<< Balade

A la découverte de la Butte aux Cailles…
vendredi 24 juin

A la découverte de la Butte aux Cailles…

Anne-Sophie
3Je partage


Promenons nous sur la butte pendant que les touristes n’y sont pas !

C’est en hauteur et à l’écart des circuits touristiques traditionnels que la Butte-aux-Cailles, petit village du 13ème arrondissement de Paris, nous charme par son côté pittoresque. Je vous propose la même petite visite que celle qui m’a tant charmé la première fois… A vos Vélib’, parce que ça va pédaler !

S’il fallait la délimiter, le boulevard Auguste-Blanqui (au nord), la rue Bobillot (à l’est), la rue Tolbiac (au sud) et la rue Vergniaud (à l’ouest) seraient un périmètre possible. Mais le petit village reste connu par sa petite Alsace, sa petite Russie et ses différents recoins… Suivez le guide !

Ce petit village concurrence la butte de Montmartre avec ses 64 m de haut, elle est le point culminant de Paris (plus haut que la montagne Sainte-Geneviève). Située à proximité de la place d’Italie, aujourd’hui ce quartier contraste avec les tours de béton voisines. Ses nombreux cafés et restaurants la rendent particulièrement appréciée des Parisiens.


Ce qu’il faut savoir…

Au commencement était la Bièvre, un cours d’eau qui attirera les tanneurs et les pêcheurs d’écrevisses. Aujourd’hui, elle a complètement disparu dans des canalisations souterraines.

La Butte aux Cailles tire son nom de Pierre Caille, qui en fait l’acquisition en 1543, en achetant un coteau planté de vignes.

Jusqu’en 1860, le quartier n’appartenait pas à Paris mais Gentilly. C’était un quartier pauvre, sans éclairage, sans pavés où cohabitaient artisans, marchands de charbon, de bois, de nombreux ouvriers et chiffonniers. Des moulins-à-vent dominaient les hauteurs de la butte, d’où les noms « rue du Moulin-des-Prés » ou « rue du Moulinet ».

La place de la Commune-de-Paris, à l’angle des rues Buot et de l’Espérance, commémore les fédérés de la Butte-aux-Cailles qui, en 1871, ont repoussé à quatre reprises les troupes versaillaises.

Jusqu’aux années 1990, il n’y a jamais eu que quelques bars et restaurants paisibles, dont la clientèle venait essentiellement du village. La rénovation du quartier décidée alors que Jacques Toubon était maire d’arrondissement marque le point de départ d’une transformation du quartier en lieu de loisir et tourisme.

Ce qu’il faut voir…

La petite Alsace et la petite Russie

Pédaler jusqu’à la villa Daviel, Cette petite impasse est bordée de maisons ouvrières du milieu des années 1920, en matériaux très bons marché (brique et meulière). Un véritable air de campagne à Paris, des odeurs enivrantes et si vous cherchez bien un bananier et un figuier s’y sont installés !

Si vous continuez un peu la rue Daviel, vous arrivez dans ce qu’on appelle la petite Alsace. Posez votre Vélib’ et avancez dans la toute première cité-jardin construite à Paris en 1913. Dans cette cour entourée de grands arbres, 40 pavillons de style anglo-normand.

Il vous suffit de lever la tête pour apercevoir la petite Russie. Situé au dessus des pavillons du fond, un grand mur gris, ancien garage des taxis Citroen, et sur le toit un ensemble de petites maisons, c’est ce que l’on appelle la petite Russie. Construite par le propriétaire du garage pour les chauffeurs de taxis, tous russes. Et surtout, tous disponibles 24h/24 !

La Cité Florale

Enfourchez votre Vélib’, traversez deux /trois carrefours, et arrêtez-vous rue des Liserons. Bienvenue dans la « Glacière ». Villas Art déco de toutes les couleurs, vigne vierge et lierre sur les murs, tulipes, myosotis et chèvrefeuille dans les jardinets. Ce petit coin chaleureux était autrefois la Glacière, on y patinait l’hiver sur les prés inondés par la Bièvre et on taillait des pains de glaces entreposés dans les carrières et livrés l’été aux bistrotiers. Asséchés à la fin du 19ème siècle, des maisons bourgeoises y ont été construites au bord de l’eau…

Le puit Artésien

Boire de l’eau de source à Paris, c’est possible !

Au détour de la place Verlaine, aux abords de la piscine, la chance vous est donnée.  Comme dans un véritable petit village, les habitants défilent pour y remplir leurs bouteilles.

Ce puit artésien de 582 mètres de profondeur avait été foré en 1866. Depuis 1999, une fontaine publique a été installée en surface permettant de boire une eau pure, vieille de 25 000 ans. Alors n’hésitez pas à venir la tester.

Le grand vide grenier de la butte aux cailles

Vous aimez chiner, fouiner, dénicher l’objet précieux, voire fétiche, qui va donner du chien à votre intérieur. Direction le vide grenier de la Butte aux Cailles, ce dimanche 26 juin, un des plus grands de tout Paris ! On se perd dans un fatras d’objets insolites et charmants, on prend le temps, on tâte, on tchatche et surtout on remplie le panier de son Vélib’ de ses coups de cœur.

Et si vous souhaitez y participer, il n’est pas trop tard ! Inscrivez-vous en ligne sur http://www.vide-grenier.eu/


Pour une petite pause gustative…


Entre deux montées, il faut bien se restaurer ! A nous la terrasse des beaux jours pour savourer un coktail au Sputnik ou encore une assiette de tapas au Café Loma.

Le Sputnik

14, rue de la Butte aux Cailles – 75013 Paris

Le café Loma

60, rue Gérard – 75013 Paris

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Brigitte dit :

j’organise une journée découverte de Paris àvélo pour une trentaine de personnes est-ce qu’il y a beaucoup de vélos dans les stations

remi dit :

bonjour

c est une ballade que je vais tres certainement faire
j ‘ai juste un regret c est qu il n y a pas plan de trajet ce qui me faciliterai beaucoup ma ballade

bonne journée

ParisDecouverte dit :

J’aime beaucoup visiter la Cité Florale, tellement verte, elle me rappelle mon enfance chez mes grands parents.
Vos photos sont très jolies et tellement représentatives de ce quartier parisien !
Bonne continuation,
😉
Bien cordialement,
http://www.parisdecouvertes.com

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...