<< Apéritif

Les meilleurs bars à vin de Paris
mercredi 28 novembre

Les meilleurs bars à vin de Paris

Marion
20Je partage

C’est l’heure de l’apéro ! Quoi de mieux qu’un verre de vin avec un peu de charcuterie et de fromage ? Vous en avez envie ? C’est normal, vous êtes à Paris ! Dans la capitale mondiale de la gastronomie, il paraît naturel de vouloir se régaler les papilles avec des mets typiques. Rendez-vous donc dans un bar à vin. S’il en fleurit à presque tous les coins de rue à Paris, tous ne se valent pas. Parmi le grand nombre de bonnes adresses que compte la ville, je vous en ai sélectionné cinq avec soin.

Le baron rouge, le succès d’un bar à vin populaire

Le « baron rouge », c’est l’un des meilleurs bars à vin de Paris. A cette adresse incontournable, vous pourrez boire et manger en toute simplicité. L’ambiance est en effet conviviale, autour des tonneaux reconvertis en tables. Vous y boirez des vins sympathiques pour une somme modique : rouge, blanc et même rosé. Notez que le bar fait aussi caviste, vous pourrez donc acheter quelques bouteilles si la dégustation vous a séduit. Côté planches, vous vous régalerez de cochonnailles, de fromages ou même d’huîtres.

Attention, l’adresse est victime de son succès et l’établissement est souvent bondé, les clients consommant alors sur le trottoir. Pourtant, l’expérience reste agréable. Si vraiment la foule vous décourage, partez faire quelques emplettes au marché de l’Aligre (la balade y est agréable) tout proche et revenez ensuite.

Le « baron rouge » se situe dans le XIIe arrondissement de Paris, au 1 rue Théophile Roussel. Si vous vous y rendez en Vélib’, sachez que la station la plus proche porte le numéro 1201. Pour le retour, choisissez votre mode de transport en fonction du nombre de verres bus.

Renseignements pour le « baron rouge » au 01 43 43 14 32.

Les plus : les prix, la carte étendue de charcuterie, le quartier.

Les moins : l’affluence, l’éloignement du centre.

Le vingt heures vin, le bar à vin typique et sympathique

Le « vingt heures vin » fait partie des bonnes adresses parisiennes par excellence. C’est un établissement où l’on se sent bien. La déco typique du bar donne envie de se retrouver autour d’un verre et d’une planche. On peut se faire conseiller de bonnes bouteilles (ou de bons verres) et déguster des fromages et des charcuteries terroir. Pour ne rien gâcher, les prix sont accessibles et le service toujours sympathique.

Envie de trouver votre nouveau repère ? Rendez-vous au « vingt heures vin », au 15 – 17 rue Joseph de Maistre à Paris, XVIIIème. Si vous venez en Vélib’, vous pourrez trouver un point de chute à la station numéro 11028. Mais attention pour le retour, conduire en état d’ivresse (même un vélo) est prohibé par la loi !

Renseignements pour le « vingt heures vin » au 09 54 66 50 67.

Les plus : le prix, le service, le décor, les produits régionaux.

Les moins : l’éloignement du centre, l’absence de carte (on se fie à sa vue et aux conseils).

Chez Georges, le bistrot authentique

Dans le VIème, vous trouverez « Chez Georges ». C’est un petit bistrot authentique. En sous-sol la salle principale accueille un public hétéroclite et parfois quelques concerts. Le succès est au rendez-vous, surtout à trois euros le verre environ ! Alors attendez-vous à jouer des coudes. Si vous recherchiez un bar à vin intime, c’est loupé. Si toutefois vous vouliez dénicher un lieu typique et convivial, vous êtes à la bonne adresse.

« Chez Georges » se situe au 11 rue des Canettes, Paris VIème. La station Vélib’ la plus proche est la numéro 6022.

Renseignements pour « Chez Georges » au 01 43 25 36 72.

Les plus : les prix, l’ambiance.

Les moins : l’affluence, la salle peu aérée.

Les pipos, la bonne adresse des lieux touristiques

En plein cœur du Vème, à proximité des hauts lieux du tourisme parisien, on peut trouver un bon bar à vin. Rendez-vous à « Les Pipos ». Ce bar à vin propose des produits terroir, de la carte des vins (une sélection maison) à la carte brasserie, qui permettent de déguster des spécialités régionales. Et même si l’Auvergne est à l’honneur dans les assiettes, on y retrouve une ambiance typique de bistrot parisien.

« Les pipos » se trouve à l’adresse suivante : 2 rue de l’école Polytechnique, Paris Vème. La station Vélib’ la plus proche est la numéro 5017.

Renseignements pour « Les Pipos » au 01 43 54 11 40.

Les plus : la situation, les goûts et les saveurs.

Les moins : les prix, le manque de choix.

Le vingt 2, le resto à la carte des vins soignée

Le « vingt 2 » fait partie de ces restaurants dont la carte des vins est tellement aboutie qu’il mérite tout à fait de figurer dans un classement des meilleurs bars à vin. Les quelques plats de la cuisine gastronomique proposés au menu sont accompagnés de breuvages multiples. En effet, le « vingt 2 » propose une carte des vins impressionnante et un patron toujours prompt à vous aider dans votre choix. Vos papilles ne seront pas déçues par l’expérience et votre porte-monnaie la trouvera raisonnable. Un équilibre délicieux !

Pour manger au « vingt 2 », rendez-vous 22 rue Desnouettes, Paris XVe. La station Vélib’ la plus proche est la numéro 15051.

Renseignements pour le « vingt 2 » au 01 45 33 22 22.

Les plus : une carte élaborée, une gastronomie soignée.

Les moins : seulement des vins naturels à la carte, obligation de manger, éloignement du centre.

Le vin est à consommer avec modération… alors, autant réussir son apéritif du premier coup !

Retrouvez les meilleurs bars à vin  de Paris sur notre page Foursquare :

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Mathieu_exCO dit :

@Olivier
C’est un bon résumé de ce que le comité des usagers déplore : une communication faussement positive qui ignore les problèmes de l’utilisateur du quotidien au détriment de l’utilisation de Vélib pour les touristes (qui rapportent bien plus), un service client bien trop limité (je ne remets pas en question la compétence des téléconseillers, mais le téléphone comme seul canal de communication avec le courrier papier c’est effectivement bien trop limité), cela parmi tant d’autres problèmes (entretien des vélos, vandalisme, prélèvements de caution sur carte étrangère/Maestro/Electron, etc.)
Un article permanent sur les défauts de Vélib ? Tu n’y penses pas, ce serait reconnaître pour la mairie que Vélib a des défauts 😉

Olivier dit :

@Mathieu_exCO
– Pardon … mais 44% de stations mal régulées, c’est énorme. Surtout que cela devrait logiquement toucher les usagers les plus concernés.
– Ma réaction vient d’un article de presse à propos d’un prétendu collectif d’usagers qui vandalisait des vélib pour « protester » contre la mauvaise régulation des stations. A la suite de l’article intervenait un communicant de JCD qui expliquait que les mécontents étaient des ignorants car le service se régulait très bien lui même, comme pouvaient le constater les usagers (?!?). Tout au plus, il reconnaissait un léger problème du à ces faignants d’abonnés juste bons à pédaler dans les descentes (je résume). J’ai bondi.
JCD ne permet pas qu’on le joigne autrement que par téléphone. Je ne vois pas l’intérêt de souffler dans les bronches d’un opérateur qui n’y peut rien. Sur le site Vélib (géré par la mairie de Paris, pourtant) on ne peut rapporter qu’une liste limitative de problèmes. Sur le blog, on ne peut discuter de ce problème qu’au travers de sujet comme « les meilleures crêperies de Paris » ou « Paris sur l’eau ».
Il me semble que l’ouverture d’un article permanent sur le sujet s’impose.
– A propos des stations veilb+, ce que vous dites illustre que cette fixation sur « l’altitude » des stations est stérile.

Mathieu_exCO dit :

Pas forcément le bas, on est redescendus à 15,3% là. Mais effectivement, si on compte les stations « quasi vides (jusqu’à 3 vélos) et « quasi pleines » (jusqu’à 3 places), on arrive à 44,5% de stations « mal régulées ». Attention toutefois à l’interprétation de ce chiffre : si personne n’a besoin de ces 3 vélos, mais que dans les heures qui suivent la station sera remplie par le flux naturel, il est « normal » qu’une station soit « quasi vide » (et inversement).

Le 16e n’est pas vraiment un arrondissement très utilisé par les utilisateurs de Vélib, il n’est donc pas vraiment régulé, et le remplissage d’une station (notamment sur la partie basse du 16e n’évolue que très lentement).

Les stations V+ ont été placées selon une règle arbitraire qui ne tient pas compte du relief environnant : toute station au-dessus de 60m d’atltitude est V+. Donc la station Losserand – pernety (14030) est V+ car à 60 ou 61m, alors que Losserand boyer-barret (14104) à quelques mètres ne l’est pas, car à 58 ou 59m. Dans la même veine, Stade georges carpentier (13117) est V+ car à 60m alors qu’autour tout est quasiment plat…

Olivier dit :

17 % c’est le bas de la fourchette.
Des stations peuvent afficher complet et être hors services. D’autres n’ont qu’un vélo attachés mais dont les pneus sont crevés, etc…d’où l’utilité de laisser les gens rapporter leur expérience.
En ce qui me concerne mes trajets quotidiens se font le matin de l’est du 14ème au centre du 14ème et le midi du centre du 14ème au sud du 16ème (il y a bien quelques faux plats sur le trajet mais rien d’insurmontable). La station de la rue Dareau et celle proche sur l’avenue René Coty sont vides depuis le fin de la semaine dernière.
Les stations autour de la rue des plantes et de la rue d’Alésia sont régulièrement vides (de fait)… alors que dans le 16ème sud (vers Auteuil-Mirabeau), il y a pléthore de vélos….tout le temps, tous les jours…en bas comme en haut de la (petite) côte de la rue de Rémusat. Peut être n’est il pas nécessaire d’entretenir des stations là où il y a peu de flux ?
Quant aux stations velib+, pourrait on m’expliquer l’utilité de celle de la station Pernety qui n’est pas plus vide qu’une autre et pas en hauteur non plus ?

Mathieu_exCO dit :

@Olivier
Ce chiffre de 4% est effectivement faux (à l’heure où j’écris ce post, sur 1226 stations, 100 sont pleines et 107 sont vides, soit 17,2%). La mairie et JCD ont généralement du mal à reconnaître les défauts de Vélib, et parmi ceux-ci la mauvaise répartition des vélos.

Les données du problème ? Elles sont simples :
* Vélib c’est environ 19000 vélos et 1200 stations
* Le territoire n’est pas plat. Le 14e, 16e, 18e, 19e, 20e, Malakoff, Montrouge, Bagnolet, Les Lilas… sont situés relativement en hauteur (oui le 14e est plat… une fois qu’on y est monté)
* La plupart des utilisateurs ne remontent jamais un vélo qu’ils ont redescendu (le chiffre précis n’est pas disponible)
* Rien n’empêche un utilisateur de descendre continuellement des vélos sans jamais en remonter (et inversement, mais c’est bien plus rare)
* L’incitation à remonter des vélos (le bonus V+) n’est que peu connu et n’est plus attractif passé quelques bonus (à quoi bon accumuler des dizaines d’heures de bonus ?)
* Vélib dispose pour la régulation de 23 camionnettes d’une capacité de 20 vélos, et de 2 bus d’une capacité de 62 vélos. Ces véhicules sont chargés/déchargés par un seul agent par véhicule, et sont soumis aux aléas du trafic parisien. JCD ne souhaite pas augmenter la capacité des remorques, et on ne peut pas non plus mettre un nombre trop élevé de véhicules de régulation (des dizaines camions pour remonter des vélos jour et nuit… ça n’a pas forcément de sens)
* En dehors de toute considération du relief, le territoire Vélib n’est pas réparti d’une manière homogène entre logements et bureaux. Ainsi, les arrondissements du centre sont généralement saturés en journée au détriment de la périphérie, et inversement le soir. Un « accident de régulation » (une forte pluie par exemple) peut totalement dérégler la partie du territoire qui se régule « tout seul », le centre peut se retrouver saturé le soir s’il pleut par exemple.
* Lorsque la Préfecture de Police demande à fermer des stations le temps d’une manifestation, les véhicules dédiés à la régulation doivent être utiliser pour vider puis réalimenter les stations concernées, sans pouvoir dans le même temps de la régulation habituelle (le comité des usagers a travaillé avec la Préfecture de manière à limiter le nombre de ces demandes, rarement justifiées et très pénalisantes pour les usagers)

Voilà quelques éléments pour mieux juger de la situation.

Olivier dit :

Pour pouvoir faire des suggestions, il faudrait déjà pouvoir en parler. Et avoir les données du problème. Quand je lis que seuls 4% des stations à un instant « t » sont pleines où vides, je sursaute (http://blog.velib.paris.fr/blog/2011/06/30/la-regulation-succes-et-ambitions/)

PierreCO dit :

@Olivier
Croyez bien que nou sommes les premiers à se plaindre auprès de Decaux quand ça ne va pas. Je partage entièrement votre point de vue sur la répartition des vélos dans des arrondissements relativement plats qui reste grandement à améliorer. C’est plus la forme qui était critiquée que le fond dans les commentaires de Michel.

Et encore une fois, nous sommes preneurs de toutes les suggestions pour rendre la régulation plus efficace.

Olivier dit :

Cette histoire de vélos qui ne sont pas ramenés dans les stations situées en hauteur, c’est l’arbre qui cache la forêt. J’habite dans le 14ème, la plupart de mes déplacements se font à l’intérieur de l’arrondissement ou vers les arrondissements limitrophes et je dois renoncer de plus en plus souvent à utiliser le velib faute de vélos (quelque soit la direction que je prends). Non, la régulation « spontanée » ne fonctionne pas, même entre arrondissements « plats » .Manifestement, le simple fait d’énoncer le problème en froisse certains. Quant à JCD, ils ne communiquent apparemment pas sur le sujet. Il me semble que l’avenir du service de vélos en libre service est compromis, ce que je déplore.

tom4 ex co dit :

désolé de vous avoir froissé mon petit Michel, mais croyez bien que des solutions pour améliorer les régul, beaucoup ont été proposés et testées.

reste le pb insoluble de la remontée de vélib en hauteur, on ne va pas mettre un flingue sur la tempe des usagers pour les faire pédaler.
et si vous cherchez un peu sur le net, le blog, twitter, vous constaterez que non, je n’ai jamais dis que tout allait bien dans le meilleurs des monde, j’essayais de faire de l’humour suite à votre post, mais visiblement, le 2nd degré a peu d’emprise sur vous

tom4

Michel dit :

@Pierreco : bonsoir, vous au moins n’êtes pas agressif, comme les 3 personnes auxquelles j’ai répondu avant vous. Me demander de quitter mon pays disait l’un d’eux, j’ai bondi, car comme argument, vraiment ça volait bas.
De toutes façons, c’est la dernière fois que j’écris sur ce site, et je ne le lirai même plus, aucun intérêt…. J’ai compris qu’on n’a pas le droit de critiquer…. Tout va très bien, Vélib fonctionne à merveille, on n’a pas le droit de dire qu’ailleurs c’est un peu mieux, il faut flatter l’orgueil gaulois, dire qu’on est les meilleurs, etc… je doute qu’une société avance dans le bon sens en pensant comme ça, mais c’est dans l’air du temps… Adieu site de Vélib…..

PierreCO dit :

@ Michel
Bravo pour ce quasi point Goldwin. Ce que vous n’avez pas l’air de comprendre c’est que le sujet est très compliqué. Jusqu’à présent, il s’est révélé à peu près insoluble. D’un côté, 120000 trajets un jour de beau temps, la plupart vers le centre de Paris. De l’autre, des moyens de régulation limités qui déplacent 3000 vélos par jour. Si les usagers ne remontent pas les vélos, on ne va pas avoir une énorme flotte de véhicules qui vont les déplacer. Surtout que la circulation à Paris n’est déjà pas vraiment fluide.

Maintenant, il y a des choses à faire, c’est évident. Si vous avez des idées, elles seront les bienvenues.

Par contre, râler sans rien proposer n’est pas très constructif. Surtout vu la manière dont vous vous exprimez.

Michel dit :

@Tom : je ne vais pas faire le boulot pour lequel certains sont grassement payés…. sans bons résultats !
@Paul : pourquoi vous moquez vous de Mr Delanoe ? Vous êtes homophobe peut-être ??
@Mathieu : la gentillesse ne semble pas votre fort… Si je vous comprend bien, tout va bien avec Vélib ? Quant à votre argument de quitter mon pays, celà me fait penser au slogan des militaires après leur coup d’état au Brésil en 1964, quand ils disaient « ton pays aime le ou quitte le »…. Ce genre de reflexion fachiste fait froid dans le dos, car cela revient à ne plus pouvoir critiquer rien du tout, il faut donc « fermer sa gueule » ? Mais je le dis et le répète, dans mon quartier, il n’y a pas de vélibs dans les stations, c’est un point c’est tout !
Bonne journée aux démocrates anonymes du web !

tom4 ex comité dit :

Michel, si vous avez la recette miracle , n’hésitez pas, je pense que la mdp sera très contente de l’entendre

tom4

Paul dit :

Dis donc Michou, quand on ne connait pas le sujet, on ne l’ouvre pas. « Certains technocrates gâchent le beau projet de Mr Delanoe, c’est inadmissible ! » Pauvre petit Delanoë, si faible, sans défense.
Vous croyez vraiment que c’est facile de faire tourner Vélib’? Vous croyez vraiment que la Mairie n’a pas son mot à dire? Mais vous êtes bien naïf ma parole.

Mathieu (l'autre) dit :

Dis donc Michel, l’intéret des camions de régulation, c’est de ramener des vélos là où il en a jamais (en haut des collines par exemple). La régulation dans les zones plates (qui sont quand même légion dans le 11ème) se fait naturellement, par les aller-venus…
Et si vous êtes toujours pas content, montez une association des « Pas contents du Velib », achetez-vous un vélo, marchez, déménagez à Londres ou à Barcelone,… Apparemment ca marche mieux là-bas.

Michel dit :

@Mathieu
tout faux ! Moi j’habite l’est du 11ème, et il n’y a pas de bobos par ici…. Ma station est vide tous les jours (sauf 1 ou 2 vélos cassés) et le soir il y a parfois 6 ou 8 vélos…. J’étais à Londres et à Barcelone, il n’y a pas les mêmes problèmes… c’est un problème d’approvisionnement des stations que les responsables refusent de réguler mieux, donc il y a bien des responsables ! Mais ils restent derrière leur bureau et ne vont pas écouter les abonnés que je rencontre en nombre dans certaines stations et qui pestent contre le manque de régulation manifeste….. Réguler ? Si on veut, on peut !! Certains technocrates gâchent le beau projet de Mr Delanoe, c’est inadmissible !

Mathieu_exCO dit :

@Michel
C’est pourtant le 11e l’arrondissement à bobos, non ? Enfin bref, pour donner une explication rationnelle, le 11e est assez peu doté en bureaux mais bien fourni d’utilisateurs de Vélib, alors que le 6e est très doté en bureaux mais avec relativement peu d’utilisateurs de Vélib. Résultat : les habitants du 11e qui vont travailler ailleurs dans Paris vident l’arrondissement en journée, et reviennent le remplir le soir. A l’opposée, le 6e est rempli par les vélibs de plusieurs arrondissements le matin, et revidé le soir.
En chiffres, cela donne un taux de remplissage du 11e de 25% en journée et de 60% la nuit, et pour le 6e une quasi inverse de 70% en journée et de 20% la nuit.

Bref, le problème ce n’est pas Vélib, mais la mauvaise répartition logements/bureaux dans Paris.

Michel dit :

ça c’est sûr…. dans le 6ème arrondissement, il y a des vélos…. pour les bobos ! Par contre dans le 11ème, dans la journée : RIEN !
Bravo Vélib…..

Mat dit :

« L’éloignement du centre » comme critère, vraiment? Tout le monde n’habite pas à Notre-Dame! D’autant plus que le Baron Rouge est à moins de 15min de velib depuis l’hôtel de Ville…

thomas dit :

manque évidemment le 5e cru, rue du Cardinal Lemoine (5e). Par contre les Pipos, franchement c’est vraiment pas au niveau !

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...