Andy & JeanMi nous explique la sérigraphie lors de Vélib’ x Paris
lundi 17 juin

Andy & JeanMi nous explique la sérigraphie lors de Vélib’ x Paris

Rachel
0Je partage

Si vous avez eu l’occasion de pénétrer les portes du Grand Palais ces derniers jours, vous êtes surement passés à côté de l’exposition Vélib’ x Paris. Vélib’ y révèle 9 sérigraphies réalisées par des artistes de tous horizons issus du collectif ARTCRANK. Mais pour beaucoup, la sérigraphie reste un véritable mystère. Je suis partie à la rencontre d’Andy et JeanMi, deux jeunes sérigraphes, afin de mieux comprendre ce processus d’impression pour le moins… original !

C’est dans une cave obscure de Montorgueil que Mathieu et Manuel ont installé leur atelier de sérigraphie il y a plus de trois ans. Pour Mathieu, qui habite dans l’immeuble au-dessus, on peut dire que le trajet maison-boulot est minime. A l’intérieur, des machines bizarres, des pots d’encres, des outils inconnus, une mannequin à la poitrine volumineuse… Bienvenue dans l’atelier d’Andy et JeanMi.

Crédit photo : Marie Guirlet

Comme je ne comprends rien à la sérigraphie, Manuel et Mathieu ont la gentillesse de m’expliquer le processus en live, étape par étape, pour mieux comprendre comment ont été réalisées les œuvres de l’exposition Vélib’xParis.

1ère étape : créer le visuel, autrement dit, un typon. Image de Brigitte Bardot, photomontage, art abstrait ou graphique, peu importe. « L’important est qu’il soit noir opaque » explique Mathieu. On l’imprime ensuite sur transparent ou papier calque.

2ème étape : préparer le cadre fabriqué à partir d’une toile en nylon.

3ème étape : enduire le cadre d’une émulsion photosensible qui se solidifie à la lumière (la pâte violette).

4ème étape : sécher le cadre.

5ème étape : Déposer le typon sur la toile de nylon puis poser le tout au dessus de lampes UV. Les rayons ne passent que sur les zones transparentes. Cuire pendant sept minutes !

6ème étape : On lave pour enlever la pâte violette. A ce moment là, le tissu des zones transparentes s’est resserré, évitant à l’encre de passer par ces zones là.

7ème étape : On passe à l’impression ! Sur une table en bois on installe le cadre avec un papier vierge en dessous, bien calé grâce à des cartes de crédits (chacun ses moyens !). Le duo a choisi de nous montrer une sérigraphie en dégradé de trois couleurs. « Parfois les couleurs se mélangent, parfois non. C’est aléatoire et c’est ce qu’on aime » déclarent-ils.

Une machine bruyante aspire la feuille à l’aide de petits trous sur la table en bois. « Comme il y a de gros dépôts d’encre, l’aspirateur évite à la feuille de rester collée au cadre« . Manuel dépose alors délicatement les trois couleurs en pâté : jaune, bleu, et kaki. « Tu sais jamais ce que ça va donner au niveau des couleurs. Mais vu qu’on travaille à l’eau, on peut laver le cadre et réessayer avec d’autres couleurs ! » dit-il.

Ensuite, il suffit de racler l’encre. Après quelques essais hasardeux sur du papier recyclé des autres séries « ratées », les couleurs commencent à fusionner. Mécontents de cette couleur « verte caca », le duo tente un vert fluo. Le pari est réussi, les couleurs se mélangent et l’œuvre est dominée par un vert flamboyant. « Vous ne vous y attendiez pas à celle-ci hein ? Eh bien nous non plus ! » s’exclame Mathieu.

Le principe est le même pour les t-shirts, sauf qu’ils disposent d’une machine à quatre supports pour faciliter le travail des couleurs.

Crédit photo : Marie Guirlet

Pour admirer le travail d’Andy & JeanMi et des 8 autres artistes français, anglais et américains, rendez-vous au Grand Palais pour la dernière semaine de l’exposition. Vous pourrez même acquérir une sérigraphie signée à la main, numérotée et éditée à 50 exemplaires seulement !

Plus d’infos sur Vélib’ x ArtCrank

Plus d’infos sur Andy & JeanMi :

-blog: http://andyetjeanmileblog.tumblr.com/
-facebook: http://www.facebook.com/AndyetJeanMiserigraphie
-instagram: @andyetjeanmi

Laisser un commentaire

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...