Les équipes Vélib’ recrutent, rejoignez-les !
mardi 12 mars

Les équipes Vélib’ recrutent, rejoignez-les !

Gildas
14Je partage

Chaque année, 60 personnes en moyenne rejoignent les équipes Vélib’. Le service lance ce printemps près de 20 recrutements : techniciens cycles itinérants, mécaniciens cycles, agents de régulation, superviseur, téléopérateurs, chargés de clientèle Allo Vélib’…  à l’Exploitation comme à la Relation Clientèle, Vélib’ recrute de nouveaux arrivants. Vous aimez le vélo, vous êtes passionné de mécanique cycle, vous appréciez le travail en extérieur, vous recherchez un métier de relationnel… ? Découvrez des équipes spécialisées et formées, ainsi qu’une grande variété de métiers à travers le témoignage des hommes et femmes qui participent chaque jour au bon fonctionnement du service.

Vous pouvez découvrir toutes les offres Vélib’ et déposer votre candidature en ligne :

Consulter nos offres

Déposer votre candidature 


L’entretien des stations 

Karim, Agent d’entretien, 27 ans

Karim est entré chez Cyclocity, il y a deux ans. Cet ancien plombier est ainsi devenu agent d’entretien pour le service Vélib’. Karim a bénéficié d’une formation et a été accompagné par son collègue pendant trois semaines avant d’être responsable de sa tournée, « C’est une fierté de travailler pour Vélib’, j’ai le sentiment de rendre service aux Parisiens qui ont besoin de se déplacer à vélo pour gagner du temps, éviter les embouteillages en voiture… Moi-même j’utilise Vélib’ le week-end pour sortir, c’est  pratique et accessible à tous ».

Pour Karim, son travail passe avant tout par sa tenue et il est important d’aimer la conduite : « nous avons en charge une tournée et allons de station en station avec notre véhicule électrique » explique t-il. Karim est vigilant sur la propreté des bornes et des vélos, il efface les tags, enlève les autocollants. Il est autonome mais pour lui le travail d’équipe est important : « Nous prévenons  toujours les autres équipes lorsque nous rencontrons un vélo endommagé par exemple » souligne Karim.

A l’extérieur tous les jours, il rend aussi service aux clients, les renseigne, essaie d’aider les touristes perdus malgré la barrière de la langue étrangère.

Des réparations en station

Alice, Technicienne cycle  3,  35 ans

Il y a trois ans, Alice rejoignait les équipes de Cyclocity à Paris en tant qu’agent de maintenance. Aujourd’hui, Alice est technicienne cycle de niveau 3 et anime une équipe de deux autres techniciens cycle avec lesquels elle partage « la réalité du terrain ». Elle est autonome et se déplace chaque jour en camion avec son équipe pour effectuer les réparations dans son secteur.

« Je suis bricoleuse et j’ai toujours beaucoup aimé le vélo » confie Alice. « Il arrive que des clients ne trouvent pas de vélos en arrivant en station, ce qui me plait est de pouvoir réparer un vélo pour qu’ils puissent se rendre avec  sur leur lieu de travail. Faire plaisir aux gens est une vraie satisfaction ». 

Avant de partir sur le terrain, Alice a bénéficié d’une formation en atelier pour apprendre à réparer les Vélib’, différents des vélos classiques. « Sur le terrain, nous intervenons principalement sur la chaîne, le guidon, le collier de selle » souligne-t-elle. Elle a également appris de nouvelles compétences en électronique pour la maintenance et la réparation des bornes et des points d’attache.

Dynamique et enthousiaste, Alice voue aussi une passion pour la photographie. C’est sans doute la raison pour laquelle elle apprécie le travail en extérieur ainsi que le contact avec les clients : « nous travaillons sur le même secteur tous les jours, nous croisons donc certains clients quotidiennement aux mêmes horaires et à la même station ». 

Maxime, Technicien cycle 2, 22 ans 

Maxime travaille en tant que technicien cycle à Paris depuis trois ans. Il réparait uniquement les vélos puis on lui a confié la réparation des bornes et des points d’attache. Maxime a évolué et a bénéficié d’une formation sur les aspects électroniques du système, il a ensuite été suivi à ses débuts par son référent, le technicien cycle 3. « J’aime beaucoup ce poste car nous apprenons sans cesse. Les interventions sur les  bornes et les points d’attaches sont souvent différentes, nous devons d’abord faire un diagnostic de la panne avant de réparer ».

Maxime a aussi le sens du service et du contact « certains clients sont de fervents utilisateurs, ils prennent les vélos même quand il neige ! J’aime pouvoir leur rendre service et en retour nous avons parfois des petits mots de remerciement, c’est très motivant ! » ajoute t-il.

Titulaire d’un BEP en maintenance mécanique automatisée, Maxime connaissait déjà très bien la mécanique vélo, un de ses loisirs.

Il apprécie le travail d’équipe avec ses deux autres coéquipiers. Il espère passer le permis prochainement pour un jour devenir Technicien cycle niveau 3 et à son tour transmettre aux autres ses compétences et son expérience.

Jérémie, technicien cycle 3, 25 ans

Jérémie a quitté sa région du Nord-Pas-de-Calais il y a trois ans, pour rejoindre les équipes Cyclocity à Paris. Titulaire d’une licence Electro-Technique, son métier de technicien cycle lui correspond. « J’ai été tout de suite intéressé par l’aspect innovant du service. J’ai aussi eu la chance d’arriver au moment de l’extension de Vélib’ en petite couronne, j’ai ainsi pu participer à l’installation de ces nouvelles stations » explique t-il.

Il s’agit du premier emploi de Jérémie après  ses études. Cette première expérience professionnelle est enrichissante puisque Jérémie a évolué rapidement et anime une équipe de deux personnes aujourd’hui.

« Professionnellement j’ai appris  de nouvelles compétences mais j’ai aussi découvert Paris car je n’y avais fait que de brefs passages auparavant ! » souligne Jérémie.

Grâce à son option en robotique industrielle, il a néanmoins  bénéficié d’une première expérience en tant que stagiaire dans le milieu automobile où il installait et mettait en service les robots de fabrication.

Abel, technicien cycle 2, 34 ans 

A Cuba, son pays d’origine, Abel a appris  à monter et démonter les vélos avec son père dès sa plus jeune enfance. Habile de ses mains, il a une formation d’ébéniste et fait de la peinture à l’huile lorsqu’il en a le temps, mais la mécanique et l’électronique l’intéressent aussi beaucoup. Abel se plait par ailleurs à monter et démonter son propre ordinateur lorsqu’il tombe en panne. Ainsi, il a rapidement appris à réparer les vélos et à diagnostiquer les pannes des bornes Vélib’.

Comme ses coéquipiers, il apprécie avant tout son métier en extérieur et le contact avec les clients qu’il croise parfois tous les jours dans son secteur : « Nous sommes devenus des  visages familiers, même pour les commerçants du secteur ! ». 

Pour lui, Vélib’ est un système simple d’utilisation et accessible à tous, que les utilisateurs soient sportifs ou non. « Tous les jours, je vois des personnes différentes, qu’elles soient âgées ou plus jeunes, utiliser le service » confie t-il.

Le responsable de secteur

Sébastien, responsable de secteur, 42 ans

Ancien chef de projet dans une agence de Marketing, Sébastien a déjà managé une équipe d’une trentaine de personnes. Le travail en extérieur et le management de proximité sont les aspects de son métier qu’il apprécie le plus. Convaincu par le service dès  son lancement, pour lui le système de vélos en libre-service Vélib’ est un principe révolutionnaire, qui participe au développement durable.

Chez Cyclocity depuis trois ans, Sébastien organise les tournées des agents le matin, leur donne les consignes avant leur départ et leur planning d’intervention de la journée. Il est aussi présent sur le terrain, va à l’ encontre de ses équipes pour faire le point sur leurs difficultés par exemple.

« Nous travaillons avec les autres services, notamment avec le call center, pour être toujours plus réactif en cas d’anomalies clients sur le terrain ». Sébastien est également présent en cas d’urgence, pour accompagner et répartir les équipes en fonction des besoins. Après les manifestations, il refait le parcours pour vérifier qu’il n’y a eu aucun dégât matériel.

« Le responsable de secteur donne le tempo, il est moteur de la motivation de son équipe et de l’ambiance, il est aussi garant de la bonne exécution du travail » souligne Sébastien. « J’ai beaucoup de plaisir à travailler avec des personnes jeunes pour la plupart, et efficaces ! Pour certains il s’agit de leur premier emploi, l’aspect humain de ce métier est très important » ajoute t-il.

La régulation

Eric, Agent de régulation, 35 ans

Eric a rejoint les  équipes de Cyclocity à Paris en 2007 avant le lancement de Vélib’. Il a ainsi participé à la mise en place de Vélib’ et à la répartition des vélos en station avant l’ouverture du service.

Eric est entré comme agent de régulation, il a bénéficié d’une formation pour conduire le véhicule de régulation Vélib’ puis a été chargé quelques mois plus  tard de la récupération des vélos hors station. Eric participe à la récupération des vélos abandonnés, signalés par les équipes terrain ou par les utilisateurs directement au service Allo Vélib’. « Nous sommes en contact avec les services  techniques mais aussi avec les forces de police » explique Eric. « Ce métier me plait car nous sommes souvent interpellés par les clients, nous leur rendons service lorsqu’ils ne parviennent pas à retirer ou à restituer un vélo » souligne t-il.

Avant de postuler, Eric connaissait déjà le système de vélos en libre-service à Lyon où il rend visite à sa famille. « J’étais curieux de  voir un système de cette ampleur se déployer à paris ! » ajoute t-il.

Mohammed, agent de régulation, 43 ans

Mohammed, fier d’avoir rejoint les équipes d’un service reconnu par ses usagers, est agent de régulation depuis 8 mois.

Ancien chauffeur-livreur, il s’est rapidement familiarisé à la conduite du véhicule de régulation dont la remorque mesure plus de 6 mètres de long.

Autonome, il est responsable d’un secteur bien défini et effectue sa  tournée dans les communes de Neuilly, Levallois-Perret, Puteaux et Suresnes. Mohammed apprécie le travail en extérieur où il a un retour des clients « une cliente prend son vélo tous les matins à la même station et nous remercie chaque fois pour le service que nous apportons » explique t-il.

Mohammed est lui-même cycliste, il utilise son propre vélo pour ses déplacements et ses loisirs le week-end.

Noamen, chef d’équipe régulation, 34 ans 

Noamen, ancien électricien, a rejoint les équipes de Cyclocity en juillet 2007, quelques jours avant le lancement du service. « Le métier d’électricien ne me correspondait pas, je me suis reconverti car je préfère le travail en extérieur » explique Noamen.

Il est entré en tant qu’agent de régulation puis a évolué en ayant une équipe sous sa responsabilité. Curieux, pour lui, travailler pour un service tel que Vélib’ lui a permis d’apprendre de nouvelles compétences et surtout de découvrir d’autres métiers comme les techniciens cycles et les mécaniciens en atelier. Avant de commencer comme régulateur, il a d’ailleurs participé à la mise en place des bornes et des vélos pour le lancement de Vélib’.

Sportif et ancien footballeur, Noamen est aussi cycliste. Il utilise Vélib’ pour effectuer ses courts trajets. Noamen est confiant en l’avenir du service : « lorsque j’ai rejoint les équipes de Vélib’, j’ai tout de suite pensé que ça allait être un succès ! J’ai été impressionné par l’ampleur du service » ajoute t-il.

Des réparations en atelier

François, mécanicien cycle, 46 ans 

François est arrivé avant le lancement de Vélib’. En avril 2007, il participait déjà à la mise en place du service. Grâce à son investissement, son expérience chez Cyclocity mais aussi à ses connaissances en mécanique vélo, François est passé mécanicien cycle niveau 3 à Saint Denis, l’atelier où il est rattaché. « J’apprécie le travail d’équipe en atelier, il y a beaucoup d’entraide entre nous » souligne t-il.

Le deux-roues est une véritable passion pour François. Titulaire d’un CAP – BEP de mécanicien automobile, il a travaillé dans le secteur de l’automobile pendant près de 6 ans puis s’est spécialisé dans le cycle-motocycle ensuite, pour devenir propriétaire de sa boutique de réparation et location de vélos.

A son arrivée en atelier, François a été formé sur la réparation des Vélib’. « C’est une expérience intéressante car j’ai pu assister à l’installation du service et à son lancement ainsi qu’à son évolution depuis son ouverture » explique François.

« En tant qu’ancien vélociste, je peux affirmer que Vélib’ a apporté du dynamisme au commerce de vélos car les utilisateurs ont repris goût au vélo pour les trajets réguliers et les loisirs. Cela a relancé la vente, mais aussi l’entretien et la location ! » conclut-il.

Sylvain, mécanicien cycle, 30 ans

Sylvain a obtenu son diplôme de mécanicien cycle chez Cyclocity. Ancien professeur des écoles, Sylvain s’est reconverti pour un métier qui lui correspond davantage, et qui s’adapte plus facilement à son rythme de vie. Il aime démonter et remonter un vélo entièrement, remettre des pièces de vélo en état, effectuer des réparations qu’il n’avait pas encore rencontrées… Sylvain a rejoint l’équipe de mécaniciens cycle il y a plus de deux ans, il apprécie le travail en atelier et l’entraide qui y règne.

« Pour moi, c’est un tout nouveau métier. Pour être mécanicien cycle, il faut être habile de ses mains, faire preuve de dextérité et de persévérance » souligne Sylvain.

« J’aime aussi l’idée de travailler pour un service qui permet aux utilisateurs de réaliser des économies et qui contribue au développement de la pratique du vélo en ville » ajoute t-il. Sylvain envisage de rejoindre un jour les équipes terrain pour être également au contact des clients.

Les équipes d’Allo Vélib’ 

Ambre, chargée de clientèle Allo Vélib’, 21 ans

Arrivée en août 2011, Ambre a quitté sa région dans le Nord, pour trouver un emploi à Paris. Titulaire d’un BTS dans le tourisme, elle a postulé pour le poste de chargée de clientèle Allo Vélib’ car elle aime rendre service, aider la clientèle et être à l’écoute. Selon Ambre, les qualités nécessaires pour être chargée de clientèle sont proches de ce qu’elle a appris lors de sa formation, et lors de ses stages effectués dans des villages vacances et dans l’évènementiel où elle était responsable de l’accueil. « Pour être chargée de clientèle, il est important d’avoir l’esprit de service, être l’écoute mais aussi être disponible et organisée quand il y a beaucoup d’appels. En particulier en haute saison nous recevons beaucoup d’appels de touristes en visite à Paris » souligne t-elle.

Ambre a bénéficié d’une formation à son arrivée sur le service, les offres Vélib’, les tarifs ainsi que sur les logiciels utilisés. «Au-delà de la formation, nous ne travaillons pas seul mais en équipe. Nos collègues nous viennent en aide lorsque nous en avons besoin » ajoute Ambre.

Pour Ambre, le métier de chargée de clientèle est une expérience enrichissante qui lui permettra plus tard de s’orienter dans l’évènementiel.

Laurent, chargé de clientèle, 37 ans 

Rattaché maintenant au service réclamation, Laurent apprécie ses nouvelles responsabilités au service Allo Vélib’. Issu d’une formation littéraire, Laurent aime beaucoup l’écriture et porte une attention particulière au courrier des clients. « Il est  important de faire preuve d’empathie et d’apporter une réponse personnalisée et adaptée à chaque client, suffisamment claire et argumentée. Chaque réclamation est différente avec une problématique particulière à traiter » explique Laurent. « Les réclamations font notamment suite à un prélèvement de caution, mais il nous arrive par exemple de recevoir des courriers à l’occasion d’un déménagement au cours duquel l’évacuation d’une station peut être nécessaire. Nous faisons alors intervenir les équipes de la régulation » ajoute t-il.

Laurent a rapidement évolué au service Allo Vélib’, en commençant à la réception des appels en 2010. « Au service réclamation, nous étudions chaque demande avec un maximum d’attention, poussant nos analyses en coordination avec les équipes techniques sur site, par exemple pour vérifier si le vélo a bien été correctement restitué » confie Laurent.

Ancien conseiller de vente, spécialisé dans la  musique classique et le jazz, Laurent reste un passionné de musique. Il a été violoniste et professeur de violon avant de se reconvertir au métier de chargé de clientèle. « C’est agréable de travailler pour un service comme Vélib’ qui est toujours en renouvellement, qui encourage la pratique du vélo et offre des formules adaptées, même pour les étudiants ! » conclut Laurent.

Guy, superviseur au service Allo Vélib’, 35 ans

Guy a déjà une expérience en tant que chargé de clientèle, responsable back-office et superviseur call center, il a rejoint Allo Vélib’ il y a 4 ans. Guy est pourtant titulaire d’un BTS de comptabilité mais il a préféré s’orienter dans le secteur de la communication. L’émission et la réception d’appels lui ont plu, il a évolué au fur et à mesure puis son ancienne entreprise lui a confié l’encadrement de 6 personnes.

« J’aime beaucoup travailler pour Vélib’ car c’est un système sans cesse en évolution, nous contribuons au développement de nouvelles solutions. C’est intéressant, Vélib’ est en plus un système en innovation permanente » explique Guy. Il est lui-même utilisateur, il trouve que c’est un moyen de transport écologique et efficace pour se déplacer en ville et éviter les embouteillages.

Hyperactif, ce joueur de football, compositeur de musique et passionné d’histoire, a besoin de s’impliquer et le relationnel est un des aspects qui compte le plus dans son métier. « Le travail d’équipe est important lorsque l’on est superviseur. Il faut savoir être présent, à l’écoute, venir en soutien si besoin pour répondre à un client. Le superviseur doit aussi être polyvalent et très organisé en période d’affluence » souligne t-il.

A la supervision 

Florent, responsable supervision, 27 ans

Entré en 2010, Florent, titulaire d’un BTS en génie électrotechnique, est passé responsable de la supervision en février 2012. Il avait déjà une expérience en tant que référent au service diagnostic et maintenance des systèmes embarqués de taxis. Il encadre l’équipe de superviseurs et téléopérateurs, répartit les tâches de chacun, a en charge l’administration des systèmes d’information, travaille sur les différentes applications en ligne et contribue à leur développement. « Je participe également au développement de certains projets comme les tablettes pc distribuées aux responsables de secteur et aux agents de régulation pour leur donner un accès direct à l’état du réseau de stations en temps réel » explique Florent, qui s’intéresse beaucoup aux nouvelles technologies. Il apporte également son expérience sur Paris aux régions, pour les autres systèmes de vélos en libre-service installés en France.

« La supervision est en contact avec les responsables de secteur sur le terrain, les ateliers et le service Allo Vélib’ pour les réclamations. Elle réalise des analyses complètes sur les anomalies techniques, gère le flux de vélos, les entrées et les sorties en atelier, les signalements de vélos abandonnés pour les agents de récupération … C’est avant tout un support technique pour les différentes équipes » précise Florent.

Après deux ans à la supervision, Florent est satisfait de son poste sans cesse en mouvement.

Oriane, téléopératrice, 22 ans 

Oriane est entrée au service supervision il y a plus d’un an. Déterminée, cette tireuse à l’arc à ses heures perdues, ne regrette pas d’avoir rejoint la vie active après son baccalauréat STG (Science et Technique de la Gestion). « Il s’agit de mon premier CDI. Ce poste me correspond car il y a un aspect relationnel important avec toutes les équipes, du terrain au call center. Je ne m’attendais pas à avoir autant d’interlocuteurs, ce n’est pas un travail répétitif » confie Oriane. Appeler les agents sur le terrain pour les assister, bloquer les vélos endommagés en station, gérer le flux de vélos depuis les ateliers, signaler les vélos abandonnés aux agents de récupération, planifier les interventions… fait partie des tâches quotidiennes d’Oriane. Elle a également été formée sur les applications utilisées à la supervision et notamment sur la cartographie dynamique permettant de visualiser l’état du réseau de stations en temps réel.

Oriane est confiante en l’avenir du service et espère évoluer au sein de l’équipe où elle a gagné confiance en elle et a déjà beaucoup appris : « ce poste m’a permis de développer des qualités  telles que l’organisation, la rigueur et l’autonomie » conclut-elle. Peut-être qu’Oriane reprendra un jour le chemin des études.

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

SAINT-JUST dit :

Je souhaite également déposer ma candidature mes les liens ne sont pas accessibles…

JEAN PHILIPPE dit :

Bonjour,
Je souhaite déposer une candidature mais tous les liens sont morts…
Nos offres : Lien mort
Déposer une candidature: Lien mort

Comment faire?

Merci 😉

marc-antoine latournald dit :

j ai beaucoup apprecier le parcours de certain employer ils ont l aire tres devouer je les souhaite tout le bonheur du monde soyer beni a tous continuer a louer des velos c est un bon produit de qualiter et mettre en valeur la marque francaise
les employer- les cadres- et direction.

latournald marc-antoine dit :

j ai beaucoup apprecier le parcours de certain employer ils ont l aire tres devouer je les souhaite tout le bonheur du monde soyer beni les a tous
les employer- les cadres- et direction.

Catanny dit :

Des vélos très mal entretenue! avec un DRH méchamment discriminatoire envers les femmes et les étrangers car j’ai déposée ma candidature et le fait d’être Italian ça pose des problèmes chez eux. donc si tu est d’ailleurs ou tu est une femme la porte est fermé.
Pareille chez certaines magasins « Décathlon »
Fin bref, en espérant qu’il vont grandir un jour ou accepter les autre aussi, je les souhaite bon courage et bon développement.
Sportivement

De la Cuesta dit :

Hola , soy cubano y he llegado ase un mes a paris , me a gustado mucho este articulo sobre las bicicletas porque yo en mi pais hasia trabajos de reparacion de bisicletas y bisitaxi, buscu trabajo, no ablo frances pero lo entiendo un poco. Estoy disponible en cualquier momento y tengo deseos de trabajar. Grasias por la atension prestada .

Siwé dit :

Je cherche à intégrer votre groupe comme téléconseillers, téléprospecteurs. Cordialement

sevin virahsawmy dit :

bonjour,
je suis un mecanicien des velo et je pratique ce metier dupuis 10 ans et j’ai mon propre garage de reparation. comme je suis un passioner de velo j’ai voulut simplement demander si c’est possible de joindre votre societé qui est si populaire.

sabri anouar dit :

je cherchaer travailler de velib paris technique

Céline dit :

Il aurait été judicieux de mettre une femme sur la photo de l’affiche ainsi que sur la photo de groupe.
Là, on a l’impression que les métiers vélib ne sont pas pour les femmes

robert marguerite dit :

avez-vous besoin de bénévole pour effectuer des tâches de « petit secrétariat »merci de votre réoonse

SERIEYE PIERRE LOUIS dit :

jeune retraité 64 ans Logisticien Exploitation Grande distribution cherche job (mi temps ou six mois) pour financer projet tour de la méditérranée à la voile Trés polyvalent ouvert à toutes propositions ,faculté d ‘adaptation et d’ integration cordialement Pls

Danielle dit :

Bonjour, ces portraits sont sympathiques. Ils donnent à voir toutes les personnes qui sont derrière ce service parisien devenu un incontournable qu’est le Vélib’. Mais pourriez-vous évoquer les possibilités d’évolution dans ces nouveaux métiers ? Et aussi la moyenne d’âge ? on a l’impression que c’est très jeune… Y a-t-il du possible pour les quinquas ??? merci

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...