<< Ecologie

Barcelone au rythme du Bicing
mercredi 25 janvier

Barcelone au rythme du Bicing

Marion
14Je partage

Nouveau tableau d’un système de vélos en libre-service dans le monde, le Bicing de Barcelone. Je ne vous inviterai pas à le tester vous-mêmes pour la simple et bonne raison qu’il est réservé aux résidents. Rangez vos rêveries de dévaler les ramblas, le menton haut, en short et jupette et lunettes de star sous un doux soleil printanier… Exit les touristes on vous dit ! Enfin, pour l’heure. Car la donne pourrait bientôt changer. Je sens que je vous intéresse, là…

Bicing, des petits trajets quotidiens

Lancé le 22 mars 2007, le Bicing (Clear Channel) est fondé sur une philosophie différente de celle du Vélib’, plus restrictive, d’où des choix de fonctionnement loin de ceux adoptés par la Ville de Paris. La Ville de Barcelone considère que Bicing est une « manière nouvelle de se déplacer dans Barcelone », un mode de transport alternatif et complémentaire aux transports en commun existants. Jusqu’ici tout le monde est d’accord.

Sauf qu’à la différence de Paris, Barcelone n’a pas décidé d’ouvrir à d’autres types d’usages : « Bicing n’est pas un système public de location de vélos pour un usage touristique ou récréatif » explique-t-on sur le site officiel. « Sa finalité est de couvrir les petits trajets quotidiens effectués dans la ville ».

D’où aussi peut-être l’explication des horaires du service, accessible 24h sur 24 uniquement le week-end, soit les vendredis, samedis et jours de fête, les horaires étant réduits du dimanche au jeudi de 5h du matin à minuit (pour les emprunts, les retours pouvant s’effectuer au-delà).

Depuis le 1er janvier 2012, ces horaires ont été étendus : le système est accessible jusqu’à 2h du matin et ne joue donc plus les cendrillons en semaine. Objectif affiché : améliorer la complémentarité avec les autres modes de transports et répondre à la demande des usagers notamment ceux qui travaillent en soirée mais aussi à tous ceux qui sortent. Rappelons que Barcelone est une ville étudiante (un tarif réduit pour eux comme à Paris ce serait bien d’ailleurs !).

Un service réservé aux Barcelonais

Du coup, Bicing est réservé aux habitants de Barcelone âgés de 16 ans et plus (14 ans à Paris) et uniquement avec un abonnement annuel à 44 euros (taxes incluses) depuis le 1er janvier 2012 contre 35 euros jusque-là. Un abonnement au coût élevé mais qui reste intéressant. Sandrine, installée à Barcelone depuis septembre 2010 utilise Bicing « en remplacement de la voiture ou des transports en commun pour son côté écologique, sportif, pratique (station à côté de chez moi) mais aussi économique car le parking est très cher à Barcelone ».

Dommage que les touristes soient exclus car Irène juge (qui a accepté que j’utilise les deux belles photos couleurs de cet article merci !) « c’est une super manière de visiter et d’apprendre à connaître une ville » Elle espère tenter l’expérience à Paris comme des amis à elle qui ont testé Vélib’ et ont adoré. C’est une manière d’être « plus actif », cela va plus vite de se rendre jusqu’aux différents lieux touristiques.

Même regret pour une américaine à Barcelone, qui se raconte sur son blog Jessica’s adventures in Spain, et estime que le Bicing « est le meilleur moyen de se balader » dans la ville. Elle peut rentrer facilement en sortant de boite de nuit et c’est même « son mode de transport public préféré ». Faire du vélo est meilleur pour la santé, plus agréable et parfois même plus rapide juge-t-elle. Elle regrette par contre la limitation aux résidents : ses collocs venus du Brésil et pourtant restés 6 mois à Barcelone n’ont pas pu obtenir de carte d’abonnement, la procédure pour obtenir une carte de résident quand on vient d’un pays non européen pouvant être difficile précise-t-elle. Autre avantage du Bicing selon Jessica : son faible coût.

Comme pour Vélib’, la première demi-heure est gratuite, la suivante étant facturée 0,60€ (contre 0,50 en 2011). Mais il clairement stipulé que le temps d’utilisation ne peut excéder les deux heures, la pénalité appliquée au-delà étant de 4,20 € de l’heure (contre 3,60€ précédemment). A noter, au-delà de trois dépassements des deux heures de location autorisées, l’abonné peut être exclu du service pendant deux mois maximum.

Au-delà de 24h de location, la caution de 150 euros est débitée en plus du montant de la location pour les 24 premières heures… Bref, la note est alors salée : 1,80 € les deux premières heures + 92,4 euros les 22 suivantes + la caution = 244 euros comme expliqué si on lit la FAQ…

Cela dit, vous êtes tenu contractuellement de passer votre carte en borne après chaque emprunt pour vérifier que le bon retour de votre vélo a été enregistré. A Vélib’, c’est recommandé dès que vous avez un doute sur la restitution de votre vélo. C’est certes une garantie mais la procédure est un peu plus longue, surtout s’il y a du monde à la borne… En cas de vol de votre Bicing, vous avez 2 h pour faire une déclaration au commissariat. Le système est ainsi plus contraint que Vélib’ par des procédures strictes.

Un modèle économique qui se cherche

L’augmentation des tarifs depuis le premier janvier est liée au coût du service. En août, El Pais (Le Monde espagnol) expliquait dans un article que la municipalité de Barcelone envisageait une ouverture du Bicing à la publicité et / ou aux touristes pour rentabiliser le coût du service. Celui-ci reviendrait à 18 millions annuels, les abonnés ne le finançant qu’à hauteur de 3 millions. Depuis, les tarifs ont certes augmenté – Le Bicing aurait le prix d’abonnement le plus élevé d’Espagne – mais la différence reste énorme et la charge pour la collectivité lourde à assumer, financièrement et politiquement, étant donné le contexte actuel…

D’après un récent article d’El Pais du 29 décembre 2011, la pub arriverait d’ici la fin 2012. Pas d’annonce sur les touristes par contre mais j’ai bon espoir puisque c’était une des propositions de Xavier Trias, le Maire de Barcelone, pendant sa campagne victorieuse l’année dernière…

L’élargissement des horaires augmentera aussi peut-être le nombre d’abonnés, qui est actuellement de 120 000 (près du double pour Vélib’). Apparemment, il y avait moins d’abonnés en 2010 (-35% par rapport à 2009), les premiers inscrits ayant bénéficié de prix d’appel à 6 euros en 2007 et abandonné depuis le Bicing. Par contre, l’usage des vélos a lui augmenté de 3,5% : les usagers les plus fidèles l’utilisent de plus en plus. C’est d’ailleurs un des objectifs de Jessica qui veut l’utiliser au moins 6 jours par semaine même si, seul inconvénient du Bicing, les stations ne sont pas toujours bien placées ou facile à trouver et les vélos parfois en très mauvais état.

Une régulation dans une ville très vallonnée…

Sandrine confirme que le confort et l’état des vélos est à améliorer de même que la régulation : « les stations de la partie haute de la ville sont vides à 12h/13h et ne sont pas regarnies avant le soir et il arrive de ne pas pouvoir déposer sa bicyclette à la station de destination parce qu’elle est pleine (grrrrrr!!!!!) ». Il y a en effet des difficultés liées à la topographie de Barcelone, située entre une montagne -Collserola- et une colline -Montjuic- m’a expliqué Jasper qui a créé et anime le blog Barcelona by bike (dont vient la belle photo en noir et blanc, merci à lui). Ce hollandais installé depuis 4 ans à Barcelone utilisait Bicing tous les jours pour aller travailler et explorer la ville.

« Je n’avais pas apporté de vélo de Hollande pour la simple raison que je n’avais pas la place dans mon appartement et que je ne connaissais pas « la rue espagnole » ; cette solution étant donc plus simple pour moi à ce moment là » explique-t-il. Depuis un an il a repris un vélo personnel et n’utilise plus Bicing qu’en complément. Ayant vécu dans différents quartiers de Barcelone, Jasper a pu constater que, selon les coins, plus ou moins en hauteur, le système peut fonctionner « de très bien à plutôt très mal ».

Près de la plage la première année (en bas de la colline) il y a avait toujours des vélos mais il fallait souvent attendre, les stations étant souvent pleines (NB : on dispose de 10 minutes supplémentaires pour chercher une autre station contre 15 minutes à Paris). Ensuite, Jasper a emménagé du côté de la Sagrada Familia, plus en hauteur : de nombreux vélos étaient endommagés (NDLR : apparemment les Bicing ont été depuis renforcés comme les Vélib’ en leur temps). Mais c’est un problème quand, comme Jasper, on compte sur un vélo pour aller au boulot…

Le problème des vélos endommagés est selon lui plutôt lié à un manque de respect et d’expérience des usagers qu’à un souci de vélo. Maintenant qu’il connait bien la ville, il préfère son vélo personnel qu’il bichonne (même si il y a le problème des vols et qu’il le gare donc chez lui la nuit). Bicing reste un vélo complémentaire qu’il utilise pour des trajets spontanés, avec des amis par exemple, « sans avoir à se préoccuper du vélo après l’avoir utilisé ».

Une ville qui apprend à devenir cycliste

Comme à Paris, l’arrivée de vélos supplémentaires suppose un réajustement des comportements des autres usagers de la route. Pas toujours évident… Pour Jasper, grand cycliste, les améliorations à apporter concernent surtout les infrastructures. Il a le sentiment qu’il y a « de plus en plus une culture vélo et des améliorations », la ville devenant de plus en plus « une ville cycling friendly » juge le hollandais. « Changer les infrastructures est une chose mais changer les mentalités des usagers en est une autre » suppose Jasper qui parle de tensions avec les véhicules motorisés ou avec les piétons, qui ne voient pas toujours les marquages au sol, de problèmes liées aux voitures qui stationnent sur les pistes cyclables, etc.

Des situations que l’on a vécues à Paris et que l’on vit encore également même si j’ai personnellement clairement le sentiment que la situation s’est améliorée. La différence entre Barcelone et Paris, qui ont lancé toutes deux leurs systèmes en 2007, tient peut-être à l’ampleur du système et du phénomène vélo. Le nombre de Vélib’ et vélos en circulation est plus important à Paris. D’après la Ville de Barcelone, entre les Bicing et les vélos privés, il y aurait 120 000 déplacements quotidiens cyclistes. A Paris, selon les jours, Vélib’ enregistre à lui seul 80 000 à 120 000 locations quotidiennes.

Un grand merci à Sandrine, Irène (toutes ses photos) et Jasper (blog Barcelona by bike) qui ont pris le temps de répondre à mes questions !

Bicing : Accessible à partir de 16 ans, 24h sur 24 uniquement les vendredis, samedis et jours de fête, et du dimanche au jeudi, de 5h du matin à 2h du matin

Vélib’ : Accessible à partir de 14 ans, 7 jours / 7 et 24h / 24

Bicing : 420 stations ; 6000 vélos et 120 000 abonnés

Vélib’  : 1 800 stations et 20 000 vélos et plus de 210 000 abonnés

Bicing : Plus de 55 000 locations par jour les jours de semaine précise-t-on sur le site de Bicing, 50 000 en moyenne, 1,3 millions de trajets par mois

Vélib’ : Plus de 100 millions de trajets depuis le lancement

Bicing : 159 km de voies cyclables en 2010

Vélib’ : près de 700 km de pistes cyclables (doubles sens cyclables inclus), 800 km à l’horizon 2020

Bicing : abonnement annuel à 44 €, première demi-heure gratuite, la suivante à 0,60€. Temps d’utilisation maximal de deux heures, la pénalité appliquée au-delà étant de 4,20 € de l’heure.

Vélib’ : abonnement annuel :29 € pour un Vélib’ classique (30 premières minutes gratuites) ou 39€ pour Vélib’ Passion (45 premières minutes gratuites) et, offres jeunes à partir de 19 € pour les 14-26 ans boursiers ou 29€ pour les autres (45 premières minutes gratuites).

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

[…] vous êtes de passage dans la capitale Catalane, Les Petits Vélos ont un bon plan à vous communiquer. Pour les amoureux de la petite reine en […]

bkl dit :

sejournant de temps en temps à BCN j’ai pu constater la faible densité des stations de bycing, les prix très élevés demandés par les loueurs privés (en plus on n’est jamais à l’abri du vol d’un velo loué-qu’en fait -on la nuit ?)
A paris de nombreux touristes peuvent profiter des velib (ils sont ravis quand un peu perdus devant les bornes on leur propose de l’aide) et c’est tant mieux et je regrette qu’à Bcn on n’aie pas accès au service. A ce sujet on m’a expliqué là bas que les loueurs privés avaient fait pression pour qu’il en soit ainsi !
Quant aux barcelonais qui expliquent que c’est tant mieux pour préserver la qualité du service à leur profit… sans commentaire

K dit :

(NB
Avec un service client ouvert de 8h à 22h, lorsqu’une borne n’enregistre pas correctement le retour du vélo après 22h, on se retrouve bloqué sans pouvoir reprendre de vélo jusqu’au lendemain… Pas très fiable pour l’usager !)

K dit :

La borne Louis Blanc / Chateau-Landon (10e) est défaillante.
A l’aller, impossible de décrocher un vélo (voyant passe au rouge).
Au retour, un vélo déposé, double bip normal, mais la borne et le compte vélib en ligne n’enregistrent pas le retour du vélo : « Vous avez un vélo en cours de location ».
Le voyant du vélo retourné est passé au rouge.
Dimanche dernier, cette borne était déjà défaillante (impossible de décrocher un vélo).

Philippe dit :

Après 2 ans 1/2 à Barcelone, utilisation quotidienne de Bicing, je suis à Paris depuis 3 semaines et j’utilise Velib. D’un point de vue résident, il vaut mieux utiliser le bicing à Barcelone car votre vélo personnel ne tiendra pas longtemps (beaucoup de vols). Heureusement que le service n’est pas proposé aux touristes, car il est déjà suffisamment difficile parfois soit de trouver un velo dispo, soit à l’inverse de trouver une station qui ne soit pas pleine aux abords du port et de la plage. Le flux de touristes est tel que leur donner accès au service pénaliserait les habitants.

[…] jspr bcn Marion of the bike sharing system Paris named Velib contacted me in order to ask some questions regarding the Bicing system here in […]

Emmanuelle-CO dit :

Gala
certes vélib a encore des progrès à faire et nous militons très fort au comité usagers vélib pour cela
Côté touriste nous avons loué des vélos à Barcelone, une seule journée car le prix était exorbitant près de 15€ pour la journée :-(
A Paris aussi il existe des loueurs de vélo pour la journée mais je ne connais pas les tarifs Maintenant le plus important c’est le développement du VLS (vélo en libre service) car plus il y aura de vélos dans les rues mieux ce sera et c’est bon pour la santé 😉

Marion dit :

Bonjour Gala
Merci de votre témoignage. Je voulais juste, comme je l’ai fait avec d’autres systèmes dans le monde, comparer les choix qui ont été faits et les usages constatés. Je ne prétend pas à l’exhaustivité d’autant que je n’ai même pas moi-même testé Bicing. Vandalisme, régulation, cohabitation avec les autres usagers de la route, tous les systèmes de vélos en libre service sont confrontés aux mêmes problématiques et ce qui est intéressant c’est de voir les choix qui sont fait par les villes pour les anticiper puis y remédier (pour ce qui est des côtes, je ne suis pas sûre que cela soit possible). Si vous retrouvez l’article de La Vanguardia ça m’intéresse, ces chiffres me surprennent un peu je dois dire.
Vive les vélos en libre service 😉
A bientôt

GALA dit :

Bonjour,

Je trouve que cet article n´est pas du tout objectif, je vis à Barcelone depuis plus de 10 ans et j ai observé l´évolution de Bicing.
Certes il ya pas mal de choses a améliorer, mais je peux vous assurer ( j´ais vécu 1 ans a Paris en 2010) que le système Velib a aussi de gros problèmes: la distribution des vélos et le vandalisme. Je pense que sincèrement la qualité du service ne peut se juger uniquement si le service ouvre 24h ou non ou bien s’il est ouvert aux touristes. Chaque ville a son propre modèle et si Barcelone n´a pas un système ouvert aux touristes c´est très simple, car il existe une association de 13 entreprises, appelée Bicitours qui offre déjà un service de location spécialement aux touristes dans toute la ville et à toute heure, chose que ne dispose pas Paris.
La deuxième, troisième, et quatrième demi heure a un cout de 0,70 euros ici a Barcelona, alors qu’ ´a Paris le cout est de 1 euro, 2 euros et 4 euros respectivement. Il ya pas longtemps « La Vanguardia » (journal d ici) a publie un article intéressant comparant quelques systèmes libres dans le monde, et par exemple la densité des stations para km2 et la disponibilité de bicyclettes par habitant est nettement supérieur a Barcelona qu´a Paris.
J aime aussi bien Velib que Bicing et je défendrais les deux services, mais cette comparaison a plutôt l´objectif de justifier les défauts de Velib en montrant / soulignant les défauts du voisin.. et je pense que ce n´est pas le bon chemin pour améliorer….

En tout les cas bravo Velib et bravo Bicing pour votre eco service !!

lise dit :

bonjour,

Article très intéressant, merci. Si je peux apporter un retour sur l’utilisation du velib que j’ai depuis 2008, j’ai le même profil que Jasper, sauf que je ne faisais pas de vélo avant d’utiliser le velib. le velib m’a fait découvrir le plaisir de se balader en vélo, puis de rentrer de soirée en vélo, puis d’aller au boulot en vélo, bref, je suis devenue une convertie, et je remercie du coup grandement vélib! Cependant, à force de ne pas trouver de vélo le matin pour aller travailler, (j’habitais la Goutte d’Or qui cumule les tares d’être -1: un quartier en hauteur/ -2: un quartier non touristique / -3: un quartier populaire), j’ai fini par craquer et acheter un vélo. De plus, quand j’arrivais au boulot (dans le centre ville) les stations étaient très souvent pleines. J’apprécie d’ailleurs vraiment cette offre des 15 mn gratuites pour chercher une place quand les stations sont pleines, c’est une excellente initiative. Depuis que j’ai mon vélo, je me sers du vélib quand je sais que je sors et que je n’ai pas envie de me trimballer mon vélo toute la soirée.
Maintenant, j’ai déménagé à Porte de Clichy, et ce quartier cumule les avantages d’être -1/ un quartier en bas d’une pente / -2: un quartier mixte (populaire et riche), ce qui change considérablement mon rapport au vélib puisqu’il existe des stations pleines le soir et le matin, et non des déserts permanents, où aucun vélo n’est jamais ramené, que ce soit par le service vélib ou les usagers.
Comme quoi, même si vélib est bien meilleur par rapport au Bicing, il reste des grosses similitudes quand à son utilisation quotidienne ^^

Merci en tout cas pour l’article et bonne continuation

jey dit :

Merci pour ces petits éléments de mise en perspective. J’ajouterais que pour que le vélo intègre plus largement les villes dans le monde, il est nécessaires que l’entente entre les différents moyens de transport s’améliore. L’ère du tout voiture est encore tenace, à nous de montrer le bon exemple. Mm si le réseau routier est encore très adapté aux véhicules rapides. Feu à répétition, sens uniques & co. Amis vélibiens bonne & sage route. Amsterdam ne sera plus une exception :)

Marion dit :

Merci à vous deux 😉 Je pense aussi que la mixité des usages est un plus ne serait-ce que parce qu’il faut commencer par faire quelques balades pour avoir envie d’adopter le vélo comme mode de transport à part entière… Mais je pense vraiment que cela va arriver à Barcelone étant donné les prises de position du maire.
Et oui notre Vélib’ (même perfectible) résiste aux comparaisons sans problème !

Emmanuelle-CO dit :

Très déçue cet été de n’avoir pu me ballader en vélo à Barcelone. Le service est moins bien que celui de Paris entre autre pour cette raison
Sur place on nous avait recommandé d’être très vigilent sur le vol des vélos qui est important donc il devrait renforcer l’offre des vélos en libre service
je ne comprends pas non plus la raison de fermeture du service dans la nuit – il n’y a pas de contrainte de personnel
merci pour tous les détails de l’article en particulier sur les dépassements de temps… ça ne rigole pas – tout compte fait les parisiens sont plus cools que les barcelonais 😉

Pierre_CO dit :

Merci Marion pour cet article très complet et très intéressant. Comme quoi, on peut râler sur notre mode de transport favori mais quand on commence les comparaisons, plus personne ne fait le poids.

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...