<< Blog

La régulation, perception et statistiques
mercredi 7 décembre

La régulation, perception et statistiques

Marion
71Je partage

Comment améliorer concrètement la régulation ? Mardi 22 novembre, Emmanuelle, du Comité des usagers Vélib’, et Grégoire Maes, directeur de l’exploitation Vélib’, avaient rendez-vous pour un atelier de travail faisant suite à la dernière rencontre entre vos représentants et JCDecaux. Deux heures d’échanges pour comparer leurs sentiments et analyses autour d’exemples concrets de certaines stations.

Il faut dire qu’Emmanuelle regarde « tous les soirs avant de se coucher » et « tous les matins après son café » les mouvements sur ses « stations favorites », comprenez celles identifiées par elle ou par vous sur ce blog comme pouvant poser des problèmes récurrents de régulation. Elle compile ainsi des statistiques précises et visualise la vie des stations au travers de graphiques semblables à celui présenté ci-dessous. Ces graphiques retracent les mouvements de Velib’ par jour, par semaine et par mois. Emmanuelle précise, presque en s’excusant de ce travail titanesque, « j’aime les chiffres à la base » et ajoute, franchement rigolarde, « je suis un peu barge » !

Emmanuelle échange ainsi régulièrement avec Grégoire les constats qu’elle peut dresser. Mardi, leur réunion avait pour but de :

– « travailler concrètement sur des anomalies constatées »

– « confronter leurs avis car, dans quelques cas, la perception de l’un ne correspond pas à la perception de l’autre »,

– ajuster finement les pratiques des équipes de régulation en modifiant si besoin le « carnet de route » des agents.

Cette réunion a également permis de constater le chemin accompli depuis 1 an en matière de régulation. « Même s’il reste des points à améliorer, les stations sont mieux régulées ». Effectivement, un important travail a permis d’augmenter le nombre de vélos régulés (+32% en 1 an) et la qualité de la régulation.

Le guide de la régulation

Grégoire a présenté en détail à Emmanuelle le carnet de route des agents de régulation. C’est le résultat de 6 mois de travail de l’ingénieur stagiaire que le comité avait rencontré en juin. Ce carnet de route indique les stations que les équipes doivent visiter en priorité et la catégorie à laquelle elles appartiennent. En effet chacune des stations est classée selon qu’elle nécessite plutôt un dépôt de vélos, au contraire un retrait de vélo, ou enfin aucune intervention quand la régulation se fait de manière naturelle, au rythme des locations.

Pour autant, en plus de ce « guide » destiné à intervenir de manière plus efficace, les tournées sont adaptées en fonction des réalités du terrain m’a précisé Emmanuelle. Ainsi l’ordre de priorité dans les interventions des agents de régulation varie en fonction des alertes de saturation (trop de vélos ou pas assez) : « la station remonte dans la liste des priorités » m’a expliqué Emmanuelle. Autre point d’organisation qui permet d’améliorer l’efficacité du travail accompli : la transmission des infos entre les équipes. Chaque agent de régulation remplit ainsi une fiche de constat de ses interventions qui est transmise au suivant, afin qu’il ne repasse pas inutilement sur les traces de son prédécesseur.

Avant de rentrer dans le détail des exemples concrets abordés ce mardi 22 novembre, Emmanuelle précise que seuls les secteurs qui posent des difficultés ont été évoqués mais que les améliorations sont aussi réelles dans d’autres secteurs. Et citer « la gare du nord ou la gare de l’est qui, par exemple, sont mieux régulées qu’à une époque » ou encore les « correctifs déjà apportés sur d’autres stations suite aux différents échanges, en particulier sur le secteur Vincennes-Montreuil ».

Cas d’école

« On constate que dans certains secteurs d’habitation des vélos sont enlevés la nuit alors qu’il n’y a pas de raison – pas d’arrivée le matin d’usagers – essentiellement des départs » m’explique Emmanuelle. Par exemple vers St Mandé-Vincennes, sur quelques stations des 10ème et 15ème arrondissements.

A l’inverse dans le quartier d’Ivry Bruneseau situé dans le 13ème arrondissement, à la limite d’Ivry-sur-Seine, une internaute sur ce blog a « mis la puce à l’oreille » d’Emmanuelle. La station est remplie la nuit alors que l’on a plutôt besoin de places libres le matin. La discussion avec Grégoire a fait ressortir que dans ce quartier « les consignes du guide de régulation n’étaient peut-être pas suffisamment respectées » explique Emmanuelle. Elle suppose que « pour certains agents de régulation, voir des stations vides la nuit c’est un peu tentant » : ils la remplissent alors qu’ils devraient s’abstenir, ces places libres étant nécessaires pour que la station ne soit pas saturée dès le matin. Idéalement il faudrait qu’ils puissent voir le lendemain le résultat de leur travail. Sauf que bien sûr, ils se reposent après une nuit de travail. Emmanuelle suggère qu’on leur montre des graphes pour qu’ils constatent les dynamiques des stations. Pour autant, Grégoire expliquait lors de la dernière réunion avec le comité des usagers : il faut ajuster les tournées de régulation entre théorie et connaissance du terrain. Les modèles statistiques ont aussi leurs limites et les agents de régulation doivent être suffisamment réactifs pour adapter leur travail en fonction des changements : une averse, un embouteillage changent la donne.

Dans le 12ème arrondissement, des tests vont être faits pour ne plus intervenir sur certaines stations se félicite Emmanuelle qui plaide dans ces cas précis pour une régulation naturelle liée aux besoins des usagers. Elle souligne cependant qu’il faudra peut-être ajuster ici ou là car nous sommes dans une période hivernale. Les dynamiques évoluent : moins de gens prennent un vélo à 8h du matin et certains, la nuit tombant plus tôt, optent pour d’autres modes de déplacement.

Régulation différenciée

Autre grand sujet abordé au cours de ces deux heures, les quartiers qui nécessiteraient peut-être selon Emmanuelle des tournées adaptées selon les jours de la semaine. Le secteur Opéra Madeleine se remplit très vite le matin. « Les jours les plus difficiles sont le lundi car le dimanche soir, les stations ne se vident pas obligatoirement de la même manière qu’en semaine » explique Emmanuelle qui plaide pour une tournée spécifique le dimanche soir. Dans d’autres secteurs, la régulation pourrait « anticiper certains flux du week-end : les gares, les zones de loisirs comme le bois de Vincennes avec son parc floral, les complexes de cinéma vers Bercy et Cours Saint-Emilion… ».

Autre forme d’ajustement pour optimiser la régulation : l’évolution des horaires des tournées. Emmanuelle estime qu’il y a là quelques pistes. « Cela ne sert à rien par exemple de commencer une régulation vers 23h sur les campus, quand les étudiants ont semble-t-il quitté les locaux, alors qu’enlever des vélos dans un quartier d’habitation permet aux usagers nocturnes de redéposer le vélo » explique-t-elle. La nuit il y a au minimum 300 vélos qui circulent en permanence. Un exemple suivi par Emmanuelle est ainsi celui des stations vers la place d’Italie : « la moitié des vélos déposés vers 23h sont empruntés dans un laps de temps assez court et les usagers du matin n’en verront pas la couleur » ! Ils pourraient même croire qu’aucune régulation n’est faite près de chez eux…

Le grand débat est d’ailleurs peut-être de savoir s’il faut privilégier ceux qui cherchent à restituer leurs vélos ou ceux qui cherchent à en emprunter ? Les usagers qui veulent emprunter un vélo la nuit quand les autres modes de déplacements ne fonctionnent plus, ou ceux qui comptent sur Vélib’ pour aller au travail le lendemain ?

En conclusion, Emmanuelle et Grégoire jugent leurs échanges très constructifs. Même si la régulation est complexe et que, dans des secteurs en hauteur ou dans des cas particuliers, tous les problèmes ne pourront être résolus, Emmanuelle a le sentiment que l’on peut encore améliorer le fonctionnement du service. Grégoire est déterminé à aller plus loin dans l’analyse du comportement des stations, heure par heure, pour affiner les diagnostics et les tournées de régulation. D’autres réunions sont ainsi à venir…

Emmanuelle effectue bien sûr tous les jours sa petite enquête et continue d’échanger avec Grégoire sur des exemples précis. Elle reste aussi très attentive aux anomalies que vous pouvez signaler sur le blog concernant des secteurs précis. C’est en analysant ces cas concrets que l’on fera progresser la régulation et ainsi le service Vélib’ !

mise à jour : les captures d’écran qui illustrent cet article ont été réalisées par Emmanuelle à partir du site http://v.mat.cc/ développé par Mathieu qui nous a gentiment autorisé à les publier. Merci à lui !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Emmanuelle -ex co dit :

Ben
La station Jules Joffrin est régulée toutes les nuits – c’est vrai que dans le 18e un grand nombre de stations n’ont pas cette chance
Il y a la station dénommée Poteau qui est mieux approvisionnée – mais c’est sur qu’il faut partir tôt

Ben dit :

Je constate tout les matins que l’ensemble des stations autour de chez moi (entre porte de clignancourt et Jules Joffrin 18eme, soit 4 stations au total) sont intégralement vides. Elle le sont aussi le soir, avec 2 ou 3 vélos maximum. Le 18eme quartier abandonné ? C’est ce que présente les statistiques du blog aussi. Il y a. Quoi rendre son abonnement.

tom4 ex comité dit :

Jak’o, c’est un peu facile d’accuser vélib de votre retard. savez vous qu’il existe aussi un metro, des bus et un tram, qui aurait pu exceptionnellement vous dépanner?
même s’il y avait peu de vélib dans ce coin ce matin, il y en avait (voir historique sur v.mat.cc).
vous voudriez peut être que l’on vous apporte un vélib chez vous ? :)
je passe sur votre commentaire sur l’aïd qui est borderline

tom4

Jak'o Vélo dit :

Ce matin, 1h 24 pour trouver un Vélib’. J’ai arpenté tout le quartier entre porte de Montrouge, Alésia, porte de Chatillon, porte d’Orléans, Cimetière de Montrouge, et ai fini par en trouver un devant l’Aquapôle de Montrouge. Du grand n’importe quoi. Rares vélos intacts : voyants rouge, nombreux vélos crevés : voyants vert… Où sont vos régulateurs? Partis en vacances? Fêter l’Aïd? Les deux? Aucune planification, dans un quartier les plus circulants de Paris. Désastreux. A vous dégoûter de défendre Vélib’. Bilan 1h 15 de retard au boulot. Merci qui?

Fabrice dit :

Très intéressants ces statistiques…ils me semblent confirmer ce que je constate en tant qu’utilisateur quotidien depuis 5 ans. Je prends tous les matins un vélo à la station pyrénées version 2, or depuis un an le réapprovisionnement de cette station laisse de plus en plus à désirer. Il était effectué toutes les nuits de façon systématique puis la situation s’est dégradée et aujourd’hui il se passe parfois plusieurs jours sans que rien ne soit fait. Je constate la même chose dans les stations alentours. Celles ci redeviennent des places de stationnement….que se passe-t-il ?

Emmanuelle-Ex CO dit :

Marion vous pouvez regarder le suivi des stations sur v.mat.cc un outil ouvert à tous grâce à un passionné – merci à Mathieu
Grâce à lui de nombreux usagers peuvent anticiper leur trajet

marion dit :

Je tiens à signaler l’absence de vélo sur la ligne B du RER et ligne 4 entre les stations denfert rochereau et gentilly (compris les 3 stations Porte d’Orléans) entre 8h30 et 14h. Pourrai-je également être destinataire de ces statistiques que semblent tant vérifier Emmanuelle et Grégoire, juste pour constater qu’il y a parfois 1 ou 2 vélo (par hasard) sur l’ensemble de ces stations?
marion, abonnée vélib passion

jacmaval dit :

Pour réguler, faut pas être sorti de polytechnique…..
laissez faire les quartiers bas et touristiques de Paris, au profit des quartiers plus éloignés ou élevés, ou la régulation doit être forcée et suivie!
Créez des équipes dédiées, et vous verrez la qualité du service améliorée et des usagers nettement moins mécontents que maintenant.
Invetissez aussi dans une bonne appli smartphone, essentielle de nos jours!

CM dit :

Je souhaiterais signaler un manque quasi permanent de vélos dans le quartier autour de Denfert Rochereau, ces stations souvent très souvent vides : Boulard, Denfert Rochereau, Mouton Duvernet, Mairie du 14ème, Froidevaux. Serait-il possible que le service de régulation vienne remettre plus souvent des vélos dans le quartier? Ou alors peut-être faut-il construire d’autres stations étant donné la forte utilisation? Merci de votre réponse.

François dit :

Catastrophique ! Solde débiteur depuis 3 mois, CB refusée en permanence, chèque envoyé puis encaissé mais solde toujours débiteur, service allo vélib incapable de résoudre le problème après moultes appels, vélos indisponibles, cassés…. Vélib, c’est plus ce que c’était !

Romane dit :

Service mal géré, trop de vélos ou plus de vélos et des cassés qui restent parfois des mois coincés. C’est devenu nul.

Philippe-Henri dit :

Il faudrait que ceux qui réapprovisionnent les grosses stations cessent de se débarraser le plus rapidement de leur tâche : au lieu de remplir d’un seul coup la totalité des stations d’un même quartier, ils feraient mieux de ne les remplir qu’au 2/3 ou à moitié pour permettre de pouvoir continuer à garer son velib sans quoi on reste avec son velib sur les bras ou on doit aller le garer très loin, ce qui fait perdre tout l’intérêt de velib. Or cette situatuion est de plus en plus fréquente !!

celou66 dit :

@Mathieu_CO: une fois de plus nos avis s’accordent. Malheureusement Vélib’ étant la référence, il n’y a pas vraiment de point de comparaison. Les usagers doivent accepter que pour le faible prix le système ne peut pas être parfait…Pour 2017, quoi q’il arrive, Vélib restera. La question à 1 millions c’est qui va s’en occuper

Mathieu_CO dit :

@celou66
La taille n’est pas la même (facteur 4), mais la densité est assez proche ! Je ne parle pas forcément de faire cela en cours de marché (pas évident), mais pour le suivant (2017) ça me semblerait une bonne chose d’intégrer ce type d’initiative à un schéma de déplacements global, et à la tarification qui va avec (moyennant un éventuel supplément donc).
Mais effectivement, débarasser la mairie de son joujou ça va pas forcément être évident…

celou66 dit :

@Mathieu_CO: la taille n’est pas la même. La société qui gère le système Bixi récupère le montant des abonnements et des locations. Certes il y a des acteurs importants mais la donne est malheureusement différente ici. Le Stif est très puissant, JCDecaux ne perçevant pas les frais d’abonnement il lui est difficile de faire de plus gros investissements. C’est à la mairie de prendre cette décision…

Mathieu_CO dit :

@celou66
Mais il y a tout autant d’acteurs là-bas :) Bixi, la ville et chacun des arrondissements (qui ont un pouvoir bien plus importants qu’à Paris), l’AMT, la STM, Stationnement de Montréal (à l’origine du VLS là-bas !), PBSC (le Cyclocity local créé pour l’occasion). On a bien réussi à intégrer l’ensemble des transporteurs en commun rail et route à une tarification unique, pourquoi pas le VLS après tout ?

celou66 dit :

@Mathieu_CO: la tarification Bixi a Montréal ne peut pas s’appliquer ici en raison des différents enjeux économiques. Ici il y a trop d’acteurs différents(La mairie, le Stif, JCDecaux).
Mes propos étaient ironiques, je sais bien qui paye, cette réflexion avait pour but de mettre en avant le fait qu’il ne suffit pas de dire il faut mettre ca ou ca en oeuvre ais voir combien coute un abonnement, qui perçoit les recettes et qui mets l’argent pour s’occuper du système. Lorsque l’on sait cela il faut pondérer ses ardeurs…

Mathieu_CO dit :

@celou66
Mais on pourrait avoir une tarification harmonisée avec les autres modes de déplacements publics en IDF. A Montréal par exemple, les usagers du Bixi qui ont l’équivalent d’un Navigo Annuel ne payent leur abonnement Bixi annuel que 19$ au lieu de 78$.
Qui conduit les véhicules : des salariés JCDecaux (ou filiales), qui paye les conducteurs : JCDecaux (ou filiales).

celou66 dit :

@joel: il n’y a aucun rapport entre l’abonnement Vélib’ et la RATP, autre que l’utilisation de la carte navigo(qui peut etre remplacée par une carte express ou une carte Vélib’…)
Lorsque je marche dans Paris je contribue à ne pas encombrer le métro, ai-je droit à une réduction?
Enfin le problème du nombre de véhicule est un faux problème. La vraie question est de savoir qui les conduit et qui paye ses conducteurs???

joel dit :

Bon OK, l’abonnement n’est pas hors de prix, mais dommage qu’il ne donne pas droit à une réduction sur le passe Navigo car chaqun de mes déplacement en Vélib équivaut à un délestage du réseau RATP !! Néanmoins, justifier le manque de Véhicule Vélib par un prétexte écolo c’est grotesque voir grossier pour l’écologie !!
si quelques véhicules en plus peuvent permettre à des milliers de voyageurs de laisser le leur, le prétexte ecolo ne tiens plus !! Le problème est bien de construire un système qui marche, un système qui ne marche pas et qui se décridibilise, ne fera pas avancer l’écologie ! Sinon, je n’empèche personne de faire tourner les véhicules Vélib à la bettrave ou autre énergies plus ou moins propre 😉
JOel.

joel dit :

Bon OK, l’abonnement n’est pas hors de prix, mais dommage qu’il ne donne pas droit à une réduction sur le passe Navigo car chaqun de mes déplacement en Vélib équivaut à un délestage du réseau RATP !! Néanmoins, justifier le manque de Véhicule Vélib par un prétexte écolo c’est grotesque voir grossier pour l’écologie !!
si queqlues véhicules en plus peuvent permettre à des milliers de voyageurs de laisser leur voiture, le prétexte ecolo ne tiens plus !! Le problème est bien de construire un système qui marche, un système qui ne marche pas et qui se décridibilise, ne fera pas avancer l’écologie ! Sinon, je n’empèche personne de faire tourner les véhicules Vélib à la bettrave ou autre énergies plus ou moins propre 😉
JOel.

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...