<< Ecologie

Valence à Valenbisi
lundi 19 décembre

Valence à Valenbisi

Marion
1Je partage

Envie d’un plongeon dans la Méditerranée ? C’est presque possible en hiver à Valence (Espagne et non France) où la température ne descend pas en général en dessous de 10°C et où il faisait – tenez-vous bien – 21°C hier, mardi 13 décembre. Ça fait rêver… Côté vélo par contre, vous seriez moins dépaysés puisque la ville de Valence a choisi de mettre en place un cousin du Vélib’ : le Valenbisi.

Nos cousins de Valence

Les deux systèmes étant proposés par JCDecaux, les points communs sont évidemment nombreux, notamment d’un point de vue technique. Les vélos et le mobilier se ressemblent beaucoup et les modalités d’emprunt et de retour sont quasi identiques : accessible 24h/24 et 365 jours par an, la première demi-heure est gratuite, 15 minutes supplémentaires sont offertes pour trouver une station où raccrocher son vélo s’il n’y avait plus de place à celle à laquelle on s’était présenté, des bornes interactives qui précisent les stations alentours et les disponibilités en vélos et places. Si vous testez Valenbisi, vous ne risquez donc pas d’être perdus !

Première variante, dans les types d’abonnements proposés. Il n’existe qu’un abonnement de longue durée à 18€ et un de courte durée à la semaine pour 10€. Pas d’abonnement à la journée donc pour tester le système comme à Paris. Le système étant plus « jeune » que Vélib’ (lancé en 2010 vs en 2007 à Paris), à terme de nouvelles offres d’abonnement verront peut-être le jour. On distingue depuis cette année le Vélib’ désormais classique à 29€ (30 premières minutes gratuites), du Vélib’ Passion à 39€ (45 premières minutes gratuites) et des offres jeunes à partir de 19€ pour les 14-26 ans boursiers ou 29€ pour les autres (45 premières minutes gratuites).

Se déplacer même la nuit

D’autant que si j’ai bien compris un article sur lequel je suis tombée, les jeunes seraient bien représentés parmi les abonnés. Côté usages et perception du système, je ne peux que me référer aux articles et avis trouvés sur des blogs.

Un cycliste puriste de Valence explique ainsi que Valenbisi « lui a changé la vie » car « où que je sois dans la ville, j’ai toujours un vélo à disposition ». Il estime que « le vélo est aussi pratique que le bus ou le métro ». Si les transports publics sont plus attrayant quand il ne fait pas beau, « ce qui n’arrive pas souvent ici », lui, de toutes façons, cela ne le « dérange pas de pédaler sous la pluie ». La « seule critique que l’on peut faire à propos de ce système est qu’il est trop populaire, dit-il, ajoutant, qu’il faut plus de stations dans le centre pour s’adapter au succès actuel »…

Victor estime lui sur son blog que Valenbisi « est l’une des meilleures initiatives à Valence ces dernières années ». L’un des avantages du système est de compenser l’absence de transports publics la nuit. Et s’il regrette qu’il n’y ait pas plus de pistes cyclables dans le centre ville, il estime que « peu à peu les automobilistes vont s’habituer à la nouvelle faune des rue de la capitale valencienne » : les Valenbisi ! Un petit bémol que j’ajouterai à la lecture de son article, il écrit que « la distance entre les stations est souvent inférieure à 5 minutes à pied ». Cela me semble plutôt important étant donné que nous sommes habitués à trouver une station tous les 300m dans Paris…

Même son de cloche sur la sécurité du côté de David Juan, l’auteur de deux très belles photos utilisées (dont la superbe en noir et blanc ci-dessus, merci à lui). Si lui-même n’est pas un utilisateur, sa femme est une adepte et est contente du service « même si elle aimerait qu’il y ait plus de pistes cyclables dans la ville et que les automobilistes fassent un peu plus attention aux cyclistes ».

Je pense que Valence est dans la phase d’ajustement où l’arrivée de nombreux vélos dans la circulation nécessite que tous les usagers de la route, automobilistes, piétons s’habituent à cette nouvelle présence. Pour l’heure, l’actualité du vélo à Valence, c’est plutôt une énorme grogne des cyclistes. Ce dimanche 11 décembre, ils étaient presque mille rassemblés suite à la campagne de verbalisation menée par la police semble-t-il notamment à l’encontre des cyclistes qui roulent sur les trottoirs ou attachent leur vélo au mobilier urbain. Une opération qui a apparemment déclenché un débat sur la place des vélos et des cyclistes…

Sept fois moins de vélos

Et ce n’est pas fini je pense même si, d’après l’expérience parisienne, l’afflux de vélos en ville a tendance à accroître la part modale des vélos en général dans la ville. Rappelons que l’Espagne a encore moins de tradition cycliste que la France, que la part modale du vélo dans les déplacements n’atteint pas les 1% quand en France elle est estimée à 2%, et atteint désormais près de 3% à Paris.

Les deux systèmes se différencient aujourd’hui surtout par leur ampleur. Et ce d’abord parce que la ville de Valence n’a pas fait le même pari au lancement du système : une montée en charge progressive à partir de juin 2010 a permis d’atteindre aujourd’hui 275 stations et 2 750 vélos. On est loin des 1 800 stations et 20 000 vélos de Paris et ses voisines ou encore des 343 stations et 4 000 vélos de Lyon pour ne parler que des statistiques des systèmes JCDecaux (à consulter sur leur site Cyclocity pour les curieux).

Côté usages, à Valence comme à Paris, le succès a été au rendez-vous. Notons que les habitants et les touristes peuvent avoir accès au service alors que d’autres villes et systèmes espagnols ont fait le choix de réserver les vélos en libre service aux résidents. C’est le cas de Barcelone, nous y reviendront dans notre prochain article…

Quelques chiffres des succès enregistrés

Valenbisi : environ 101 100 abonnés à l’année

Vélib’ aujourd’hui : plus de 210 000 abonnés

Valenbisi : 8 millions de trajets atteints en novembre

Vélib’ : Plus de 100 millions depuis le lancement

Valenbisi : 56% des abonnés annuels utilisent leur carte de transport pour accéder au service

Vélib’ : 65% des abonnés utilisent leur passe NAGIGO et 6% la carte Vélib’ Express pour accéder au service

Bientôt, un article dédié à Barcelone, à vos commentaires !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Emmanuelle-CO dit :

65% des abonnés utilisent leur passe Navigo mais certains n’ont pas (ou plus) d’abonnement sur ce pass – c’est juste une carte bien pratique pour l’abonnement ou un bon système pour remplacer une carte defectueuse 😉

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...