<< Concours

Sortez vos appareils photos et capturez le tramway T3 !
vendredi 11 juin

Sortez vos appareils photos et capturez le tramway T3 !

Marion
5Je partage

carte blanche àVous l’empruntez, vous le croisez, ou encore les travaux de son prolongement font partie de votre quotidien ? Le tramway T3 fait déjà partie de la vie parisienne et justement aujourd’hui la Mairie de Paris vous invite à partager votre vision du T3.

Téléchargez dès maintenant vos photos originales et autres œuvres relatives au T3 sur la page « Carte Blanche » et devenez peut-être le prochain artiste à la Une. C’est l’occasion également de (re)découvrir le parcours du T3 et les huit œuvres d’artistes contemporains qui jalonnent déjà la ligne du Pont de Garigliano (15e) à la Porte d’Ivry (13e)…

 

carte blanche pageLe tramway comme vous l’imaginez

La vie du chantier ou la ligne telle qu’elle existe aujourd’hui le long des Maréchaux Sud, donnez votre vision du T3, capturez des moments insolites ou laissez votre fibre artistique s’exprimer et proposez vos photos, vos dessins, peintures, collages, etc. Vous avez « Carte Blanche » !

Il vous suffit de télécharger vos œuvres sur la page « Carte Blanche » du site du T3 – bien sûr il faut prendre vos œuvres en photo d’abord 😉 – pour les partager avec les autres riverains et usagers du T3 et même au-delà…

Autant être clair, il ne s’agit pas d’un jeu concours avec des cadeaux à la clé, si ce n’est le plaisir de voir sa création mise en avant sur le site du T3 et dans le T3 Mag.

L’art du tram et le tram de l’art

Chaque trimestre, un « coup de cœur » choisi parmi toutes les propositions envoyées sur le site sera sélectionné par le groupe de communication T3. Le cliché du photographe ou artiste, pro ou amateur, sera mis « A la Une » : une légende, le nom ou le pseudonyme de l’auteur (à vous de voir). Pour vous donner une idée, un diaporama présente toutes les contributions reçues.

Enfin, n’oubliez pas que le T3 a de quoi inspirer : huit artistes contemporains ont déjà créé des œuvres originales sur le parcours existant entre le Pont de Garigliano (15e) au Boulevard Masséna (13e). Sophie Calle appelle sa cabine téléphonique imaginée avec Franck O. Gehry Pont de Garigliano par exemple. Les bancs du parc Montsouris susurrent les confessions amoureuses dans les Murmures de Christian Boltanski (une expérience sympa, je recommande). Si vous êtes passés à côté, une balade du patrimoine est consacré à ce parcours artistique. Par ailleurs, sur le trajet du prolongement, de nouveaux artistes planchent déjà.

A vous de jouer !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

PierreCO dit :

Marion s’il te plaît fais quelquechose pour les spammeurs. Il faut changer le filtre d’urgence.

Courtier dit :

Oui je vais prendre mon appareil photo.

Jerome dit :

@Marion et autres « Admin » de l’ombre, Mairie de Paris:

Bonjour, comme tout pigiste, on peut penser que vous êtes rémunérés aux caractères écrits sur ce blog. Mais pourriez vous s’il vous plaît, au lieu de nous servir ce genre d’article sur le Tram qui n’a rien à faire ici, nous dire ce qui est concrètement fait actuellement, en ce moment même, pour améliorer notre quotidien. Et notamment :

– l’amélioration de la disponibilité des Velibs dans les stations vides,
– la mise en place d’un système d’incentive pour booster la remonté des Velibs depuis les stations pleines « en vallée » vers celles en « altitude »,
– Comment améliorer la régulation afin que Velib puisse être utilisé par les actifs (futurs actifs) qui se rendent au travail (en cours) et pas seulement les touristes,
– la mise à disposition de la V2 débuggée et utilisable de l’Appli Iphone,
– le développement d’une version sous Android,
– la gestion des « mauvais raccrochages », et les moyens mis en oeuvre pour les limiter,
– la réparation des Velibs poubelles en stations,
– le quotidien des réparateurs solitaires et esseulés que nous croisons en stations,
– des statistiques exactes sur le nombre de litiges et le nombre de solutions apportées à toutes ces personnes qui ont été lésées (ce n’est pas mon cas mais je me mets à leur place) et qui, de fait, deviennent, très normalement, des anti-Velibs. Tout comme beaucoup d’entre nous (l’analogie est hélas partout présente sur ce blog) avons pu être des anti-NOOS (!!)
– le calendrier des prochaines réunions Velib et les ordres du jour,
– le ramassage des Vélos abandonnés qui coûtent très chers aux contribuables et comment le motiver,
– la divulgation de nos adresses emails à des spameurs,
– la liste des petits gestes gratuits que chacun peut faire pour améliorer grandement le service,
– etc.

Il me semble, je peux me tromper, que l’information utile (non naive et non édulcorée j’entends) dont nous disposons provient depuis quelque temps exclusivement de certains membres du comités, bénévoles et motivés.
Par contre l’information futile, elle, provient de votre agence de communication.

je ne sais pas si vous meublez car, tout comme nous vous n’avez aucune informations pertinente de la part des services Velib et Com’ de la mairie de Paris ou si vous n’allez tout simplement pas, par manque de temps, de motivation ou d’expérience, spontanément à la pèche aux informations que nous aimerions avoir. D’où ma liste ci dessus pour vous aider.

Je vous prie également d’excuser le ton de mon email qui peut paraître désagréable. Je ne vous veux aucun mal. Tout comme vous, sans doute, j’aime le Velib et ce qui (ne) se passe (pas) énerve (voir les posts de PierreCO ou de Mathieu en ce sens).
Je vous secoue donc juste un peu de manière constructive, et à travers vous la mairie de Paris, afin de voir s’il est possible de vous (agence de gestion de blog, mairie, JCD) faire réagir, prendre conscience, ou tout du moins de nous expliquer pourquoi tout ce qui est posté sur ce blog semble rester lettre morte…

Taa-Daa!! :-)
Tiens, voilà un exemple de sujet intéressant: « Les Coulisses de VELIB et MOI Le Blog: qu’advient-il de tout ce que vous nous dites avec passion et parfois déraison sur ce blog? Comment nous contribuions tous à améliorer Velib » par Marion Admin dans VELIB & VOUS.

😉 Chiche!?

PierreCO dit :

Ce but bien précis ne me semble pas pertinent. Les freins doivent être bien réglés et c’est tout. De plus, faire cette vérification( s’assurer que les freins ne sont pas trop serrés) supposerait pour les mécanos de la place pour prendre un peu de vitesse et voir si cela dérape ou pas or il n’y a pas de place en général dans les ateliers. Par ailleurs cela leur ferait perdre du temps et finirait par les épuiser. Quand ça fait 2 ans que vous réparez des vélos à longueur de journée, cela ne vous réjouit pas de devoir fournir beaucoup d’efforts( pour accélérer rapidement et sur une petite distance) toutes les 1/2h.
Non il faut tout simplement que les mécanos règlent correctement les freins.

Sisyphe dit :

Freins des Vélib’ : certains freinent « dur » et il est facile de bloquer la roue arrière. Sur d’autres, le freinage est progressif mais reste efficace et le blocage de la roue arrière impossible. Cela doit dépendre de l’usure ou du réglage des freins. Comme les dérapages usent les pneus et donc pénalisent les coûts d’exploitation, je souhaiterais savoir s’il serait possible, en atelier, de veiller au contrôle – réglage, entretien voire remplacement le cas échéant – des freins des Vélib’, dans ce but bien précis : pour éviter le blocage des roues. Merci Mathieu pour ta dernière réponse !

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...