<< Tourisme

New-York, New-York… à Vélib’ ?
mardi 28 avril

New-York, New-York… à Vélib’ ?

Marion
7Je partage

pont-brooklynJe n’ai évidemment pas embarqué un Vélib’ en soute, mais, déformation vélibienne oblige, je n’ai pas pu m’empêcher d’observer les new-yorkais à vélo. D’après les guides de voyages, New-York à vélo n’est pas franchement conseillé, la circulation de Manhattan y étant jugée un peu trop frénétique. A bien observer les New-Yorkais, je pense que la mise en garde vaut surtout pour nous autres touristes…

Brooklyn boogie

J’avais posé mes valises dans Brooklyn (je vous le conseille vivement) et on y croise quand même pas mal de cyclistes jusque dans la pointe sud de l’île, sur  les plages de Coney Island et Brighton Beach. Le meilleur moyen de s’en rendre compte est de traverser le pont de Brooklyn qui relie ce quartier à Manhattan. Piétons et cyclistes s’y  croisent dans les deux sens, les voitures circulant en dessous de cette promenade. Nous, touristes impatients et émerveillés, avons un peu tendance à ne pas respecter les limites au sol (je plaide coupable) mais la cohabitation est plutôt réussie.

Central Park’s fever
Central Park samedi 25 avril 2009

manhattan1

Du côté de Manhattan, on croise en effet un peu moins de cyclistes sur les artères comme la 5ième avenue mais dès que vous croisez une piste cyclable, les vélos ne sont pas loin. Quant à Central Park, les cyclistes pullulent, surtout le week-end par beau temps, quand les new-yorkais envahissent littéralement ces 340 hectares de verdure… D’après les chiffres de la ville de New-York, 9% des adultes new-yorkais pratiqueraient le vélo régulièrement. D’où un projet de système de vélos partagés comme celui du Vélib’…

Coney Island

Lisez la suite de l’article !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

[…] les vélos y circulaient en nombre (j’avais tenté de participer à un de ces rendez-vous à New-York au printemps 2009, sans succès). « Masse critique », « vélorution » ces termes recouvrent une envie commune […]

olivier dit :

J’espère pour Decaux qu’ils ne remporteront pas trop de contrats velib aux US parce qu’avec leur système de class action dont ils bénéficient, les ricains risquent de faire passer au leader mondial du 4×3 un sale quart d’heure…
Imaginez, des milliers de new yorkais ulcérés d’avoir perdu leur caution à cause des bugs d’un système nazebrok bidouillé par une équipe de Frenchies…

Comment perdre sa caution? Fastoche!

=> Comme beaucoup, je repose un vélib 20 min après l’avoir utilisé entre les Champs et la station à proximité du moulin rouge, boulevard de Clichy (borne 01846).
Voyant VERT, double bip et vélib bien accroché.
Je veux consulter mon compte pour vérifier le bon crédit de 15 min supplémentaire sur la borne en passant ma carte (abonné depuis 2 ans) et là, le message « vélib en cours d’utilisation » apparaît.
Je retourne au point d’attache, pas moyen de retirer mon vélib où le voyant reste vert. J’attends plusieurs minutes, espérant qu’il s’agit d’un mauvais contact et que mon compte se remette à jour mais rien, mon vélib est officiellement toujours « en cours de location ».
Je retourne au point d’attache, soulève plusieurs fois la roue arrière du vélo, appuie dans tous les sens pour essayer de faire contact avec l’encrage et finit même par tirer comme un acharné pour retirer le vélo, impossible.
Je retourne à la borne d’information pour parler à un conseiller vélib (il faut faire le 0 sur l’écran d’accueil): 9 tentatives d’une durée totale de 15min au cours desquelles apparaissent les messages « identification en cours », « identification mobilier » et puis… « appel terminé ». A la 10ème tentative s’affiche sur l’écran « vous pouvez parler au conseiller », mais je n’entends rien. Je tourne autour de la borne (il y a des hauts parleurs des 2 côtés): silence radio. Alors je me dis que peut-être le haut parleur est cassé mais que le microphone fonctionne et je me mets à raconter mes malheurs, laisse mon numéro d’abonné et mes coordonnées (inutile de préciser que jusqu’à présent, personne ne m’a jamais rappelé).
Toujours devant la borne, j’appelle le 01 30 79 79 30 de mon téléphone mobile. 4 tentatives avec à chaque fois le même message (la « durée de votre appel est estimée à 4min30 ») qui finit toujours par « toutes nos lignes sont occupées et votre appel ne peut aboutir, nous vous invitons à renouveler votre appel ultérieurement ».
Dépité, je rentre chez moi à pied, et tente en chemin de joindre un conseiller depuis une autre borne (la 01846). Trois tentatives de connexion qui aboutissent encore à « appel terminé ».
Une fois à mon domicile, nouvelles tentatives de joindre le 01 30 79 79 30 depuis mon fixe. Rappels en boucle pendant 50 min et, finalement, miracle, je parviens à joindre un conseiller… qui m’informe que mon vélib n’a pas été bien raccroché (dit avec tellement d’assurance qu’on croirait presque qu’il était avec moi sur place) et qu’un autre vélib est sur l’emplacement de celui où j’ai « mal raccroché mon vélib qui a sans doute été volé ». Puis Sherlock Holmes m’invite à retourner sur place, « des fois que ceux qui l’ont pris l’auraient attaché à côté, ça arrive ». Pour autant, impossible d’envoyer un technicien sur place pour examiner la borne ou j’ai accroché le vélib et le bon fonctionnement de l’interphone.
Moi comme un con, j’y retourne. Evidemment pas de vélib à la place où je l’ai accroché. Baisé.

Alors, y dit quoi Pierre Foulon? On fait quoi quand on raccroche un vélib, que le voyant est VERT, qu’on ne peut pas récupérer son vélib parfaitement accroché mais que la borne s’obstine à le déclarer comme étant en cours de location et qu’on ne peut pas joindre la plate-forme technique? Hein, y dit quoi le responsable juridique? Parce que j’en connais un qui risque de perdre 150€ moi.

==> Je propose à tous ceux qui connaissent / ont connu la même mésaventure:
-1 de se regrouper par groupes de 3 ou 4 pour monter une action judiciaire contre la Mairie de Paris et la société Somupi -in solidum- (c’est pas trop compliqué, vu les montants en jeux, ça se règle au tribunal d’instance de Paris)
2- de créer plusieurs profils sur Facebook du type Velib larnaque, JC Decaux LeVoleur, etc. de manière à accorder toute la publicité nécessaire à cette arnaque.
Et tant qu’à faire, je me propose de faire une petite traduction de l’ensemble en anglais et allemand pour nos amis les touristes (imaginez leur tête en rentrant à Dublin, New York ou Berlin quand leur carte bancaire sera débitée de 150€) et les nombreux clients potentiels du merveilleux système de JC Decaux qui n’en rate jamais une pour vanter à tous les maires de communes françaises et étrangères de passage à Paris les mérites de son système plein de bugs, et de ses services technique et clients sous-staffés.
Quant au maire de Paris, devant les déboires à répétition du vélib (coût, administrés -qui payent à travers leur taxe d’habitation en voie d’explosion- et usagers mécontents), il devrait commencer à la mettre en veilleuse sur le sujet à défaut d’avoir choisi le bon partenaire pour équiper la capitale.

Hoel KERGUELEN dit :

Vélib est une super idée, encore faudrait-il régulièrement approvisionner de vélos TOUTES les stations. Celle qui est à côté de chez moi, au 1 rue Evarist Galois pour ne pas la nommer (n°20120 pour être précis), n’est PRATIQUEMENT JAMAIS approvisionnée. Dès lors, je ne vois pas l’utilité de construire des stations pour qu’elles soient vides 99% du temps (je pense honnêtement qu’on ne doit pas être loin de ce taux de non-remplissage pour ladite station). Bon courage à tous !

Zorglub dit :

Ce n’est pas NYC mais Montreal qui vient de lancer un projet de vélo libre-service à grande échelle en amérique du Nord, nommé Bixi :
http://greeninc.blogs.nytimes.com/2009/05/13/montreal-inaugurates-continents-most-ambitious-bike-sharing-program/
En bref, 3000 vélos sur 300 stations.
Exploité directement par la Ville (Stationnement de Montreal).
Stations amovibles (pour les ranger durant l’hiver…), donc alimentée par des panneaux solaires. Et connectées en Wifi.
Pass annuel à $78, et quotidient à $5 (en dollars canadiens).
Première 1/2 heure gratuite, et tarif dissuasif ensuite, comme à Paris.
Pour en savoir plus : http://www.bixi.com/accueil

(Message pour Marion : envie d’aller faire un petit reportage sur place 😉 )

Thibaut dit :

Merci pour l’article.
La New York University, dont le campus est situé autour de Washington Square, est entrain de lancer un projet de « Bike Share » qui se rapproche du projet Vélib’ – et qui s’en réclame. Compte tenu du nombre d’étudiants, de professeurs, et de personnel administratif que compte cette université, l’ampleur du projet est équivalente à celle d’une petite ville française…

http://www.nyunews.com/opinion/columnists/new-bike-program-a-good-step-toward-greener-commute-1.774700

http://www.nyu.edu/sustainability/campus.projects/bike.share/about/

Marion dit :

Je n’ai pas vraiment d’éléments de comparaison de mon côté étant donné que c’était mon premier séjour, d’où mes errements sur le pont de Brooklyn où je mettais les pieds dans la piste cyclables comme si n’en avais jamais vues…
J’ai été assez étonnée de voir des pistes cyclables, les guides de New-York sont tellement réservés sur la pratique du vélo à NY en dehors de Central Park que j’avais exclu de m’essayer au vélo. Il faut dire aussi que le temps était assez pluvieux (la sélections de photos peut laisser croire le contraire).
En fait il y a quelques grandes pistes destinées à la balade et les pistes se multiplient, comme le montre les cartes des pistes cyclables éditées par la Ville et consultables ici.
Pour les couloirs de bus, je ne sais pas trop quelles sont les règles en vigueur, en tout cas, je ne me souviens pas d’avoir vu des signalisations spécifiques, à voir…
J’espère qu’on aura bientôt un autre petit reportage sur les vélos à New-York de notre envoyé spécial Zorglub ?
A bientôt
Marion

Zorglub dit :

Lors des mes précédents séjours je n’ai pas souvenir d’avoir vu des pistes vélos (en tout cas, pas à Manhattan ou dans le centre de Brooklyn).
Est ce que cela est en train de changer ?
Et comment est traitée la cohabitation entre bus et vélos (couloirs partagés comme à Paris, ou chacun dans sa file ?).

« Je vais être obligée de repartir à New-York… Pas en vacances cette fois-ci, mais pour un reportage professionnel imposé…. »
Il y en a qui ont vraiment un dur métier, les pauvres…! 😉
N’ayant pas cette terrible contrainte dans mon boulot, c’est à titre privé que je compte faire un petit sdéjour à NYC, à l’automne ou au printemps prochain. J’ouvrirai l’oeil sur les vélos !

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...