<< Ballade à Vélib'

Les 40 astuces de touristes pour (re)visiter la capitale
mardi 24 avril

Les 40 astuces de touristes pour (re)visiter la capitale

Anne-Sophie
7Je partage

A vous de piocher et de vous laisser tenter selon votre humeur. Saurez-vous nous dire combien de ces adresses vous avez déjà testé ? Et si vous souhaitez compléter ces différentes astuces, nous attendons vos recommandations avec impatience !  

Pour faire travailler ses méninges 

 

Numéro 1: Visiter la maison-atelier de Gustave Moreau (14 Rue de la Rochefoucauld, Paris 9e). Derrière une lourde porte, perdue quelque part dans une rue calme de ce qu’on nommait la petite Athènes, se cache le musée Gustave Moreau. Artiste connu au XIXe siècle pour avoir été l’une des figures marquantes du symbolisme. D’étage en étage on peut découvrir son œuvre rêveuse et empreinte de mythologie et surtout s’imprégner d’un lieu qui donne l’impression d’avoir voyagé dans le temps.   

 

Numéro 2: Se laisser charmer par le musée Carnavalet  (23 rue de Sévigné, Paris 3e). Deux hôtels particuliers du XVIe et XVIIe siècle en plein Marais, plus de cent salles permanentes et d’exquises expos temporaires consacrées exclusivement à l’histoire de Paris, un ravissant jardin : cet écrin de culture raffiné est la pause idéale pour tout savoir sur la capitale sans avoir à passer par les haut-parleurs multilingues des bateaux-mouches.  

,


Numéro 3: Faire un tour au Point Ephémère (200 Quai de Valmy , Paris 10e), un lieu ovni et pluridisciplinaire qui favorise la créativité et les rencontres, situé dans les anciens docks du Canal Saint-Martin. Vous pouvez y venir pour déjeuner, boire un verre, voir une exposition ou encore une multitude de concerts.   

,

 

Numéro 4: Se procurer un carnet Moleskine chez Artazart (83 Quai Valmy, Paris 10e). Une devanture orange vif, impossible à rater, pour cette librairie incontournable et incollable dans les domaines de la photo, du design et du graphisme.   

 

Numéro 5: Pour les expos photo dont on parle : le Jeu de Paume (1 Place de la Concorde, Paris 8e). Situé dans le jardin des Tuileries, ce bâtiment s’est récemment spécialisé dans la photographie contemporaine. Les expos y sont plus médiatiques qu’à la maison européenne de la photo.   

 

Numéro 6: Pour un aperçu express des dernières tendances de l’art : la Fondation Cartier (261 Boulevard Raspail, Paris 14e) pour l’art contemporain. Dans ce bloc de verre signé de l’architecte Jean Nouvel se succèdent les expositions les plus sélectes, mettant à l’honneur des photographes, des plasticiens et des peintres à la pointe de l’avant-garde.

  

Numéro 7: Parce qu’il s’y passe toujours  quelque chose de fun et à la pointe de la hype : le Palais de Tokyo (13 Avenue Prés Wilson, Paris 16e). Ouvert jusqu’à minuit, c’est le musée le plus branché de la capitale. Ce site de création contemporaine fait tourner les expositions temporaires à la vitesse de l’éclair. Marquez le moment en prenant une photo dans le vieux photomaton situé à l’entrée. 

 ;

;

Numéro 8: Pour flâner devant des livres, une expo… ou un Monaco : La Halle Saint-Pierre. Aux pieds de la butte de Montmartre, ce pavillon de fer et de verre abrite une librairie de livres d’art, un lieu d’exposition et un bistrot très sympa (moins touristique que les cafés aux alentours). C’est brut de chez brut mais c’est ce qui fit le charme de l’endroit. 

 

Numéro 9: Pour écouter de la musique devant un écran blanc : L’Archipel (7 bd de Strasbourg, Paris 10e). Un cinéma dans lequel des séances de classiques alternent avec des soirées évènements dédiées à la musique. Jazz manouche, musique séfarade ou gospel, les concerts sont nombreux et se déroulent dans une ambiance conviviale. 

 

Numéro 10: Pour s’offrir le roman de la rentrée : la Hune (170 Boulevard Saint-Germain, Paris 6e), l’un des piliers du quartier Saint-Germain-des-prés. Beaux Arts, architecture, photographie, musique,… : tous les domaines créatifs y sont représentés. Mais on y trouve aussi tous les romans et essais du moment. 

 

Numéro 11: Pour s’offrir des places de théâtre à moitié prix : Trois kiosques. On se rue sur l’un des trois kiosques (sur l’esplanade Montparnasse, place de la Madeleine et sur le terre-plein central de la place des Ternes), qui  vendent à moitié prix des places de 1re catégorie pour le soir même. Bien entendu, on n’est jamais sûr d’obtenir le spectacle de son choix mais cela fait parti du jeu. Kiosques ouverts du mardi au samedi de 12 h 30 à 20 heures, et le dimanche de 12 h 30 à 16 heures.

 

Numéro 12: On peut aussi se rendre à la Comédie-Française (Place Colette, Paris 1er). Une heure avant chaque représentation de la Salle Richelieu, 65 places sont mises en vente au prix de 5 €, au guichet sous les arcades de la rue Richelieu. Les moins de 28 ans ne paient pas le premier lundi de chaque mois, sans réservation et dans la limite des places disponibles (à raison d’une place par personne).

 

Numéro 13: Pour dénicher le nec plus ultra du livre d’art : Artcurial (Rond-point des Champs Elysées-Marcel Dassault, Paris). Sous ses hauts plafonds lambrissés, cette librairie est spécialisée dans le livre d’art très pointu : c’est ici que l’on trouve les ouvrages jamais vus ailleurs en matière d’art moderne, d’architecture, de graphisme ou de photographie, vintage compris. L’endroit accueille également un café baptisé…Le Café, et qui propose une carte différente tous les jours (des soupes glacées, des tartares de saumon, ou pâtes fraiches…)

 

Numéro 14: Pour faire swinguer votre soirée : Ground Zero (12 rue Crussol, Paris 11e -01 43 55 32 76) un petit disquaire spécialisé. On y trouve un vaste panorama des nouveautés et des classiques du rock indé français, britannique et américain, mais aussi des titres plus anciens, classiques oubliés ou perles à découvrir. Ils proposent également des rééditions sixties, punk, garage, soul,…    

 

Pour s’aérer les poumons sans quitter la capitale 

 

Numéro 15: Pour une oasis de verdure dans la capitale : la Coulée Verte (entrée derrière l’Opéra-Bastille par l’avenue Daumesnil ou par le square Charles-Peguy, rue Rottembourg, Paris 12e). Serpentant depuis la Bastille jusqu’à la porte Dorée, les 4,5km de cette « promenade plantée » empruntent l’ancien tracé d’une voie ferrée construite sous Napoléon III. Mais on est loin des tunnels sombres du métro : ce chemin suspendu à plus de 9 m du sol tutoie les cimes des immeubles qui l’entourent et déroule un paysage pour le moins bucolique. Treilles lourdes de verdure, buissons fournis, bassins bordés de lavande se succèdent en une coulée étroite, qui accueille les promeneurs, les joggeurs et tous ceux qui veulent oublier que la ville est là en dessous. 

 

Numéro 16: Prendre une photo de la vue au parc de Belleville (47 rue des Couronnes, Paris 20e). Un coin de verdure ponctué d’allées pavées et le genre d’endroit où il fait bon venir faire son taï chi ou ses exercices de respiration. Le panorama bluffant sur tout l’Est parisien et les murs couverts de lierre font de ce jardin un vrai refuge contre le stress de la capitale. 

 

Numéro 17: Un petit parc loin de l’agitation de la ville : le jardin Catherine-Labourré (9 Rue de Babylone, Paris 7e). Ce sont des religieuses qui ont fait don de cet ancien potager, désormais ouvert au public mais caché des regards indiscrets de la rue, et vrai havre de paix.  Installez-vous sous la pergola plantée de vignes, ou sur la pelouse, et flânez devant l’allée de tilleuls, de peupliers ou encore devant le jardin potager. 

 

Numéro 18: Faire un plongeon à Pontoise (19 rue de Pontoise, Paris 5e), la piscine du quartier Latin. Peut être la plus belle piscine de Paris, dont l’esthétique Art déco, la sublime verrière et les luxueuses cabines individuelles ravissent snobs et sportifs. Et puis, on peut aussi profiter de la salle de gym qui surplombe les bassins, de cours de salsa, yoga, ou même d’un sauna.   

, 

;

 Pour se faire un parcours gourmand 

 

Numéro 19: Manger une part de cake chez Rose Backery (46 Rue des Martyrs, Paris 9e /01 42 82 12 80), un fast food bio, le plus branché du coin. On aime aussi ses salades au quinoa et son cheesecake tellement fondant.

 

Numéro 20: Faire un tour à la grande épicerie du Bon Marché (38 Rue de Sèvres , Paris 7e, 01 44 39 81 00), pour y trouver les dernières nouveautés venues des quatre coins du monde au fil des coups de cœur et des thématiques maison. 

 

Numéro 21: Manger des bentos au marché des Enfants Rouges (39, rue de Bretagne, Paris 3e). Le passage obligé pour tous les bobos du quartier, et d’ailleurs le marché abrite des stands pour faire des emplettes : légumes et fruits bio, charcuterie et compagnie. Vous y trouverez aussi plusieurs échoppes qui proposent de manger sur place, sur de grandes tables. 

 

Numéro 22: Prendre un brunch gourmet au musée Jacquemart-André (158 Boulevard Haussmann, Paris 8e). Pas de buffet à volonté on choisit à la carte, mais après les viennoiseries, l’œuf cocotte et l’assiette de viande, on est prié d’aller choisir son gâteau sur le chariot à desserts. 

 

Numéro 23: Faire la queue chez Berthillon (29-31 Rue Saint-Louis en l’Île , Paris 4e) pour avoir l’eau à la bouche et déguster une bonne glace maison. 

 

Numéro 24: Prendre un chocolat chaud chez Angelina (226 Rue de Rivoli, Paris 1er) fabriqué à partir de tablettes de chocolat fondu, il s’appelle l’africain et va très bien avec un bon sablé maison. Très épais et plutôt crème que lait : un pur fantasme pour les choco-accros. 

 

Numéro 25: On achète pour le goûter des macarons chez Pierre Hermé (61 Rue Bonaparte, Paris 6e), la mégastar du milieu. La célébrité de ses gâteaux ferait presque oublier l’excellence, l’originalité et l’onctuosité des chocolats de cet authentique choco-maniaque. 

 

Numéro 26: Déguster des chocolats chez Jean-Paul Hévin (231 Rue Saint-Honoré, Paris 1er). Il est le maître de la ganache extra noire, le concepteur des « chocolats dynamiques », le créateur d’une vingtaine de tablettes pure gourmandise et l’orfèvre des orangettes. 

 

Numéro 27: Se ruer au Loir dans la théière (3 Rue des Rosiers, Paris 4e) pour y savourer une part de tarte au citron meringuée. 

 

Numéro 28: Prendre un petit déjeuner aux abords du jardin du Luxembourg chez Bread and Roses (62 Rue Madame, Paris 6e). Pour la taille XXL des pâtisseries, tarte au citron au chocolat et aux framboises. Et pour la générosité des cakes, bourrés de fruits confits ou de fruits secs à la pelle. 

 

Numéro 29: Boire un thé à la menthe à l’Andy Wahloo (69 Rue Gravilliers, Paris 3e). L’hiver, c’est un bar où venir cocooner dans un décor oriental revu et corrigé de façon pop art. L’été, tout se passe dans une courette adorable où l’on peut s’alanguir entre poufs et petites tables de jardin façon dinette improvisée. On peut y venir pour un thé à la menthe, une assiette de mezze ou un délicieux barbecue improvisé. 

 

Numéro 30: Pour un diner concept : le Soufflé (36 Rue du Mont Thabor, Paris 1er). A deux pas de la Concorde, ambiance vieille France, nappes blanches et serveurs à l’ancienne comme un petit vent d’air frais qui changerait des décors branchouilles. N’hésitez pas et prenez un menu soufflé. 

 

Numéro 31: Pour boire le meilleur cocktail de Paris, on marche jusqu’au Ferdi (32 Rue du Mont Thabor, Paris 1er). Ce mini bar à l’ambiance conviviale et bon enfant avec des jouets partout sur les murs, sert les meilleurs bloody Mary de toute la capitale. 

 

Numéro 32: Faire de la Perle (78 Rue Vieille du Temple, Paris 3e), sa cantine. Pour des raisons bien mystérieuses, ce troquet est devenu LA terrasse parisienne où montrer le bout de son nez et de ses baskets créateurs. 

 

Numéro 33: Aller se réchauffer autour d’un verre de chardonnay au Trésor (7 Rue Trésor, Paris 4e), pour sa terrasse bien chauffée loin des voitures. 

 

Numéro 34: Dîner entre amis à l’hôtel du Nord (102 Quai de Jemmapes, Paris 10e). Point de Ralliement de tous ceux qui trainent leurs derbies Reppetto le long du canal Saint Martin. L’ambiance cultive l’atmosphère d’antan, avec chaises bistrot, piano laqué et une carte plutôt classique. 

 

Numéro 35: Se promener au marché d’Aligre (Place Aligre, Paris 12e). A proximité de Bastille, ce marché couvert datant du XIXe siècle est le rendez-vous privilégié des bobos gourmand. Connu pour être le moins cher de Paris. On aime surtout y venir le dimanche matin quand tous les stands sont ouverts et que l’on peut profiter pleinement des étals fleuris. 

 

Numéro 36: Manger un burger chez HAND (39 rue richelieu, Paris 1er) et avoir l’impression d’être à New York.  

 

Numéro 37: Faire la tournée des plus belles terrasses. La plus en vue, celle des Ombres (37, quai Branly , Paris 7e), le resto world fusion du musée du quai Branly où l’on vient se régaler mais surtout admirer l’incroyable panorama. Tour Eiffel, Trocadéro, même la butte Montmartre apparaissent sous un nouveau jour. Chez Déli-cieux (66 boulevard Haussman, Paris 9e), la cafèt’ perchée au neuvième étage du Printemps de la maison. On s’étourdit de la vue éblouissante en buvant un bon café entres amis. 

 

 

Numéro 38: Boire un thé au Café de Flore (172 Boulevard Saint-Germain,  Paris 6e), parce que c’est un endroit mondialement connu et qu’il fait parti intégrante de la légende de Saint-Germain-des-Prés. Créé à la fin du XIXe siècle, il a tout de suite aimanté les intellectuels de tous poils : Apollinaire en a fait son bureau, bientôt suivi par Breton, Aragon, Malraux, Queneau, Vian et toute la nouvelle vague. Même si les clients les plus mythiques restent Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, éternels « Amants du Flore ».   

,

,

Numéro 39: Boire un bon verre de vin autour d’une assiette de fromage, à la cave des Abbesses (43 rue des Abbesses, Paris 18e). Un très bon endroit où s’offrir une bonne bouteille dans une ambiance nappes à carreaux.  

Numéro 40: Faire un pique nique improvisé sur le Pont des Arts. Trait d’union entre la rive gauche et la rive droite, le Quartier Latin et le Louvre, ce pont aérien attire de jour les touristes qui aiment déambuler sur les planches. Le soir quand l’été arrive, munissez vous d’une petite nappe et d’une bouteille de vin et installez-vous à même le sol pour pique-niquer.    



 

 

Bonne semaine parisienne à tous ! 

 

 

 


Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Elisabeth - EX COMITE dit :

Pour info, Rose Bakery s’écrit comme ça (numéro 19). http://www.brunch-paris.com/rose-bakery/

Mathierut dit :

la anne sophie avec son article ne s est pas foulée !
ces adresses sont deja connues de la plupart des parisiens, je ml attendais a découvrir des adresses inconnues, c est raté

Pierre dit :

Merci pour les adresses. Par contre il est strictement interdit de consommer de l’alcool sur le Pont des Arts, la police passe régulièrement.

Delphine dit :

A propos du titre de cet article: « Ballade à vélib ».
« Ballade » avec deux L = chanson, poème
« Balade » avec un L = promenade
Donc « Balade à vélib ».
Merci pour les bons tuyaux sur Paris ceci dit.

Abrioux dit :

merci pour toutes ces adresses dont je connaissais certaines. Très intéressant et amusant

François dit :

interessant, à traduire en Anglais vite ! Y a certainement plus de touristes qui parlent anglais que de Touristes Provinciaux ou Francophones à Paris

Antonino Spata dit :

excellente initiative

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...