<< Evènement

Saint-Germain des Prés, l’écume des années Vian
vendredi 12 juin

Saint-Germain des Prés, l’écume des années Vian

Marion
3Je partage

l-ecume-vianPour tous ceux qui, comme moi, ont vibré adolescents en lisant les romans de Boris Vian même s’ils étaient conscients de passer à côté parfois de leur véritable sens (L’herbe rouge et l’Ecume des jours, pas si simples…), le Musée des lettres et des manuscrits nous invite à redécouvrir le Saint-Germain des Prés des années 45-52 autour de la figure de Boris Vian, disparu il y a cinquante ans. Comment y aller en Vélib’ et pédaler sur les traces de Boris Vian et ses complices, c’est par ici !

Ça va swinguer

Dans l’après guerre, au rythme du jazz et du swing, les caves de Saint-Germain-des-Prés et leurs cabarets accueillent le renouveau de la vie culturelle et intellectuelle française pour une « une aventure extraordinaire » selon Sartre lui-même. A partir de correspondances, de manuscrits littéraires, de textes de chansons, de dessins, de photographies, de coupures de presse, de pochettes de disques… redécouvrez le foisonnement d’idées philosophiques, littéraires et artistiques portés par Boris Vian, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, Jacques Prévert, Raymond Queneau, Samuel Beckett, Juliette Gréco et bien d’autres…

Vian méconnu

vian-affiche-pour-sacrilegesRomancier, nouvelliste, traducteur, chroniqueur de jazz et trompettiste, Boris Vian est sous le feu des projecteurs et des polémiques depuis la parution de « J’irai cracher sur vos tombes » en 1946 (un des romans les plus troublants que j’ai lu). En 1950, il se lance dans l’écriture d’un « Manuel de Saint-Germain des Prés », panorama ethnologique, sociologique, géographique, gastronomique et historique d’un quartier à vocation culturelle. Au fil de l’exposition, redécouvrez le Saint-Germain des Prés de l’époque : le Bar Vert rue Jacob inauguré en août 44 et « premier vrai bar américain » selon Vian, puis l’époque du Tabou, 33 rue Dauphine transformé par Juliette Gréco. De « 22h jusqu’à plus soif » (cf photo ci-contre, Affiche pour « Sacrilèges » La Tabou, Coll. Privée), Boris Vian y joue de sa trompette, invente des cocktails et assiste en avril 48 à la première de la pièce inspirée de son roman J’irai cracher sur vos tombes, interdit en 1949… En 1948, Boris Vian crée le Club Saint-Germain, rue Saint-Benoît où il organise des nuits thématiques et initie les français au jazz en recevant le « grand Duke », Duke Elligton ou encore Charlie Parker…

Informations pratiques
Exposition Saint-Germain des Prés, l’écume des années Vian
Jusqu’au 28 octobre, du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00.

Musée des Lettres et Manuscrits
8, rue Nesle – 75006 Paris. Tél./Fax : 01 40 51 02 25
http://www.museedeslettres.fr

plan-musee-vian

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

guitoo1 dit :

Bonjour,
Voulez-vous aider les acteurs d’un travail ardent sur la culture de St Germain des Prés?

Après des années de formation au Studio d’Asnières, une bande de jeunes comédiens se glisse chaque soir -au Théatre13- dans la peau des Vian, Gainsbourg, Sartre et Prévert, explosant au même âge au caveau du Tabou…Et nous donne un beau moment de liberté.

Quand l’humeur nationale s’affiche ostensiblement dépitée, ces comédiens « représentent » la joie de créer ensemble.

Merci de partager leur réussite et d’en parler autour de vous.

Bien cordialement

[…] a invité une pléiade de Djs. Pour ceux qui voudraient prolonger leur découverte de Boris Vian dont je vous parlais la semaine dernière, le Sunside lui rend hommage en chansons (attention entrée […]

Marion dit :

Le commentaire de Nina a été mis hors ligne car il ne respectait pas notre charte.

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...