La France et Paris déclarent la guerre à la pollution
Jeudi 14 février

La France et Paris déclarent la guerre à la pollution

Rachel
70Je partage

Face à la menace de la pollution sur notre santé et l’environnement, la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, a annoncé 38 mesures d’urgence pour améliorer la qualité de l’air en France. Des mesures qui viennent compléter ou soutenir les décisions municipales également entreprises. Il faut savoir qu’on recense plus de 42 000 morts prématurées chaque année liées à la pollution. Pour endiguer cette situation, l’une des nouvelles mesures est de développer le vélo et la marche !

Le CIQA (Comité Interministériel de la Qualité de l’Air) s’est réuni mercredi 6 février pour débattre du plan d’urgence qui propose un total de 38 mesures à partir de ces cinq priorités :

1. Favoriser le développement de toutes les formes de transport et de mobilité propres par des mesures incitatives.

2. Réguler le flux de véhicules dans les zones particulièrement affectées par la pollution atmosphérique.

3. Réduire les émissions des installations de combustion industrielles et individuelles.

4. Promouvoir fiscalement les véhicules et les solutions de mobilité plus vertueux en termes de qualité de l’air.

5. Informer et sensibiliser nos concitoyens aux enjeux de la qualité de l’air.

Développer le vélo et la marche

Parmi les mesures concernant les cyclistes, on note le développement du vélo en libre-service et de la location de vélo longue durée, ou encore la création d’espaces de type « Maison du Vélo », proposant divers services techniques, d’apprentissage et d’accompagnement de la pratique. Ce qui permettra aussi de promouvoir la création d’abris à vélos dans les bâtiments existants !

D’autres mesures invitent les collectivités à développer une politique cohérente d’intermobilité : itinéraires cyclables sous forme de bandes, pistes, ou zones à faible circulation, des cheminements piétons accessibles, sûrs, agréables et jalonnés… des amendes pourraient être renforcées pour les stationnements sur piste cyclable.

Le développement de l’usage de modes alternatifs pour la logistique et les livraisons de courte distance en centre-ville, de pédibus et de cyclobus pour les trajets domicile-établissements scolaires et d’aménagements favorables à la marche ou au vélo dans ce cadre.

Ces plans pourraient bénéficier d’actions de communication mettant en évidence les bénéfices pour la santé de pratiquer la marche ou le vélo !

Des mesures nationales en renfort des mesures parisiennes

A Paris, où les industries polluantes ont quasiment disparu, la circulation automobile est aujourd’hui la principale source de pollution alors qu’elle ne représente que 7% des 28 millions de déplacements quotidiens. Depuis 2001, les alternatives de transports collectifs et moins polluants ont été multipliées : renforcement des lignes de bus, mise en place d’un tramway sur les Maréchaux, installation de 1 800 stations Vélib’, réalisation de 700 kms d’aménagements cyclables et depuis peu, lancement d’Autolib’. En 10 ans, le nombre de déplacements à vélo a plus que doublé, dépassant de 50% celui des deux-roues motorisés. Avec ses 110 00 trajets quotidiens, Vélib’ transporte un nombre de voyageurs comparable au tramway des Maréchaux sud.

Des mesures qui ont permis une baisse sensible de la pollution dans notre capitale : en 2011, la qualité de l’air a été évaluée « bonne » ou « très bonne » par Airparif 276 jours sur 365.

Pour participer aux efforts nationaux et poursuivre la quête d’un environnement plus sain à Paris, le développement des transports en commun et circulations douces va se poursuivre. Pour encourager les propriétaires de véhicules à laisser leur voiture au garage, l’Ile de France améliore ses transports publics, se dote de trains à deux niveaux sur le RER A, automatise la ligne 1, prolonge les lignes 8, 12 et 4 du métro parisien et la ligne T3 du tramway des maréchaux.

Autres mesures importantes, la ville de Paris souhaite créer davantage de zones 30 et baisser la limitation de vitesse sur le boulevard périphérique de 80 à 70 km/h. Cette mesure espère limiter la pollution et les nuisances sonores avec lesquelles vivent les 100 000 riverains du périphérique et améliorer la sécurité des deux-roues motorisés.

Enfin Paris révisera en décembre prochain son plan climat, lancé en 2007. Son objectif premier est de baisser de 75% d’ici 2050 les émissions de gaz à effet de serre avec une première étape fixée à 25% d’ici 2020. Mesure insolite mais importante pour l’avenir de notre ville, le Conseil de Paris s’est engagé dans le développement d’un réseau d’eau non potable permettant notamment en été d’arroser les trottoirs : D’après Météo France, la température estivale à Paris devrait augmenter de 3.5 à 5 degrés d’ici la fin du siècle ! L’arrosage du bitume parisien permettrait de diminuer cette chaleur. Aussi les espaces verts continuent d’être créés dans Paris (62 hectares entre 2011 et 2014) et 7 hectares de toitures seront végétalisées d’ici 2020.

Toiture végétalisée du 103 avenue de France - Fiona Stewart

,

Les effets sur notre santé et l’environnement

Il faut savoir que l’exposition à la pollution par les particules réduit en moyenne l’espérance de vie de plusieurs mois : 6 mois à Paris contre 7,5 mois à Marseille. L’Institut de veille sanitaire (INVS) a estimé que 1500 décès par an pourraient être évités grâce à une réduction de 5 microgrammes par m3. Environ 60% de la population sont exposés à une qualité de l’air dégradée, mais en réalité tous les français sont concernés. Une pollution dont les effets chroniques sur la santé ont pu être démontrés, même lors d’une très faible exposition. Irritations, allergies, asthme, insuffisances respiratoires, cancers… les particules peuvent être à l’origine de nombreuses maladies.

La santé de notre environnement est également menacée : salissures des bâtiments et des monuments, la contamination des sols et des aliments et même perturbation de l’équilibre biologique des organismes vivants.

Laisser un commentaire

*

Les derniers commentaires

Emmanuelle-ex CO dit :

Patricia
Offrez un parapluie à votre ami !

tom4 ex co dit :

Vous avez bien raison, c’est toujours la faute de l’autre. c’est très facile de taper sur les motards et scooter, mais que dire des automobilistes qui se garent sur les pistes cyclables, des cyclistes qui grillent les feux, et des pietons qui traversent n’importe comment?

je ne pense pas que la méthode du « c’est pas moi c’est l’autre » soit bonne

tom4n, cycliste, motard, pieton et parfois automobiliste

Bernard Delaunay dit :

Pour tous mes déplacements parisiens j’utilise VELIB (si le temps le permet) ou les transports en commun sauf pour déplacer un colis ou des courses encombrantes. Mais si la municipalité arrive à m’interdire d’avoir une voiture, comment pourrai-je partir à la campagne ou chez des amis en banlieue inaccessible en transport en commun ou en vacances ? C’est une petite voiture à essence, pot catalytique etc. La lutte contre la pollution pourrait commencer par les deux-roues motorisés fumant et pétaradant, stationnant n’importe où, sans payer, en particulier entre les voitures pour les empêcher de sortir des places payantes. Et que dire des vieilles camionnettes ou vieux camions ? Enfin, au lieu de multiplier des aménagements tous plus coûteux les uns que les autres, la municipalité devrait faire un effort significatif pour entretenir les rues. Les pavés disjoints, les innombrables trous dans les couloirs de bus ou ailleurs, les pavés perfidement ajoutés devant les passages piétons, les rebords de rues ou de pistes insidieusement glissés sans utilité, juste pour faire chuter les cyclistes, tout cela est « excellent » pour la colonne vertébrale et je me demande combien de temps je tiendrai sur un VELIB, à 70 ans c’est problématique. Assez de démagogie écolo, assez de politiquement correct. J’ai déjà écrit au maire et j’ai eu comme réponse un magnifique échantillon de langue de bois.

Patricia dit :

Un soir au tél un Ami me dit : ils annoncent de la pluie toute la journée pour demain, alors je vais prendre ma voiture ! Pourquoi tu prends pas le bus et le métro comme d’habitude ? Le jour ou il y aura un abri bus, je ne prendrai pas ma voiture les jours de pluie, j’ai pas envi d’arriver tremper au bureau… Alors, vous les hauts responsables qui faites de grands projets, commencez par le début en installant des abris bus à tous les arrêts et vous verrez la circulation diminuer. De plus vous serez plus prêt des préoccupations des français avant de parler de la fin du XXI siècle !!!

Mathieu_exCO dit :

@Catherine Louis
Probablement pas, Vélib en a d’ailleurs fait la promotion ici même la veille de la publication de ce billet : http://blog.velib.paris.fr/blog/2013/02/15/7-terrasses-chauffees-pour-braver-le-froid/

Anne-Marie RICHARD dit :

arrêtez de vous moquer du monde la vraie lutte contre la pollution dans Paris sera réelle lorsque vous doublerez le NOMBRE de BUS (dont le taux de pollution est bien moindre que les voitures depuis des années) dans Paris !
le métro est pollué et ne peut être utilisé par les personnes âgées et les handicapés – les incapacités respiratoires augmentent dans Paris – rien n’est fais contre les motos polluantes que respirent à plein poumons les cyclistes – asthmatique je sais ce qui nuit à mes poumons … alors vos effets d’annonces pour calmer l’UE …

Didier de Nayer dit :

ça fait 30 ans et même plus qu’on sait que le diesel est mauvais pour la santé et on commence seulement à s’inquiéter? c’est comme pour l’amiante et le nucléaire, les lobbys sont les plus forts…
D’autre part il faudrait que Decaux se décarcasse pour réguler les stations de vélib: toujours vide au pied de mon immeuble (XV°), toujours pleines au centre de Paris

Catherine Louis dit :

Avez-vous prévu d’interdire l’utilisation des appareils de chauffage des terrasses ?
source de gaspillage d’énergie et pour pour les ceux au gaz, de pollution. Dans certains pays, comme en Allemagne, les cafetiers fournissent des couvertures aux clients.

Zoé dit :

Dommage que sur le trajet du 62 il y ait si peu de vélo disponibles le matin le midi ou le soir. Il m’arrive de faire plusieurs stations avant d’en trouver un.
Quand trouvera-t-on des vélos accessibles à des personnes à mobilité réduite ?

picard dit :

sur le terrain, on respire surtout les particules des diesels alors que l’on sait qu’elles sont hautement cancérigènes et que l’on sait que les filtres à particules ne fonctionnent pas pour les particules fines. Les utilisateurs des vélos (c’est le comble) sont le plus exposés à elles (bus RATP diesel, pistes cyclables au milieu du trafic…) + exposition à la pollution alors qu’ils font des efforts ce qui est fortement déconseillé par les médecins. La France est menacée d’une amende de 30 M€ par la Commission Européenne pour non respect des valeurs limites de qualité de l’air pour les particules fines. A Tokyo et dans d’autres villes du monde, les véhicules diesels ont été interdits compte tenu de leur caractère cancérigènes. Les conducteurs ne sont même pas informés sur la nocivité de leur véhicule diesel. A minima une campagne d’information parisienne devrait les inciter à éteindre leur moteur lorsqu’ils restent à l’arrêt plusieurs minutes et à avoir conscience de ce problème de santé qui les concerne eux aussi. On aimerait une action volontariste de la Mairie avec campagne d’affichage. Le problème est suffisamment grave pour les millions de personnes qui vivent ou habitent à Paris

soizic menard dit :

J’attends des transports collectifs parisiens performants. Une véritable politique pour réduire le CO2 commence par cela. Ce n’est certainement pas le cas pour les bus RATP qui sillonnent Paris, insuffisants et souvent surchargés , non polluants, ce n’est pas leur cas non plus car ils roulent au diesel et confortables, l’été il y fait une chaleur d’enfer (aucune aération ni climatisation).
J’attends aussi une véritable politique concernant les 2 roues à moteur qui ont eu un développement considérable, qui sont, bruyantes et encore plus polluantes que les voitures. Je pense qu’il est criminel de promener les enfants dans des poussettes à hauteur des pots d’échappement.
En conclusion, je n’utilise velib’ que dans les parcs à la périphérie de Paris comme le bois de boulogne.

guillermo hernandez dit :

C est le future de nos enfants en joeux

Marchand Céline dit :

Bonjour,

J’ai lu attentivement votre analyse et je suis d’accord qu’il faut développer encore plus le vélo et la marche à pied, même si de + en + de gens le font. Me déplaçant en vélib tous les jours, je souffre bcp de la pollution à cause des gaz d’échappement en particuliers des mobylettes pétaradantes et qui nous axphysient! Il y a de + en + de voitures moins polluantes mais il y a toujours bcp trop de camions et de bus au diesel qui nous axphysient! Il faudrait plus de pistes cyclables sécurisées car pédaler à Paris peut être très dangereux, même dans les couloirs bus! Je pense surtout que les Parisiens ne devraient pas utiliser de voitures et que les Franciliens devraient utiliser bcp plus les moyens de transports publics…. et puis au niveau du climat, il faudrait qu’il pleuve presque tous les jours pour nettoyer l’air mais ça , on n’y peut rien!…

PAUMIER dit :

Bonjour,
Grand utilisateur heureux du Véli’b, je trouve néanmoins malheureux les points suivants :
- stationnement trop nombreux de véhicules sur les pistes cyclables
- comportements inciviques de nombreux taxis et bus RATP, contrairement aux véhicules privés 2 et 4 roues.
Mais nous sommes sur la bonne voie !
Bonne continuation
Stéphane

ConcordeAF dit :

MATHIEU_EXCO > Incroyable !

Et impressionnant sur le fond ! Bien que le trajet entre deux villes trop distantes reste plus compliqué à faire.

Outre le zéro rejet, le bel avantage reste le prix…Visiblement ça n’est pas cher du tout comparé à des déménageurs…

Ça demande juste à être amélioré un peu. Avec une remorque usinée façon triporteur TNT/FedEx et protégée de la pluie ça doit pouvoir le faire.

Il existe aussi les véhicules hybrides humain-électrique (Twike). Ca http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=MCoSMFBI9q8#t=241sa

base de matériaux très légers, comprenant deux personnes à bord (les deux pédalent sur un pédalier commun, un seul conduit) = fatigue limitée et en profiter pour y coller une bonne grosse remorque adaptée derrière.

Que des avantages : Protégé de la pluie, du froid, confort maximum et possibilité de mettre une petite radio….Imbattable !

vignal dit :

où s’adresser pour avoir des informations sur la végétalisation de la toiture = information destinée à informer la copropriété?
bonne journée

Mathieu_exCO dit :

@ConcordeAF
Effectivement, l’urbanisation telle qu’elle a été faite fait qu’aujourd’hui une voiture est encore nécessaire pour certains types de déplacements ou d’activité. La voiture mettra donc du temps a disparaître, et les métiers qui vont avec auront le temps de se reconvertir. On ne va pas forcément leur demander leur avis, mais je ne crois pas non plus que les cochers etc. on le leur ai demandé non plus ;)

Tu fais référence à des déplacements de charges lourdes soi-disant impossibles à vélo… https://www.youtube.com/watch?v=pA8SLEQPEjc
Eh oui ça existe !

@cappellin
Un week-end sans voiture ne sert à rien s’il n’est pas accompagné d’ateliers expliquant comment se « désintoxiquer » de la voiture, qui permettraient de se rendre compte que la boulangerie n’est en fait qu’à 5 minutes à pieds et que le supermarché n’est qu’à 5 minutes en vélo ! Ce type d’évènement ne doit surtout pas être vécu comme une « sanction » par les automobilistes !

@Robert
Cela existe également sur les systèmes Bixi (Londres ainsi que plusieurs villes d’Amérique du Nord). Le comité d’usagers l’a proposé à plusieurs reprises à JCDecaux qui a toujours refusé, arguant du coût du développement, du risque de faux signalements, et du fait que les techniciens vérifiaients de toute façon chaque station au moins tous les 2 jours 1/2 et pouvaient voir tous les défauts d’un vélo sans même le retirer de sa bornette (nous doutons fortement de ces deux points).
Sur les terrasses chauffantes, Vélib est un peu schizophrènes, puisque le billet précédent celui-ci s’intitulait « 7 terrasses chauffées pour braver le froid »…

Robert dit :

Le système similaire à V’lib à Vienne en Autriche est quasiment gratuit et lorsqu’on remet un vélo qui ne fonctionne pas la borne vous demande la raison pour pouvoir le réparer au plus vite, une implication des utilisateurs qui leur offre un meilleur service, chacun y gagne. A méditer.
Par ailleurs toujours la question des scandaleuses terrasses chauffantes des café-resto, à quand des politiques qui ne se couchent pas devant les groupes d’influence et se décident à prendre leur responsabilité en interdisant cette aberration ?

cappellin dit :

pourquoi ne pas faire des weeks ends sans voiture comme dans beaucoup de capitales européennes?
les mesures ci dessus ne sont que des paroles en l’air comme d’habitude on ose pas s’attaquer à la sacro sainte voiture!!!!!
quand va t on passer à l’action c’est à dire AGIR!!!!,

ConcordeAF dit :

La disparition de ces anciens métiers s’est faite progressivement et s’est étendue/étalée sur des mois ou des années.

Qui paierait la reconversion / formation aux gens ayant perdu leur boulot ? En ont ils envie aussi ?

Le péage façon Londres arrive comme une solution potentiellement applicable à Paris, mais la encore attention : Bien que cela ait donné de très bons résultats sur le plan technique (tout fonctionne) et écologique (baisse du trafic/pollution, bus en avance etc…), au niveau économique c’est un échec total car le système coûte très cher. Manque de bol, nous sommes en pleine crise.

Pour les vélos cargos, il en faut, c’est certain. Beaucoup de gens pourraient (et devraient) y passer (c’est déjà un début de solution).

Je pense aux plombiers ou certains artisans par exemple…Mais ces vélos ne répondent pas à tous les besoins non plus : Tirer une machine à laver, un réfrigérateur, un buffet ou du mobilier très lourd, même dans une très légère montée relève plus du défi/record qu’autre chose.

Comment déménager tout un appartement avec quelque chose d’aussi petit ? Verrais tu sérieusement des pompiers arriver et éteindre un incendie en vélo cargo (déjà que les camions sont parfois limites justes en capacité de matériel/personnel) ? Une ambulance-vélo transporter (sans personne derrière bien sur) un type qui fait un arrêt cardiaque jusque à l’hopital avec le gars devant qui mouline à fond sans pouvoir dépasser les 25km/h ? Seriously ? :D

Enfin, il faut recentrer les choses. Paris est la capitale de la France et demeure un centre économique important.

Comme beaucoup de grandes capitales, de nombreux déplacements d’un point A vers un point B sont indispensables au quotidien pour pas mal de gens. On peut toujours favoriser un mode de déplacement propre par rapport à un autre et taxer les plus pollueurs (logique !), mais l’utilisation d’un véhicule restera obligatoirement et toujours nécessaire pour certaines catégories d’employés, d’artisans ou de personnes.

Lorsque l’on ajoute petit à petit tous les métiers nécessitant obligatoirement un véhicule dans Paris ou en Banlieue, on monte très vite dans les chiffres et la liste s’agrandit au fur et à mesure….On ne peut pas interdire tous les véhicules en ville, au risque de créer énormément de problèmes d’ordre économiques par la suite. C’est certainement pour cela que nos élus actuels ne veulent pas prendre cette décision.

Si on veut vraiment vivre une ville sans véhicules, il faut déménager à Amsterdam ou se rendre à Strasbourg (ville modèle selon certaines associations escrologistes-extrémistes … Quoi que même dans ces deux cas, les véhicules restent encore présents (hé oui !)

PS : Dans la catégorie des personnes ne pouvant pas se passer de véhicule motorisé, il faut aussi inclure tous nos élus actuels qui (hors cameras) seraient bien dérangés de faire leurs 5kms journaliers dans autre chose que leur C5 sièges cuir + clim à fond avec la police en moto qui ouvre la voie devant !

 » Faites ce que je dis, pas ce que je fais  » :)

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...