<< Evènement

Pour vous donner envie d’aller à Paris Plages
Vendredi 30 juillet

Pour vous donner envie d’aller à Paris Plages

Aurelie
3Je partage

A tous ceux qui, comme moi, n’auront pas la chance de partir en vacances cet été, n’oubliez pas que vous pouvez profiter de Paris Plages gratuitement jusqu’au 20 août. Mercredi, par grand beau temps, je suis allée y faire un tour après ma journée de travail. Au départ de l’hôtel de ville (station n°4016, 3 Rue Lobau), j’ai longé la Seine sur la Voie Georges Pompidou. Sur les berges, beaucoup de familles. Des parisiens surtout, mais aussi quelques touristes qui se prennent au jeu.

paris-plages-feloche-c-sophie-robichon

Paris Plages, c’est un peu l’événement de l’été. Les animations commencent le matin et se terminent à 20h minimum. Babyfoot, pétanque, pique-niques, bassins de baignade, transats, châteaux de sable, concerts,… les activités ne manquent pas. Au bord de la Seine, j’ai également croisé des musiciens amateurs à la guitare et aux percussions, un sculpteur très inspiré, et pas mal de cyclistes – à Vélib’ pour la plupart.

Pour rappel, Paris Plages (9ème édition déjà) est absolument gratuit.

Deux sites à retenir :
- Voie Georges Pompidou, entre le Pont Neuf (station Vélib’ n° 1010, 10 Rue Boucher) et jusqu’au Pont de Sully (station Vélib’ n° 4005, 2 Quai des Célestins)
- Bassin de La Villette (entre les stations n° 19003, 3 Quai de la Seine et n°19125, Place de l’Edit de Nantes)

paris-plages-plage-aventure-c-anne-thomesBonne plage à tous ! A vos Vélibs pour parcourir – avec prudence – les berges de Seines sous le soleil, avant de jeter votre dévolu sur un transat, un « radeau » de pique-nique, ou de prendre part à l’une des nombreuses activités. Les plages sont cyclables, et vous y ferez à coup sûr d’agréables promenades. Des jets d’eau (potable) sont même à votre disposition tout au long du parcours pour une escale rafraîchissante. En ce qui me concerne, il me reste encore trois semaines pour tester le site de La Villette !

Pour plus d’infos : paris-plages.fr

Photos 1 & 2 © Mairie de Paris – Sophie Robichon, photo 3 © Mairie de Paris – Anne Thomes

Laisser un commentaire

*

Les derniers commentaires

Lais dit :

Moi, je suis au Brasil dans une ville sur la mer, mais j’aimerais bien être à Paris en ce moment et me promener sur Paris Plage. lol

Mathieu dit :

Que dire ? JCDecaux profite aujourd’hui de l’effet Velib/Velov et a donc au moins en France une réputation de « leader » dans le domaine dans les vélos en libre service.

Problème : le service n’a jamais évolué depuis ses débuts malgré les nombreuses propositions des usagers, et ce qui était au départ des défauts de jeunesse ternissent de plus en plus cette réputation : procédure d’abonnement longue et complexe, une interface sur les bornes qui n’a pas évolué et qui reste donc toujours aussi lente et peu ergonomique, un système dont la fiabilité laisse à désirer (combien de stations HS / plantées qui ne seront pas débloquées si on ne les signale pas ?), une absence TOTALE de communication avec les usagers (ouverture de stations, stations fermées, interruptions de service), une incapabilité à respecter les rares engagements pris (le « running gag » des palettes orange par exemple), etc.

En fait, JCDecaux a une certaine tendance à oublier les problèmes plutôt que de chercher à les résoudre. Je fais souvent le parallèle avec le système Bixi, je vais à nouveau l’utiliser pour illustrer mon propos

Lors d’une manifestation (culturelle / sportive / etc), que fait JCDecaux ? Il annonce discrètement sur le site vélib (que personne ne consulte et encore moins ne lit) 24/48h avant la fermeture de toutes les stations autour du lieu de l’évènement. Combien de vélibistes se sont ainsi retrouvés bloqués autour des champs élysées le week-end de Nature Capitale, ou autour du champ de mars le soir du 14 juillet ? Que fait Bixi ? Il installe une « station dépôt » : du personnel Bixi est sur place le jour de l’évènement à un emplacement qui aura été clairement annoncé sur le blog bixi plusieurs jours auparavant, et ce personnel enregistre le retour du vélo et le stocke, créeant ainsi une sorte de station de capacité illimitée. 3 stations dépôt existent d’ailleurs à titre permanent en centre-ville de Montréal, et sont disponibles de 7h à 11h tous les jours de semaine (de 7h à 18h depuis peu pour l’une), ce qui permet de résoudre le problème de place tel que celui rencontré chaque jour à Paris vers Les Halles, St Michel, et autres.

Lorsqu’il n’y a plus de budget pour développer des outils d’aide à l’utilisation de Vélib (smartphone, site internet, etc.), que fait JCDecaux ? Il envoie ses avocats contacter un à un les créateurs d’outils « non officiels » (même celles non commerciales) pour leur rappeler que les données ne peuvent pas être utilisées sans autorisation blablabla, ce qui est pourtant contraire à l’esprit de la résolution 2010 DAJ 18 votée au Conseil de Paris. Que fait Bixi ? Il soutient le développement d’applications concurrentes à la sienne, en autorisant l’accès gratuit à ses bases de données pour toute utilisation non commerciale.

Bref, le système fonctionne bien, et tout le monde s’y retrouve : si le Vélib à Paris connaît aujourd’hui un taux de vandalisme assez important auquel personne ne fait vraiment attention, le fait qu’une dizaines de Bixi voient leurs pneus crevés est tellement rare que cela fait un article dans les journaux locaux (sic).

En l’état actuel des choses, je ne crois pas que JCDecaux considère Vélib comme autre chose qu’une pompe à fric (minimiser les investissements, maximiser la rentabilité), et je ne souhaite franchement pas que le marché soit reconduit en leur faveur lors du prochain appel d’offres… en 2017.

pierre dit :

Bonjour le spam…
Bon sinon pas de réactions au dernier article de Slate ?

http://www.slate.fr/story/26287/velib-couts-paris-explosent-ville

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...