<< Bonnes adresses

Excursion à Lyon
mardi 19 juin

Excursion à Lyon

Marion
2Je partage

Je n’y suis jamais plus que passée et pourtant, Lyon a des atouts touristiques indéniables qui me donnent terriblement envie de me laisser tenter. J’ai fait quelques recherches dans la rubrique idée voyage du site Voyages-sncf.com dont voici les meilleures trouvailles pour préparer un week-end à Lyon !

Rendez-vous sur : http://voyage-france.voyages-sncf.com/articles/lyon

vélo’v, l’âge de raison

Premier argument de taille pour nous, les fidèles de Vélib’, pour se déplacer à Lyon on peut compter sur vélo’v, le premier système de vélos en libre-service lancé par JCDecaux et qui fête aujourd’hui ses 7 ans !

vélo’v c’est : 4 000 vélos et 345 stations, 20 000 locations par jour, 41 000 abonnés annuels. Chaque vélo est ainsi loué en moyenne 5 fois par jour et jusqu’à 15 fois les jours de record. Depuis 2005, date de création du système, 41 millions locations ont été enregistrées et 80 millions de kilomètres parcourus.

Vous ne serez pas dépaysé par le fonctionnement du système : des tickets à la journée (1,50 euros) et à la semaine (5 euros), des abonnements à l’année 25 € (15€ pour les jeunes de moins de 26 ans et les titulaires du revenu de solidarité active – RSA).

Depuis le mois de mai 2012, sachez que vous pouvez acheter votre ticket et votre abonnement annuel 100% en ligne sur velov.grandlyon.com et même, opter pour une Carte vélo’v Express.

Autre nouveauté : la création de stations « bonus 30 » qui, si vous gravissez les côtes, vous permettront de gagner des minutes gratuites, comme à Paris. Le crédit temps est par contre supérieur : vous disposerez d’un crédit temps de 30 minutes utilisable immédiatement (si la location en cours excède la période de gratuité de 30 minutes) ou créditée sur le compte vélo’v du client pour une utilisation ultérieure, dans la limite de 10 heures.

Lyon à vélo’v

Vous pouvez télécharger la carte des aménagements cyclables sur le site du Grand Lyon : en bleu les pistes cyclables en sens unique ou double sens selon les rues, les V marquant les stations vélo’V. Pour info, les points bleus et jaunes signalent des stationnements vélo dont vous n’aurez besoin que si vous venez avec votre vélo personnel.

Plus pointue, la carte proposée par l’association lyonnaise La ville à Vélo vous permet de distinguer les types d’aménagements, et dispose également d’une option courbe de niveaux pour vous préparer psychologiquement aux côtes à gravir !

Apparemment, quelques belles pistes cyclables permettent de découvrir la ville comme, le long de la Saône, une promenade arborée de 8 km qui relie le quai Fulchiron à l’île Barbe et son église romane. Elle réserve de beaux points de vue sur les façades ocrées du Vieux Lyon.

Autre promenade à vélo qui me fait terriblement envie : emprunter la piste cyclable sur la rive gauche du Rhône entre le parc de la Tête d’ Or, célèbre pour son théâtre de Guignol, et le stade Gerland. C’est moins le stade qui m’attire que la perspective de visiter la cité Tony Garnier toute proche. Architecte et urbaniste visionnaire, il a imaginé une Cité Industrielle, utopie à côté de laquelle on ne peut pas passer si on s’intéresse un tant soit peu à l’histoire de l’architecture et à la ville.

Je brûle donc de faire un tour au Musée urbain Tony Garnier (attention fermé en août !) et de découvrir le parcours à ciel ouvert de 25 murs peints retraçant son travail et ses Grands Travaux réalisés à Lyon.

Car Lyon mérite le détour pour son patrimoine. Ancienne capitale des Gaules au sein de l’Empire romain, Lyon devint une ville de foire au Moyen Âge, puis une place financière renommée de la Renaissance.

Jouer à cache-cache dans les traboules

Ne cherchez pas, une traboule, c’est un mot lyonnais, vous n’êtes donc pas complètement ignare si vous l’ignoriez. C’est une voie réservée aux piétons, souvent étroite, débutant par un couloir d’entrée et traversant un ou plusieurs bâtiments pour relier une rue à une autre. En résumé, une occasion de se perdre avec plaisir dans les ruelles pavées et tous les passages et cours intérieures dont regorge le cœur historique de Lyon, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. J’ai appris en préparant cette idée de week-end que le Vieux Lyon est un des plus vastes ensembles d’architecture Renaissance d’Europe, après Venise.

Des visites guidées sont organisées par l’Office du tourisme notamment. Si vous êtes intéressés, sachez qu’elles sont gratuites si vous avez opté pour la Lyon City Card.

La Lyon City Card : le bon plan

Et en fonction de ce que vous prévoyez de faire, il peut être intéressant d’investir dans une Lyon City Card : 21 euros pour 1 jour, 31 euros pour 2 et 41 euros pour 3 jours. Ce pass donne notamment accès aux transports en commun et à l’ensemble des musée de la ville, expositions comprises, et, au total, à 27 activités gratuites et 11 à prix réduits. Précision de l’office du tourisme lyonnais : le prix d’entrée moyen d’un musée est de 7 euros et le prix d’un ticket liberté valable toute la journée dans les transports en commun est de 4,90 euros. D’où l’intérêt de réfléchir à la question…

D’autant que, argument de taille, vous pourrez bientôt prendre une option vélo’v avec votre Lyon City Card pour 3 €, quelle que soit la durée de la Lyon City Card choisie. La 1ère heure d’utilisation est là encore gratuite, les demi-heures suivantes étant décomptées selon le tarif en vigueur pour les tickets courte durée.

Manger dans la capitale de la gastronomie

L’autre grand incontournable lors d’un week-end à Lyon : manger dans un petit « bouchon » de la ville. Cette autre expression lyonnaise désigne un des anciens relais de poste où l’on faisait ripaille pendant qu’on bouchonnait les chevaux aux écuries. D’où une tradition culinaire qui ne s’est pas démentie : Lyon est la capitale de la gastronomie, la ville de Paul Bocuse, qui n’y a pas moins de 5 adresses, mais aussi de nombreux chefs étoilés…

Quelques adresses ont su particulièrement me mettre l’eau à la bouche :

Le Potager des Halles, coup de cœur de Cityvox où les avis de consommateurs sont plutôt encourageants pour cet ancien élève de Bocuse, Franck Delhoum. Une adresse lyonnaise de référence où « la cuisine est souvent relevée d’une pointe de chaleur méditerranéenne et les légumes frais du potager sont à l’honneur, ce qui promet une carte variée et exigeante ». Miam.

3, Rue de la Martinière (1er)

Au Garet. Une adresse de bouchon traditionnelle et historique pour tous les amateurs de spécialités lyonnaises : quenelles, andouillettes et têtes de veau. Là encore le chef, Emmanuel Ferra, fut second de cuisine chez Bocuse mais aussi Léon de Lyon, ou La Rivoire. Et, petite anecdote qui ne gâche rien, le héros de la Résistance Jean Moulin venait régulièrement y déjeuner.

7 rue Garet, Lyon (1er)

D’autres adresses de bouchons lyonnais recommandés.

Daniel et Denise. Un bistro authentique et moderne avec, en cuisine, un meilleur ouvrier de France, Joseph Viola, jusqu’alors chef du restaurant Léon de Lyon. Au menu, des plats aux noms réjouissants comme « l’omelette du curé » ou la « morue fraîche en bisquebouille » mais aussi toutes les spécialités lyonnaises.

156 Rue de Créqui (3ème)

Du côté des jeunes chefs qui permettent à Lyon de conserver sa réputation de capitale de la gastronomie, mes papilles salivent à la mention des restaurants (réservation conseillée) :

Chez Thomas, 6 rue Laurencin (2ème), pour découvrir un jeune chef prometteur avec un budget tout à fait raisonnable de 20-35€

Philippe Chavent « Les Terrasses de la Tour rose », 22 rue de Bœuf, Lyon (5e) qui est une célébrité lyonnaise proposant des saveurs entre spécialités lyonnaises, provençales et italienne pour un budget un peu plus conséquent de 40/90 € mais avec terrasse…

Katsumi Ishida « En mets fais ce qu’il te plaît », 43 rue de Chevreul (7e) une adresse recommandée pour sa cuisine originale, mi-française, mi-japonaise (35/55 €). Attention la salle est petite. La réservation ainsi très conseillée d’autant que les avis de gourmands que j’ai trouvés sont très positifs…

Plus de bonnes adresses gastronomiques

Les restaurants sont légions aussi n’hésitez pas, comme moi, à consulter les nombreux articles qui y sont dédiés pour vous guider dans vos choix.

Sortir

Nuits de Fourvière © Guillaume Perret

Dominant la ville, la colline de Fourvière n’est pas qu’un point de vue ! Depuis le 5 juin et jusqu’au 31 juillet, ses théâtres antiques gallo-romains s’animent le temps des Nuits de Fourvière. Une programmation à mon sens d’autant plus intéressante qu’elle est pluridisciplinaire : beaucoup de musique mais aussi du théâtre, du cinéma, de la danse, opéra et du cirque, un art bien loin aujourd’hui du numéro de clown ringard dont certains peuvent avoir gardé de mauvais souvenirs… Et je dois dire qu’un tel cadre historique et en plein air doit constituer en soi une sacrée expérience.

Attention, certains concerts sont déjà complets comme ceux de Bob Dylan, Bjork ou encore Dominique A, mais des places pour de belles soirées sont encore disponibles : la nuit Brésil avec Gilberto Gil et Flavia Coelho ou encore la nuit Péplum avec musique classique et projection de Gladiator. Mon œil a aussi été attiré par la première de la dernière création de la troupe canadienne des 7 doigts de la main, coup de cœur du public en 2011. « Séquences » est plus une œuvre acrobatique et théâtrale qu’une représentation de cirque nous promet-on. http://www.nuitsdefourviere.com/

Pour bien préparer votre visite à Lyon

Le site de l’office du tourisme lyonnais

Les bonnes adresses et conseils de Voyages-sncf.com

Le site de vélo’v

Et surtout, pour vos week-ends en province, pensez à voyages.sncf.com !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Marine dit :

Je le conseille à tout le monde, Lyon en vélo c’est le top, de très belles visites et de belles rencontres à faire ^^

Marine de http://www.visiterlyon.net/

Marianne dit :

A quand une convergence des cartes de location au niveau français voire européen ?

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...