<< Comité des usagers

Le Comité interpelle le Préfet de Police
vendredi 23 mars

Le Comité interpelle le Préfet de Police

Marion
2Je partage

Le comité des usagers Vélib’ est intervenu auprès du Préfet de Police de Paris pour demander une expérimentation concernant les fermetures de stations durant les manifestations. Le comité demande officiellement un assouplissement des règles pour limiter les perturbations du service Vélib’ lors de tels événements. Une démarche soutenue par Annick Lepetit, adjointe au Maire en charge des déplacements, des transports et de l’espace public.

Des mesures moins contraignantes

Vous le savez, nous en avons souvent parlé sur ce blog, à la veille d’événements importants comme le défilé du 14 juillet ou de manifestations dans la ville, la Préfecture de police demande à JC Decaux de vider totalement de larges périmètres de tout Vélib’. D’où une « neutralisation du service sur des périmètres importants » soulignent vos représentants.

« Si à l’ouverture du système de nombreuses inconnues imposaient cette décision, les retours d’expérience accumulés depuis permettent d’imaginer des mesures moins contraignantes pour les utilisateurs de ce système de transport que nous représentons » écrivent-ils.

« On pense que c’est un problème dérangeant pour les usagers explique simplement Pierre quand je l’ai interrogé sur le pourquoi de cette lettre et que c’est notre boulot de faire remonter ces désagréments ; la volonté d’améliorer le service rendu est à la source de toutes nos actions ».

Des perturbations du service trop importantes

D’autant que ces mesures de sécurité perturbent le service dans la durée et au-delà du périmètre concerné. Vos représentants les listent :

– l’enlèvement puis la remise en service des vélos mobilisent de façon importante les équipes Decaux qui ne sont plus disponibles pour agir sur la régulation des stations

– le service est perturbé non seulement durant la manifestation, avec la saturation des stations en périphérie, mais également le jour précédent et le jour suivant puisqu’il faut vider la zone et la réapprovisionner…

Alors que des possibilités techniques existent !

Or depuis 2007, pas mal de choses ont changé, à commencer par les vélos. Renforcés en plusieurs points pour lutter contre les dégradations « l’arrachage des vélos afin de s’en servir comme projectiles, crainte importante des services de police, est devenu beaucoup plus difficile » soulignent les représentants, ajoutant que « le démembrement du vélo » et notamment l’arrachage de son panier « est désormais quasi impossible ». S’y ajoute une nouvelle possibilité pour JC Decaux de bloquer (et ainsi débloquer) facilement à distance les vélos. Ils ne peuvent donc être empruntés à proximité de la manifestation et pour toute la durée de la manifestation… D’où la conclusion de vos représentants : les mesures adoptées au lancement du service sont source « de beaucoup de désagréments pour les utilisateurs et ne nous semblent pas générer de bénéfice important concernant la sécurité de nos concitoyens ».

Un consensus se dégage…

« On a rencontré des responsables de la Préfecture en mai 2011 pour faire connaissance, et on a échangé autour de différentes problématiques et notamment de la fermeture des stations lors d’événements » raconte Isabelle qui précise que dès cette première réunion « on a eu en face de nous des acteurs plutôt réceptifs à l’idée d’assouplir les règles ». Et puis, au fil des changements de postes à la Préfecture, l’idée « s’est effilochée », a été tout simplement un peu oubliée.

« On en a discuté avec le représentant de la Préfecture au comité vélo auquel Pierre et moi siégeons tous les mois » explique Isabelle et nous avons décidé d’écrire ce courrier pour relancer la démarche « tout en sachant qu’il y a un a priori favorable » à cette demande souligne-t-elle. « Il me semble même que JC Decaux avait déjà l’impression qu’il y avait une amélioration déjà visible » remarque Pierre. En tout cas, pour en avoir discuté avec le représentant de la Préfecture siégeant au Comité vélo depuis l’envoi de la lettre en février, le dossier suit son cours et jusqu’à présent les différents collaborateurs de la Préfecture rencontrés ont « tous parus favorables à une réévaluation des risques », soutenue évidemment aussi par JC Decaux et la Mairie de Paris. Les choses sont donc bien engagées !

Des contacts prometteurs

Pour Isabelle, ce qui est intéressant dans l’histoire de cette lettre et de cette démarche c’est le rôle de la présence de deux des représentants des usagers Vélib’ au comité vélo de la ville. « C’est par le biais du représentant de la Préfecture au comité vélo que la première rencontre a été organisée » souligne-t-elle. « Être au comité vélo permet de rencontrer très rapidement, en siégeant tous les mois, les associations et les acteurs du vélo » note Isabelle pour qui cela « facilite les choses, permet de rentrer dans l’action ».

La présence de représentants des usagers Vélib’ était « un souhait d’Annick Lepetit [Adjointe au Maire de Paris chargée des transports, des déplacements et de l’espace public] parce qu’aujourd’hui nous représentons 36% des cyclistes à Paris » précise Isabelle. Même son de cloche du côté de Pierre pour qui assister au Comité « permet de confronter nos points de vue avec ceux d’autres associations et y compris de forger notre opinion sur certains sujets comme par exemple le meilleur marquage au sol à adopter ».

C’est aussi la raison pour laquelle certains de vos représentants s’arrangent pour être présents lors d’événements vélo comme récemment la rencontre du Club des villes et territoires cyclables qui se tenait à Paris le 16 mars. Des contacts qui ont permis et permettent d’organiser des rencontres aussi bien avec des responsables SNCF sur la place des Vélib’ dans les gares, qu’avec la RATP (je vous en reparlerai) ou encore, ce mois-ci, avec Dominique Lebrun, coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo, ou encore avec Véronique Michaud, secrétaire générale du Club des villes et territoires cyclables.

Bref, vos représentants ne chôment pas.

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

alain dit :

Effectivement, avec une manif tous les jours, en ce moment les équipes Decaux, ne doicent plus savoir où donner de la tête …

oli dit :

Bref, qu’est-ce qu’on en a à faire que la démarche soit soutenue par Annick Lepetit ??? Vous la faites mousser parce qu’elle veut prendre la place d’Hidalgo-la-dingo-de-la-tour-Toblerone aux prochaines municipales ??

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...