Paris de demain
lundi 25 février

Paris de demain

Rachel
17Je partage

Après avoir découvert de rares photos de Paris vieux de 100 ans, envie de découvrir des images de la ville dans le futur ? Si vous n’avez pas eu l’occasion de visiter l’expo « Paris d’Aujourd’hui, Paris de Demain » qui a eu lieu jusqu’à fin janvier à l’Hôtel de Ville, voici de quoi vous rattraper. Admirez les grands projets qui changeront Paris, des images qui dévoilent le passé, le présent et le futur urbain de la capitale.

Etant engagé dans une importante dynamique de renouvellement urbain qui concerne 10% de son territoire, Paris a déjà lancé plus de 70 opérations. Leurs missions ? Créer de nouveaux quartiers mixtes, équilibrés et durables, accueillant des logements, des emplois, des commerces, des équipements, de nouveaux jardins… Un meilleur Paris, en somme. Pourquoi ? Pour un rééquilibrage entre le Sud-Ouest et le Nord-Est et pour tisser des liens avec les villes voisines fortifiant la dynamique métropolitaine. Les finalisations d’un certain nombre de ces aménagements étant prévues pour cette année, c’est l’occasion de revenir sur ces projets qui refont une beauté à Paris ! Découvrez le nouveau visage de Paris à travers 12 exemples, représentatifs des transformations en cours.

Paris Nord Est (18e et 19e)

Les deux premiers panneaux présentent les changements qui auront lieu dans le 18e et 19e arrondissements de Paris. C’est la plus vaste intervention du territoire avec ses 200 hectares en lien avec les 700 hectares de Plaine commune. Avant l’aménagement, c’est un territoire tout sauf agréable, traversé par les infrastructures, occupé par des usines à gaz et des activités logistiques. L’ambition est de créer de la Ville mixte et durable avec des logements, des activités, des commerces, tout en laissant une place pour la nature. On vise à terme 15000 habitants et 25000 nouveaux emplois.

Avec près de 300 nouveaux logements, un EPHAD et près de 45000m2 de bureaux, la première partie de l’opération est déjà terminé.

Le cinéma est en chantier et ouvrira ses portes en fin d’année, tandis que les travaux de réaménagement des berges du canal seront terminés début 2014.

A la place des entrepôts Mac Donald et ses 622m, c’est un véritable nouveau quartier qui sera crée. On pourra y découvrir environ 1100 logements de tous types, 35 500 m2 de commerces, et même un collège, un gymnase, une école et une crèche. Les livraisons arriveront entre 2014 et 2015.

Clichy-Batignolles (17e)

Ici, le projet prend place sur une friche ferroviaire de 54 hectares. Plus de 3400 logements, 140m2 de bureaux et 30000m2 de commerces seront construits autour d’un immense parc de 10 hectares. 4 écoles, 1 collège, 3 crèches, 1 halte-garderie, 2 gymnases et 1 centre d’animation sont attendus dans un bel espace de verdure. On découvre sur la photo la silhouette du projet qui est un magnifique bâtiment de 160m de haut en terrasses, confié à R. Piano. Si certains logements ont déjà fleuris, on attend l’essentiel des bâtiments avant fin 2014.

Beaugrenelle (15e)

Ce quartier typique des années 70 jouit également d’un relooking ! Pilotée par Sempariseine, l’opération vise d’abord la sécurisation et la rénovation des dalles du Front de Seine. Le parcours sera clarifié, le paysage renouvelé avec plus de végétaux et de jardins, la signalisation améliorée et les parkings plus accessibles. Au total, plus de 13 600m2 de surfaces végétalisées seront installés sur les dalles piétonnes. La fin du projet est prévue pour cette année ! De plus, le projet prévoit une restructuration complète du centre commercial et accueillera 120 enseignes et un nouveau cinéma de dix salles dans un cadre totalement repensé.

Les Halles (1er)

La dernière opération date des années 1970 et nécessitait une refonte. Au cœur de Paris, avec 800 000 personnes voyageant tous les jours, le centre commercial accueille plus de 40 millions de visiteurs par an. Lancés en 2010, les travaux vont permettre de restructurer le pôle transports, d’offrir un nouveau jardin plus accueillant et de rénover le centre commercial avec notamment la construction de la Canopée ouverte sur le jardin. Fin 2013, nous pourrons admirer le nouveau visage de la Canopée et la partie Ouest du jardin. L’aménagement intérieur, quant à lui, sera visible courant 2014.

Broussais (14e)

A la place de l’ancien Hôpital Broussais, les bâtiments existants seront pour la plupart conservés, permettant de construire des logements de tous types : 105 logements sociaux familiaux, 97 logements étudiants et 122 logements en accession. Logements étudiants, ateliers d’artistes et commerces pour renforcer la mixité, sans oublier la vocation médico-sociale sur cet ancien site hospitalier (EHPAD, centre de formation de la Croix Rouge, structure médico-sociale pour adolescents et centre social).

Place de la République (3e, 10e, 11e)

Etant l’une des places les plus importantes de part son emplacement et sa taille, ce projet va permettre la reconquête de l’espace public pour d’autres usages que la voiture. Deux zones seront distinctes : une pour les activités civiques, culturelles et festives, et à l’arrière de l’esplanade, une zone plus « intime » pour une utilisation plus personnelle et quotidienne. La fin des travaux est pour très bientôt !

Porte des Lilas (20e)

Ce secteur qui met trois communes en lien avec Paris (Les Lilas, Bagnolet et le Pré Saint-Gervais) a déjà subi un premier aménagement prometteur. La création de 43500m2 de bureaux, 6000m2 de commerces, près de 9000m2 de locaux d’activité, plus de 20000m2 de logement, a permis de rétablir une continuité entre Paris et les trois villes limitrophes, tout en limitant les nuisances sonores du périphérique. Le jardin Serge Gainsbourg et la réalisation d’un cinéma d’art et d’essai inauguré en octobre dernier donnent une dimension plus culturelle au quartier. L’opération se poursuit avec une deuxième phase dont le permis d’aménager sera délivré l’an prochain.

Paris Rive Gauche (13e)

C’est un des rares quartiers de Paris où la Ville était totalement coupée de son fleuve par un faisceau de voies ferrées et des activités logistiques. Autant dire que le secteur était plutôt grisonnant. La mission de l’opération était d’ouvrir le 13ème arrondissement sur le fleuve et de créer un nouveau quartier mixte participant au rééquilibrage de la métropole. Déjà en œuvre depuis plus de 20 ans, ce projet s’étend au cœur historique de Paris jusqu’à Ivry, sur 130 hectares dont 26 en couverture des voies ferrées.

Il faudra attendre 2020 avant la finalisation des travaux. Mais cette opération de grande envergure permettra d’accueillir environ 60000 emplois, 30000 étudiants avec le relogement de l’université Paris 7, de créer 7500 logements de tous types et 10 hectares d’espaces verts. Une grande exigence est accordée à l’environnement et le respect du Plan Climat de la Ville. On le voit sur la photo du jardin des Grands Moulins, dont l’arrosage est réalisé à partir de la récupération des eaux pluviales. La dernière photo montre la promenade plantée de 700m de long qui sera réalisée dans le secteur de Tolbiac, offrant une vue en balcon sur l’ancien 13ème et illustrant bien la place accordée au mode doux dans cette opération.

Halle Pajol (18e)

Cette immense Halle, auparavant désaffectée, est actuellement en chantier. Elle sera la première centrale solaire photovoltaïque en France avec ses 3500m2 de panneaux solaires. La ZAC sera l’un des éco quartiers les plus exemplaires ! Un joli modèle pour le reste de la capitale. La Halle accueillera une auberge de jeunesse de 330 lits et une salle d’assemblée-spectacle. Une bibliothèque référençant 30000 ouvrages et un jardin de 2500m2 sont également au programme pour une livraison courant de cette année.

Les Berges de Seine

Les nouvelles Berges sont pour bientôt ! Avec une ouverture prévue au printemps, rappelons les changements qui ont lieu. Rive droite, la voie express Georges Pompidou a été transformée en boulevard urbain, plus propice à la promenade. Une nouvelle promenade de 1,5km en bord de Seine du square de l’Hôtel de Ville jusqu’au bassin de l’Arsenal, rénové avec notamment des nouveaux mobiliers de confort variés et de nouvelles plantations. Rive gauche, plus de 4,5 hectares seront aménagés entre le musée d’Orsay et le pont de l’Alma pour offrir des lieux de promenade et d’activités aux piétons et aux cyclistes. Jardin flottants et large et majestueux escalier en bois sont au programme !

Boucicaut (15e)

Sur l’emprise de l’ancien hôpital Boucicaut, cette opération a été initiée en 2001 et a permis d’accueillir une quarantaine de logements sociaux, des équipements pour personnes âgées et handicapées ainsi qu’une crèche en 2003 et 2008. La deuxième phase de cette opération est aujourd’hui bien engagée : une pépinière d’entreprise de 6000m2 sera livrée en 2014, ainsi que la moitié de ses 425 logements prévus sur le site. En illustration, on découvre le projet de l’Agence Petit Didier Prioux, prévu pour 2015. Au programme : 75 logements maitrisés, 25 logements sociaux et 8 logements d’hébergement pour handicapés.

Gare de Rungis (13e)

A l’emplacement de l’ancienne gare de marchandises de la place de Rungis, ce projet a pour objectif de briser cette enclave. C’est en créant de nouvelles liaisons circulées ou piétonnes et un jardin public de 5000m2 sur une terrasse que les différences de niveau pourront être rattrapées. Ce jardin avec un programme de 95 logements sera livré en fin d’année.

Paris dans toute sa splendeur et sous un nouveau jour, c’est pour bientôt !

placerepublique

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Résidence ehpad dit :

Bien qu’un peu long, votre article l’a vraiment intéressé. Je suis à la recherche de résidence ehpad. Quelqu’un pourrait m’en recommande un ou plusieurs.

luci dit :

Exemples de concertations bidon:
1- le pont en meulière sur l’avenue de Flandre devait être classé monument historique. Six mois après avoir affirmé cela en réunion avec les habitants du quartier, l’arc central du pont était démoli pour le reconstruire en béton et en forme rectangulaire plus propice à la circulation des véhicules hauts.
2- Canal Saint Denis, lieu: embarcadère pour navette vers le Millénaire. Il y avait là une sculpture représentant des cuisses grand ouvertes avec un trou (l’entrée du vagin pour le profanes). Une autre femme et moi avons posé la question en réunion de concertation pour demander à ce que cet horreur offensant soi enlevé. « C’est une œuvre d’art : on ne peut pas y toucher ». Deux ans plus tard, pour cause d’embarcadère, la jolie vulve était transporté sur une friche entre l’embarcadère et le Millénaire (à gauche en allant vers le centre commercial) là où l’on peut admirer aussi des fois des voitures stationner dans la friche…. La place est certainement plus adaptée au sujet de cette œuvre d’art pornographique.
Conclusion : les concertations c’est du sable dans les yeux

lucy dit :

Les bâtiments en bois et en verre nécessitent un entretien que la mentalité et les moyens parisiennes ne sont pas en mesure d’assurer. Ils deviennent rapidement très laids du fait de la pollution et ne sont jamais nettoyés. donc bof bof. Qu’en est il de la petite ceinture où (comme dit Patricck) le Maire n’a pas voulu installer le tramway? Elle n’est mentionnée nullepart dans les projets officiels. Il y a bien un site internet dédié, mais il semble faire l’objets de concertations dont personne ne tiendra jamais compte.

Yves Le Goff dit :

c’est pas folichon, folichon. On serait en droit d’exiger une utilisation plus audacieuse et plus pertinente de nos impôts.

Felix dit :

Vous devriez mettre des outils de partage dans les réseau sociaux de vos articles (qui sont très bons)

patricck dit :

Quelques belles horreurs architecturales qui en plus d’être laides (à mon goût) vieilliront très mal. Le maire avait promis l’aménagement de l’espace de l’ancien réseau ferré de Petite Ceinture en promenade hors pollution puisqu’il n’avait pas accepté, comme les riverains l’avaient demandé d’y installer le tramway. Est-ce gardé comme promesse d’aménagement de sa dauphine?

JEAN BONNEFOY dit :

On peut utilement comparer ces projets (et réalisations partielles) à ce qu’ont dû subir les habitants de Londres : démolitions et constructions sans plan préétabli, urbanisme « libéral-banquier » sans la moindre cohérence avec le tissu urbain ancien… En matière d’urbanisme, Londres joue la même partition que Paris dans les années 60-70: quelques gestes architecturaux limite grotesques et tours et barres sans âmes pour le reste, à quelques rares exceptions près (la British Library). Avec les projets présentés ici, Paris s’érige avec bonheur en contre-exemple

palouf dit :

eh bien le projet boucicaut c’est pas jolijoli… même plutot hideux, loin de ce qui est présenté dans les images d’ambiance

on montre juste la facade la plus jolie, le reste ressemble a des blockhaus, dont les lumieres ne s’éteignent jamais, (super l’éco-friendly site)

maintenant je me méfie de tout ca

Thierry dit :

Paris se dépoussière tout en gardant une dimenssion humaine et une harmonie avec le Paris musée que nous connaissons et aimons. C’est bien d’être écologique, mais il ne faut pas compliquer la vie des habitants. Il faut du logement social pour que Paris reste le Paris canaille qu’il était. Ca aussi c’est le Paris qu’on aime.

Icecreamsandwich dit :

@Da Ponte Merci pour ce commentaire pertinent. And so what? « C’est aussi mieux que les bidonvilles de Manille. » Non, sans blague?

Paul Da Ponte dit :

C’est mieux que la Bucarest de Ceausescu

Paul dit :

@ Gautier. J’ai envie de dire WTF???

gautier patrice dit :

Tout bouge et Paris heureusement suit ce mouvement. Paris d’avant c’est bien. Paris de demain complétera les clichés parfois poussiéreux de la ville.

micheline vidal dit :

S.V.P. ne changer pas trop mon Paris ….. il faut garder le cachet ….merci!

Luc dit :

Dans l’ensemble, les projets sont plutôt intéressants, mais la silhouette du bâtiment de 160m de haut dans le quartier Clichy-Batignoles est vraiment d’une laideur rare : elle rappelle les tours les plus hideuses du quartier Beaugrenelle ou des Olympiades. La tour qui illustre l’article sur Paris Rive Gauche (13e) est à peine mieux.

Enfin on peut vraiment regretter le coût de la Canopée des Halles : 176 millions pour la seule canopée dans le projet initial selon le rapport de la Commission d’enquête de 2009, porté à plus de 216 millions en 2012, voire peut-être 236 millions au final. Et ce sans compter les coûts d’entretien annuel (hors nettoyage) estimés à 105.000 euros par an dans le rapport susmentionné, coûts qui seront bien évidemment largement dépassé, tant l’entretien d’un couverture en verre d’une telle superficie ne peut être que problématique. En outre sans avoir aucune idée de la part que le propriétaire privé du centre commercial (Unibail Rodamco) acceptera de payer au final ! … Il aurait été évidemment bien plus judicieux d’utiliser cet argent public à la construction d’un centre d’accueil pour les SDF, tous les jours plus nombreux dans notre belle capitale ! 216 millions, c’est l’équivalent d’une dizaine de collèges ou d’environ 1600 logements sociaux …

deus isa dit :

bravo pour toutes ces renaissances c est beau svp encore plus d espace vert moins de voitures pensez a notre sante PARIS merite moins de voitures ce serait plus agreable pour tout les pietons et cyclistes de PARIS
merci

très beau dit :

Beau travail. Cela va être magnifique. Cela va donner une coup de frais à la capital la plus belle du monde

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...