<< Ecologie

Des vélos en libre-service à New-York
jeudi 3 mai

Des vélos en libre-service à New-York

Marion
46Je partage

Cet été (on parle de juillet), new-yorkais et touristes devraient pouvoir se déplacer à vélo : la ville de New-York va lancer son service de vélos en libre-service (VLS), « New-York City Bike Share ». Pas un nom très glamour pour le moment si on en croit les photomontages officiels (« Coming soon », comme dans une bande-annonce !) mais je ne doute pas que le service aura vite un petit surnom sympa. Il devrait en tout cas trouver son public rapidement estiment les autorités dans leurs études prospectives.

Près de 50% des new-yorkais travaillent dans un rayon de 8 km

Dès 2009, l’étude « Bike share opportunities in New-York city » donne le ton : « un tel mode de transport est idéalement adapté aux villes denses comme New-York ». 45% des travailleurs vivent à moins de 5 miles (8 km) de leur lieu de travail, 26% à moins de 2,5 miles (soit 4 km). Je vous le disais lundi, les new-yorkais utilisent d’abord les transports en communs puis la marche à pied et, si les taxis sont très utilisés, les voitures personnelles sont plutôt rares et le vélo ne cesse de gagner du terrain.

Selon une étude du département de la santé de 2007, 9% des new-yorkais adultes feraient régulièrement du vélo. Certes, pour beaucoup d’entre eux, cela peut correspondre à des balades à vélo dans Central Park le week-end (4 km de long sur 800m de large il y a de quoi faire…) mais c’est en tout cas un public qui pourrait être intéressé par un système de VLS. Sans parler de tous ceux qui se remettent au vélo quand un tel service est proposé. Cela a été mon cas avec Vélib’ et je suis loin d’être la seule !

« C’est une opportunité unique de repenser les transports dans la sphère urbaine » souligne le rapport de 2009 dès la première ligne. À noter, quatre exemples étrangers sont étudiés, Barcelone, Montréal, Toulouse et Paris, ainsi que le système déployé à Washington. En s’inspirant notamment des constats dressés par les autres villes, les bénéfices mis en avant sont : une possible croissance économique induite et des créations d’emplois, « de considérables bénéfices sur la santé » et contribuer à développer l’image d’une ville « verte » à la pointe. Le service deviendrait le plus important des États-Unis.

L’augmentation du trafic et des prix du carburant joue aussi en la faveur des VLS et contribue à diminuer le nombre de voitures. Si les vélos partagés remplacent seulement 1% des trajets non commerciaux en voiture (taxis, livraisons, etc) dans les quartiers de Midtown et Lower Manhattan (tout le sud de Manhattan) près de 9000 trajets quotidiens en voiture seraient évités. Un impact également écologique non négligeable…

600 stations et 10 000 vélos

Les 600 stations et 10 000 vélos seront installés dans Manhattan et Brooklyn a priori pour le mois de juillet (aucune date de lancement officielle n’est encore annoncée…) avec, en option, une possible extension au Queens, à Staten Island et au Bronx. Ce déploiement fera du système de New-York « le plus grand en dehors de Paris » souligne-t-on dans les documents du département des transports. Bombez le torse, amis Vélibeurs, on a trois fois plus de stations et le double de vélos !

Plus sérieusement, autant pour Staten Island où il faut se rendre en ferry (gratuit et très sympa, je le recommande) cela n’est pas bête d’attendre pour voir si le service trouve son public avant de se lancer, autant ne pas déployer tout de suite dans le Queens et surtout le Bronx (qui commence au Nord de Central Park quand même !) je suis un peu plus étonnée. Je suppose qu’il a été estimé qu’il y avait moins de potentiel…

Les ateliers participatifs de quartier (13 community districts), comme nous avions connu à la veille du lancement du Vélib’ à Paris, se multiplient (54 réunions) pour choisir et débattre des meilleurs emplacements : lien avec les transports en commun, visibilité, équipements desservis, etc. Une carte interactive permet également à chacun de proposer un emplacement de son choix. Au point que sur cette carte certains quartiers brillent de mille feux et qu’il sera peut-être difficile de trancher entre toutes les options proposées.

Je suis d’ailleurs surprise que l’on puisse encore proposer des emplacements début mai alors qu’il ne reste potentiellement que deux mois ! Le 22 avril, le New-York Times a publié une cartographie des 54 stations de plus ou moins de 30 vélos (la question que l’on se pose en tant qu’aficionado est combien de points d’attaches ?) prévues (attention rien n’est encore acté) dans le « West side » de Manhattan. Je trouve quand même l’idée de la carte interactive plutôt sympa.

Je pense que l’une des difficultés sera peut-être la visibilité des stations ne serait-ce que parce que les carrefours sont souvent plus larges que la plupart des carrefours parisiens. En même temps, pour nous les touristes, se sera vite vu : on fait souvent le tour des carrefours avant de trouver l’entrée de métro correspondant à la direction que l’on veut prendre (et oui, il n’est pas toujours possible de prendre le métro dans l’autre sens : il faut ressortir !) donc on finira bien par tomber sur la station. Apparemment, la plupart des stations sont situées dans la rue, les autres prenant place sur les trottoirs et quelques-unes dans les parcs explique le New-York Times. Cela favorisera peut-être leur visibilité ?

Ceci dit, le prestataire choisi par la ville de New-York, Alta Bicycle Share, qui gère déjà les systèmes de Washington et Boston mais aussi de Montréal (le Bixi c’est eux), fonctionne avec des stations qui se posent à l’emplacement choisi en moins d’une heure ! C’est l’originalité de ce système développé pour permettre de remballer les stations pendant l’hiver à Montréal, bien trop rigoureux pour permettre de faire du vélo. Du coup avec leur technologie, pas de travaux de voirie ni de raccordement car les stations sont alimentées à l’énergie solaire : on peut donc les déplacer au besoin. Pas trop souvent quand même sinon il y a de quoi devenir fou !

L’abonnement à 95 $

Le service sera disponible 24h sur 24 et 7 jours sur 7 et accessible aux touristes comme à Paris, un bon point. New-York a fait le choix d’un système financé par un opérateur privé, des sponsors et les abonnements sans aucun fonds publics, les bénéfices étant partagés à 50-50 entre la ville et l’exploitant. Par contre, le prix de l’abonnement annuel serait de 95 dollars (72 euros), 25 dollars la semaine (19 euros), 10 dollars la journée (7 euros) selon un document de présentation officiel du département des transports.

Mais à aucun moment sur le site ces prix ne sont clairement affichés à ce jour, la seule précision étant que les 30 ou 45 premières minutes seront gratuites. Comme je n’ai trouvé aucun différentiel de coût d’abonnement annuel qui, comme à Paris, justifie la distinction, je me demande si cela existera ou si la durée de gratuité n’a simplement pas été actée… Il n’en reste pas moins que c’est beaucoup plus cher que Vélib’ mais rapporté au prix d’un trajet de métro à l’unité, 2,25 dollars (soit 1,70 euros), à l’année cela peut malgré tout être rentable.

Je suis donc impatiente de voir quels sont les emplacements, tarifs et conditions particulières, de connaître la date de lancement et, enfin, de voir les new-yorkais faire leurs premiers tours de roues de vélos partagés… Plus que deux mois !

En savoir plus : New-York City Bike Share

NYC Bike share : 600 stations et 10 000 vélos ; pas de procédure de pré-abonnement à ce jour et date de lancement officiel inconnue

Vélib’ : 1 800 stations et 20 000 vélos ; plus de 210 000 abonnés et 100 millions de trajets depuis le lancement

NYC Bike share : en 2009, 200 miles soit 322 km aménagés ce qui correspond presque à un doublement du réseau qui serait donc de près de 400 miles soit 640 km. Le Plan d’aménagement à l’horizon 2030 prévoit que 900 miles soient disponibles c’est-à-dire 1448 km

Vélib’ : près de 700 km de pistes cyclables (doubles sens cyclables inclus), 800 km à l’horizon 2020

NYC Bike share (sous réserve) : 95 dollars (72 euros) l’année, 25 dollars la semaine (19 euros), 10 dollars la journée (7 euros) ; les 30 ou 15 premières minutes gratuites.

Vélib’ : abonnement annuel : 29 € pour un Vélib’ classique (30 premières minutes gratuites) ou 39€ pour Vélib’ Passion (45 premières minutes gratuites) et, offres jeunes à partir de 19 € pour les 14-26 ans boursiers ou 29€ pour les autres (45 premières minutes gratuites).

Photos © NYC DOT
à l’exception de la carte du New-York Times du 22 avril
et de la carte des quartiers de NYC trouvée sur Wikipedia

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

emmanuelle ex co dit :

Les personnes responsables de ce blog pourraient elles intervenir pour supprimer les liens publicitaires ou autres qui n’apportent rien au débat
merci

Sid dit :

De mon cf4te9, je constate que ceaintrs hommes politiques ont leur blog, et que ceaintrs sont tre8s courrus comme celui de DSK et celui de Juppe9 Que le re9fe9rendum sur la constitution s est joue9e et a e9te9 en partie perdue par les tenants du oui sur la toile d ou cette victoire du ON LINE versus ON AIR (radio/TV).. que dans cette bataille acharne9e les blogs et forums ont e9te9 inonde9s de messages par centaines dans une seule journe9e Que les blogs d employe9s de firmes ce9le8bres (IBM, Apple, Microsoft..) sont des sources alternatives inte9ressantes pour les journalistes que des employe9s ou des e9le8ves peuvent se faire virer de leur boite ou leur colle8ge pour des propos tenus sur leur blog On peut mulitplier les constats comme des petits pains, pour s apercevoir que les partis politiques europe9ens qui ignorent ces nouveaux territoires me9diatiques se mettent, e0 terme, dans la meame posture que ceux qui dans le temps ont ignore9s la TV ou la radio.La campagne la plus inte9ressante en ce moment, est celle qui se de9roule en Allemagne, ou un ceaintrs nombre de blog et de forums reprennent les gaffes d Angela Merkel que l on a bien trop vite place9e e0 la droite de Tony Blair pour diriger l europe libe9rale Re9sultats de courses : Schroeder est de nouveau en selle apre8s avoir e9te9 de9sare7onne9 se9ve8rement, les deux partis au coude e0 coude alors qu on donnait le SPD battu et en de9route. Les gaffes de Merkel y sont surement pour quelque chose, la non campgne de la CDU aussi, mais les blogs ont un role amplificateur .

guillaume dit :

dommage c’est maintenant pour mars 2013…on part ce mois de novembre…

Olivier Meyer dit :

Petit rectificatif d’un New-yorkais : au nord de Central Park ce n’est pas le Bronx, mais Harlem.

95 $, c’est plus cher que le Vélib. Mais ce tarif n’est pas étonnant, dans ce pays où le chariot à bagages, dans les aéroports, est payant, et où la visite chez le médecin coûte 300 $.
Le nombre de vélos annoncé semble dérisoire par rapport à l’énormité de la ville. Espérons qu’il ne s’agit que d’un timide début. Malgré les quelques pistes cyclables, l’automobile demeure la reine de l’asphalte new-yorkais. Le vélo sort plutôt en fin de semaine.

Sb dit :

C est en fait le petit frère du Bixi Montréalais…. N’y a acheté le concept de Montréal

Marion dit :

Petite mise à jour : grâce à des infos transmises par Mathieu et mon complice aux Etats-Unis Russell :
1/ le service s’appelera Citi Bike car c’est CitiBank qui a payé (42 millions de $ quand même) pour s’associer au projet (comme Barclays a choisi le nom pour Londres)
2/ Sur le flou relatif aux 30 ou 45 premières minutes gratuites : ce sera 30 minutes pour les abonnements de courte durée (1j/7j) et 45 minutes pour les abonnés à l’année.
3/ Les 30 minutes suivantes seraient à 4$ (3,05€), puis 30 minutes de plus : 9$ (6,90€) et chaque tranche supplémentaire de 30 minutes : 12$ (9,20€). Mathieu a fait le calcul, on atteint le plafond de caution au bout de 6h30 de location, soit 145$ (111,10€)
4/ Sur les tarifs d’abonnements très salés, il y aurait une possibilité d’abonnement annuel pour 60$ pour les familles en difficultés, avec paiement trimestriel sans frais.
5/ Russell m’a parlé des difficultés actuelles de Alta / Bixi qui est en conflit avec un de ses anciens fournisseurs notamment à cause de l’appel d’offre de New-York et de controverses sur l’appel d’offres à Chicago mais surtout, et là c’est plus problématique, la nouvelle technologie de locatisation GPS des vélos et de verrouillage des vélos ne serait pas opérationnelle. La mise en service du système de Chattanooga a été reportée il y a quelques jours. Cela ne devrait pas avoir d’incidence sur le lancement new-yorkais annonce-t-on…
Merci à Mathieu et Russell.
On attend tous la suite avec impatience !

[…] this week I was happy to find out that the famous Vélib from Paris is going to be popping up in NYC!  Public bike systems are everywhere in Europe.  Dijon, where I spent most of my time last year, […]

GLET MICHELE dit :

il n’y a pas que New York. Il y a aussi des vélos en libre service à Rio et Tel Aviv !

François dit :

Pr le Bronx et le Queens, la densité de population joue sans doute bcp (je ne connais pas celle de Staaten Island mais je crois qu’elle n’est pas très haute non plus). Les prix des abonnements semblent élevés mais si Manhattan est vraiment bien desservie ça vaut le coup 😉 Vivement mon prochain voyage là-bas.

zambrano dit :

bonjour, est ce que se posible faire une application pour android.

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...