Marion << Banlieue

Le vélo prend de l’ampleur en Ile-de-France
Mardi 9 octobre

Le vélo prend de l’ampleur en Ile-de-France

Marion
10Je partage

L’étude de nos comportements en matière de déplacements ne laisse plus de place au doute : la voiture perd du terrain en Ile-de-France au profit des transports en commun et… du vélo !

Il y a un peu plus de 15 jours, à l’occasion de la Semaine de la mobilité, une partie des résultats de la dernière Enquête globale transports ont été dévoilés. Conduite par le STIF, syndicat des transports en Ile-de-France, et la DREIA, Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement d’Ile-de-France, cette enquête menée entre 2009 et 2011 auprès de 18 000 ménages (soit près de 43 000 personnes) permet d’évaluer l’évolution des usages et mentalités ces 10 dernières années. L’objectif est bien sûr de s’appuyer sur ces données pour définir des politiques de transports adaptées aux besoins.

Premier constat : on se déplace plus, avec 3,9 déplacements par jour et par personne (en semaine) pour un total de 41 millions de déplacements quotidiens. Notons qu’un déplacement est un mouvement entre un point A et un point B qui peut être effectué avec un ou plusieurs moyens de transports.

La place croissante du vélo

En Île-de-France l’utilisation du vélo a doublé en dix ans. Plus de 650 000 déplacements sont ainsi effectués à vélo chaque jour contre 303 000 il y a 10 ans.

Certes, la part modale du vélo n’est que de 2% des déplacements franciliens « mais il a su s’imposer comme un atout du quotidien » utilisé pour se rendre au travail ou étudier et pas seulement pour les loisirs notent les auteurs.

38% des déplacements à vélo sont ainsi liés au travail.

Le vélo est avant tout utilisé par des actifs (65 %), suivi par les scolaires et étudiants (21 %). Les adeptes du vélo au quotidien habitent surtout à Paris ou en Petite couronne. Ce mode de déplacement est surtout combiné avec les autres, et notamment les transports en commun. D’autres chiffres intéressants à noter :

30% des ménages parisiens possèdent un vélo.

Dans Paris, 27% des déplacements à vélo sont effectués à Vélib’.

La voiture, en perte de vitesse

Grande perdante, la voiture qui séduit moins qu’il y a 10 ans, passant de 1,54 déplacement par personne et par jour en 2001 à 1,46 en 2010. Soulignons que la mobilité voiture avait jusqu’à présent toujours augmenté. En parallèle, l’équipement automobile diminue.

La majorité des parisiens ne possède pas de voiture personnelle (55%). La promotion de l’auto-partage et la mise en place d’Autolib ne risquent pas d’inverser cette tendance ! Et ce d’autant que le phénomène s’étend.

En effet cette baisse de l’équipement automobile des parisiens, amorcée dès les années 90, s’est étendue au delà du périphériquel’équipement des ménages baisse pour la première fois depuis 1976.

Comme on pouvait s’y attendre, le lieu de résidence ainsi que la densité et la variété de l’offre de transports alternatifs à la voiture est déterminant. D’où les taux d’équipement constatés en Grande couronne, également le seul territoire où l’usage de la voiture progresse.

Ce qu’il sera intéressant d’examiner, ce sont les résultats dans 10 ans : quelle sera l’influence des services d’auto-partage et plus généralement des expériences dont je vous parlais la semaine dernière qui invitent à tenter la vie sans voiture ? Personnellement j’imagine qu’à minima le nombre de voitures par foyer devrait évoluer…

Une remarque de l’étude a également attiré mon attention : les retraités, dont le nombre augmente, préfèrent se déplacer en voiture ce qui explique qu’il n’y ait pas de diminution mais une stabilisation de la place des déplacements en voiture (+0,6% en volume quand le nombre global de déplacements a augmenté de 17%).

Boom de la marche et des transports collectifs

Les conclusions de l’enquête insistent sur la forte progression, +21% par rapport à 2001, de la part des déplacements effectués en transports collectifs avec pas moins de 8,3 millions de déplacements par jour soit 20% des déplacements quotidiens. C’est particulièrement vrai à Paris où plus du quart des déplacements se font en transports en commun, soit +16% en 10 ans et 2,2 millions de déplacements quotidiens.

Mais surtout, le premier mode de déplacement est désormais la marche ! Avec près de 16 millions de déplacements quotidiens à pied soit 39% des déplacements, nos chaussures sont nos meilleures alliées. Les auteurs de l’étude nuancent toutefois cette très forte progression, le recueil des déplacements courts ayant fait l’objet d’une attention plus forte que lors de l’enquête de 2001. Si le nombre de déplacements à pied croît, l’importance de cette progression est ainsi plus difficile à interpréter.

Territoires et intermodalité

On voit bien les différences entre les données recueillies en matière de nombre de déplacements par mode en fonction des territoires, découpés comme suit : Paris – Coeur d’agglomération – agglomération centrale – et autres territoires, le tout formant l’Ile-de-France.

Les Parisiens réalisent plus de la moitié de leurs déplacements à pied. Ce sont eux qui utilisent le plus les transports collectifs et le vélo, qui arrive même avant les déplacements en deux-roues motorisés. Plus on s’éloigne de la capitale, plus la voiture s’impose par rapport aux autres modes de transports.

D’où l’intérêt des dispositifs tels que Véligo dont je vous parlais l’année dernière. Ce 19 septembre 2012 a eu lieu à Chelles-Gournay (77) l’inauguration officielle de ce nouveau service de stationnement sécurisé des vélos dans les gares franciliennes.

Véligo à Chelles-Gournay © Christophe Recoura / Stif

Sont déjà en service depuis mai les consignes Véligo de Chelles-Gournay, Sartrouville, Bécon-les-Bruyères, Trappes ; auxquelles se sont ajoutées depuis celles de Corbeil-Essonnes, Épinay-Villetaneuse, Saint-Denis, Rambouillet, Villeparisis, Meudon. Les suivantes doivent être installées d’ici la fin 2012 (voir le tableau ci-dessous listant les gares et lignes ainsi concernées). Et le système est appelé à se généraliser…

L’idée est évidemment d’inciter à se rendre en vélo dans la gare la plus proche de chez soi. Moyennant un abonnement de 20 euros par an, son vélo personnel est abrité et surveillé par vidéo mais aussi accessible avec son Passe Navigo 24h/24 et 7 jours/7. Attention, c’est à vous de l’attacher avec un dispositif personnel (type U ou chaîne)

Financé par la Région, le STIF et la SNCF (50% – 47% – 2%), ce dispositif prévoit 20 000 places de stationnement sécurisées. Si l’on en croît l’enquête réalisée en novembre 2009 par Transilien auprès de 3000 personnes, 52% des voyageurs se disent prêts à prendre leur vélo pour se rendre à la gare à condition de pouvoir y disposer d’un abri sécurisé.

Reste à savoir si le dispositif séduira. Je me demande aussi dans quelle mesure un éventuel succès de Véligo entrainerait une augmentation du nombre d’abonnements Vélib’? Ou serait-ce d’ailleurs l’inverse, un Francilien s’étant remis au vélo via Vélib’ décidant de ré-enfourcher son vélo personnel pour aller à la gare ? Quoi qu’il en soit, il ne nous faut pas perdre de vue que 70% des déplacements se font hors de Paris, de banlieue à banlieue et que Vélib’, s’il joue pleinement son rôle à Paris et dans les communes limitrophes, n’est qu’une des pierres à l’édifice de nouveaux modes de déplacement.

A lire aussi

L’enquête globale des transports du STIF et leur dossier sur Véligo

Laisser un commentaire

*

Les derniers commentaires

Raphael dit :

Vos chiffres ne correpsondent pas avec ceux de la mairie de Paris/prefecture ou +15% du deplacement à Paris intra muros est du 2 roue motorisés ? C’est un fait que je constate tout les jours sur mon velib ! l avantage l? es motos nous protegent des Bus et des taxis qui nous haissent

tom4 ex co dit :

Je sais Emmanuelle, je sais, c’est juste le lien entre la circulation des bus et les camions que je ne voyais pas. il faudrait juste faire respecter le non usage des pistes cyclables comme parking :)

tom4, une bombe de peinture dans le panier du vélib, et hop, en passant

Emmanuelle-ex CO dit :

Tom il y a des pistes cyclables envahies par les camions de livraison. Encore hier j’ai testé de République aux grands boulevards c’est un slalom et le cycliste n’est pas protégé du fait de ces pratiques

tom4 ex comité dit :

roulant tous les jours en vélo, je peux vous garantir que les vélibistes ne sont pas plus (ni moins) imprudent que les cyclistes avec leurs vélos
je ne vois pas le rapport entre la circulation des bus et les camions qui déchargent
tom4

LEFEVRE dit :

A paris:Il est nécessaire d’avoir plus de pistes cyclables sécurisées et de mieux faire respecter la circulation des bus aux heures de pointe ( de la compétence du maire) car trop de camions qui déchargent…

DANIELE MARCHAND dit :

Oui le vélo devient de + en plus le moyen de transport très prisé.
Mais les Vélib sont rès mal entretenus, souvent il faut tourner beaucoup pour avoirune place pour le rendre.
D’autre part les « vélistes » sont dangereux et ne respectent en aucun le code de la route et les « autres » et ils ne prennent pas soin du vélib’
Je pense que que je vais abandonnez le velib

Gonzalez dit :

Cette enquête reflète bien la réalité, malheureusement les collectivités n’ont pas du tout anticipé cette transformation
- Malgré les expériences citées, déposer son vélo à la gare est encore le parcours du combattant. La gare d’Eaubonne, l’une des plus grande d’IdF, toute neuve, n’a pas prévu assez de garages à vélo et les vols sont fréquents (j’en suis à mon troisième vélo volé)…devant les yeux du personnel de la SNCF (le garage est devant les vitres) avec un sentiment d’impuissance de leur part majeur.
- prendre son vélo avec soi dans le train est plus difficile qu’avant avec les nouveaux trains Bombardier. Il n’y a plus d’emplacements spécifiques pour les vélos et le voyageur à vélo gêne vraiment les autres
- A Paris, les pistes cyclables passent du parfait au catastrophique sur le même trajet, où le voyage devient une lutte contre les taxis, bien moins cordiaux que les chauffeurs de bus
Les chiffres sont donc là. Il faut déplacer les moyens dépensés pour la voiture à Paris et banlieue vers l’aide aux cyclistes

Jennifer Malécot dit :

Bonjour à tous,
Je suis étudiante en design, pour mon projet de diplome je travaille sur un équipement pour cyclistes urbains. SI VOUS ETES CYCLISTES URBAIN ET QUE VOUS VOULEZ BIEN M’AIDER: petit questionnaire à remplir >>> http://jennifermalecot.com/projet-de-diplome/

Moi dit :

Bonjour,

Je suis énervé par le service Vélib qui m’a facturé 102 euros pour une utilisation de 20 mn!!
j’aurais soit disant utilisé un vélo plusieurs jours pour le rendre à l’autre bout de Paris alors que je l’ai bien rendu et que je fais bien attention à vérifier qu’il est bien attaché. J’habite un arrondissement qui craint et il y a plein de vélos volés je connais bien le problème.
Donc que l’on me fasse payer pour une faille dans le système de vélib me laisse un goût amer, c’est une honte de faire supporter cela aux consommateurs !
Pour preuve !
http://www.leparisien.fr/paris-75/velib-victime-d-un-pic-de-vandalisme-07-08-2012-2116290.php

J’ai envoyé deux formulaires de remboursement tous deux refusés, et j’attend toujours une réponse du médiateur depuis le 30 juillet !!! soit plus de 2 mois
le Vélo a été pris début juin !!

ivona dit :

I have Vélib’s Called costumer service Regarding problems with return of deposit on Friday evening 21-09-2012. I was Told i will receive an e-mail, I still have not received order it. Any idea what to do? Thanx!

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...