<< Couloir bus

Emprunter les aménagements cyclables, une obligation ou une possibilité offerte aux cyclistes ?
vendredi 9 avril

Emprunter les aménagements cyclables, une obligation ou une possibilité offerte aux cyclistes ?

Marion
50Je partage

 Vous êtes-vous déjà demandé si, en présence d’une piste cyclable, l’emprunter plutôt que la chaussée était obligatoire ou facultatif ?

Nous sommes nombreux, moi la première, à ignorer qu’il existe une distinction entre les aménagements cyclables obligatoires et facultatifs pour les cyclistes. Certains conducteurs reprochent alors aux vélos de ne pas circuler dans les aménagements cyclables alors qu’ils sont souvent dans leur bon droit…

Tristan Campardon, chargé de la division vélo à la Mairie, c’est-à-dire le monsieur vélo de la Ville de Paris, nous éclaire.

Aménagement obligatoire ou facultatif ?

« De manière générale en milieu urbain, la cohabitation entre les vélos et les autres usagers participe à la modération de vitesse avec un impact positif général en matière de sécurité de déplacements » souligne Tristan Campardon. Les aménagements cyclables sont créés pour le confort et la sécurité des cyclistes et pour favoriser le partage de l’espace public entre les piétons, automobilistes et deux-roues : les pistes et voies cyclables ou encore les espaces réservés vélos devant les voitures aux feux tricolores.

« Un bon nombre d’utilisateurs de la voirie, notamment les automobilistes, ignorent qu’il existe une distinction précise du code de la route entre les aménagements cyclables obligatoires et facultatifs » explique le Monsieur vélo de Paris. « A l’arrivée, les cyclistes sont souvent « pris à partie » quand ils circulent sur la chaussée en présence d’un aménagement cyclable alors qu’ils sont dans leur bon droit » déplore-t-il. Ce n’est pas parce que d’autres utilisateurs de la voirie n’ont pas le droit de les emprunter ou d’y stationner que les cyclistes sont obligés d’y circuler…

Pourquoi un grand nombre aménagements cyclables sont facultatifs ?

Le Code de la route n’impose plus depuis le décret du 14 septembre 1998 l’obligation aux vélos d’emprunter les aménagements cyclables. L’article R 431-9 du code de la route prévoit en effet que « l’obligation d’emprunter les bandes ou pistes cyclables est instituée par l’autorité investie du pouvoir de police après avis du préfet ». « Ce principe simplifie et sécurise certains mouvements de cyclistes tout en les protégeant réglementairement » explique Tristan Campardon qui donne plusieurs exemples.

  • Un cycliste peut emprunter la chaussée (là où les voitures circulent) plutôt qu’une piste ou bande cyclable lorsque l’aménagement cyclable est impraticable en raisons de stationnements abusifs, chantiers, revêtement dégradé, présence temporaire d’un marché, forte fréquentation de piétons, etc.
  • Un cycliste circulant dans une rue à double sens de circulation n’est pas obligé d’emprunter la piste cyclable bi-directionnelle contiguë qui l’obligerait à traverser les deux voies de circulation automobile pour rejoindre le trottoir d’en face. Il est en effet bien plus logique et sécurisant de circuler sur la chaussée opposée pour un court trajet permettant de rallier les commerces d’en face…
  • De même, un cycliste qui veut effectuer un tourner à gauche direct peut quitter l’aménagement cyclable avant l’intersection, et s’insérer dans la circulation plutôt que d’emprunter le cheminement cyclable.
  • Les cyclistes rapides (cyclistes utilitaires chevronnés, sportifs et cyclotouristes) peuvent préférer emprunter la chaussée plutôt qu’une piste cyclable pour des raisons de confort par exemple quand les nombreux abaissements de trottoirs liées à des portes cochères créent trop de ressauts ou parce que les pertes de priorités peuvent être fréquentes en intersections.

Savoir faire la différence…

En dehors d’un « contexte urbain dense comme à Paris, il est bien entendu que sur des voiries existantes ayant un caractère routier affirmé (2×2 voies large avec vitesses constatées élevées), le caractère obligatoire de l’aménagement peut s’appliquer » ajoute Tristan Campardon. On les reconnaît alors à ce panneau rond ci-contre dit B22. Certaines voies cyclables sont aussi « physiquement » et par essence obligatoires comme les pistes séparées physiquement de la chaussée ou les bandes en contresens cyclables reconnaissables à leur marquage continu au sol.

Les aménagements signalées le panneau carré dit C113 sont eux facultatifs. Ils ne sont pas obligatoires pour, dans un certains nombre de situations ponctuelles, ne pas obliger réglementairement les cyclistes à effectuer une manœuvre plus compliquée et périlleuse.

Un automobiliste ou deux-roues motorisé qui pesterait contre vous parce que vous n’êtes pas dans la piste cyclable est dans l’erreur. Pour autant, les aménagements cyclables sont conçus pour faciliter la vie des cyclistes et nous vous conseillons de les utiliser aussi souvent que possible.

Attention précise Tristan Campardon, un certain nombre d’aménagements dans Paris sont indiqués comme obligatoires alors qu’ils devraient être facultatifs. Un travail progressif de nettoyage de ces « erreurs » est actuellement en cours.

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

[…] pone con gusto los hielos al dulce refresco a través del blog del servicio público de bicis Velib: “Las infraestructuras ciclistas han sido creadas para el confort/comodidad y seguridad de los […]

Mathieu_exCO dit :

@Sanji
Le caractère obligatoire ou non d’une piste n’est donné que par l’autorité investie du pouvoir de police (généralement le maire, mais à Paris c’est la préfecture), après avis du préfet (R431-9 du code de la route).

La conception des pistes n’est faite que de recommandations et non d’obligations, ce qui permet donc malheureusement la création de toutes ces pistes difficilement utilisables voire dangereuses, les personnes qui les créent ne faisant visiblement jamais de vélo en ville…

Sanji dit :

J’ai du mal à trouver des infos sûres…
J’ai lu par exemple qu’on ne pouvait rendre une piste obligatoire que sur une portion sans carrefour, que la piste devait faire au moins 1,7m de large hors signalisation au sol, et que le caractère obligatoire n’était avéré que s’il y avait un arrêté municipal pour cette portion de piste.
Vous pouvez me confirmer ça ?
La question subsidiaire étant : comment savoir si l’arrêté municipal existe bien ?

hubert dit :

pourquoi réaliser des pistes qui coûtent alors qu’elles ne sont pas obligatoires.bonne journée

teniere dit :

alors pourquoi depenser des millions pour rien j ‘ais un exemple , surtout qu’elle avait ete reclamee cette piste

[…] à pieds, ou volant (comme les pigeons) – mettez vos sens en éveil >> voir les instructions Share this:FacebookGoogleTwitterJ'aime :J'aime […]

Pilou dit :

Pour quand même donner une réponse à ma question ; l’aménagement rue de Rivoli n’est pas obligatoire, la panneau M4d1 indique un conseil et non une obligation.
Seul le panneau B22 implique l’obligation et donc les explications sont en fait complètes :)
J’ai pensé qu’il était intéresant de poser ce problème afin de mieux y répondre.
Attention néanmoins, si sur certains portions d’un même axe le caratère obligatoire n’est pas présent par intermittance.

Pilou dit :

Explications exactes mais incomplètes.
Prenons l’exemple de la rue de Rivoli, il y a sur le couloir de bus un panneau d’obligation pour les bus (réf. B27a) sous lequel figure une signalisation complémentaire à ce panneau le logo cycliste (réf. M4d1). La signalisation complémentaire vient comme son nom l’indique compléter le panneau d’obligation et donc l’obligation devrait aussi en toute logique s’appliquer aux cyclistes. Ici il n’est question ni de B22 ni de C133, alors cet amémangement rue Rivoli, obligatoire ou pas pour les cyclistes ?
Excellente sortie à vous et soyez prudents

Philippe dit :

Il me semble que le b22 doit être remplace par le panneau interdiction aux cyclistes!!

Raphaël Hiribarne dit :

Ces pistes cyclables Parisiennes sont une CATASTROPHE!
Et je pense que tous les grands cyclistes les évitent autant que possible.

Entre:
– Les sorties privées qui en font des montagnes russes
– Les bas cotés qui récupèrent tous les déchets qui finissent par crever vos pneus.
– Les usagers lents dessus, les piétons…

Toutes ces raisons en font des pistes impraticables pour les velos de routes, les pneus fins, et les cyclistes qui veulent avancer vite et bien.

gillebert dit :

Pourquoi les voitures stationnées sur les voies réservées aux cyclistes ne sont-elles pas systématiquement verbalisées? Certaines occupent ces voies à demeure!

Les 2 roues motorisés circulent sans problème sur les voies cyclistes…

Dans les rues à sens unique où les cyclistes peuvent circuler à contre sens, les véhicules motorisés ne respectent pas une distance de sécurité et ne ralentissent pas.
.
Le service public de l’audio visuel ne pourrait-il pas participer à l’information des usagers de la route?

Mathieu_exCO dit :

@laguerre didier
On peut difficilement reprocher à la ville de Paris de ne pas aller construire de pistes cyclables dans les autres villes… Chaque ville gère elle-même son réseau routier, à l’exception des routes départementales (gérées par le département), nationales et autoroutes (gérées par l’Etat)

Par contre, on peut effectivement lui reprocher de déléguer la conception d’un bon nombre de pistes cyclables à des personnes qui ne se déplacent pas à vélo : si certaines pistes sont ainsi bien conçues (piste entre Dauphine et la porte d’Auteuil par exemple), d’autres ont des défauts qui les rendent très peu confortables : changements intempestif de côté de chaussée (tramway sud), quadruple virage à 90° à chaque intersection (tramway sud), bateaux en sortie de stationnement (traway sud… décidément !), piste sur trottoir où l’espace piéton est bien trop faible et mal / pas séparé de l’espace vélo (avenue Ingres, bd Magenta…), piste qui sert de stationnement « toléré » la moitié de l’année (bd Richard Lenoir côté Bastille…), piste trop étroite pour éviter un obstacle soudain (comme un piéton qui descend du trottoir sans prévenir, Bd de la Chapelle…)

Peut-être pourrait-on demander aux cyclistes parisiens quelles pistes ils estiment les plus dangereuses ou les plus inutiles en raison de leurs défauts, et traiter celles-ci en priorité dans le cadre du prochain plan vélo ?

laguerre didier dit :

je pensais que les pistes cyclables étaient là pour protéger le cycliste. je vois que je suis dans l’erreur, mais j’aimerais qu’on mexplique pourquoi on nous prélève des impôts pour construire ces fameuses pistes cyclables, ne pourrait-on pas utiliser cet argent ailleurs, ça représente quand même plusieurs million d’euros! ça impacte le pouvoir d’achat tout ça pour faire plaisir à quelques élus qui ne savent même pas ce qu’est un vélo.n’oublions pas qu’en dehors de paris il y a aussi des cyclistes, quand est-ce que vous verrez plus loin que votre périph en dehors de vos congés?

joel suire dit :

le panneau B22 est OBSOLETE

Daniel RIVIERE dit :

Tres bonne explication, merci. J’aimerais que les forces de Police de la ville de Neuilly les lisent avant de de demander aux cyclistes l’utilisation de la piste cyclable de l’avenue du Roule que je considère dangereuse : Pas d »évitement possible, mal goudronnée, circulation piéton, voiture de livraison, queue de poisson des bus etc…

Mathieu_exCO dit :

@alfavelo

Effectivement, un automobiliste qui ne respecte pas le code de la route a plus de chances de blesser quelqu’un d’autres qu’un cycliste ou un piéton, raison pour laquelle ses écarts devraient être sanctionnés plus sévèrement.

Sur le « les cyclistes font n’importe quoi », une petite vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=qlnIGTMlYZ0

alfavelo dit :

c’est pas compliqué : les cyclistes ont tous les droits: celui de rouler où ils veulent, de griller les feux et ne pas respecter les stop, de tourner à gauche sans regarder derrière et sans le signaler, et bien sûr de faire un doigt d’honneur à l’automobiliste qui se risquerait à donner un légéer coup d’avertisseur ne serait-ce que pour « avertir » qu’il arrive….
ceci dit quels que soit les règles ou les comportements je préfèrerai toujours être un automobiliste vivant qu’un cycliste mort.

Velo dit :

Réponse à PATVELOTAF, le CO2 n’est pas un gaz polluant TOXIQUE !
Quand vous respirez vous soufflez du CO2 quand vous faites une respiration assistée pour insuffler du CO2 dans les poumons de la victime.

En AUCUN CAS le CO2 participe à la pollution e t ce n’est pas toxique pour l’homme.

Le CO2 par sa présence participe à l’accroissement de l’effet de serre pas une pollution à particule comme le NOX des moteurs diesels ultra polluants

joel suire dit :

une cyclable n’est JAMAIS obligatoire,sauf decret municipal avalisé préfecture(c’est un doublon,mais simple)…. (-: @+

Abdelo dit :

Bonjour,

Par deux fois à Paris un policier (pas le même) m’a demandé d’aller rouler sur la piste cyclable (non obligatoire) plutôt que sur la chaussée.
Le ton n’était pas agressif mais plutôt directif ce qui m’a fait croire que quelquepart sans que je ne le sache j’étais en tort.
Etant déjà pressé pour aller travailler et n’étant pas très sûr de mon fait j’ai obtempéré mais je m’inquiète maintenant de la non connaissance de la loi par ces personnes censés l’appliquée; à moins qu’ils n’aient reçu des consignes venant d’en haut (je parle pas de Dieu !).
Il faudrait informer la préfecture de police que le cycliste est libre d’utiliser le chemin qui lui convient le mieux (sauf obligation contraire ) et qu’il serait bon d’en informer aussi ses représentants. En tout cas c’est ce que je vais faire.

joel suire dit :

une piste cyclable n’est JAMAIS obligatoire,sauf arreté municipal avalisé par le préfet….cette loi est inconnue par beaucoup de policier et gendarmes,,.
faire suivre svp…

PatVeloTaf dit :

Trajet Kremlin-Bicêtre -> Stalingrad tous les jours:
je suis consterné par:
– l’amménagement DEBILE des pistes cyclables: centrales, trottoirs, voies de bus/taxis, à gauche puis à droite, en sens inverse, sur le dos, les bras levés, les fesses en l’air, bref!!
C’est encore plus dangereux que de rouler sur la route!! C’est quand même le comble!
– le non respect du code de la route par les -nombreux- cyclistes (bravo pour l’image, nous devons être ex-em-plaires) mais aussi des 2 roues (sympa de prendre la piste et de m’enfumer au bon CO2, conn..d!)
– le stationnement sauvage sur NOS pistes
– les piétons: pour eux la rue, les pistes, le trottoir, c’est pareil, dommage que les vélib n’aient pas de pare-buffle

Et la POLICE qui ne fait rien pour nous défendre, quand elle est là elle grille les feux, roule n’importe où et -très rarement- verbalise.

Je suis en colère.
Messieurs les élu de Paris, laissez vos luxueuses voitures de fonction et venez partager notre quotidien.
Si vous jouez le jeux, dans 2mois vous détruirez vos me… vos pistes cyclable moisies et vous nous allouerez une voie complète au détriment des motorisés (hors transport en commun). Pour que nous soyons enfin en sécurité, sans embeter les taxis et les bus, car nous sommes legion et nous sommes l’avenir de cette ville.

John dit :

Parfois les pistes cyclables sont tellement encombrées et sales — Poubelles, véhicules garés sur la piste, poutrelles métalliques pour les marchés, bris de verre, problèles de conception… — qu’elles deviennent dangereuses au point que je préfère le trottoir et la route…

Une fois je me suis fait menacé d’une amende de 145 eur, je crois, par un fonctionnaire de la préfecture de Police pour avoir circulé sur un trottoir plutôt large, bien tranquillement… Juste pour éviter le stress automobile et de crever…

Quand je pense que le wheeling en scooter sur trottoir ne semble pas attirer l’attention de la police (en abord de ZUS, l’explication est peut être là), je me demande si il n’y a pas de la répression « facile » dans l’air, histoire de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat …

PierreCO dit :

Bonjour

Je vous conseille de contester, vous gagnerez sans aucune difficulté si le panneau était carré.

Colin dit :

Haha je me suis fait verbalisé à paris par un motard : « circulait sur la chaussé au lieu de la piste cyclable en vélib »
135€ …
Bvd sabastopol, c’est pourtant pas une piste cyclable mais une voie de bus autorisé au cycle avec panonceau blanc sans caractère obligatoire.
Un grand moment : « c’est n’importe quoi que les voitures soit fautives contre les cycles et piétons, il faudrait les recadrer, ils conduisent n’importe comment et après c’est de la faute des voitures …. »
Un bon GROS comme dit dans le premier commentaire :)

JMTALLERIE dit :

Pris à partie : oups. je fais jusqu’à 250 bornes par semaine ds Paris. Mon fils utilise le Vélib. Ce serait plutôt genre grands renforts de klaxon et si on ne se range pas dans ladite piste, on vous serre la tronche bien comme il faut. Franchement la route, la chaussée, on dirait que c’est fait ke pour les KONS. con (Larousse 1984) : personne d’une grande stupidité, y’en à plein de GROS sur la route…

Julie dit :

Bonjour,

Je rejoins plusieurs témoignage concernant le caractère dangereux de certaines pistes cyclables. J’ai récemment constaté que beaucoup de pistes ont été mises en place, notamment sur les voies initialement à sens unique pour les automobilistes, ce qui est une bonne idée. Seulement, je les trouve très mal signalées et dangereuses. Les automobilistes pensent que nous sommes en infraction parce qu’ils ne les voient pas, et sont donc assez agressif avec leur voiture, et un vélo ne fait pas le poids. De plus, les piétons ne les remarquent pas non plus et traversent en permanence sans même regarder ( je parle là des rues du Marais où il est très difficile de circuler même en vélo compte tenu de l’importance de l’affluence).

En tout cas, je pense que quelques pointillés et un vélo inscrit sur le sol en début de rue et en fin de rue est insuffisant. J’ai emprunté une de ces voies et une voiture m’a aussi carrément suivi, n’ayant pas fais attention que pour elle c’était en sens interdit. Pour perfectionner ce système, il faudrait de vraies pistes cyclables et pas juste un marquage au sol.

Et je pense aussi que la police devrait commencer à pénaliser les vélos qui ne respectent pas le code de la route. Le nombre de vélos qui grille les feux rouges est impressionnant et vraiment très dangereux.

Bonne journée à tous

Ritondemeudon dit :

Je soutiens l’avis de Nicolas sur la difficulté de rejoindre les voies de bus du boulevard Montparnasse, sur l’inanité de la portion qu’il décrit, et plus généralement sur la difficulté de gérer ce parcours du bus 91, avec des voies qui sont par moment centrales, et par moment latérales. L’une et l’autre option se défend ou se défendent, mais l’alternance des deux est dangereuse pour les vélos, et semble peu claire pour les automobilistes qui empruntent ce trajet occasionnellement.

Nicolas dit :

…pendant que j’y suis, je reste sur le même axe : boulevard de Port-Royal face au Val-de-Grâce, en descente (sens ouest-est) : il est grand temps de neutraliser cette bande cyclable horriblement dangereuse (trop étroite, en dévers, toujours pleine de terre et de débris). Je comprends bien que le couloir de bus est étroit, mais on ne peut pas accepter une piste comme ça (il n’y a pas des normes pour ce genre de choses ?). Je refuse de l’emprunter, et citerai le R431-9 si un policier y voit un jour quelque chose à redire.
Quand je prends la voie de bus, il y a toujours un conducteur irascible derrière (rarement un bus, plus souvent un taxi ou un monsieur très important dans sa grosse voiture, qui prend la voie en infraction) pour tenter un dépassement à 60 km/h en klaxonnant, et que je retrouve souvent au feu rouge juste après. Ces gens ont se sentent légitimés dans leur comportement dangereux par le marquage jaune « interdit aux vélos » au sol. C’est cinquante mètres en descente, il faut regarder les choses en faces et modifier l’aménagement.

Nicolas dit :

Un signalement de panneau rond pour M. Tristan Campardon : sur la place du 18 juin 1940, dans l’axe du boulevard du Montparnasse. Dans le sens ouest-est, cette piste cyclable est d’ailleurs sans intérêt voire dangereuse ; il vaudrait bien mieux :
– créer un sans vélos au feu boulevard du Montparnasse / rue de l’Arrivée (qui ne sera bien sûr pas respecté, mais on peut toujours rêver…)
– ouvrir aux cyclistes l’accès à la vile de bus qui traverse la place jusqu’au feu suivant (boulevard du Montparnasse / rue du Départ au milieu de la place)
Ainsi, les cyclistes peuvent anticiper leur rabattement sur la gauche pour accéder à la piste bus/vélos séparée sur la suite du boulevard.

Bon, je poste ça dans les commentaires, s’il y a une boîte à idées plus efficace pour adapter la voirie à ceux qui utilisent vraiment la ville au lieu de la traverser dans le boîte en acier…

Pierre dit :

Tom,
Exact, il y a eu quiproquo à la réunion à laquelle j’assistais. Le responsable de la DVD s’était mal exprimé ou j’avais mal compris. Pas d’expérimentation à Paris effectivement mais cela va arriver bientôt( expérimentation sur une vingtaine de feux avec des panneaux cette fois).

Je pense que tu as raison de dire qu’il faut être précis et ne pas raconter n’importe quoi mais je pense aussi que les attaques directes n’ont pas grand intérêt et qu’il vaut mieux les éviter.

Iago dit :

La piste cyclable le long des boulevard des Maréchaux réaménagés pour le tram T3 est un vrai gymkhana, dangereux pour les cyclistes et pour les piétons. Ceux qui l’ont imaginée n’ont jamais fait de vélo. Lorsque j’emprunte cet itinéraire, je reste sur le chaussée principale, c’est plus simple et plus roulant, mais surtout plus sûr.

Tom dit :

@Pierre,
Je crois que tu n’as pas dû bien comprendre ce qu’il disaient., je maintiens que l’expérimentation Tourne à droite n’a pas été encore lancée à Paris, il donc difficile qu’avoir déjà des retours concluants ou pas… La confusion du signal par les voitures a été observées pour les tests de Strasbourg et Bordeaux et de tout façon Paris veut mettre en oeuvre un simple panneau et non un feu comme là bas(compliqué, cher et impossible à généraliser)

Je pense qu’il fait être précis et ne pas raconter n’importe quoi car ce genre d’affirmation séme la confusion dns les esprits.

Pierre dit :

Tom, je tiens l’info des responsables de la Mairie. Lors d’un conseil de quartier, deux responsables de la mairie en charge de la mise en place des contresens en zone 30 nous ont dit cela, info qui m’a été confirmée par la suite par un responsable de la voirie.

Emmanuelle dit :

Est ce la météo tristounette qui rend les uns et les autres aussi desagréables et peu respectueux des cyclistes mais je trouve effarant l’attitude des piétons, motos -scooters dans l’utilisation des pistes cyclables.
Je ne sais pas ce que peut envisager la mairie, la préfecture de police… mais franchement ça devient dangereux et pénible de prendre les pistes cyclables
Une réflexion à avoir dans les zones 30 car là aussi les insultes fusent
ce n’est pas comme cela que j’envisage mes trajets en vélo

pierre dit :

sas qui ne sont pas plus respectés par les automobilistes d’ailleurs…

tom dit :

@pierre
Je ne comprends pas ce que tu dis, l’expérimentation du tourne à droite au feu rouge (mis en place pour le moment à Bordeaux et Strsbourg) n’etant pas encore lancé sur Paris. D’où tiens tu cela? Je pense que tu confonds dc dispositif avec les sas vélo mis en place devant les feux ce qui n’a rien à voir

Pierre dit :

Pour l’instant, hélas, les expérimentations sur les franchissements des feux pietons( feux qui ne servent qu’à protéger un passage piéton) et les trourne à droite( autorisation pour le cycliste de franchir le feu s’il continue son trajet à droite) ne sont pas concluantes à Paris. Les voitures prennent le signal pour elles et passent allègrement bien que le feu soit un feu vélo( avec un vélo dessiné dessus)
Cela risque malheureusement de condamner ces deux mesures à Paris.

Sisyphe dit :

A propos d’aménagements, je ne sais pas si vous avez remarqué mais c’est le « printemps des double sens cyclables ». Paris généralise cet aménagement dans les zones 30, conformément au Code de la Rue : cf. site Internet http://www.ruedelavenir.com et certains feux pour vélos sont déjà mis en place. Bravo et merci, nous attendons le marquage au sol et le panneau aux entrées pour nous lancer (avec prudence aux sorties de véhicules et aux intersections) !

Tim dit :

J’ai renoncé à utiliser les pistes cyclables sur Barbès / Magenta. Je viens d’utiliser les voies réservées aux bus. Lorsque la mairie décide d’éduquer les piétons et les automobilistes sur les pistes cyclables, puis je vais aussi faire l’effort pour revenir à eux.

Pierre dit :

Merci beaucoup pour cette réponse Marion. Je crois qu’il ne s’est pas présenté à moins que je n’ai pas fait attention à ce moment là. Mais c’est vrai que ce serait bien si on pouvait lui faire des retours car je pense que beaucoup de représentants ont des idées qui pourraient l’intéresser pour améliorer la situation du vélo à Paris.

Marion Admin dit :

@ Pierre, mais si, mais si, il était là et il a d’ailleurs apprécié, on en a discuté ensemble à l’occasion de ce billet.
Je reviens vers toi et les autres représentants intéressés par le sujet rapidement pour voir comment on peut fonctionner 😉

vaxyl dit :

Véritable ineptie en effet que cette piste du boulevard Magenta (idem boulevard Barbès d’ailleurs)…
Outre la topographie des lieux, la méconnaissance de ce type d’aménagement par les piétons ou automobilistes (ceux qui se garent ou veulent tourner à droite) fait qu’ils regardent encore moins si un vélo arrive que sur les bandes cyclables séparées du reste de la chaussée par le stationnement (exemples : avenue Daumesnil, bd Richard Lenoir).

Malheureusement, la chaussée autorisée pour les cyclistes est trop étroite pour ne pas se sentir gênant pour la circulation automobile…

Autres aménagements « débiles » : les bandes en contre-chausse sur les maréchaux (en tous cas de porte de Montreuil à porte des Lilas) qui s’apparentent à un parcours de cyclo-cross avec des trottoirs de près de 15cm de haut à escalader à chaque intersection.
Le couloir de bus étant interdit et la circulation rapide, le boulevard est assez peu utilisable si la circulation est dense…

Coriolano dit :

Emmanuelle, certains cyclistes appellent la piste du boulevard Magenta, le boulevard de la mort.

A titre personnel en dehors de voie partagés avec les bus je ne prend pas les pistes cyclables : trop de piéton qui confondent avec un trottoir , trop de voitures garés dessus, piétons au feu qui bloquent les entrées, souvent remplis de détritus, impossibilité de doubler un cycliste plus long…

En dehors des périodes ou il fait noir et ou il pleut je me sens plus a l’aise sur la chaussée

Pierre dit :

Marion, pourrait-on avoir un contact direct avec M Compardon qui si je ne m’abuse n’était pas là lors de la réunion Vélib? J’aurais quelques suggestions à lui soumettre concernant la réorganisation des pistes cyclables. Thanks.

Emmanuelle dit :

il existe aussi des pistes cyclables relativement dangereuses. La liaison Gare du Nord-République : piste sur le trottoir où il faut slalomer entre les piétons, les ouvertures de portes des voitures stationnées sur le côté gauche de la piste, les motos qui se stationnent parfois sur la piste cyclable…
vaut mieux avoir un excellent klaxon !!
mais l’idée en soit est bonne.

Eric dit :

Oui beaucoup de 2 roues circulent sur les pistes cyclables … à Paris en tout cas…

Geo dit :

Les pistes cyclables sont de bonnes choses, mais parfois les trajets qu’elles font emprunter pour un passage de carrefour peuvent vous prendre 5 minutes (enchainement multiple des feus), quand il n’y a pas trop de monde à place d’italie par exemple, je préfère suivre le chemin des voitures, 2 à 3 fois plus court grâce au rond point, que le cheminement très laborieux des vélos. Idem à l’intersection quai de la rapée pont d’austerlitz

Sisyphe dit :

Un exemple de panneau rond qui n’a plus lieu d’être : début de la bande cyclable de la rue Jules Ferry à Bagnolet – 93 (près du garage auto).

lezard dit :

Si on pouvait nettoyer aussi « l’erreur » que commettent la plupart des deux-roues motorisés en circulant sur les pistes cyclables…

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...