<< Comité des usagers

Première réunion du comité des usagers
mardi 6 avril

Première réunion du comité des usagers

Marion
33Je partage

comite-usagers-premiereJeudi se réunissait pour la première fois le comité des usagers Vélib’, j’en profite pour vous donner mes impressions sur cette réunion inaugurale. Pour cette première, une quarantaine de personnes était présente : vos 20 représentants bien sûr, Annick Lepetit, adjointe au Maire chargée des déplacements, des transports et de l’espace public, de nombreux représentants de la Mairie de Paris et de JCDecaux, mais aussi des responsables de villes ayant adopté Vélib’ comme Malakoff, Issy-les-Moulineaux, Pantin, Ivry-sur-Seine, Puteaux et le Kremlin-Bicêtre. L’humeur était bon enfant quoique sans complaisance et les usagers ont pu faire un premier tour des questions à aborder.

Le temps des présentations

Annick-LepetitCette première réunion ayant réuni de nombreuses personnes souhaitant échanger avec les usagers, Annick Lepetit a invité chacun à se présenter. Il était assez frappant de constater que tous les participants étaient aussi des usagers du service. Chacun, d’Annick Lepetit en passant par la responsable marketing de JCDecaux (qui vit sur les hauteurs de Belleville), a témoigné de ses propres expériences en réponse aux premières remarques formulées par les uns et les autres lors de leurs présentations. Vos représentants ont en effet profité de ce tour de table debats-comite-usagerspour faire part des questions qu’ils souhaitaient aborder à travers ce comité.

Un tour de chauffe et prochaines étapes

Au fil de la discussion et suite à une courte présentation chiffrée du service Velib’ par JCDecaux permettant d’apporter des éclairages sur le fonctionnement (3 000 vélos et 600 stations « régulés » tous les jours, 1h20 sont nécessaires pour charger et décharger les 20 vélos d’un véhicules de régulation), certains ont pu revenir sur des sujets précis. Sont notamment ressorties des discussions les questions liées aux applications mobiles, à la régulation des Vélib’, aux améliorations des vélos (selles, klaxon, etc).

La première conclusion que l’on peut tirer de cette réunion inaugurale est que, comme suggéré et discuté, il nous faut encore imaginer la meilleure façon de travailler pour faire avancer les choses. On s’oriente notamment vers des réunions plus thématiques avec vos représentants et des représentants de la Mairie et de JCDecaux pour mieux faire ressortir les problématiques précises, les solutions envisageables ou pas.

Bref cette première réunion a été très enrichissante. J’ai été ravie de constater l’implication de chacun pour faire évoluer ce service que toutes les personnes présentes en ce 1er avril aiment et prennent très au sérieux 🙂

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Veliba-Tignol dit :

Puisque personne n’a deviné, voici la réponse :

« Sans nouvelles de Gurb » de Eduardo Mendoza.

« Sin noticias » de Gurb pour ceux qui veulent lire l’édition originale.

L’action se passe à Barcelone, c’est raconté par un extra-terrestre et c’est très drôle.
A emporter dans vos valises cet été ou dans un panier Vélib si vous restez dans la capitale.

Veliba-Tignol dit :

Bonsoir à tous,

Peu de solutions ont été apportées au problème soulevé par Elisabeth, et tant d’autres avant elle, si ce n’est :

– le ravitaillement par les « vélifourgonnettes » (pas très écologique).
– l’invention des stations bonus (très bonne idée).
– et les mollets de quelques courageux (excellentes initiatives).

Il est peu probable que du jour au lendemain, tou(te)s les francilien(ne)s vont prendre conscience que c’est également à eux, individuellement, de faire de la régulation (Je descends en centre ville le matin avec un vélib, eh bien je remonte chez moi le soir de la même façon). Le ravitaillement vélifourgonneux a encore de beaux jours devant lui.

Bon, personnellement, je fais l’effort de remonter, puisque dans le centre tout est plein et que dans mon quartier c’est vide (refrain connu).

ATTENTION, CONTINUEZ A LIRE CE MESSAGE JUSQU’AU BOUT, LA SUITE N’EST PAS DE MOI MAIS EST EXTRAITE D’UN OUVRAGE PUBLIE EN 1990 :

« La densité de la circulation est un des problèmes les plus graves de la ville, et qui préoccupe le plus le maire, plus communément appelé Maragall. Celui-ci ne perd pas une occasion de recommander, à titre de substitution, l’usage de la bicyclette, et les journaux ont publié à plusieurs reprises sa photo monté sur cet engin, encore que, pour être tout à fait véridique, on ne l’ait jamais vu nulle part en cet équipage. Peut-être les gens se serviraient-ils davantage de bicyclettes si la ville était plus plate, mais c’est un problème insoluble car elle est déjà entièrement construite comme cela.
Une autre solution serait que la municipalité mette des bicyclettes à la disposition des passants dans la partie haute de la ville, ce qui leur permettrait de se laisser glisser très rapidement jusqu’au centre, presque sans pédaler. Une fois au centre, la même municipalité (ou, en son lieu et place, une entreprise concessionnaire) se chargerait de mettre les bicyclettes sur des camions et de les renvoyer dans la partie haute. Ce système serait relativement peu coûteux. Il suffirait seulement de disposer un filet ou des matelas dans la partie basse de la ville pour empêcher que les moins expérimentés ou les plus distraits ne tombent dans la mer en fin de descente.
Il est vrai qu’il resterait à régler la manière dont les gens ainsi rendus au centre remonteraient vers la partie haute, mais ce détail ne devrait pas préoccuper outre mesure la municipalité, car il n’entre pas dans les attribution de celle-ci (ni d’aucune autre institution) de se substituer à l’initiative des citoyens. »

A VOUS DE DEVINER QUEL EST CET OUVRAGE PREMONITOIRE !

elisabeth dit :

Bonjour à tous
D’accord avec Daniel, Patrick et beaucoup d’autres,

Ma station , en bas du Bd St Michel, est constamment pleine, tandis que celles en haut dudit Bd sont vides. Je n’attends pas des usagers qu’ils remontent les vélos, mais du service de régulation vélib qu’il S’APERCOIVE ENFIN qu’il n’est pas nécessaire de remplir à cet endroit car cela se fera naturellement puisque c’est un bas de côte.
Et cela soulagera les habitants de ma rue qui pourront enfin garer leur vélib, surtout si leur panier contient toutes les courses.
Qu’ils concentrent svp sleurs efforts sur les stations constamment vidées !
Un grand merci d’avance

fr dit :

En fait, je me dis que les gens à la mairie, à force de lire le blog, vont finir par se renseigner et bouger. Que, comme d’habitude, il y en a une minorité qui connaît le sujet, mais que ça restait trop complexe et sans aspect pratique réel pour qu’ils s’y intéressent.
Avec ce cas précis et les exemples qu’on leur a fourni, je pense que c’est flagrant et qu’ils ont donc des arguments pour la fois suivante.

Merci la mairie.

Mathieu dit :

Je suis tout à fait d’accord, comme je l’ai déjà proposé, JCDecaux et la Mairie de Paris devaient au moins proposer ces données sous licence CC BY-NC-SA, et négocier un contrat avec les entreprises qui veulent réaliser une exploitation commerciale de ces données, mais malheureusement ce n’est apparemment pas comme ça que la convention entre JCDecaux et la Mairie a été signée…

JuL dit :

@Mathieu : effectivement la base est accessible _en pratique_ librement, mais légalement Decaux peut en interdire l’accès à qui il veut, ce qui est totalement anormal. S’agissant d’un service initié par une collectivité publique, la liberté d’utilisation de ces données devrait être garantie.

Mathieu dit :

@le lapin masqué : il semblerait que JCDecaux fasse pression sur la Mairie de Paris pour qu’elle ne mette pas à disposition gratuitement les données et pour qu’ils puissent les commercialiser de leur côté. Ce qui a été dit à la réunion, c’est que JCDecaux avait tout pouvoir de faire stopper l’exploitation des données Vélib’ aujourd’hui utilisées « illégallement », et qu’ils ne voyaient pas en quoi ça gênait puisqu’ils proposent une application pour iPhone. Oui c’est assez mauvaise foi comme justification, je te l’accorde…

@Julien : la base de données n’est justement pas *librement* accessible, elle est « juste » accessible.

Julien dit :

Pour répondre à Ludovic, il y a un moyen très simple d’avoir accès en temps réel à toutes ces données, c’est de voir la synthèse disponible sur http://v.mat.cc/tout.html , réalisée à partir de la base de donnée Vélib librement accessible.

On voit donc qu’il y a en ce moment environ 18 000 Vélib à disposition officiellement en état de fonctionner (officiellement, c’est à dire en excluant ceux qui sont en borne rouge, ce qui ne veut pas dire qu’ils soient tous effectivement en état de fonctionner), avec un plus bas dimanche dernier à 14 000, ce qui veut dire par différence qu’il avait à cet instant environ 4 000 Vélib loués. Avec en plus environ 1000 Vélib indisponibles (borne rouge), soit un total de 19 000 Vélib sur la voie publique.

Le tout pour 39 000 bornes, réparties en 1 205 stations.

le lapin masqué dit :

En réponse au post #4

C’est drôle, je pensais que la Mairie de Paris avait négocié, dans son avenant au contrat, la copropriétés des données dynamiques… Alors, que faut-il entendre par copropriété ? Chaque partie a-t-elle la liberté de licencier/ouvrir ces données indépendamment de l’avis de l’autre partie ? Faut-il l’accord commun des deux parties (auquel cas, c’est le statu quo) ?

Qu’a-t-il été dit exactement sur le sujet à la réunion (questions et réponses des intéressés) ?

Concernant l’ouverture des données, le réseau de Rennes fait le premier pas et montre l’exemple ! (http://data.keolis-rennes.com/fr/accueil.html)

Pline dit :

Ceux qui se plaignent des stations vides soit n’ont rien compris aux flux principaux qui régissent les déplacements sur Paris et sa périphérie, soit s’assoient sur les principes écologiques qui sous-tendent le système Vélib. Si vous regardez au fil d’une journée le taux de remplissage des stations on assiste à une bascule bi-quotidienne du parc entre quartiers résidentiels et quartiers ou sont concentrés les emplois. Deux solutions sont possibles pour maintenir une distribution uniforme : multiplier les déplacements des Vélib par des véhicules polluants et encombrants ou multiplier le parc ce qui compte tenu du cout du système et de son encombrement dans une ville ou l’espace est compté semble peu réaliste. Ces derniers temps, contrairement aux affirmations de plusieurs sur cette page, les dégradations sont plutot à la baisse et sont moins systématiques (déplacement quotidien, arrdt 17, 18, 10, 1-4, 8, 9, 5, 6, 7, 15).

Il y a combien de vélib en circulation aujourd’hui? Il y a tellement de différentes chiffres, partant de 3000 déplacés par jour jusqu’a 21000.. mais c’est quoi le bon chiffre definitif. Egalement il y a combien de bornes?

Sisyphe dit :

Contrairement à ce qui est écrit plus haut, l’opérateur du service public des vélos en libre service est désormais intéressé financièrement à la bonne marche du système. Suivez les séances du Conseil de Paris en vidéo sur paris.fr : on apprend pas mal de choses à ce sujet (on peut naviguer dans l’ordre du jour). L’ensemble devrait donc évoluer favorablement.

Pierre dit :

Marion, je crois que c’est du spam intelligent. Cette personne n’a rien à dire, à part un lieu commun, et c’est uniquement pour se faire de la pub.

Livret dit :

Je pense que cette réunion est une bonne chose notamment pour les usagers.

Pierre dit :

@Paul
C’est normal que le première réunion soit surtout du blabla. Même si on n’a pas fixé de date pour se revoir, on a prévu de créer des groupes de travail pour réfléchir à tel ou tel problème. Certes Decaux ne veut pas perdre d’argent mais il faut aussi qu’il n’oublie pas le point de vue des usagers et on va essayer de le lui rappeler.
Certes, tu as raison sur le fond, JCD est au courant de la plupart des problèmes et ne fait pas grand chose pour les résoudre(CF lamelles oranges) en partie à cause du fait qu’il a déjà mis suffisamment d’argent dans le système selon lui et que cela lui coûte très cher; maintenant je pense qu’il faut être optimiste et espérer qu’il vont changer un peu leur état d’esprit. En plus je pense que de nombreux problèmes ne sont dûs qu’à un manque de volonté car il ne serait ni très compliqué techniquement ni très onéreux de les résoudre( refonte de l’interface des bornes, prb des lamelles oranges) C’est cette volonté qu’on va essayer de transmettre aux responsables de Decaux. C’est pas ce qui manque les ingénieurs chez eux. Il faut juste en affecter un peu plus à la R et D

Enfin, non on n’a pas de coordonnées d’un responsable de JCD mais on devrait normalement les rencontrer quand on formera des groupes de travail.
Il est également envisagé de créer une plate forme sécurisée entre les représentants, la Mairie et JCD où nous pourrions discuter avec les responsables sur les différentes idées.

Paul dit :

J’éspère que je suis pessimiste et que ce que je dit ne reflète pas totalement la vérité mais j’ai peur que Decaux n’ai que faire de 20 représentants qu’il voit tous les 6 mois. Il suffira de leur dire que c’est trop compliqué techniquement ou que cela est beaucoup trop cher et voilà, ce sera fini.

J’attendais des réponses de ce comité et aujourd’hui on a rien. Cf mes questions plus haut:
Où sont les engagements de Decaux? Où sont ses explications sur la maintenance, la régulation, les bouts de plastique oranges, les stations en travaux depuis des mois et qui n’avancent pas, le manque d’investissement, les vélos qui pourrissent en station,
Pour quand est prévue la mise à jour du système de navigation sur les bornes…?
Ca m’a bien fait rire les réponses que Decaux a donné dans un article pour expliquer les 40000 abonnés en moins: ils ont par exemple dit que cette baisse était dûe aux nombreux déménagement. Cela me rappelle les adhérents de l’UMP. M Lefèvre avait expliqué doctement que la baisse des adhérents était dû à la forte mortalité. C’est du gros foutage de gueule. Comme tout d’ailleurs. Aucun explication n’est données pour eclairer les dysfonctionnements( très nombreux il ne faut pas se le cacher). On se moque de nous.
De toute façon, il n’est pas dans l’interêt de Decaux que le système fonctionne: plus il a de clients, plus il faut réparer les vélos, assurer la régulation, répondre au téléphone… Moins il a de clients mieux il se porte.
Il se contente de proposer son système partout dans le monde pour remporter des marchés mais derrière, il s’en désinteresse totalement.
@Victor: que peux-tu avoir comme moyen de pression quand tu payes 30€ par an. Ils s’en foutent que tu te désabonnes.( la preuve ça les gène pas de perdre 40000 abonnés, ils n’ont toujours pas amélioré leur système) Comme je l’ai expliqué plus haut, c’est même dans leur interêt.

Victor dit :

Le système Vélib est tout simplement représentatif de la société actuelle :
d’abord de la Com ; encore de la Com ; toujours de la Com.

Ceci dit je suis moins négatif que Paul ;

– d’abord parce que Vélib a évolué : très très lentement bien sûr : un blog officiel 6 mois après la mise en service ; des stations V+ un an après ; des représentants 2,5 ans plus tard.

– ensuite car je suis certain que parmi les 20 bcp sinon tous ne se laisseront pas rouler facilement dans la farine ; ne serait ce que parce qu’ils ont un avantage de taille : ils paient et utilisent Vélib

Paul dit :

Attention, post au vitriol

Alors je vais commençer par rappeller, comme divers articles dans la presse l’ont relaté, que le Vélib a perdu 40000 abonnées ce qui est non négligeable. Je pense qu’un certains nombre ont tourné pendant des heures avant de trouver une place plusieurs fois et qu’ils ont fini par comprendre que cela ne servait à rine de gaganer du temps durant le trajet si c’était pour en perdre à l’arrivée et en plus se retrouver enervé. A moins que leur cautions ait été prélevée abusivement par Vélib.

Je n’ai vu aucun engagement de la part de Decaux après cette réunion dans votre compte rendu.
Où sont les engagements de Decaux? Où sont ses explications sur la maintenance, la régulation, les bouts de plastique oranges, les stations en travaux depuis des mois et qui n’avancent pas, le manque d’investissement, les vélos qui pourrissent en station…?C’est bien d’aborder les problèmes comme vous dites; encore faut-il prendre la résolution de les résoudre. Le comité n’a visiblement aucun pouvoir contraigant et ce n’est pas en faisant du bla bla tous les 6 mois( pourquoi pas tous les deux ans tant que vous y etes) que cela va arranger les choses. Quant au partage des données; je n’ai qu’un seul mot: HONTEUX.

J’éspère que moins que les représentants bénéficient d’un contact chez Decaux pour faire remonter leurs idées entre les réunions. Sinon, c’est vraiment qu’on se fout de leur gueule. On leur dit oui oui mais on ne fait rien derrière.

Victor dit :

.
@DUCHAMP : « A qui s’adresser ? » LE FIGARO de début Février donne la réponse:

« Près de 30% des réclamations auprès de la médiatrice de la Ville de Paris, Claire Brisset, ont concerné en 2009 le service de vélo en libre service Vélib’, à cause de problèmes d’encaissements de la caution de 150 euros, selon son rapport annuel publié aujourd’hui. (04 FEV 2010) »

@Sisyphe : il faut effectivement encourager l’auto régulation dynamique ( extrapolation en temps réel des stations V+ figées ) Je suis pas très fana de la régulation par camion ou bus.

@Patrick Brindejont voir les « améliorations à venir en 2009 chez JCDECAUX » (publiées il y a un an sur http://forum-velib.xooit.com/t91-NOUVELLE-INTERFACE-DES-BORNES-VELIB.htm)…que personne n’avait identifié comme Poisson d’Avril 2009 tellement ces dispositions semblaient EVIDENTES.
« transformons Velib en SERVICE PUBLIC » La Mairie a cédé à la mode sous traitance externalisation ; c’est vrai que ça présentait bien … au début.

Geo dit :

Il est clair que tous les indicateurs montrent que le vélib est victime de son succès. Ca enlève une grande partie de l’utilisé du velib de devoir annuler régulièrement un trajet à velib (qui sera au mieux remplacé par un trajet en métro) parce que aucun vélos n’est disponible au départ ou aucune place à l’arrivée (c’est beaucoup plus embêtant)

Mathieu dit :

@Pierre et Marion : Oops en effet, les deux avaient des noms similaires, désolé pour cette méprise :-/

Sisyphe dit :

Rémunérez les usagers qui remontent les vélos dans les stations vides, en leur donnant la possibilité d’échanger leurs minutes de bonus sur leur compte contre des euros et le problème de régulation sera réglé – cf. message 3. ; la logistique nécessaire comme décrite plus haut annule le bénéfice environnemental de Vélib’. Remontez les vélos avec la force musculaire, pas avec des camions – cf. message 3.

Pierre dit :

On dit « sévice public » 😉 Il est clair qu’il y a une marge de progression non négligeable. Il y a sans doute un manque de personnel. Si vous voyez des lamelles oranges pendant 1 mois bloquer une bornette, un vélo qui reste au rouge pendant deux semaines, un vélo à réparer qui ne l’est pas, c’est essentiellement parceque le nombre de salariés n’est pas aussi important qu’il devrait l’être.

Duchamp dit :

Ca fait 18 mois que Vélib a empoché illégalement ma caution annuelle de 150 euros!!!!, et 18 mois que je tente -en vain- de la récupérer. Mais même au niveau (sic) Jean charles et Jean Claude Decaux, je ne reçois AUCUNE réponse. Merci de m’indiquer les coordonnées d’un personne responsable et honnête à qui je pourrais m’adresser.

Patrick Brindejont dit :

Bonjour à tous,
abonné de la 1ere heure, je vois le service se dégrader. Pour moi, tout comme pour Daniel ci dessus, le vrai sujet est d’améliorer la qualité de la régulation et il y a des énormes marges de progression, aujourd’hui c’est un « sévisse public ». Chez moi à Malakoff la station Guy Moquet est régulièrement vide et un vélo aux pneus crevés est là depuis plusieurs jours. Les autres stations velib de la ville sont tout aussi mal régulées. Ailleurs dans Paris on voit des stations toujours pleines ! C’est quasi intolérable et pousse à (r)acheter un vélo. C’est peut être le calcul de JCD ?
Pourtant ce n’est pas très difficile d’avoir une statistique permanente sur toutes les stations indiquant celles qui sont « saturées » et celles qui sont vides. Cela permet de faire une cartographie simple des mouvements de régulation à faire en favorisant la proximité.
En mieux utilisons l’idée de Daniel en déclenchant une alerte dès qu’une station n’a plus que 5 vélos ou 5 emplacements disponibles (ce chiffre de 5 peut être adapté à chaque station avec la statistique de son flux moyen d’arrivée/départ de velib).
Et si JCD ne sait pas faire, faisons comme l’eau du robinet de Paris, transformons Velib en SERVICE PUBLIC.
un qui commence à en avoir raz l’bol.

Marion Admin dit :

Bonjour à tous,
vos commentaires sont sur les billets où vous les avez publiés, Pierre et Mathieu ont dégainé leur compte-rendu plus vite que moi, ce qui ne m’étonne pas maintenant que je les connais 😉

Pierre dit :

@ Mathieu, non ils n’ont pas été supprimés. Ils ont été publiés sous cet article
http://xen1-4.idweb.fr/blog/humeur/velib-et-vous-des-comites-dusagers/
Thibaut, oui on en a beaucoup parlé mais malheureusement, ils souhaitent vendre les données. Personnellement, je ne vois pas qui pourrait acheter ces données; après tout dépend du prix mais visiblement, cela fait trois ans que Mappy, Viamichelin et compagnie… s’en passent et cela n’a pas l’air de les déranger. Il faut rappeler que la part du vélo dans les déplacements à Paris est de 3%. On peut estimer que la part de Vélib dans les déplacements est de 1,5% en moyenne( un peu plus l’été, un peu moins l’hiver). Je serais eux, je n’aurais pas forcément envie de mettre une fortune là dedans au vu de ce très faible pourcentage.

Mathieu dit :

@Thibaut : il semble que nos compte-rendus « personnels » de la réunion aient été supprimés, mais en gros : ne compte pas sur JCDecaux pour ouvrir ces données.

Thibaut dit :

Suite à la demande de suppression de notre application mobile pour iPhone (Roue Libre) qui permettait de chercher une station vélib, nous sommes ravis que le sujet ai été abordé lors de cette première réunion, et nous esperons que des précisions nous seront données rapidement, lors des prochaines réunions.

Nous pensons en effet que l’ouverture de ces données serait un vrai plus pour les utilisateurs. Nous restons à votre disposition pour aider le comité à réfléchir dans cette démarche d’ouverture de la base de donnée Vélib.

Sisyphe dit :

Certes, le prestataire doit recharger les stations vides mais que les usagers remontent eux aussi les vélos. Trop de gens se contentent de les emprunter pour la descente. Avec le temps, souhaitons que la majorité de la régulation se fera par les cyclistes. Une récente étude d’AIRPARIF intitulée « Quelle qualité de l’air à vélo dans Paris ? » (à télécharger sur http://www.airparif.asso.fr/pages/actualites/velo_090217_cp) et les 30 minutes d’exercice nécessaires par jour pour une meilleure santé et une plus grande longévité me donnent des raisons d’espérer. Il me semble qu’il serait souhaitable de pouvoir convertir les minutes de bonus en euros ; cela constituerait une incitation au sport quotidien. Après tout, on achète bien des minutes de Vélib’ en approvisionnant son compte donc on devrait pouvoir vendre celles qu’on accumule en acheminant les vélos vers les stations Bonus marquées « V+ ». D’ailleurs, ce mécanisme est encore peu connu donc il faudrait communiquer à nouveau dessus, à l’approche des beaux jours.

Daniel dit :

Je reposte mon texte à un endroit plus adapté, j’ai noté la réponse de Pierre qui dit que les chiffres de JC Decaux sont une régulation forcée de 3000 vélos sur 100 000 trajets/ jour, il me semble que cela devrait suffire effectivement, si ça ne suffit pas c’est que les stations sont bien mal ciblées et je ne retirerais rien de ce que j’ai écrit plus tôt …

je suis un utilisateur régulier de Velib et je m’étonne de plus en plus du manque de performance du système de régulation. Tout le monde semble se satisfaire de cette situation qui consiste à avoir des stations pleines où on ne peut pas déposer son vélo et des stations vides en permanence. Les utilisateurs savent de quoi je parle mais aussi JC Decaux qui a à disposition en permanence toutes les données sur l’état des stations. On ne voit pas souvent les véhicules JC Decaux chargés de faire les transferts de vélos. Je pense qu’il y a un grosse lacune coté JC Decaux, dispose-t-on à la ville de Paris des statistiques (ce serait sans doute très édifiant) ? JC Decaux a t’ il dans ses obligations de démontrer un minimum de résultats en la matière?
Ma proposition serait qu’il y ait un objectif de résultat (un slogan du genre “5 vélos /5 bornes disponibles” me parait pas mal mais c’est vous les spécialistes) et une publication régulière des écarts par rapport à cet objectif au besoin contractualisé avec un système de bonus malus entre la ville de Paris et JC Decaux, (ce dernier point ne concerne pas directement les abonnés mais c’est peut-être une idée à suivre).
La situation empire, je pense qu’il est grand temps de prendre des mesures.

Marion Admin dit :

Premières impressions après cette réunion inaugurale. Très vite plus d’infos 😉

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...