<< Angle mort

Drames liés aux angles morts
vendredi 17 octobre

Drames liés aux angles morts

Gildas
22Je partage

angles-morts.jpgComme vous le savez peut-être, un accident mortel s’est produit ce vendredi matin à Vélib’ dans le 14e arrondissement de Paris. Nous sommes très attristés par ce drame et présentons nos plus sincères condoléances à la famille et aux proches de la victime.

Nous n’avons encore que peu d’informations précises sur les circonstances exactes de l’accident mais il semblerait qu’il soit lié à un problème de visibilité, le cycliste se trouvant dans l’angle mort de l’autocar de tourisme impliqué dans l’accident. Ces zones de visibilité limitée ou nulle autour d’un véhicule sont souvent à l’origine d’accidents. Il faut être très prudent et vigilant dans ces situations et c’est pourquoi la Mairie de Paris sensibilise les usagers et les conducteurs de camion, utilitaires et bus.

Afin d’y participer à notre mesure, l’équipe du blog souhaite mettre en avant les règles de sécurité et les dépliants qui les présentent. Par ailleurs, il se trouve que ce week-end justement, une opération se sensibilisation, prévue de longue date, aura lieu dans Paris.

Les angles morts

Il existe quatre zones à risque autour d’un véhicule de grand gabarit : immédiatement devant ou derrière le véhicule et deux angles à gauche et à droite du véhicule.

angle-morts.jpg

5 règles essentielles pour éviter les risques liés aux angles morts :

  • essayer d’être en contact visuel avec le conducteur : si vous pouvez voir ses yeux dans son rétroviseur, il peut également vous voir.
  • Ne jamais s’arrêter sous les rétroviseurs ou à leur hauteur
  • Ne pas dépasser un camion par la droite
  • Ne pas chercher à dépasser un camion qui manœuvre, ni par la droite, ni par la gauche, surtout à l’approche d’une intersection
  • Rester visible de jour comme de nuit grâce à l’éclairage avant et arrière du cycle.

L’angle mort en pratique

Les 17, 18 et 19 octobre, des opérations de mise en situation réelle autour d’un poids lourd ont lieu de 12h à 19h dans le 7e arrondissement -place de l’école Militaire, angle de la rue Bosquet et de l’avenue de la Motte-Piquet- et dans le 18e arrondissement -rond point de la Chapelle. Cette initiative a recueilli un accueil favorable de nombreux Maires d’arrondissements, prêts à acceuillir des démonstrations. Les associations Voiture and Co et AIVC (Animation Insertion et Culture Vélo) seront présentes lors des démonstrations afin d’expliquer les risques liés à l’angle mort. Par ailleurs, un autocollant destiné à interpeller les deux-roues a été apposé sur les 1500 véhicules lourds de la Ville de Paris et mis à disposition des professionnels du transport de marchandises pour leurs véhicules lourds grâce à un partenariat avec la Fédération des Entreprises de Transport et Logistique (TLF Île-de-France).

Les principales règles de sécurité

  • Ne pas dépasser les véhicules par la droite (risque d’angle mort)
  • Rouler de préférence sur les voies cyclables
  • Ne pas serrer les voitures en stationnement (ouverture de portières)
  • Rouler en file indienne lorsque vous êtes à plusieurs
  • Ne pas monter, ni rouler sur les trottoirs
  • Ne pas franchir les carrefours au feu rouge (respect du code de la route)
  • Ne pas emprunter les sens interdits (sauf contresens cyclables)
  • Signaler avec le bras vos changements de direction
  • Augmentez votre visibilité la nuit (port de vêtements clairs et d’accessoires réfléchissants)
  • Rouler à droite sur la chaussée (sauf aménagement spécifique)
  • Port du casque recommandé
  • Respecter la règle de la priorité à droite

Cyclistes, deux-roues, piétons, automobilistes, conducteurs de bus ou camion, nous devons tous apprendre à circuler ensemble, dans le respect des règles de sécurité, afin de partager l’espace public et d’éviter les accidents.

securitevelib

Consultez les dépliants
« 2-roues attention aux angles morts des camions ! »
« Utilitaires et poids lourds, attention aux angles morts ! »
« A vélo, en ville, le droit à la sécurité et au respect de chacun »

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

veloce dit :

Les angles morts etant interdits par le code de la route, Article R316-6
Il serait aussi utile de faire des ateliers pour apprendre a eviter les automobilistes bourrés ou ceux qui vous double de trop pres, etc…
On peut pas demander aux cyclistes de respecter le code et leur demander de l’oublier de temps en temps.

D’ailleur le meilleur moyen d’eviter qu’un camion qui tourne a droite vous roule dessus, c’est de griller le feu…

velob dit :

Merci pour le PS de ピエール
Dommage qu’aucun des 2 sujets n’en parle.
Apparemment il est plus facile d’expliquer aux cyclistes de s’ecarter de ces véhicules et d’oublier leurs priorités et donc le code de la route, que de rajouter les retroviseurs obligatoires sur ces engins et d’apprendre aux chauffeurs a s’en servir.

Abandonnant régulièrement ma priorité ( et pas qu’avec des poids lourds) il m’arrive aussi de penser que le velo est impraticable dans cette ville.

ピエール dit :

Suite à cet accident avenue du Maine, j’ai pour ma part décidé d’arrêter le vélib pour me rendre au boulot. Cela faisait plusieurs mois que je prenais un vélib tous les matins pour aller au travail. C’était sympa, ça me changeait les idées par rapport au métro ou au bus. C’était rapide (plus que les transports en commun !).
Ok, par moments ce n’était pas agréable, quand un autre usager faisait un mauvais coup ou me mettait un peu en danger (dépassement trop proche, portière qui s’ouvre…). Mais j’avais la foi. Je m’étais dit que, comparé à quand je faisais du vélo dans Paris il y a 12 ans, sans pistes cyclables ni voies de bus, quand j’étais jeune et intrépide, que c’était le far-west… etc, bref, que maintenant, avec le développement du vélo à Paris (dont vélib), il allait se produire la même chose quand dans les autres grandes villes des pays civilisés. A savoir que partout où le vélo s’est développé, cela a apaisé la circulation.
Et bien non. A Paris, ce n’est pas possible (au passage, en tirer des conclusions sur notre niveau de développement…). A l’inverse, depuis la rentrée, les « incidents » se multipliaient, et plus ça allait, plus j’avais l’impression de me mettre en danger alors que je tentais de respecter au mieux le code de la route.
Donc après avoir abandonné l’idée de remonter les files de voitures, bus, taxis arrêtés (ce que les 2 roues motorisés font en nous frolant), après avoir arrêté les tourne-à-gauche (ah ! être immobile au milieu de la chaussée parisienne ! quelle sensation !), etc etc, le coup de l’accident mortel « c’est la faute à l’angle mort du car » a été l’élément suffisant à me faire arrêter le vélib quotidien.
Bien sûr je continuerai d’utiliser le vélib occasionnellement, dans les coins calmes, pour les petits trajets. Mais je dois avouer que je suis pessimiste quant à ce que le vélo s’impose à Paris…

PS : pour info, réglementairement, seul l’angle mort derrière les poids lourds existe. Les autres n’existent pas, puisqu’un poids lourd en règle est équipé d’une batterie de rétroviseurs permettant de voir ce qui se passe au niveau des portières et devant le pare-chocs.

Jane Doe dit :

Lezard
Ils m’ont paru plutôt jeunes et vigoureux, je crains que le temps ne fasse rien à l’affaire.

lezard dit :

Dear JD,
Les personnages qui roulent dans les voitures bleues s’appellent les Schtroumpf. Et aujourd’hui ils ont 50 ans. Souhaitons leur un bon anniversaire! Bientôt ils seront à la retraite…
Amicalement. Lezard.

Jane Doe dit :

Lezard

Je sais, mais je n’arrive pas à me faire à cette religion de la mission chez les forces de l’ordre.
Sauf à imaginer organiser des filières séparées « planton », « porteur de pli », « circulation » ou « écoutes des partis politiques », avec des concours sséparés, les policiers et gendarmes sont jusqu’à nouvel ordre des généralistes de la sécuirité publique. C’est au fond assez confortable de se réfugier derrière la mission du jour.
Tiens, ce matin, boulevard Raspail j’ai failli prendre la célébre portière dans la face. Couloir autorisé au vélo, je roule bien où il faut, une voiture me remonte dans le couloir, s’arrête et les portières s’ouvrent brusquement. C’est dans ces moments que l’on se félicite de s’attendre toujours au pire et de n’avoir que peu de foi en l’homme. Les ayant bien captés j’avais réduit mon allure et j’ai donc pu m’arrêter juste à temps pour ne prendre ni la porte ni le personnage en bleu qui jaillissait du véhicule. Il s’agissait d’une voiture de police dont les vigilants occupants avaient dû repérer un criminel sans ceinture au ou au téléphone et avaient décidé de la jouer RAID.
Heureusement le policier s’est confondu en excuses et m’a souhaité une bonne journée. Non, ça c’est dans les livres pour enfants. L’andouille à la fois surpris et honteux au fond a réagi comme n’importe quelle autre andouille pris en flagrant délit d’andouillerie, il m’a crié dessus.
Bien entendu je n’ai pas réagi, ayant autre chose à faire de ma journée que de subir une vérificatiion d’identité assortie d’une possible procédure pour outrage (c’est comme ça qu’ils disent « excusez-moi, bonne journée », faut parler la langue).
Moralité, avant de regarder les feux rouges, faites gaffe aux voitures blanches et bleues, bien plus dangereuses.
To serve and protect

JD

Mael dit :

Bonjour,

Effectivement, faire du Vélib, c’est parfois dangereux. On ne fait pas attention à nous.
Mais les cyclistes en général et les vélib en particulier devraient commencer par respecter le Code de la Route, avant de fustiger les autres.
Je fais du Vélib tous les jours et je vois systématiquement autour de moi les autres cyclistes qui grillent les feux rouges à tous les carrefours, quand moi, je m’arrête.. Et quand je me permets de le faire remarquer, je me fais engeuler à chaque fois.
Si on veut être respectés, il faudrait commencer par être respectable.
Ca a beau être écrit sur le vélo, ça n’empêche pas les gens de continuer à se prendre pour des piétons et rouler sur les trottoirs, à contresens, à griller les feux, rouler dans les parcs publivs, etc… Et c ene sont pas que des jeunes en jeans, mais bien souvent des hommes en costard ou des femmes en tailleurs.

Cela fait plusieurs fois que je propose un texte pour en faire un billet ici, mais visiblement, le sujet ne doit pas être assez politiquement correct…

Mael.
http://mael.elosis.fr

lezard dit :

Il ne faut pas oublier que les gendarmes devant l’Assemblée sont en MISSION. Ils n’ont pas droit de faire autre chose. J’ai questionné les policiers plantés 24h/24 devant le domicile des Chirac quai Voltaire lors d’un accrochage (sans gravité) devant leur nez. Ils n’ont pas droit de réagir car ils viennent du… 16ème arrondissement, alors qu’ici c’est le7ème et il faut s’adresser aux forces de l’ordre « locales ». On ne sait pas si il faut rire ou pleurer.

Jane Doe dit :

Zab

Il faut en effet parfois choisir entre deux risques, je crois que la portière qui s’ouvre est le plus élevé, mais tu as raison on peut se faire prendre par la gauche. Pas de solution totalement sûre.
Quant à la réaction des forces de l’ordre, il faut hélas s’habituer à n’en rien attendre.
Je passe tous les jours par le Pont de la Concorde, de nombreux véhicules grillent le feu devant l’Assemblée Nationale, sous le regard impavide de braves gendarmes-potiches qui sont aux premières loges. Rassure-toi, l’accident arrivé ils s’intéressent.
Conclusion, ne compte que sur toi.

JD

zab dit :

Rouler à 1 mètre des voitures à l’arrêt, cela me fait beaucoup rire.
Le seul accrochage que j’ai eu est justement suite à ce respect là.
Boulevard sans voie cyclable ni voie protégé, donc voie de bus simple, une camionnette me dépasse en roulant normal mais ne dévie pas donc résultat
je me prends dans le bras son rétro
il descend, m’engueule comme quoi je n’ai rien à f…. là et en outre que je prends trop de place et que je n’ai qu’à me serrer. J’ai appelé les flics ben rien pas de bobo donc ils s’en foutent.

Franck dit :

Pour le passage Louvre-Comédie, il permet surtout de rappeler que la ville est faite pour les voitures : si on fait 300m en plus en passant par la rue de l’échelle, avec 3 feux au passage, on arrive à parcourir légalement ces mêmes 50m… Les jours de pluie ou presque au bout de la demi-heure, c’est un vrai bonheur. L’avantage, c’est que ça permet de passer devant 2 stations…

lezard dit :

Jane, Merci de souligner qu’un conducteur de camionnette puisse respecter les vélos! Oui, j’essaie de le faire depuis que je fais du Vélib’, même si effectivement les cyclistes méritent souvent une bonne paire de claques. Hier matin je sors la voiture de ma porte cochère dans une rue à sens unique et assez fréquentée. Que vois-je? – une cycliste à contresens (non autorisé) avec la cigarette dans une main et le portable dans l’autre, zigzaguant entre les voitures. La pauvre a du s’arrêter furieuse car je me suis garé sur son chemin pour refermer le portail. On aurait presque envie de l’écraser…
En ce qui concerne les panneaux jaunes mon préféré se situe entre la rue de Rivoli et la place de la Comédie Française. C’est un couloir bus (sans séparateur) d’environ 30m interdit aux cyclistes qui viennent du Louvre et voudraient aller vers l’Opéra. On m’a expliqué sur ce site qu’il suffit de descendre de son vélo. Autant rester à pied.
Amitiés
Lez

Jane Doe dit :

Lezard
Merci pour ton soutien.
Je ne suis a priori anti-personne et il serait stupide et contreproductif de jouer « vélo contre transport en commun ». Je voudrais simplement que les rares pathologiques de la RATP soient ejectés et non soutenus par leur corporation (voir les réactions des syndicats de chauffeurs après l’affaire de la rue Lafayette, l’auteur des faits est je le rappelle toujours en examen pour « manquement délibéré à une obligation de sécurité »).
Les chauffeurs de bus ont la vie dure et sont en général des gens corrects aux nerfs solides. Je peste contre les malades qui ne devraient pas faire ce boulot et sont néanmoins maintenus en place.
Je constate avec une grande satisfaction que l’on peut conduire une camionnette, donc subir les désagréments de la circulation -dont l’imprudence de certains cyclistes – et rester objectif et constructif.
Concernant notre ami Gildas, il fait son métier et on ne peut pas lui reprocher de prêcher pour sa paroisse. On est en effet dans le youkaïdi-youkaïda., mais je suis certaine que dans les coulisses, à la Ville, ils sont très mal sur le sujet des panneaux jaunes
J’attends moi aussi un point sur le statut juridique de ces panneaux. Rappelons que la moindre couleur modifiée dans le Pantone d’un panneau routier doit réunir un conclave d’ingénieurs des Ponts et aboutir à du bel et bon Droit sous forme de décrets et d’arrêtés. Le principe, pas sot, étant que multiplier la signalisation exotique aboutit à de la confusion et donc à un surcroît de danger et que, dans ce domaine, il vaut toujours mieux faire peu en prenant son temps et éviter les ruptures et effets de mode (moi j’aime bien les trapèzes réguliers et le vert, ils n’ont rien de prévu dans le genre, pour annoncer par exemple un passage du macadam aux pavés… ?)
A noter par ailleurs que ces panneaux d’infamie ne figurent pas dans tous les couloirs de bus interdits aux vélos (Raspail par exemple, où au long du boulevard se succèdent des portions autorisées et interdites, de même largeur). On aurait doté les endroits les plus dangereux. Il existe donc des couloirs où les vélos sont interdits mais où , au fond, ça n’a pas tant d’importance que ça…

Bien à vous
JD

lezard dit :

Chère Jane. Rien à ajouter, notamment en ce qui concerne la conduite totalement irresponsable des chauffeurs de bus de la RATP. J’observe souvent leur comportement car je passe mes journées dans une camionnette (sauf quand je ne suis pas au boulot et là je prends un vélo)-les feux rouges grillés, la vitesse excessive, les queues de poisson faites aux cyclistes et j’en passe. Et en ce qui concerne les panneaux jaunes qui n’existent pas dans le code de la route les responsables de ce blog s’en foutent totalement. J’ai essayé d’en parler, en vain. Mais n’oublions pas, c’est un blog officiel de la mairie qui nous annonce… l’ouverture de nouveaux couloirs bus aux cyclistes! Ils vont peut-être enlever ces panneaux. C’est déjà un miracle qu’ils évoquent le dernier accident !

Jane Doe dit :

Cher Vince

Ton post brillant va dans le bon sens : « l’est passée sous les roues du bus la p’tite dame mais l’avait qu’à rouler où y faut ».
En effet, et j’ai moi-même reconnu cette faute lourde, je ne roulais pas complètement au milieu, je méritais donc la mort.
Avec de alliés comme toi on peut se passer d’ennemis.
La remarque sur la modestie…j’ai déjà oublié car en plus dêtre immodeste et émérite je suis magnanime.

JD

Vince dit :

Chère Jane, cycliste émérite ( et modeste aussi ?), la mesure de prudence à prendre était de rouler au milieu de la voie pour empêcher tout dépassement qui ne respecterait pas la ‘règle des 1m’.

Jane Doe dit :

Bonjour

L’angle mort…
Cher Gildas
Votre position neutre vous honore, et cette volonté de ne pas favoriser tel ou tel usager de la voirie, c’est tellement équilibré, beau comme de l’antique. Néanmoins…
Un vélo qui fait une bêtise, c’est mal, j’en conviens et sur un trottoir ça peut parfois être dangereux (combien de collisions vélo–> piéton au fait ?), mais le prix est payé par le cycliste.
une voiture, un bus un camion commettent une faute… le tarif est bien différent.
Donc sensibilisez les cyclistes à l’envi, pourquoi pas, mais ne soyez pas angéliques. Il s’agit d’abord de responsabiliser en priorité les plus gros, les plus forts, les plus rapides. En culpabilisant d’abord les vélos avec votre pédagogie de l’angle mort, vous contribuez à déresponsabiliser les motorisés. Certains couloirs de bus jugés dangereux sont interdits aux vélos ? Parfait. Postez des policiers jour et nuit, au moins ils verront l’ensemble de la situation et pourront peut-être faire régner un peu d’ordre. Mais ces panneaux jaunes (illégaux), avec un vélo barré de rouge, pourquoi pas une étoile. Qui avons-nous tué, nous les cyclistes, pour être ainsi stigmatisés ? C’est une mesure insultante et qui plus est parfaitement inutile puisque les cyclistes imprudents s’en fichent et continuent d’emprunter ces couloirs. Ca dédouane « nous avons pris des mesures ».
Figurez-vous qu’il arrive, et assez souvent, que les cyclistes soient prudents et en prennent quand même plein la tête :
Je suis cycliste émérite, habituée de Paris, équipée et toujours très visible et oui, merci, je sais que les grands véhicules sont dangereux, qu’ils ne voient rien et coupent les virages.
22 septembre, je roule vers la gare Montparnasse rue du Départ (en ce moment la bien-nommée…). A cause des interminables travaux de la dalle, cette rue se rétrécit juste avant la gare. Des blocs en béton surmontés de grilles limitent sa largeur à une seule file étroite.
Venant de la rue de Rennes je prends en compte « l’effet entonnoir » , avant de m’engager dans ce couloir je prends donc soin de laisser passer les véhicules et j’attends qu’il n’y ait personne à proximité pour m’y engager. Un bus (un grand, articulé) arrive rapidement derrière moi, il me ding-ding, puis me klaxonne. Que faire, je suis engagée ? Ce segment est assez court, entre 500 et 100 mètres, je compte donc sur la patience du chauffeur et continue d’avancer. De toutes façons il m’est absolument impossible de laisser passer le bus et je me crois donc protégée par l’étroitesse même du passage, je ne me place donc pas en plein milieu mais reste plutôt sur la droite. Erreur, car un « bon » conducteur sait viser. Le mastodonte me double quand même et je me retrouve tassée à droite du bus, contre les blocs en béton. Un bus articulé, même quand ça va vite, c’est très long. Espace disponible pour mon vélo : le guidon plus deux centimètres de chaque côté. Je peux envoyer à ceux qui croient que j’exagère des photos réalisées juste après, au passage de bus. Personne ne croit en les voyant que le bus et moi passions en largeur. Un écart de ma part, et je passais sous les roues arrière.
Expliquez moi s’il vous plaît quelles mesures de prudence j’aurais dû prendre ?
Je suppose que ma position à droite de ce véhicule aurait permis à la RATP de prétendre que j’étais en train de le doubler… C’est ce qui s’est passé rue Lafayette, à ceci près (ce qui n’enlève rien à l’aspect révoltant de l' »accident » du mois de mai) que j’étais dans mon droit, sur une chaussée ouverte aux vélos.
Bien entendu le chauffeur m’a de surcroît ensuite copieusement insultée, quant aux voyageurs, pas une réaction, alors que ceux du côté droit du bus avaient eu tout le loisir de voir ma tête lors du dépassement virtuose.
Dans une ville, surtout aussi dense que Paris, il faut que la priorité aille au plus faible : dans l’ordre handicapé, personne âgée, enfants, autres piétons, patinettes, rollers, vélos et ensuite seulement, la meute motorisée.
Expliquez moi donc comment le 22/09 le bus et moi nous aurions « chacun pu y mettre du nôtre » et « nous partager l’espace en bonne intelligence ». Vous vivez chez les Bisounours.

JD

yves dit :

Souvent aux feux rouge il y a des sas à vélo, c’est très pratique pour éviter de s’arrêter dans l’angle mort de véhicules qui risquent de tourner à droite.

Le problème c’est que trop d’automobilistes se mettent en plein dessus, quand ils ne sont pas encombrés par les motards.
http://velobuc.free.fr/sasvelo.html

Sinon un autre carrefour dangereux (pour les cyclistes et les piétons) où je passe souvent, c’est à la porte d’Asnière là où les voitures tournent pour prendre le périph.

claude françois dit :

C’est un coup gueule que je voudrais lancer ! Je suis très attristé pour la famille de la victime de cet accident et c’est d’abord à elle que je pense. Je trouve particulièrement déplacé le message de pascale ci dessus… qui nous parle de son petit nombril sur un message ou l’on apprend qu’il y a une nouvelle victime. Un peu de pudeur pour la famille de grâce ! En plus, parler de fiabilité c’est ridicule car j’ai lu dans le journal qu’il y a 35 milliions de trajets effectués en vélib’ et on compte 3 morts ! Alors il faut relativiser et parler de fiabilité quand on paye moins de 2 euros par moi pour utiliser ce service à l’année…quand le paquet de cigarette coute 6 euros par mois, l’abonnement internet au minimum 20 euros par mois…… vraiment rend ton abonnement ! C’est sur c’est pas parfait encore…mais j’imagine que pascale, elle, est parfaite !

kiene Pascale dit :

Vraiment pas fiable le velib.
Autour des cinemas et endroits très fréquentés aucune possiblité de remettre le velib. Les infos dispensées par la borne sont fausses : annonce d’une place libre alors que le site est plein, impossibilité de recharger les 15mn. Je ne comprends pas que cela ne soit pas mieux géré. Surtout l’information.

slasher-fun dit :

Il y en aura aussi un place Denfert Rochereau… Là encore, impossible pour un vélo d’aller où il veut sans se faire klaxonner, problème renforcé par le fait que la place soit pavée (et les vélos sur les pavés, c’est pas ça)

claire DOUTRIAUX dit :

L’accident avenue du Maine: on le mettra sur le compte de ce fameux angle mort. C’est possible. mais moi qui fréquente quotidiennement cet endroit-là à vélo depuis bien avant l’existence de vélib, je me demande chaque jour si je vais en réchapper: le vélo qui arrive de la gare Montparnasse et veut continuer tout droit l’avenue du Maine vers Alésia se trouve confronté à la hauteur du carrefour Maine-avenue du Commandant Mouchotte avec les voitures qui veulent tourner à droite vers cette avenue. Quand le feu est au rouge, on peut se placer bien en avant et espérer être vu des automobilistes avant qu’ils ne démarrent. Quand le feu est au vert, les automobilistes n’ont qu’une idée en tête: se précipiter le plus vite possible vers la droite. Le carrefour est très large, trop large: 4 voies dans la même direction et les vélos sont perdus à l’intérieur. Pour moi, c’est un miracle qu’il n’y ait pas davantage d’accident à cet endroit. Vous voulez savoir où aura lieu le prochain accident de même type? BLd du Montparnasse, à la hauteur de l’embranchement de l’avenue du Maine: même problème pour les vélos perdus dans le carrefour au milieu des voitures qui, sur plusieurs voies, veulent tourner à droite vers le tunnel de l’avenue du Maine. Je pense qu’il y a plein d’autres lieux particulièrement dangereux à Paris, comme les deux que je viens de citer et qu’il devrait exister un site ou blog spécial sur lequel les cyclistes devraient pouvoir les indiquer pour que ces lieux soient aménagés pour le vélo en priorité par la ville de Paris.

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...