Découvrir les catacombes et carrières de Paris
jeudi 12 septembre

Découvrir les catacombes et carrières de Paris

Rachel
0Je partage

Sous les pavés parisiens, il existe depuis l’antiquité une deuxième ville (ou presque) se présentant comme une centaine de galeries souterraines, communément appelé Les Catacombes. Au total, 350 km de labyrinthes s’étendent sous une grande partie de la rive gauche et quelques zones de la rive droite. Initialement des carrières souterraines, les catacombes deviennent un ossuaire à la fin du 18e siècle. Devenues aujourd’hui un musée, près de 300 000 visiteurs plongent dans les mystérieuses catacombes et carrières parisiennes chaque année.

A l’origine de cet immense réseau de galeries souterraines ? La pierre. A l’époque Gallo-Romaine, la pierre à bâtir du sous-sol parisien est une ressource inépuisable pour la construction des maisons. Ces anciennes carrières sont choisis en 1786 pour déposer les ossements des cimetières, dont les dépouilles s’entassent à tel point qu’une odeur de putréfaction règne aux alentours. Des puits sont touchés, les infections se répandent. Il est grand temps de régler ce problème, d’où le transfert des ossements de 6 millions de personnes dans les carrières.

Les catacombes sont en réalité une partie des anciennes carrières, qui elles, s’étendent sous une majeure partie de la ville. Les Catacombes de Rome – nom donné à un cimetière antique – ont servi de référence pour baptiser l’ossuaire parisien. Au fil des années, l’ossuaire attire de plus en plus de curieux. En 1787, Charles X, y descend en compagnie de dames de la Cour. Madame de Polignac et Madame de Guiche les visitent l’année suivante. Sans oublier François 1er et Napoléon III qui y descendent également quelques décennies plus tard.

Aujourd’hui, les « seules » catacombes rendues fréquentables sont celles de Denfert-Rochereau. Pourtant il existe d’autres ossuaires inaccessibles au public, qui restent méconnus, sauf pour les cataphiles. Une vie parallèle, aussi mystérieuse qu’interdite s’y déroule dans les années 1970, avec son aménagement, la décoration des salles, graffitis, fresques, soirées… Dans les années 1990, seuls les vrais passionnés restent, puisque l’accès devient de plus en plus difficile : il faut contourner les CRS, les accidents et les mauvaises rencontres. De nos jours, il faudrait ramper sur des centaines de mètres, parfois même se confronter à des inondations. Plus bas que le métro ou les égouts (20 mètres sous terre), la température ne dépasse pas les 12° et le silence règne. Les claustrophobes, ne vous y aventurez pas !

Du côté des catacombes accessibles, le nombre de visiteurs est limité à 200 dans le site. En  cas de forte affluence, les entrées peuvent être momentanément interrompues… Patience donc ! Sachez aussi que vous avez 130 marches à descendre, 2 km à parcourir, 83 marches à remonter et que la température est d’environ 14° !

Des expositions sont proposées pour les visiteurs. La dernière en date « Mer à Paris » révèle au visiteur les traces d’une époque où Paris était occupée par une mer tropicale, il y a 45 millions d’années environ. Qui l’eut crû ?

Tarif pour les catacombes et l’exposition : 8€
L’entrée des visiteurs est à l’adresse suivante:
1, avenue du Colonel Henri Rol-Tanguy (place Denfert-Rochereau), 75014

Station n° 14005, 2 avenue René Coty

Laisser un commentaire

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...