilité d’un certain nombre de cyclistes émanent de plusieurs personnes, les réponses avec force chiffres à l’appui d’une seule. Sur d’autre forums, on appelle ça un troll. Je propose à Mathieu_exco de se poster à un feu rouge et de compter le nombre de cyclistes qui grillent les feux et d’en comparer le pourcentage à celui du nombre d’automobilistes qui le font. Je lui propose aussi d’affronter à pied un Vélib roulant à 20km/h. Et je pense qu’il pourrait faire quelques campagnes pour expliquer aux cyclistes que leurs nouveaux droits sont des tolérances, pas des priorités.

Sybille dit :

Très favorable au cédez le passage pour les cyclistes. Seul bémol, le panneau est trop petit et du coup – parfois – les autres usagers nous regardent d’un mauvais œil lorsqu’ils nous voient poursuivre alors qu’eux doivent rester à l’arrêt. Sinon c’est Super

PhG dit :

il est dommage d’avancer au niveau circulation en vélo et de reculer dans la disponibilité des vélib ! Stations vides, plus de régulation, manque cruel d’entretien, çà devient cata !

Mathieu_exCO dit :

@myrtille
Je ne rêve pas, tu es bien en train de reprocher à un cycliste de t’avoir frôlée alors que tu traversais sans regarder ? Même en roulant « comme un fou » à Vélib, on atteint péniblement 30 km/h… qui est la vitesse limite autorisée.

Combien de piétons grillent allègrement les feux, traversent sans regarder « à l’oreille », marchent sur les pistes cyclables et se plaignent ensuite de la surprise voire d’un accident lorsqu’un cycliste arrive ? Eh bien à peu près autant que de cyclistes ou d’automobilistes qui ne respectent pas les priorités et les feux. Les piétons ne sont pas plus des anges que les cyclistes ou automobilistes.

De plus, il est faux de dire qu’aucun contrôle et qu’aucune contravention n’existent : 9587 cyclistes ont été ainsi verbalisés en 2011 (soit 26 par jour), chiffre en hausse de 17%. Rassure-toi, 33101 véhicules ont également été verbalisés pour stationnement dans les pistes cyclables (+39%), et 2901 deux-roues motorisés pour circulation sur une piste cyclable (+23%).

Je te conseille de jeter un oeil à la vidéo de Tom4 ex co : http://www.youtube.com/watch?v=qlnIGTMlYZ0
Comme tu peux le voir, toutes les catégories d’usagers ont des moutons noirs, les cyclistes n’y font pas exception… mais les piétons, automobiilistes, 2RM, poids lourds, non plus.

A chacun de faire sa part pour une rue apaisée.

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...