<< Historique

Transports 40-45, les nouveaux moyens de locomotion à Paris
mercredi 13 janvier

Transports 40-45, les nouveaux moyens de locomotion à Paris

Marion
14Je partage

« L’essence est devenue précieuse, économisons-là » c’est en ces termes que débutait un reportage de 1941 sur le retour en force des vélos à Paris, alors sous l’Occupation allemande. A partir de cet extrait d’archives de l’INA et de bien d’autres, ce « Paris à vélo » a été imaginé dans le cadre de « Paris Remix ». Tentative de décryptage…

Paris Remix

Inspirée par la dernière newsletter i-vélib’ et tous ses exemples où le Vélib’ joue les premiers ou seconds rôles dans des films ou chansons, j’ai cherché des vidéos en ligne en rapport avec le vélo à Paris ou le Vélib’. Je suis tombée sur celle-ci réalisée par NOART. Je me suis rendue compte qu’elle avait été créée pour le concours Paris Remix, lancé à la rentrée 2008 par Dailymotion et l’INA. L’institut national de l’audiovisuel avait alors mis à disposition des morceaux choisis et chacun devait composer un film en y ajoutant des images contemporaines. Séduite, j’ai décidée de fouiller sur le site de l’INA pour retrouver d’autres extraits et ceux utilisés. Étant donné la musique (très sympa d’ailleurs) utilisée pour ce remix, on entend un peu moins les commentaires de l’époque. Précisons, comme l’INA sur son site, que ces images datent essentiellement de l’Occupation où les actualités étaient contrôlées. Je dis essentiellement car il me semble que certaines images pourraient provenir de l’après-guerre…

Il était une fois… Paris sous l’Occupation

ah-les-parisiennes Dans l’extrait originel « Les nouveaux moyens de locomotion » (Transports 40) utilisé au début du montage, le commentateur signale les charrettes à bois des Halles (encore ventre de Paris), le retour des fiacres et s’attarde sur les « pousse-pousse taxi » imaginés car « il n’y a pas plus ingénieux et débrouillard que le parisien »… Véritables MacGyver (certes sans la coupe années 80, court devant long derrière), les parisiens équipent leurs vélos de remorques et s’improvisent taxi. bonus-au-poids

Les belles dames, classes en toutes circonstances (notez le gracieux croisement de jambes) et les hommes d’affaires se font ainsi balader dans Paris où l’essence fait défaut.

Si les « pousse-pousse taxi men » en bavent dans les côtes, ils bénéficient eux-aussi de bonus ! « Fort heureusement, conclue le commentateur, le prix de la course est proportionnel au poids du client ».

Je n’ai pas retrouvé tous les extraits utilisés mais en ai déniché quelques voiture-a-pedale autres savoureux et notamment un cortège de mariage en vélo-taxi en 1941 (belle-maman toute de vison vêtue en perd sa fleur), et, mes préférés, « Les moyens de transport ingénieux et hétéroclites » voiture-a-traction-avant(Transports 41). On y voit une voiture à pédale, un rêve de petit garçon, et un « morceau de citroën à traction avant » : l’arrière d’une voiture tirée par un cheval !

Savoureux non ?

PS : si vous avez réalisé des photos ou vidéos mettant en scène des vélos ou Vélib’ n’hésitez pas à nous contacter pour que nous parlions de vous sur le site. J’espère bientôt réussir à contacter Noart d’ailleurs pour en savoir plus.

Sur le site de l’INA, quelques extraits trouvés :

Transport 40, « Les nouveaux moyens de locomotion »
Transports 41, «  Les moyens de transport ingénieux et hétéroclites »
« Mariage en vélo-taxi », 1941

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Pierre dit :

Sysyphe, cela ne me semble pas envisageable. D’une parce que cela ne résout qu’une partie du problème: remplir les stations. Cela ne les vide pas alors que c’est le problème principal. Mieux vaut ne pas trouver de vélo à la borne que ne pas trouver de place à l’arrivée.
D’autre part parce que cela coûterait beaucoup trop cher à JCD sachant qu’il y a des gens qui utilisent systématiquement les stations bonus car ce sont celles les plus proches de leur domicile ou de leur lieu de travail. Ils cumulent donc très vite énormément de bonus.
Par ailleurs, la flotte des camions de régulation roule au GPL si je ne m’abuse donc les critiques plus haut n’ont plus lieu d’être( pour l’angle mort mais il n’y a que 3 morts de cyclistes par an à Paris ( si ma mémoire est bonne) à cause de cela et à chaque fois c’est un poids lourd qui est en cause et pas une camionnette.)

Sisyphe dit :

A mon avis, le système n’a pas vocation à être régulé entièrement par une flotte de remorques attelées à des camions (nuisances sonores, olfactives et attention à l’angle mort !) mais seulement à la marge. Un bénéfice environnemental de Vélib’ est l’autorégulation par les usagers. 30 minutes de sport par jour sont recommandées pour la santé et la longévité donc il faut remonter vos vélos. Je suis contre une intervention lourde et pour une régulation « douce », naturelle par les cyclistes eux-mêmes. Pour cela, je pense qu’il serait pertinent de pouvoir convertir les minutes accumulées aux stations bonus (signalisées V+) en euros. Après tout, il est déjà possible de créditer son compte pour acheter des minutes donc pourquoi pas l’inverse ? Cela encouragerait à coup sûr la remontée des Vélib’ en « altitude ». Créez un marché des minutes de bonus.

Choupi dit :

Moi je réclame des détails de la part de Decaux sur la régulation( un audit ce serait encore mieux). On a l’impression qu’ils ne foutent rien; s’ils ne sont pas d’accord, qu’ils nous prouvent le contraire. Qu’il nous disent pourquoi on a systématiquement des stations vides ou à d’autres endroits des stations pleines toujours aux même moments et sans que cela ne suscite aucun réaction de leur part. Qu’ils nous disent pourquoi des machins oranges qui bloquent les bornes restent en place des semaines, qu’ils nous disent pourquoi des vélos pourrissent en station pendant des jours et des jours.

Mikael_c dit :

Qui a dit régulation?
Je n’ai Jamais vu aucun véhicule Decaux dans mon quartier
Les stations sont désespérément vides dans le quartier « rue des plantes (14) »
Je me rend régulièrement de la rue des plantes au Boulevard St germain
et là galère pour trouver une borne vide!ù
Les vélos sont ils réservés en priorité aux bourgeois du 7ème et aux touristes?
Il est vrai que le 14ème est un point haut (qui n’a pas galéré dans la montée du boulevard Raspail)
Le Quartier rue des plantes est populaire ‘beaucoup de HLM)
Je pense que beaucoup prennent un vélo le matin pour descendre vers le coeur de paris, mais n’ont pas le courage de remonter après une journée de travail
ce type de flux est facile à controler avec un logiciel idoine
Si Decaux dit transférer 3000 vélos par jour, ce n’est pas vers le 14ème
Les quartiers populaires sont ils considérés comme « a risque » et les vélos non transférés par crainte du vandalisme?
En bref une action virulente envers Decaux est nécessaire. La qualité du service n’est pas assurée

Marion Admin dit :

Un pirate qui se croit drôle… merci Pierre 😉
C’est réparé, toute la fin de l’article avait disparu ! Ma prose, non mais !

Pierre dit :

Mais qui est le type en photo après l’article?

gifgi dit :

c’est super!

Pierre dit :

Comme nous l’avons dit dans le compte rendu de la réunion, la régulation forcée( avec les véhicules) permet de transférer 3000 vélos par jour selon JCD. Il faut mettre cela en rapport avec les quelques 100000 trajets quotidiens. La régulation est effectuée par des camionnettes et des bus et ce H24.
Par contre je pense qu’une explication approfondie de JCD à propos de la régulation nous aiderait à mieux comprendre les contraintes. Parmi les questions que l’on pourrait aborder; quels sont les outils dont disposent les régulateurs; prq décident-ils de vider telle station et pas telle autre, est-ce organisé ou y-t-il une régulation au jour le jour sans trajets préétablis, quels sont les problèmes rencontrés sur le terrain ou dans la salle de régulation qui expliquent les difficultés rencontrées par les utilisateurs…

Daniel BOYER dit :

Bonjour, je suis un utilisateur régulier de Velib et je m’étonne de plus en plus du manque de performance du système de régulation. Tout le monde semble se satisfaire de cette situation qui consiste à avoir des stations pleines où on ne peut pas déposer son vélo et des stations vides en permanence. Les utilisateurs savent de quoi je parle mais aussi JC Decaux qui a à disposition en permanence toutes les données sur l’état des stations. On ne voit pas souvent les véhicules JC Decaux chargés de faire les transferts de vélos. Je pense qu’il y a un grosse lacune coté JC Decaux, dispose-t-on à la ville de Paris des statistiques (ce serait sans doute très édifiant) ? JC Decaux a t’ il dans ses obligations de démontrer un minimum de résultats en la matière?
Ma proposition serait qu’il y ait un objectif de résultat (un slogan du genre « 5 vélos /5 bornes disponibles » me parait pas mal mais c’est vous les spécialistes) et une publication régulière des écarts par rapport à cet objectif au besoin contractualisé avec un système de bonus malus entre la ville de Paris et JC Decaux, cela ne concerne pas les usagers mais c’est peut-être une idée à suivre.
La situation empire, je pense qu’il est grand temps de prendre des mesures.
Merci de votre attention.

Géo dit :

Ah oui, je suis bête, moi, si je ne mets pas le lien… C’est le matin, pas réveillé, mea culpa…

http://aparisiancyclist.blogspot.com/2010/03/elegance-velibienne-velib-elegance.html

Géo dit :

Sympa, ce reportage remixé! Mais il ne faut pas oublier que cette période n’était pas la plus rose, et que nécessité faisait loi… Ce qui est bien, c’est de retrouver aujourd’hui cette « simplicité » de moyen de déplacement, sans contrainte comme alors!
J’ai trouvé un blog apparemment tout nouveau dont un cycliste parisien en a fait le sujet principal; simplicité, élégance et cool attitude…

Leopold dit :

quand allez vous rouvrir la station « la chapelle » ?l

Leopold dit :

quand sera réouverte la station La Chapelle ???

chloe dit :

Un taxi vélo avec une prime au poids, aujourd’hui je ne suis pas sûre qu’on apprécierai la discussion « combien vous pesez? »

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...