<< Piste cyclable

Voies cyclables dégradées : faire entendre vos remarques auprès de la ville de Paris
vendredi 3 juillet

Voies cyclables dégradées : faire entendre vos remarques auprès de la ville de Paris

Aurelie
40Je partage

A Vélib’, on se sent libre. On se faufile, on se joue des obstacles d’une ville semée d’embuche. Quel sentiment grisant que de dévaler une voie cyclable en un éclair, et d’arriver à l’heure à nos rendez-vous en quelques tours de pédalier ! Pourtant, le plaisir de la balade se heurte parfois à… un panneau mal placé, un défaut de pavement, ou encore des travaux qui bloquent le passage. La promenade prend alors une autre tournure : on contourne, on déboite, et de temps en temps – horreur – on est même forcés de descendre de sa monture.

Qui n’a jamais pesté en rencontrant sur son chemin pareilles contrariétés ?

Et lorsque, chaque jour pour un même itinéraire, l’histoire se répète, on aimerait pouvoir signaler ces problèmes et contribuer à l’amélioration du réseau cyclable. Mais alors, on se sent souvent impuissants. Et pour les services de la voirie de Paris, difficile d’avoir l’œil partout. Il est vrai que ce sont souvent les usagers les mieux placés pour signaler ces petits défauts à peine perceptibles mais tellement agaçants. Les lecteurs du blog ne sont pas les derniers à nous interpeler et nous avertir de défauts de voirie qui les gênent dans leurs parcours. Seulement voilà, nous ne sommes pas les mieux placées pour intervenir !

Rassurez-vous, il existe à Paris un service compétent qui nous permet à tous de suggérer des interventions localisées pour compléter ou améliorer le réseau cyclable. Au sein de la Direction de la Voirie et des Déplacements existent des subdivisions des relations avec les usagers (SRU), réparties sur huit grands secteurs. Chacune de ces antennes qui regroupent deux à trois arrondissements est à notre écoute par téléphone, et prête à intervenir localement.

Pour plus d’informations sur le service, et pour trouver les adresses et numéros de téléphone des SRU de chaque section territoriale de Paris, rendez-vous sur la page dédiée de paris.fr.

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

fire dit :

« escusez moi, je viens d’avoir un accident, vous pensez que vous pourriez réparer la chaussé ? »

autant je trouve bien que l’on puisse mettre a contribution ou prendre l’avis des usagers des pistes cyclables qui ont une experience de terrains… pour la mise en place d’aménagement cyclable.

autant concernant l’entretient de celles-ci ou la surveillance de celle-ci, je trouve ça honteux !
pendant plusieurs mois , j’ai été amené a longé la seine en direction de la bnf en velib, ce fut un enfer mon premier intinéraire.a tel point que j’ai abandonné cette itinéraire pour ma sécurité !
avoir a roulé sur une chaussé en mauvaise etat c’est pas agréable mais quand il s’agit de nid de poule ou pire encore de véritable marche de beton infranchissable a velo poser en plein milieu des pistes cyclable pour faire office de bateau a des camions.
j’estime que l’on joue avec ma vie et celle des cyclistes !

ce que je lis ici, a mes oreilles me donnent l’impression que les cyclistes sont par default candidat volontaire au crache test !
je doute pas qu’a la suite d’un cycliste gravement blessé ou mort on bouchera le nid de poule incriminé ou fera enlevé les obstacles mis ou coulé sur son passage cyclable sans signalisation !
ou qu’on donnera une oreille courtoise au cycliste informateur qui sortira indemne des pieges tendus !

mais ou est donc la prévention ? l’observation et l’entretient du reséaux cyclable ? notre signalisation ?

de moi a vous, je comprend pas nous autre cyccliste que l’on ne puisse pretendre a la même rigueur d’entretient de nos voies et des signalisations pour nous prevenir de dangers !

certaines pistes cyclable sont de vrai parcours d’obscacle et foncierement dangeureuse alors qu’elles sont sous la responsabilité de la ville ! j’ai vraiment l’impression a la lecture de ce message que la ville se deresponsabilise sur les cycliste de la surveillance de l’etat de ses voies ou tout bonnement ne rempli pas ses responsabilités d’entretient !

daniel dit :

Je signale le danger que représente pour les cyclistes les bornes de séparations de trafic dont un certain nombre sont descellées (voir en particulier le Boulevard de Grenelle).

ZAB dit :

Le 15 sept à la mairie du 13 conférence « La place du vélo à Paris » c’est à 18h00. C’est peut-être le moyen de nous faire entendre non ????

olivier R. dit :

LE VELIB DANS PARIS DESERT AU MOIS D’AOUT, SANS VOITURES NI CAMIONS CE SERAIT PRESQUE LE BONHEUR ! MAIS J’AI DU RENONCER ….. PARCEQU’IL Y AVAIT TROP DE VELOS ! LES STATIONS ETAIENT PLEINES A CRAQUER ET QUAND IL FALLAIT RENDRE LE SIEN IL N’Y AVAIT AUCUN EMPLACEMENT DISPONIBLE A LA RONDE. ON EST VRAIMENT TROP RICHES. QUAND EST CE QUE LES MANAGERS VELIB COMPRENDRONT QU’ IL FAUT LAISSER SYSTEMATIQUEMENT DES EMPLACEMENT LIBRES POUR LES RETOURS LE SOIR !

laurent p dit :

Les vélib ont été installés. C’est une superbe action mais le réseau de pistes cyclables ne suit pas (toutes les personnes qui sont décédées à Vélib n’étaient pas imprudentes. Il y a un déficit d’infrastructures pour accueillir tous ces vélo. Un sondage sur les améliorations à apporter rapidement serait la preuve d’une volonté d’agir.s

Quelques points à voir parmi de nombreux autres:

– créer de vraies pistes cyclables et prévoir des itinéraires pour les vélos en dehors des grands axes de circulation qui sont pollués et générateurs d’accidents graves car:

1. les pseudo pistes cyclables qui sont des couloirs de bus sont dangereuses (défoncées par le poids des bus).
2. Circuler au milieu des bus est désagréable et mauvais pour la santé : fumées d’échappement répétées et toxiques. Il faut créer des itinéraires alternatifs pour les déplacements des vélos

3. De nombreuses pistes cyclables débouchent sur des sens interdits: c’est un vrai problème quand on veut éviter les grands axes. (oblige à des détours, rend les trajets longs et tortueux (source d’infraction par ailleurs)

4. Des pistes passent soudain d’un coté à l’autre de la route, ou disparaissent simplement pendant plusieurs centaines de metres

5. à signaler: les pistes cyclables qui n’en sont pas (sans séparateur) : elles sont dangereuses et le plus souvent occupées par des stationnements sauvages

6. L’important n’est pas l’éradication des pavés mais la création de pistes cyclables lisses sur les rues pavés

On attend une vraie action sur tous ces points. Faire du vélo à Paris pour ses déplacements hors loisirs n’est pas agréable à l’heure actuelle. On attend la mise en route d’une véritable politique à cet égard qui soit aussi efficaces que l’a été la mise en place des Vélib

Patrick Dubois dit :

Place de la Bastille : les roues arrières des Vélib empiètent (légèrement il est vrai) sur la piste cyclable qui par ailleurs est neutralisé deux à trois mois par an pour raison de salons en tout genre.

Bd de la Bastille, le long de l’Arsenal, des débris de verre depuis trois mois jonchent la piste tous les cinquante mètres !

Pierre K dit :

Je voudrai bien savoir pourquoi la Mairie continue à paver des rues sans vraiment d’intéret historique.
En quelques mois cela devient un terrain de cross, les rues sont alors plus bruyantes, et dégradent les vehicules et les vélos.
Si c’est pour ensuite les recouvrir en partie de goudron…….

Quant à son esthétisme, je ne suis pas vraiment convaincu, car plus difficiles à nettoyer.
Pour ce qui est du coût, ce n’est pas grave, c’est avec nos impôts.

Longue vie au VELIB, formidable idée.

odile desvouges dit :

Quelqu’un a-t-il déjà tenté une procédure devant le Tribunal d’Instance pour avoir été débité de son compte bancaire de sommes manifestement indues par VELIB ?

nicolasxixeme dit :

Il serait sympa que sur le site de vélib nous puissions avoir une page pour signaler les velos cassés aux stations vélib ou bornes hors d’usages. Je remarque que des vélos cassés restent trop longtemps (plusieures semaines) au meme emplacement sans que les employés ne les reparent ou les retirent. Idem pour les bornes hors d’usage suite vandalisme ou borne sans reçu.

D’autre part, aux casseurs de vélib: cessez d’etre des gosses, amusez_vous oui mais ne cassez pas nos vélib. Pour bons nombre de personnes, vélib est un moyen de transport, de détente, de sport, de loisirs, de défouloir, …. STOP NE TOUCHE PLUS A MON VELIB.

lionel dit :

Bonjour vélib,
pourriez-vous ravitailler un peu plus souvent le secteur du boulevard des batignolles,car cela fait
plusieurs semaines qu’il y a peu de vélos en station,surtout du coté de la place villiers,rue beudant,lycée chaptal,mairie du 17.En vous remerciant d’avance,merci.

Victor dit :

A propos de la vidéo de chronos75 : voir notamment vers 6:10

chronos75 dit :

La plupart des plans de cette video sont tournés sur les pistes du bld Barbes.
Un vrai calvaire, et pourtant la video ne parle pas des pietons qui ne font pas la différence entre le trottoir et la piste. Quand la piste sera dégradé, ca ne sera qu’une goutte d’eau…
http://www.youtube.com/watch?v=gAethD1Io_Y

fr dit :

Peut-être que c’était la station 12022 rue du Sahel qui était visée :)
Ceci dit, si effectivement les stations sont placées par gps et qu’une coordonnée est erronée, forcément, on cherche plus loin…

pitchounet dit :

Des caméras contre le massacre des vélibs en station !!

Julien dit :

C’est clair qu’entre Google et Géoportail il n’y a pas photo… Mais ce n’est quand même pas compliqué de placer les stations correctement, je me demande quel est l’hurluberlu qui en a mis dans le Sahara. Et visiblement ça ne dérange pas grand monde chez Decaux, parce que ça fait un bout de temps que ça dure et ça n’est toujours pas corrigé…

fr dit :

Pour ce qui est de géo portail, peut-être qu’il n’a pas été choisi parce qu’en terme d’expérience utilisateur, il n’a rien à voir avec google maps ? que l’un est fait pour des cartographes, qui ont besoin de données métriques fiables, l’autre pour le commun des mortels, qui peut simplement souhaiter se balader ? Parce que google est une usine à gaz qui stocke, mais surtout traite, énormément de données ? Parce que google a 2 niveaux de zoom en plus dans paris, ce qui dépanne pour trouver une station vélib à 200m ? Sans compter Streetview ?…

Je suis désolé pour ce petit paragraphe, mais j’ai été énormément déçu par géoportail, alors que j’en attendais énormément à sa sortie… Du coup je trouve le choix google très positif.

D’un autre côté pour ce qui est du positionnement précis des stations, un formulaire de remplissage d’erreur « global » est nécessaire sur le site vélib, et il faut des gens pour traiter ces erreurs : laquelle concerne un probleme physique sur une borne, sur un vélo, sur la carte des station, trier et traiter ces données d’échange avec les utilisateurs afin qu’ils voient qu’ils sont pris en compte. Je ne dois pas être le seul maniaque à regarder sur google maps si la borne est placée pile au bon endroit, et je sais que le placement de certaines a été revu suite aux commentaires des utilisateurs, mais oui, il faut le temps de le faire, et tout s’améliore.

Victor dit :

.
Sur la difficulté à localiser des stations Vélib je vois trois causes distinctes :

– L’utilisation de Google Earth : c’est sûr qu’il est un peu dommage que B DELANOE n’ait pas privilégié GEO Portail . Il est vrai aussi que Google Earth est précurseur et qu’il a de très intuitives applications ; parmi celles là le marquage des points d’intérêt ici les stations Vélib. Ce marquage peut dépendre de l’échelle en cours et une carte exacte à une certaine échelle devient érronée à une autre.
– Les erreurs sur le positionnement d’une station : dans un environnement urbain dense un décalage de seulement 200m et sur place on ne trouve pas la station.
– Les plans des bornes stations qui ne sont pas systématiquement centrés et à jour. Les sujétions du « poisson d’Avril » y remédiaient (voir Billet d’Aurelie : Un poisson d’avril qui a assez duré…)

olivier dit :

Salut erdnisloed,

t’inquiète, je bosse pas pour la concurrence !-) Je dis juste que Decaux est mauvais parce qu’ils comptent visiblement uniquement sur le fait que les usagers floués vont se lasser et payer sans rien dire.
Et j’évoque le système de class action parce qu’en France, les plaintes en nom collectif ça n’existe pas, pour le plus grand bonheur des grosses boîtes qui font un lobbying d’enfer pour que jamais cela ne voit le jour.

lezard dit :

J’ai fait la même expérience il y a une semaine bd Raspail. Je pense que c’était un problème de la station, car j’ai pu prendre un vélo à une autre station.

fr dit :

« le plot est resté rouge au lieu de passer au vert »

Nouveau bug jamais eu encore : hier sur Nation 11014, je pose ma carte sur un des vélibs restants, en bon état, voyant vert, ça bippe, ça réfléchit, puis voyant rouge.

Autre vélo plus loin, même combat. Devant l’urgence, j’ai pris le métro et vérifié à l’arrivée que je n’avais pas un vélib en location, mais non, tout allait bien. Quand on regarde les stats de la station (http://v.mat.cc/s/11/014.html), je me demande si le problème ne date pas plus…

Belteral dit :

C’est vrai, et c’est particulièrement chiant. Sans parle du Sahara, un certain nombre de stations sont mal localisées de quelques centaines de mètres, du coup elles sont à la mauvaise intersection sur le plan, et pour peu qu’on ne connaisse pas le quartier on ne trouve pas la station.
Exemple frappant : la station 16129, localisée sur le plan au niveau du Carrefour des cascades dans le bois de Boulogne, alors qu’elle est en réalité plusieurs centaines de mètres plus au nord…

Julien dit :

Tant qu’on est sur la question des cartes, il y a toujours un paquet de stations aux coordonnées fantaisistes, dans le Sahara ou ailleurs. Il suffit d’aller voir sur http://www.velib.paris.fr/service/carto, toutes les stations dont la latitude n’est pas en 48.xxx sont mal placées. Je me demande d’ailleurs bien comment un tel dysfonctionnement a bien pu passer, ce n’est quand même pas compliqué à vérifier !

erdnisloed dit :

Oups une dernière :

Sur la page : http://www.velib.paris.fr/quel_est_votre_probleme , de signalement de problèmes rajouter la rubrique :

– signaler un pb de dysfonctionnement du réseau….!!

Qu’on soit pas obligé de le mettre à : « voies cyclables dégradée, c’est que… de la faute de la Ville de Paris si y’a un problème » :+) :+)

Cordialement

erdnisloed dit :

Je viens signaler le problème déjà évoquer par lezard le 19/7 et qui depuis 4 jours me cause problème. je suis heureux de voir que selon lui :

« Si la remise en service rapide n’est pas possible, ces bornettes devrait être signalés au système de gestion. Cela paraît très simple et a été déjà évoqué PLUSIEURS FOIS. »….!!!!

Je les ai pas lu, mais c’est en effet de loin le plus gros problème posé par velib
(outre le bug de racrochage signalé par Olivier le 16/7, bien que les 2 fois où cela m’est arrivé c’est que le plot est resté rouge au lieu de passer au vert, et non le contraire, bug qui a bien été reconnu par la borne. Sa conclusion « à défaut d’avoir choisi le… -bon partenaire- pour équiper la capitale » et sa suggestion d’une « Class Action » en justice me le rend d’ailleurs légèrement suspect… :+), notamment en ces temps d’extension retardée, on se demande par qui…, du réseau en banlieue).

Pour en revenir à la suggestion du Lezard, il faudrait en effet que le sabot rouge signale l’indisponibilité du plot aux bornes des stations voisines, en coupant un petit circuit éléctrique spécifique interne au plot (facile à rajouter dedans) lors de l’insertion du sabot, par ex. :
– par l’écrasement d’un bouton mobile de celui-ci ;
– ou par un bouton en saillie au contraire sur le sabot, en plastic donc isolant ;
– ou, le plus simple car nécessitant seulement de trouer le plot d’un coup de chignole et non de le modifier : par le recouvrement d’un LECTEUR OPTIQUE,
etc…
Apparemment, il n’est pas nécessaire d’installer un système plus couteux de carte à puce sans contact dans le sabot, identique à celui des velos, car les sabots ne payent pas d’abonnements et on ne publiera pas de faire-part à la une du Figaro s’ils sont victime de cleptomanes fetichistes (dont on se demande bien ce qu’ils pourraient en faire, mais je vais y réfléchir…).

Messieurs les ingénieurs, à vos cervelles ! (1)

Donc, pour en revenir à mon pb, la station d’angle bvds Richard Lenoir/Voltaire est débranchée pour cause de pose de sanisette en face, alors que les bornes des autres stations indiquent 7 places disponibles… On se casse le nez, on va à la voisine elle est pleine mais indique 1 place rue Alfonse Baudin. On s’y pointe pour y trouver le fameux sabot. Elle nous dit : y’en a une à angle rue St-séb/Filles du calvaires. Rebelote, on s’en prend un aut’ coup dans la tronche. Et ce petit jeu de piste dure à l’identique depuis 4 jours… « Le jour sans fin », j’vous dit ! :+)

Pour le reste certaines de mes précédentes demandes ont été prise en compte :
– changement de la carte de la borne de chez moi où sa station est figurée au centre et non plus sur le bord,
– prise en compte de l’existence de ma station sur la borne la plus proche (6 mois après son existence….),
– carte des stations sur tout Paris imprimable sur le site internet (mais pourquoi diantre toujours pas autoriser l’aggrandissement à toute la page de la carte de recherche Google plus précise et aggrandissable selon désir exact avant impression).

D’autres n’ont pas été pris en compte :
– fixation du panier sur le guidon qu’il borde, à du genre 2 cm…, pour en renforcer la solidité (sur les photos de velib’ de Nice le panier semble même le toucher….),
– plaque de fixation de l’antivol à gauche sous le panier et non à droite, alors qu’il suffit juste de la souder de l’autre côté sur les nouveaux vélos… Cela n’obligerait pas à passer, avec les difficultés que l’on sait, le tortillon au-dessus du panier pour cliquer l’antivol (à cet égard, le système de Nice avec clic sur le guidon évite les courbatures…).

Et une nouvelle :
Pour éviter son découpage et le vol, remplacer le tube creux… d’attache du vélo par une partie pleine plus difficile à scier… et inserrer à l’intérieur un circuit électrique alimenté par une petite batterie rechargée lors du pédalage (cf. la lumière) , voire par le plot, qui au moment de son sciage déclencherait une alarme à la borne de station WOOOUUUOOUUUUUOOOUUUU, genre alarme voiture et avertirait le central de gestion.

(1) Espéront qu’ils sont plus malins, réceptifs et humbles… que ceux qui me cernent à mon boulot !

vaxyl dit :

Bizarre cette croisade anti-pavés. En allant assez vite dessus, je ne vois pas le problème (peut-être parce que je suis assez massif, il est vrai).

Je vois la place de la Bastille citée en exemple. Je passe très souvent par là (Richard Lenoir -> rue de Lyon ou du faubourg St Antoine et bd de la Bastille -> Richard Lenoir). En rentrant sur un rythme soutenu (en gros à peine moins que celui des voitures), ça passe tout seul, rien que sur l’élan.

Idem avec la rue de Lappe (proche du même secteur). Malheureusement, l’inattention des piétons (qui ne pensent pas une seule seconde qu’un vélo peut aller plus vite qu’eux et restent obstinément au centre de la rue) fait qu’on doit aller lentement, ce qui rend le passage bien plus inconfortable.

Concernant le sujet initial, je pense aux boulevards de maréchaux entre porte de Montreuil et de Pantin que j’ai pris une fois, en rencontrant pas mal de problèmes consécutifs :
– de Montreuil à Bagnolet, en gros, le couloir de bus est interdit, la piste cyclable facultative est sur les contre-allées de stationnement… régulièrement agrémentées de sorties vers le couloir de bus (toujours interdit). Seule option : monter de grosses marches à pied (et les redescendre après les passages piétons). Heureusement qu’il y avait peu de voitures ce jour là.
– après la porte du Pré St Gervais, rien n’interdit de partir vers le bd d’Algérie (certes pas en piste cyclable) : une belle descente, débouchant directement sur le tunnel de la porte de Pantin… interdit aux cyclistes. Résultat, un énorme carrefour à traverser à pied. :o(

Belteral dit :

Les problèmes de voirie ne se limitent hélas pas aux pistes cyclables à Paris.
D’une manière générale, je suis pour la chasse et l’éradication des pavés, sans pitié ! En plus d’être inconfortables, les pavés sont potentiellement dangereux.
Ainsi, on ne compte plus le nombre d’endroits ou l’enrobage de bitume a mystérieusement disparu et laisse apparaitre les pavés… au fond d’un trou de 5cm (cas d’école : bd du Vaugirard, sens descente, un véritable parcours du combattant, chaussée déformée et obstacles mobiles en sus). Il y avait à un moment un tel trou à l’entrée du pont de la Concorde, coté rive gauche, juste sur la piste cyclable. Bing, ça n’a pas loupé, le temps de traverser le pont, mon pneu arrière s’est retrouvé à plat, la traversée de la place de la Concorde vers la station la plus proche fut précaire (le trou a été partiellement bouché depuis).
Même sans trous, les pavés c’est casse gueule. Toujours place de la Concorde, j’ai déraillé deux fois à Velib le premier hiver tant le revêtement est mauvais. Et pour les adeptes de Paris-Roubaix, je conseille le boulevard du Vaugirard, sens montée cette fois, recouverts de pavés « historiques », bien gros, carrés; mal ajustés… Massage des fessiers garanti, glissades par temps de pluie aussi !
Sérieusement, éliminons une bonne fois pour toutes les pavés, ce n’est pas un élément de charme ou de caractère typique de la capitale, et concrètement ça fait ch*er tout le monde (surtout moi, on l’aura constaté). En plus le lancer de cailloux sur cibles casquées est une discipline athlétique quelque peu passée de mode depuis 40 ans, on ne peut donc même pas invoquer l’élément sociologique pour la défense des pavés.

lezard dit :

Je commence à me demander si les bornettes indisponibles et bloquées par les caches rouges ne sont pas débranchées exprès. Ainsi vous ne pouvez pas obtenir vos 15 minutes gratuites en cas de station pleine, car le système considère les bornettes bloqués comme emplacements libres disponibles! Et il y a de plus en plus de stations avec les emplacements bloqués. Par exemple une dizaine de bornettes en panne depuis des mois à Turbigo, à Ste-Elisabeth et ailleurs…
Si la remise en service rapide n’est pas possible, ces bornettes devrait être signalés au système de gestion. Cela paraît très simple et a été déjà évoqué plusieurs fois. Je commence à croire qu’il s’agit vraiment d’une démarche volontaire de JCD.
PS De plus en plus de stations éteintes comme le signale Tom4. Aujourd’hui Turbigo et square Emile Chautemps (3ème).

olivier dit :

Il n’y a pas que que les voies cyclables de dégradées: c’est l’ENSEMBLE du service Velib qui se dégrade à mesure que les bugs se multiplient… Mais ces remarques là, la mairie n’en veut SURTOUT PAS. Dommage, parce que les expériences des uns et des autres est édifiante…

Exemple:

Comme beaucoup, je repose un vélib 20 min après l’avoir utilisé entre les Champs et la station à proximité du moulin rouge, boulevard de Clichy (borne 01846).
Voyant VERT, double bip et vélib bien accroché.
Je veux consulter mon compte pour vérifier le bon crédit de 15 min supplémentaire sur la borne en passant ma carte (abonné depuis 2 ans) et là, le message « vélib en cours d’utilisation » apparaît.
Je retourne au point d’attache, pas moyen de retirer mon vélib où le voyant reste vert. J’attends plusieurs minutes, espérant qu’il s’agit d’un mauvais contact et que mon compte se remette à jour mais rien, mon vélib est officiellement toujours « en cours de location ».
Je retourne au point d’attache, soulève plusieurs fois la roue arrière du vélo, appuie dans tous les sens pour essayer de faire contact avec l’encrage et finit même par tirer comme un acharné pour retirer le vélo, impossible.
Je retourne à la borne d’information pour parler à un conseiller vélib (il faut faire le 0 sur l’écran d’accueil): 9 tentatives d’une durée totale de 15min au cours desquelles apparaissent les messages « identification en cours », « identification mobilier » et puis… « appel terminé ». A la 10ème tentative s’affiche sur l’écran « vous pouvez parler au conseiller », mais je n’entends rien. Je tourne autour de la borne (il y a des hauts parleurs des 2 côtés): silence radio. Alors je me dis que peut-être le haut parleur est cassé mais que le microphone fonctionne et je me mets à raconter mes malheurs, laisse mon numéro d’abonné et mes coordonnées (inutile de préciser que jusqu’à présent, personne ne m’a jamais rappelé).
Toujours devant la borne, j’appelle le 01 30 79 79 30 de mon téléphone mobile. 4 tentatives avec à chaque fois le même message (la « durée de votre appel est estimée à 4min30 ») qui finit toujours par « toutes nos lignes sont occupées et votre appel ne peut aboutir, nous vous invitons à renouveler votre appel ultérieurement ».
Dépité, je rentre chez moi à pied, et tente en chemin de joindre un conseiller depuis une autre borne (la 01846). Trois tentatives de connexion qui aboutissent encore à « appel terminé ».
Une fois à mon domicile, nouvelles tentatives de joindre le 01 30 79 79 30 depuis mon fixe. Rappels en boucle pendant 50 min et, finalement, miracle, je parviens à joindre un conseiller… qui m’informe que mon vélib n’a pas été bien raccroché (dit avec tellement d’assurance qu’on croirait presque qu’il était avec moi sur place) et qu’un autre vélib est sur l’emplacement de celui où j’ai « mal raccroché mon vélib qui a sans doute été volé ». Puis Sherlock Holmes m’invite à retourner sur place, « des fois que ceux qui l’ont pris l’auraient attaché à côté, ça arrive ». Pour autant, impossible d’envoyer un technicien sur place pour examiner la borne ou j’ai accroché le vélib et le bon fonctionnement de l’interphone.
Moi comme un con, j’y retourne. Evidemment pas de vélib à la place où je l’ai accroché. Baisé.

Alors, y dit quoi Pierre Foulon? On fait quoi quand on raccroche un vélib, que le voyant est VERT, qu’on ne peut pas récupérer son vélib parfaitement accroché mais que la borne s’obstine à le déclarer comme étant en cours de location et qu’on ne peut pas joindre la plate-forme technique? Hein, y dit quoi le responsable juridique? Parce que j’en connais un qui risque de perdre 150€ moi.

==> Je propose à tous ceux qui connaissent / ont connu la même mésaventure:
-1 de se regrouper par groupes de 3 ou 4 pour monter une action judiciaire contre la Mairie de Paris et la société Somupi -in solidum- (c’est pas trop compliqué, vu les montants en jeux, ça se règle au tribunal d’instance de Paris)
2- de créer plusieurs profils sur Facebook du type Velib larnaque, JC Decaux LeVoleur, etc. de manière à accorder toute la publicité nécessaire à cette arnaque.
Et tant qu’à faire, je me propose de faire une petite traduction de l’ensemble en anglais et allemand pour nos amis les touristes (imaginez leur tête en rentrant à Dublin, New York ou Berlin quand leur carte bancaire sera débitée de 150€) et les nombreux clients potentiels du merveilleux système de JC Decaux qui n’en rate jamais une pour vanter à tous les maires de communes françaises et étrangères de passage à Paris les mérites de son système plein de bugs, et de ses services technique et clients sous-staffés.
Quant au maire de Paris, devant les déboires à répétition du vélib (coût, administrés -qui payent à travers leur taxe d’habitation en voie d’explosion- et usagers mécontents), il devrait commencer à la mettre en veilleuse sur le sujet à défaut d’avoir choisi le bon partenaire pour équiper la capitale.

belair dit :

Oui, place de la bastille il faut s’accrocher… fichus pavés!

Ca a été d’ailleurs avec un immense joie que j’ai découvert qu’une partie de place de la concorde avait été bitumé pour le défilé de14 juillet et les manoeuvres des chars leclerc… mais j’imagine que cela va être enlever.

En revanche le summum de la chaussée dangereuse revient à la place du carroussel, au sein du Louvre, où les pavés sont TRES dangereux! Ca secout très fort.

http://maps.google.fr/maps?hl=fr&ie=UTF8&ll=48.861587,2.333718&spn=0,359.998621&t=h&z=20&layer=c&cbll=48.861493,2.333668&panoid=PNupiswYlgfDO9y-HQI_2g&cbp=12,255.48,,1,26.66

Rose dit :

Bonjour

Il est vrai que quelquefois il est assez périlleux de passer à certains endroits de la voierie.

Pour traverser la Place de la Bastille presque tous les jours, je peux vous dire qu’il faut s’accrocher sérieursement à son guidon et se mettre en équilibre sur les pédales pour traverser la dite place pour aller rejoindre la piste cyclble du boulevard Richard Lenoir….on se croirait sur un chemin caillouteux tellement la chaussée est creusée par endroits….
J’ai l’impression que je vais passer par dessus mon vélo à chaque fois……là rien de meiux qu’un VTT….mais je n’ai qu’un modeste vélo de ville

MyBicycle dit :

PAr téléphone ? Oh une peur des contributions en « 2.0 » un blog, un formulaire serait plus efficace mais bon quand on en est à découper sauvagement les pistes cyclables…Si vous voulez comprendre les pb voire trouver des solutions, lisez les blogs de cyclistes (on en parle meme dans facebook) ou mettez qq élus du conseil municipal sur des vélos!

Exemple : sortie du Louvre (vers l’opéra 25 m interdits aux vélos comme ça du jour au lendemain (lobbying ratpiste ?). Alors on fait quoi ? trottoir ?
Exemple 2 : remonter gentiment la rue du Louvre et après la Poste tourne à droi tedans la rue Etienne Marcel . Non malheureux c’est devenu interdit sur à peu près 200m ! Pratique (la voix des électeurs).

Sinon il suffit de remonter l’avenue de l’opéra et de s’interroger sur tous ces véhicules en arrêt dans les voies de pistes/pistes cyclables.

questio toujours sans réponse : depuis quand les bus privés à impériale ont le droit d’utiliser la voie bus (transports collectf)/piste cyclable. décidément que e monde dans ce couloirs (bus, taxis, scooters, bus à impériale, qq vélos)

Piste magenta sens montant les scooters dans la piste cyclable c’est agréable surtout quand ils vous « dégagent » conquérants plein de bétise, fiers de l’attitude. Déplorable !,
quant à faire payer le contribuable pou les vélos vélib dégradés, désolé par d’accord, mon propre vélo aucune raison de payer pour des petits voyous, trop facile la mutualisation des frais. Vous avez des moyens contractuels pour faire respecter les vélos : les cautions. à vous de savoir les mettre en oeuvre.

Victor dit :

« Pourtant, le plaisir de la balade se heurte parfois à… un panneau mal placé, un défaut de pavement, ou encore des travaux qui bloquent le passage »

Clairement le problème n’est pas spécifique à Paris . C’est sans doute pour celà que prendre la piste cyclable n’est pas obligatoire. Sinon ça obligerait les pouvoirs publics à garantir la circulation!

Les exemples ci avant incitent à penser que l’on veut faire du chiffre-km ; alors même que beaucoup de zones ne se prêtent pas, dans l’état actuel des choses , à la mise en place de pistes.

Alors SVP MAIRIE DE PARIS privilégiez en la matière la qualité à la quantité

Merci

Jean-claude dit :

Le passage porte maillot cote gdr armee et station RER ressemble a un parcours de cyclocross ou cycloslalom ! avec virages en triple S entre le motos garees en quiconce et les pietons baroudeurs…..
peut=etre avec un peu de reflexion et de bonne volonte ourrait-on envisager une ligne plus directe et separer le parking motos de la voie cyclable…..

pierre dit :

Sur les chaussées dégradées, la situation est pire en général pour les bords de voies de bus/taxis/vélos qui sont souvent en mauvais état avec des trous et des bosses, alors que la plupart des pistes cyclables sont pour la plupart assez neuves

pierre dit :

en parlant de la mairie de paris, extrait de leur site :

La Mairie de Paris veille, en lien avec son prestataire Somupi, filiale de JCDecaux, à ce que la régulation soit améliorée et à ce qu’il soit toujours possible de trouver un vélo ou une place libre sur une station donnée ou sur une station située à proximité.

c’est à mon avis le gros point noir du système car la mairie ne veille pas très fort ! ou alors on n’a pas la meme définition du mot « proximité »…

benf dit :

D’ailleurs rien que sur mon trajet quotidien je pense à plusieurs endroits qui pourraient être améliorés et que j’aurais pu signaler.

benf dit :

Ça part d’une bonne intention, mais je déplore le fait que seul le téléphone ait été prévu pour le signalement.
Il aurait été plus efficace de prévoir un formulaire web, et/ou même une simple adresse email.
Ça encouragerait la participation et permettrait d’argumenter / illustrer facilement la situation à l’aide de liens Google maps / Street view.

Et en parlant de pistes cyclables faisant des angles de 90°, il me parait difficile de faire pire que celle-ci : http://tr.im/rmx3
(c’est dommage, je l’aurais bien signalée justement)

pierre dit :

L’incivilité de nombreux conducteurs d’autos/camionnettes/camions/etc est encore un autre problème qui concerne plus la préfecture de police que la mairie de paris, mais effectivement ca n’a pas l’air d’etre leur priorité du moment.
Par contre c’est vrai qu’il y a trop d’endroits ou la piste passe d’un coté à l’autre de la route, ou qu’elle disparaisse simplement pendant plusieurs centaines de metres (alors qu’il y aurait la place de l’avoir fait). Et ne parlons pas non plus des changements de niveaux incessants qui sont vraiment pénibles.
Mais tout cela n’est pas la faute de JCDecaux pour une fois :-)

Franck dit :

Bonsoir,
Il y a également à signaler des pistes cyclables qui n’en sont pas, de la faute du stationnement sauvage des camionnettes. Je vous donne mon exemple quotidien : je prends chaque matin la piste cyclable de la rue Friant (qui est à contresens) entre Place d’Alésia et Bd Brune. La piste est systématiquement encombrée par 2 à 4 camionnettes de livraison. La solution : rouler sur le trottoir…..alors quid de cette piste ? (que fait la police ?)

fr dit :

Bonjour, ça semble une bonne idée de faire ça par téléphone, mais ça ne vaudrait pas le coup de créer un formulaire aussi ? histoire de pouvoir poser les questions, glisser les 2-3 liens googlemaps nécessaires et laisser traiter ça ensuite un peu à la manière de la recherche de bugs d’un logiciel ?

Un des soucis récurrents sur les voies reste la signalisation d’interruptions : quand on est sur la route, à essayer de ne pas se prendre de voiture ou de portière, certaines voies cyclables sont clairement des impasses ( http://fr32c.free.fr/Am/index.php?2009/01/29/310 ), principalement quand il s’agit de tourner à gauche.
Ou alors les pistes magiques qui passent de la droite à la gauche de la route (quai de valmy, à l’intersection de la rue du faubourg du temple en direction du sud, tinyurl.com/nq4erw )

Y’a aussi les pistes cyclables qu’il faut prendre en tournant à 90° pour monter sur le trottoir ( tinyurl.com/nhmtbo et dans une moindre mesure tinyurl.com/lgoza5 )

Mais c’est gentil de proposer :)

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...