<< Borne

Visite du centre de R&D de JCDecaux
vendredi 20 mai

Visite du centre de R&D de JCDecaux

Marion
7Je partage

Le Comité des usagers Vélib’ avait été invité à visiter le centre de recherche et développement de JCDecaux à Plaisir. Finalement, seuls Emmanuelle, Pierre et Pascale ont pu se libérer ce mercredi 18 mai après-midi.

Tout d’abord, la visite du site de l’entreprise, « très impressionnant » de l’avis de Pierre, qui a aussi été l’occasion de petites digressions sur l’histoire de l’entreprise, une visite du show-room et des immenses ateliers où sont conditionnées les grandes affiches que nous avons l’habitude de voir au coin des rues.

Notons qu’il s’agit d’un très gros centre de recherche (250 personnes y travaillent…) et qu’il y a notamment trois ingénieurs à temps plein dédiés à la recherche et au développement sur les systèmes de vélos en libre-service comme le Vélib’. Vos représentants ont ainsi pu avoir un aperçu d’une borne… suédoise. En réalité, la moindre amélioration suggérée par le comité, me racontait Pierre, demande des heures de travail pour coder et transformer le logiciel. Mais le but de la réunion était bien sûr de parler Vélib’ !

Évolution des points d’attache

Emmanuelle a apprécié assister aux tests en cours pour faire évoluer les points d’attache et notamment le système de signalisation lumineux et sonore de restitution. Elle estime que l’évolution est positive, le signal lumineux est « plus marqué » et visible. Il s’agit encore de tests mais les équipes de JCDecaux travaillent en effet pour qu’il soit difficile de passer à côté d’un mauvais verrouillage. Améliorer cette signalisation a pour objectif de sensibiliser les utilisateurs sur la nécessité de demeurer attentif au système lumineux et sonore et de vérifier la bonne restitution du vélo. Rappelons que même lorsque l’on est pressé et habitué au système, il faut attendre que le voyant passe au vert et que le bip de confirmation retentisse…

Pour améliorer la régulation, il a été demandé si l’inactivité d’un point d’attache déclenchait une alerte. Elles peuvent être bloquées par des pattes de vélos arrachées des cadres et ainsi inutilisables pour reposer sa monture. Ce n’est pas le cas, seule l’inactivité prolongée d’un vélo déclenche des alertes. Cela étant, la tournée des réparateurs doit permettre de repérer ces dysfonctionnements. Emmanuelle a appris qu’il est possible d’acheter un ticket 1 ou 7 jours et de l’activer sur son passe NAVIGO : bien pratique pour éviter, y compris aux touristes, de faire la queue aux bornes et de simplement retirer son vélo en faisant glisser son passe directement sur le point d’attache du vélo choisi… Une astuce à connaître !

La nouvelle interface pour bientôt !

La nouvelle interface des bornes Vélib’ est en cours de finalisation et devrait bientôt vous séduire… La cartographie des rues et stations alentours prendra la totalité de l’espace de l’écran et permettra de naviguer plus facilement dans la carte. De même, la navigation a été repensée pour être plus intuitive, aller rapidement et facilement soit à la partie « s’abonner », soit à la partie « prendre un vélo ». Du côté des micros et haut-parleurs pour appeler directement Allo Vélib’ depuis la borne, ils sont bien réglés et vérifiés régulièrement, le principal souci qui peut-être rencontré est le bruit ambiant parfois trop important dans certaines rues. A noter, quelques chiffres intéressants : la station la plus utilisée est celle installée Gare de Lyon et, côté régulation, 85% des vélos déposés le sont dans les 14eme, 18eme, 19eme et 20eme arrondissements de Paris.

Réflexions sur la régulation

Sur la régulation, il a beaucoup été question des informations que le système informatique est capable de récupérer et d’analyser. Des tournées plus aléatoires pourraient être organisées pour « casser » les routines des circuits de régulation et approvisionner différemment les stations. Les représentants ont notamment interrogé les équipes de JCDecaux sur la régulation le week-end et les tournées supplémentaires à imaginer notamment les vendredis soirs ou encore des stations en banlieue. Une internaute avait témoigné sur le blog de sa difficulté à trouver une place une fois arrivée à Nogent : elle avait alors été bloquée avec son vélo sur les bras loin de Paris.
Dans ces cas particuliers de stations aux limites du service Vélib’, la situation est en effet bien différente de celles des stations pleines dans le centre de Paris. JCDecaux s’est dit ouvert à discuter de solutions pour aller au-delà du simple quart d’heure supplémentaire pour trouver une autre station. Pour ceux qui en douteraient encore, les équipes de JCDecaux suivent d’ailleurs ce qui se dit sur le blog avec attention !

Enfin, il a été question de programmer une nouvelle réunion avant cet été peut-être et cette fois-ci en soirée afin d’échanger sur des thèmes proposés par le Comité des Usagers. A suivre !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Mathieu_CO dit :

@ eleg : Malheureusement déjà proposé à JCDecaux qui trouve ça trop compliqué / cher / etc. Bref veut pas (alors que Bixi le fait, je dis ça je dis rien..)

eleg dit :

bonjour,

serait-il possible d’avoir un onglet « déclarer un défaut » avec p. ex. une image de vélib numérotée (1: guidon, 2: panier et.) pour cibler, au moment où on rend son vélib ?

j’ai tendance à penser que les faux déclarants seraient faciles à « pénaliser » et les vrais (et il y en aurait je pense*) faciliteraient le travail des équipes de maintenance. De plus le n° du vélib / de la borne est connu du système informatique.

* enquête à faire ?

gdffdgdfg dit :

Android? .

Bruno dit :

Bonjour.. ! je trouve l’appli iphone très correcte. Par contre c’est inadmissible la PUB qui nous apparaît tout devant au moment de l’ouverture… Qui à décidé cela? Il ne fait que gener… il faut attendre pour acceder a l’info pour trouver une borne?… Les moyens de faire pub sur le web ont bien avancé et c’est histoire c’est la honte… C’est très simple de ce dire .. oh voilà il y en a quelques millions d’utilisateurs de velib donc ont les met un pub tout devant et il vont acheter mon produit-service…

Bon courage .. Je trouve le Velib un projet genial mais attention à comment vous incorporez les nouvelles tech

Merci

Mathieu_CO dit :

Tout à fait, mais il faudrait en gros deux choses donc :
* Une régulation « globale » par secteur en alternant pour les zones en hauteur les stations remplies en fonction des nuits les stations –> Nécessite une étude des flux
* Une régulation « locale » pour les stations qui se vident et remplissent toutes seules et pour lesquelles des « accidents de régulation » sont arrivés (pluie qui a cassé la tendance d’une journée, remplissage par erreur de la station alors qu’elle allait statistiquement se remplir toute seule dans l’heure qui suit, etc) –> Nécessite une étude des flux… et une surveillance du respect du flux autonomne attendu pour intervenir en cas d’accident

Dans les deux cas, c’est certes de la R&D, mais ça servira pour tous les systèmes Cyclocity. Et la concurrence travaille activement depuis un ou deux ans sur ce point très important pour le bon fonctionnement du système, ce serait dommage de perdre de futurs appels d’offres sur ce point 😉

Emmanuelle-CO dit :

Mathieu,
lors de la discussion sur la régulation, nous avons déploré que certaines stations ne soient qu’exceptionnellement approvisionnées.
Ce serait bien, comme nous l’avions soumis en comité, que les tournées ne soient pas toujours faites à l’identique – on parle évidemment de stations très peu alimentées par les usagers ou saturés.
Si on prend le cas dans certains quartiers en hauteur on voit que pendant de trop nombreux jours aucun passage alors que la station à 300 mètres peut bénéficier de plusieurs tournées.
bien sur que le périmètre de livraison doit intégrer les mouvements des usagers

Mathieu_CO dit :

Merci Marion pour ce compte-rendu !

« Des tournées plus aléatoires pourraient être organisées pour « casser » les routines des circuits de régulation et approvisionner différemment les stations »
–> Ce n’est pas de l’aléatoire que Decaux doit faire. La quasi-totalité des flux de vélos sont prédictibles en fonction du jour de la semaine et de la météo, aussi bien à l’échelle d’un quartier qu’à l’échelle d’une simple station. Il suffirait d’étudier ces flux (le comité des usagers le fait déjà avec les outils « pirates » dont il dispose via des développeurs bénévoles) afin de voir par exemple si une station / un quartier se vide tout seul le matin et se remplit toute seule le soir (et qu’il ne faut donc pas le remplir en fin de journée, et au contraire le soulager s’il est plein). Ça demande certes un peu de temps pour étudier le phénomène (en même temps ça fait 4 ans que le système est en place), mais on pourra certainement arriver enfin à une régulation un peu plus efficace même à une échelle locale (tout du moins dans les zones « plates »)

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...