Le Musée du Quai Branly : collections permanentes et expositions
jeudi 21 mars

Le Musée du Quai Branly : collections permanentes et expositions

Rachel
4Je partage

Musée des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, le Musée du Quai Branly s’inscrit au grand parcours historique et artistique de la capitale. A la fois musée, centre d’enseignement et de recherche, et espace à vivre, c’est un établissement culturel novateur. Construit en 2006 sur l’un des derniers terrains disponibles au cœur de Paris, le projet original d’architecture est signé Jean Nouvel. Riche de 3 500 œuvres venues des quatre coins du monde, et galerie pour les expositions éphémères, ce musée est un lieu unique de dialogue et d’échange entre les cultures.

La collection permanente

Le musée rassemble des précieuses collections dispersé en France depuis des siècles. Issus principalement du musée de l’Homme et du musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, la collection comporte environ 300000 objets dépoussiérés, photographiés, numérisés et stockés. Le plateau des collections expose 3500 objets des quatre continents, et est traversé par la Tour Musique qui conserve 8700 instruments. Au-delà de la sculpture qui fait régner partout sa puissance plastique, trois domaines montrent combien l’art est toujours présent dans le quotidien : la musique, les textiles et l’orfèvrerie.

Côté Afrique, le musée abrite l’un des plus gros fonds d’arts africains au monde avec près de 70000 objets venus du Maghred, d’Afrique subsaharienne et de Madagascar.

La collection des Amériques, riche de 100000 objets, constitue le fond le plus important du musée.

Les collections d’Asie (58000 objets) apportent un éclairage sur des sociétés contemporaines et constituent de précieux témoignages sur un nombre considérable de populations souvent oubliées.

La collection d’Océanie est exposé selon un parcours géographique : Mélanésie, Polynésie, Australie et Insulinde sont issus des collectes historiques menées par les voyageurs au 19e siècle.

Les expositions du moment

Cheveux Chéris met en œuvre les problématiques de l’intime et sa sociabilité sur un thème qui nous touche tous : les cheveux. Frisés, crépus, ou lissés, roux ou bruns, les cheveux se déclinent sous toutes les formes. L’exposition compare les coquetteries en Papouasie Nouvelle-Guinée à celles des belles citadines africaines ou des artistes de la haute-couture. On découvre ce matériau humain utilisé comme un modèle ou une sculpture, mais aussi comme un symbole du temps qui passe, de la maladie et de la mort.

Du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013 

L’exposition « Un artiste voyageur en Micronésie, l’univers flottant de Paul Jacoulet » nous fait voyager dans son œuvre et sa vision d’artiste-ethnographe. A travers plus de 160 dessins, croquis et estampes issus de la donation faite au musée du Quai Branly en 2011 par la fille adoptive de l’artiste, l’exposition revient sur le parcours de Paul Jacoulet : un ailleurs devenu intime, la représentation de tatouages et de parures mais aussi de certains rituels et l’érotisme qui se dégage de ses portraits.

Du 26 février au 19 mai 2013

Prochainement, une exposition exceptionnelle sera dédiée à l’archipel des Philippines en France au cours des vingt dernières années. « Philippines, archipel des échanges » rassemble plus de 300 œuvres incontournables des arts de l’archipel méconnus en France. Rarement exposés dans leur totalité ou leur diversité, ces objets porteurs de sens rendent hommage à toutes les expressions artistiques (sculptures, tissages, musique, épopées). Cette exposition est une invitation à la découverte de cultures complexes, parfois sans lien avec l’histoire.

Du 9 avril au dimanche 19 juillet 2013

En juin, le regard de Charles Ratton, expert, marchand et collectionneur, sera mis en valeur lors de l’exposition « L’Invention des arts « primitifs ». En faisant la promotion d’objets dérogeant au goût pour l’art « nègre » qui régnait jusqu’alors, il a su marquer l’histoire des arts « primitifs ». Ses liens avec les artistes (les Surréalistes, Dubuffet) et la photographie (Man Ray) participe à la valorisation du glissement des objets anthropologiques à objets d’art dans les années 1930, puis de chefs-d’œuvre dans les années 1960.

Du 25 juin au 22 septembre 2013

Outre les collections et les expositions, le musée du Quai Branly accueille festivals, soirées de projections thématiques, et conférences. Tout ça, à découvrir sur l’agenda riche en animations culturelles.

museequaibranly

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Pierre_CO dit :

@ Concordeaf Vous avez malheureusement fait une assez bonne analyse de la situation.

ConcordeAF dit :

Pierre > Tout comme vous je déplore malheureusement l’inutilité de 3/4 des articles (si ce n’est plus) consacrés à autre chose et ne traitant pas du système.

Velib’ n’est plus ce qu’il était à ses débuts,et est devenu au fil des années un outil de communication de la Mairie de Paris, principalement dédié aux touristes.

Velib’ possède beaucoup d’avantages mais également une tonne d’inconvénients, et ils ne semblent pas motivés à les corriger. :/

Velib’ est un service qui reste correct et fonctionnel sur le terrain (merci les efforts réalisés par JCDecaux), mais visiblement il est bon ton et préférable sur ce blog (officiel précisons le) d’écrire 50 articles par mois sur des tests de camions fast-food vendant des hamburgers dégoulinants de graisse, le tout agrémenté d’une photo instagram sur-saturée, ridicule (et moche) plutôt que de concentrer de l’énergie à rédiger des astuces quotidiennes, utiles voir pratiques à destination des utilisateurs du service.

Petit à petit, le feu vert à l’écoute des usagers s’est progressivement transformé en un feu orange, avant de finalement passer au rouge et devenir un sens interdit.

L’ex-comité quand a lui s’est vu refuser la priorité aux suggestions en perdant progressivement leurs points, puis le permis de s’exprimer.

Depuis, les accidents s’enchaînent et les constats se font nombreux…

Vigilance oblige, et roulant dans un énorme brouillard, je pense effectuer un stop et ne pas (re) conduire mon abonnement en faisant demi-tour au péage.

Pierre_CO dit :

« La station Velib’ la plus proche n’est pas précisée dans l’article »

Pourquoi, parceque vous vous croyiez sur le blog Vélib? Vous avez dû vous tromper sans doute. Un peu d’observation suffit à se rendre compte que ce n’est pas le cas. Sur les 12 articles de la page d’accueil, aucun n’est consacré à Vélib’…

ConcordeAF dit :

J’étais abonné annuel à ce musée en 2009/2010/2011.

Est-ce que ça vaut le coup de visiter ? Oui sans aucun doute ! C’est un endroit fort sympathique et plutôt convivial si vous avez envie de vous cultiver un peu. Même si vous n’êtes pas forcément fana du contenu, certaines choses pourront certainement vous intéresser dans le lot…

Préférez vous y rendre durant des évènements comme la nuit des musées (en plus c’est pour bientôt…En Mai prochain) , c’est beaucoup plus intéressant (il y’a des animations, des guides et tout un tas de choses qui feront que vous ne vous ennuierez pas). Une petite surprise lumineuse se trouve dans le jardin et s’illumine une fois la nuit tombée, c’est plutôt joli…A vous de découvrir de quoi il s’agit !

Il y’a aussi des conférences données de temps à autres pour ceux qui veulent aller plus loin (ou qui sont curieux) ainsi qu’une bibliothèque pour vos recherches en la matière. Un bar/restaurant est à côté…Jamais testé mais ça n’a pas l’air trop mal non plus.

La terrasse était accessible durant la nuit blanche 2012. Si vous avez l’occasion d’y faire un tour, n’hésitez pas non plus, ça vaut le coup !

La station Velib’ la plus proche n’est pas précisée dans l’article, c’est la n°7023, assez grande et généralement bien régulée grâce aux touristes qui viennent et repartent sans arrêt (c’est d’ailleurs comme ça que je m’y rendais de temps en temps 😉 ) . Elle est à 20sec de marche (autrement dit : En face)

Si pas de place disponible, la station Velib’ mobile d’Ecole Militaire peut aussi convenir, il faut juste traverser le champ de Mars à pieds. (5 min de marche à tout casser).

Le musée est accessible aussi via la ligne 6 (station Bir Hakeim) ou le RER C juste à côté.

A noter que depuis 2009, si vous avez – de 26 ans et si vous êtes ressortissant de l’UE, l’entrée pour les collections permanentes est gratuite sur présentation de votre carte d’identité (billet à demander aux caisses).

Pour les auteurs de l’article : N’hésitez pas à parler du Palais de la découverte ou de la Cité des Sciences / Géode ! Ce sont deux lieux incontournables, intéressants et faciles d’accès dans Paris à Velib’…Je me ferais un plaisir de vous indiquer ce qui vaut le coup d’être visité à l’intérieur et quelles sont les meilleures séances de planétarium du moment à faire 🙂

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...