Sur les traces d’Edith Piaf à Vélib’
mercredi 9 octobre

Sur les traces d’Edith Piaf à Vélib’

Rachel
1Je partage

A l’occasion des cinquante ans de la mort d’Edith Piaf, une ribambelle d’événements organisés par le Comité Piaf rendront hommage à sa carrière. Pour l’occasion, nous vous proposons de faire le tour de Paris à Vélib’ sur les pas de celle qui aura le plus marqué l’histoire de la chanson française.

Belleville, son quartier d’enfance

Elle y naît le 19 décembre 1915 au 72 de la rue de Belleville (Station n° 19041, 101 Rue De Belleville). Vous y découvrirez la plaque apposée au dessus de la porte. Certaines sources précisent même qu’elle serait née sur les marches de la porte d’entrée de l’immeuble. Sa mère étant trop pauvre pour l’élever, elle  la confie à sa grand-mère jusqu’à ses cinq ans, rue Rébeval (Station n° 19102, 4 Rue De Rampal).

Angle de la rue Troyon et de la rue Mac-Mahon

C’est du côté de la rue Troyon (station n° 17046, 18 avenue Marc Mahon) qu’Edith verra sa vie prendre un autre tournant. Alors qu’elle interprète pour les passants des chansons à la mode, un homme s’arrête et lui propose des essais dans une salle. Louis Leplée, le gérant du cabaret Le Gerny’s sur les Champs Elysées, lui donnera le nom d’artiste « la môme piaf ».

Ses heures de Gloire dans les cabarets et sur scène

Elle laissera exploser son talent sur les scènes du Gerny’s, à l’A.B.C. – le plus prestigieux music-hall parisien situé 11, boulevard Poissonnière (Station n° 2022, 20 rue Saint Fiacre) – et dans les clubs huppés comme le Night Club ou l’Amiral. En 1944, elle se produit au Moulin Rouge (Station n° 18043, 55 boulevard de Clichy), où Yves Montand se produit en première partie de son spectacle. Elle jouera un an plus tard à la Comédie-Française (Station n° 1023, 165 rue Saint-Honoré).

L’Olympia restera sa scène préférée et Edith sauvera même la salle de la faillite. Elle y donnera une série de concerts des plus mémorables et émouvants de sa carrière. Elle y interprétera « non je ne regrette rien », que Charles Dumont et Michel Vaucaire viennent d’écrire pour elle. (Station n° 9034, 2 rue Godot De Mauroy)

Ses deux idylles

Edith rencontre Marcel Cerdan en octobre 1947 à New York. Les deux amants habiteront à l’hôtel particulier de la rue Leconte-de-Lisle, à Auteuil. Mais deux ans plus tard, Marcel Cerdan est victime d’un accident d’avion.

Après une pause difficile, Edith Piaf retrouve celui qui lui avait présenté Marcel Cerdan. La chanteuse collabore avec le chanteur Jacques Pills et leur amitié se transforme rapidement en histoire d’amour. En 1953, le couple s’installe au 67 bis boulevard Lannes, dans le 16e arrondissement (Station n° 16019, face 98 Av. Henri Martin). Elle meurt 10 ans plus tard et repose depuis au cimetière du Père Lachaise (Station n° 11021, 212 Boulevard Charonne).

Pour connaître tout le programme cette semaine, c’est par ici.

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

SCHWAB Pierre dit :

Un peu de décence par respect pour Madame Edith Piaf.
Qu’on cesse de la vente à « toutes les sauces » !!!
Pierre Schwab
Compagnie Paris Canaille

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...