<< Insolite

Le Vélib’ sous la neige ?
mardi 6 janvier

Le Vélib’ sous la neige ?

Marion
16Je partage

piste-sous-la-neige.jpg

Depuis hier, Paris est une ville blanche ! Je me suis baladée sous la neige à la recherche de courageux qui auraient enfourché un Vélib’ même dans ces conditions climatiques rares à Paris. Si les pistes cyclables le long du canal avaient été salées et étaient donc praticables, je ne pensais pas croiser un bipède à deux roues. Et bien figurez-vous que j’en ai vu deux.

selle-enneigee.jpgJe pense que nous nous accorderons tous à dire que la neige ne donnait pas envie de dégager les flocons accumulés pour nous asseoir sur les selles glaciales des Vélib’…

Première surprise, j’ai croisé un cycliste…

Je me suis alors naturellement dit : « voici un authentique fana de la petite reine, un cycliste parisien « jamais sans mon vélo » qu’il vente, pleuve ou neige ». Admirative, j’étais.

un-velibeur.jpgImaginez mon étonnement, moi la sceptique très frileuse, lorsque j’ai ensuite croisé un homme à Vélib’ !

Cet hiver, la fréquentation des Vélib’ s’est plutôt bien maintenue, nous avons continué à emprunter des Vélib’ pour nous déplacer avec des moyennes de 55°000 déplacements quotidiens en décembre, comme le soulignait Gildas. Mais sous la neige !

Hier, 21°775 trajets ont été comptabilisés. Parmi eux, cet homme, alors que les flocons tombaient, un détail qui a d’autant plus forcé mon admiration….

Et vous, avez-vous également osé le Vélib’ sous la neige ?

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Julien dit :

Oui, on voit clairement une explosion du nombre de Vélib hors service depuis les dernières semaines sur http://v.mat.cc/tout.html , on approche les 3000 soit 20% du parc ! Et encore, ça ne concerne que les vélos « officiellement » HS, immobilisés en borne rouge, pas ceux qui sont verts mais inutilisables en pratique.

dofus kamas dit :

Et cela arrive souvent car il y a beaucoup de vélos déglingués, comportant une panne, dont même en inspectant, avant la location, la chaîne, les pneus et la selle, on ne se rends compte. Il faut avoir roulé avec le Vélib pourri, pour se rendre compte de la panne.

Ca avait un coté magique. Mais il faisait tout de même très froid et il neigeait dru, je n’étais donc pas fâché non plus d’arriver à destination.

ça doit etre la galère…

Romain dit :

J’ai fait une expérience assez féerique dimanche dernier (ou plutôt lundi matin). Allé voir l’expo Pïcasso lors de la dernière nuit d’ouverture, quelques flocons avaient commencé à tomber tandis que je faisais la queue pour entrer, vers 3h. Et à ma sortie du grand palais vers 4h40, c’était tout blanc !
Le noctilien ayant eu la mauvaise idée d’ignorer mes sollicitations, j’enfourche donc vaille que vaille un vélib’, et en avant pour un petit tour à vélo dans le calme du petit matin, dans des rues blanches et encore presque immaculées, en commençant par le pont des Invalides.

Ca avait un coté magique. Mais il faisait tout de même très froid et il neigeait dru, je n’étais donc pas fâché non plus d’arriver à destination.

La neige fraîchement tombée ne glisse pas tant qu’elle n’a pas été tassée, fondue, puis regelée, aucun problème donc !

Victor dit :

.
D’accord avec Martin concernant le temps de latence.

Concernant les pistes cyclables ce n’est pas un problème spécifiquement parisien.

Les pistes cyclables n’ont pas d’entretien systématique (donc ici pas de déneigement) . Et , ceci expliquant celà dans un sens ou dans l’autre, c’est cohérent avec le fait que l’usage de ces pistes n’est pas obligatoire dans le code de la route.

Martin dit :

Le temps de latence, c’est la nombre de minutes qu’un(e) utilisateur(trice) doit attendre à une bornette, entre le raccrochage d’un Vélib et le décrochage d’un autre Vélib.

En juillet 2007, au début de Vélib, ce temps de latence était de 2 minutes. Il fallait attendre 2 minutes entre le raccrochage et la reprise d’un vélib.

En novembre 2007 ce temps est passé à 6 minutes.

En janvier 2008, ce temps où la bornette restait au rouge, a été supprimé.

Entre janvier 2008 et août 2008, on a eu 8 mois de bonheur, pendant lesquels on pouvait traverser Paris, sans ce problème d’attente inutile, entre 2 locations.

En septembre 2008, JC Decaux a remis un temps de latence de 3 minutes.

C’est une décision de l’entreprise JC Decaux, prise sans aucune concertation avec la Ville de Paris.

En janvier 2009, alors qu’il neige et fait -6°C dehors, devoir attendre 3 minutes pour avoir un nouveau vélo, alors qu’il n’y a personne à la borne, c’est injuste.

Et cela arrive souvent car il y a beaucoup de vélos déglingués, comportant une panne, dont même en inspectant, avant la location, la chaîne, les pneus et la selle, on ne se rends compte. Il faut avoir roulé avec le Vélib pourri, pour se rendre compte de la panne.

Philippe Buisset dit :

Pour moi, après la prudence à appliquer quand il y avait la neige et les risques de dérapage, le seul problème qui subsiste est que la station que j’utilise quotidiennement est littéralement prise sous la glace à cause d’écoulements d’eau dans les caniveaux. Les roues avant (et parfois arrière) des vélos sont prises dans la glace et donc utilisation impossible !

Ce qui est très irritant, c’est que j’ai appelé par 3 fois Vélib pour signaler ce problème et leur suggérer de demander à la ville de Paris de dégager la station (et d’arrêter de faire couler de l’eau par un temps pareil) : la réponse est à chaque fois qu’il ne peuvent rien faire !

Eh oui, impossible pour Vélib de communiquer avec la ville de Paris ! Moi qui croyais être dans un monde de communication !

A part ça, mêmes commentaires concernant les pistes cyclables. Mais du coup, je passe sur la chaussée principale, et je prends bien ma place, qui de toute manière n’est pas plus envahissante que celle occupée par une personne seule dans une voiture !

Benoit Vachey dit :

Bien équipé, aucun problème particulier pour s’adonner à ce plaisir toujours renouvelé de rouler en vélib dans Paris. Aucun problème? En fait, si.
Et un gros problème depuis les chutes de neige.
Quelques jours encore après la journée enneigée, j’ai effectué le trajet Place de Clichy – POrte de Pantin, qui peut se faire sur piste cyclable à 95%.
Stupéfaction : les pistes cyclables n’étaient ni salées, ni nettoyées…bref, un calvaire sur tout le trajet pour rouler sur les pistes verglacées… alors que les voies pour voitures ont toutes été clairement nettoyées !

Geo dit :

Les vélibs aiment ils le froid ?

en tout cas, après un an et demi d’utilisation sans gros problème, on a accumulé en 1 semaines 2 appels au service vélib.

La semaine dernière, tentative de décrochage, mais le vélo reste bloqué, et le voyant passe au rouge, premier appel.

Ce matin, alors que je faisais une petite course, j’utilise l’anti vol, et là, catastrophe, impossible de le déverrouiller, je me suis rendu à la borne la plus proche (et je regrette de pas avoir pris le temps avant d’inscrire le numéro dans mon tel !) et malgré les conseils de la gentille opératrice, impossible à décrocher.

Mister Jekyll dit :

Les avenues pour quatre-roues sont salées
Les pistes cyclables en site propre sont sales de verglas
La voiture est reine
La petite reine est renversée
La mairie pédale dans la semoule
Paris, combien de chutes de vélos ??

Le gros problème est que les routes sont dégivrées (parce que les voitures, c’est important, pas comme les vélos) mais pas les pistes cyclables. Ce matin, dans le quinzième arrondissement, la piste cyclable du boulevard Lefbevre était imprenable, complètement couverte de verglas.

J’ai essayé, je suis tombé et j’ai finalement roulé sur la route.

Seul endroit où la piste cyclable était pratiquable : la Porte de Versailles. Pourquoi ?

Fish 61 dit :

Tout à fait d’accord:bien au chaud avec gants et bonnet c’est magnifique de pédaler dans l’air froid sous le soleil et le ciel bleu d’hiver. Bon , il me reste à essayer de pédaler sur et sous la neige mais j’ai bien l’intention de faire partie des irréductibles .

tizier dit :

j’ai décidé d’utiliser velib comme mode de transport alors pluie vent froid ou neige ne me font pas peur; par contre j’ ai été décu de voir que les pistes cyclabes n ont pas été salées;
bien équipé c ‘est un plaisir de pédaler!

Zorglub dit :

Non, j’ai préféré la promiscuité et la chaleur du métro…

benf dit :

Vélib sous la neige -> oui en ce qui me concerne, c’est toujours mieux que sous la pluie !
mais j’ai limité mon trajet à 3 minutes de vélo, parce qu’il fait froid qd même !
ce matin même en 3 minutes j’ai eu le temps d’être frigorifié sur mon vélib!

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...