<< Conseil

L’opération carton jaune
mardi 8 juillet

L’opération carton jaune

admin
24Je partage

carton-jaune.jpg

Mon premier est en uniforme, mon deuxième porte un sifflet, mon troisième distribue des cartons jaunes, mon tout fait régner l’ordre, qui suis-je ? Un policier parisien pardi !

Surprenant, innovant et pourtant bien réel si vous vous déplacez dans les rues de Paris du lundi 7 juillet au vendredi 11 juillet. En partenariat avec la Mairie de Paris, la Préfecture de Police lance une opération inédite : l’opération carton jaune pour sensibiliser l’ensemble des usagers de la voirie parisienne aux règles de la sécurité routière.

Une opération qui va faire un carton ?

Vous êtes plusieurs sur ce blog à être venu témoigner d’une amende écopée en vélo (Thibaut, Elodie ou Peter ces derniers jours). Il y a un code de la route à respecter, même en Vélib’, et l’enfreindre peut coûter cher. Sauf que certaines effractions ne sont pas conscientes, d’où un certain agacement et sentiment d’impuissance…


L’opération carton jaune dont est partenaire la Marie de Paris vise justement à nous sensibiliser sur des règles de sécurité oubliées ou ignorées en nous arrêtant, mais sans nous sanctionner. 50 000 cartons jaunes seront ainsi distribués cette semaine au cours de contrôles répartis dans plus de 120 points de la capitale.

Que pensez-vous de ce genre d’opération de sensibilisation ? Avez-vous eu le droit à un carton jaune depuis le début de semaine ? Faites-nous part de votre expérience !

La Mairie Paris et la sécurité routière

La Mairie de Paris s’est toujours fortement impliquée dans la sécurité et la prévention routière. Sur le front des aménagements ces dernières années, le nombre de voies cyclables a augmenté, les sites accidentogènes examinés afin d’identifier les actions à mener, les abords des écoles sécurisés… Sur le front de la prévention, de nombreuses brochures ont été éditées, comme Bien conduire et se conduire à Vélib’, ou encore cette petite vidéo sur laquelle je vous laisse…

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Nanouk dit :

J’ai déjà vécu la situation où je passe au vert, mais des dizaines de vélos me doublent dans le carrefour, résultat, je ne peux pas m’engager dans ma voie, et je me retrouve encore dans le carrefour quand c’est le tour des voies adjacentes.

Du coup, quand j’ai le malheur de me retrouver devant le passage piétons après de si difficiles passages, obligée de m’arrêter (je ne vais pas écraser les piétons), je me fais insulter par les piétons qui viennent de se faire raser de prés!!!

Si je ralentis pour éviter de faire le moindre mal aux piétons qui s’éternise sur les voie cyclistes, je me fais insulter par les cyclistes qui suivent.

Dans certains axes, le phagocitage des usagers prudents (automobilistes, cyclistes, piétons) semblent être la règle.

Sympath!

El chouros dit :

Je suis utilisateur du Velib depuis sa création, je suis également piéton, pére et responsable de 3 enfants , à d’autres moments je suis conducteur de voiture.
habitant le 3e en plein boboland je suis outré par le comportement inconscient – ou au contraire (et c’est plus grave) délibéré – des cyclistes . Ce n’est pas 50% (comme dit l’un des commentaires) mais 75 à 80% des velib que je vois passer au rouge! Trés régulièrement je vois des vélos (vélibs ou autres) foncer sur les trottoirs au mépris des usagers (vielles personnes, enfants, femmes enceintes « on n’en a rien à foutre »). Je suis véritablement scandalisé par ces comportements qui en plus se réclament être au « nom de la liberté ». A un chauffard en vélo qui venait de bruler un fau rouge , manquant de renverser mon fils je criait mon indignation. Et les feuxs rouges vous devez les respecter comme tout usager de la route ». réponse « Ta gueulle.. Le vélo c’est la liberté » Pour moi la liberté individuelle s’arréte là où commence celle des autres. Un point c’est tout.

cristina dit :

Bonjour,

Je suis d’accord avec le commentaire de Sabine (29 aôut, 10h38). La demi-heure gratuite n’est pas suffisante pour faire une course moyenne (exemple du bas du XVIIIe jusqu’à Opéra). Si l’on veut, comme il se doit, respecter toutes les normes de la circulation…Une heure gratuite serait l’idéal, quitte à augmenter un peu le prix de l’abonnement annuel.

Je profite pour dire qu’il est souvent très difficile de déposer les vélos dans le centre (quartiers d’Opéra, Rivoli, Hôtel de Ville) et qu’il y a peu de vélos dans le XVIIIe, surtout le bas. C’est une constatation dans la durée complète de cette année.
Je profite aussi pour dire que la Mairie devrait continuer à investir dans les couloirs exclusifs vélos. On ne peut pas nier que la combinaison « bus/vélo ou voiture/vélo ou les 3 est dangeureuse, voire très dangeureuse. A cela s’ajoute le problème de la pollution qui est plus flagrante et directe pour les vélos quand on est sur la même voie que les voitures et/ou les bus.

Malgré toutes ces remarques, je trouve que le vélib’ a été une excellente idée !

Cela dit, le vélib’ est une très bonne idée.

cristina dit :

Bonjour,

Je suis d’accord avec le commentaire de Sabine (29 aôut, 10h38). La demi-heure gratuite n’est pas suffisante pour faire une course moyenne (exemple du bas du XVIIIe jusqu’à Opéra). Si l’on veut, comme il se doit, respecter toutes les normes de la circulation…Une heure gratuite serait l’idé

Sabine dit :

Bonjour,
J’ai remarqué que les utilisateurs de Vélib pédalent souvent comme des fous, paraissent plus pressés que les autres, ne serait-ce pas lié au fait qu’il faut tenir dans la demi-heure gratuite ? je crois que c’est un facteur d’accident, moi qui pédale tranquillement sur mon vélo, je respecte les feux, par exemple…
Serait-ce aberrant d’envisager la première heure gratuite et pas la première demi-heure ? quitte à augmenter un peu le tarif de l’abonnement ?

velob dit :

En aucun cas on refait son codes!?!?!
Alors je te conseille de respecter l’interdiction du couloir de bus de la rue Lecourbe ou celle de la rue du Louvre, entre autre.
Le but est donc de rouler dans la première voie, a gauche du couloir de bus interdit aux velos, mais sur la droite de cette voie bien sur, donc entre les voiture et les bus, au milieu en fait. Bon courage.
Quand tu aura respecté se point du code, je te palerais de certains feux.
Je suis sur que je t’en trouve un que tu grille a tous les coups.

Daniel Balavoine dit :

Que lis-je ? Le code de la route imprécis ? Pas sûr de cela moi.

« Un feu jaune fixe signifie aux conducteurs de véhicules interdiction de franchir la ligne d’effet du signal. Cette interdiction ne joue pas dans le cas où, à l’allumage du feu jaune, le conducteur ne peut plus arrêter son véhicule dans des conditions de sécurité suffisante avant la ligne d’effet du signal ;

Un feu rouge, fixe ou clignotant, signifie aux véhicules interdiction de passer la ligne d’effet. Pour les piétons, le feu rouge fixe qui lui est destiné signifie interdiction de s’engager sur la chaussée ou obligation de la dégager au plus vite. Un feu blanc ne concerne que les tramways. »

Ce qui veux dire en clair : ON S’ARRETE À L’ORANGE !
Je parle même pas de passer au rouge.

Et il n’y a pas de « petit carrefour ». Si les autorités on cru bon de mettre un feu à tel endroit, on respecte et peut-être ensuite on conteste. Mais en aucun cas on refais sont code de la route « par que le feu ne sert qu’à faire traverser des piétons ».

Et si moi demain je décide que dans mon caterpillar je roule à gauche « parce que la chaussée ne sert qu’à faire passer des voitures et des cyclistes » qu’en penseriez-vous ?

Au fait, il y a des feux spéciaux pour les cyclistes, par exemple à la sortie de la piste cyclable en direction de Barbès Rochechouart. Je dois être le seul à le respecter.

Et puis les cartons jaunes c’est gentillet… Il faut coller une vraie amende aux contrevenants, Cyclistes grillant les feux, doublant à droites, roulant sur le trottoir, scooter itou et automobilistes garés n’importe comment, omettant le clignotant, etc.

Daniel Balavoine

Pierson dit :

Ah oui, carton jaune ?

Je ne l’ai pas vu, le carton jaune !

Mon fils de 17 ans sortait d’un bistro à République à 23 h 00, il a pris un vélib à la borne et a effectivement poussé son vélib, sans même pédaler, passé le feu rouge, pour s’insérer dans la circulation. La rue était totalement vide 100 m à gauche, 100 m à droite. Sauf… la voiture de police banalisée, qui ne l’a pas loupé.

Carton jaune ?

90 euros d’amende, oui !

90 euros pour un jeune qui gagne 30 euros quand par chance il a une soirée de babysitting. Pour un gamin qui n’a jamais embêté personne (alors que les voyous qui l’ont racketté dans la rue l’année dernière s’en sont bien sortis, eux, aux dernières nouvelles, ils n’ont pas eu d’amende).

Ah oui, j’avais oublié… il a quand même fait une grosse bêtise… il a les cheveux longs !

Heureusement qu’il n’était pas arabe, dis donc, il passait peut-être la nuit au poste ?

francois-el kherrag dit :

que ceux qui utilisent les velib
sache faire du velo correctement
respecte les regles de securite routiere

NE REFUSE PAS DE DONNER LEUR IDENTITE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
NE S ENFUIT PAS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
QUAND ILS SONT RESPONSABLE D ACCIDENT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
accident entre un velib et bus 74 le samedi 19 juillet

une dame de 65 ans
et ma fille de 21 mois
ont subit les concequences d un inconscient et son velib!!!!!!!!!!!!!!!

traumatisme cranien pour ma fille
samedi a hopital
+ surveillance 24h et nuit a se reveiller toutes les 3 h pour surveiller reaction bebe

et vous et votre velib vous continuer de vous promener dans la nature
vous etes un irresponsable et cest carton rouge pour vous

Thomas dit :

Peut-on mettre également des cartons jaunes à l’équipe informatique de vélib ?
Abonné de la première heure je me suis réabonné il y a quelque temps. Mon nouvel abonnement prend fin en octobre 2009, tout pourrait aller parfaitement dans le meilleur des mondes sauf que… aucune station ne reconnait mon pass. Plus précisément, il n’y aurait pas d’abonnement sur mon pass navigo. De retour chez moi j’ai pu constater sur mon compte disponible sur le site de vélib qu’aucune carte n’était cochée dans les moyens d’empreint des vélibs. J’ai donc choisis la bonne case, saisis mon numéro de carte mais il faudra encore que des techniciens valident mes modifications…

Je trouve dommage d’avoir à subir ses péripéties (petites certes, mais quand même) pour un réabonnement basique, en temps et en heure. J’espère que tout les réabonnés ne sont pas dans le même cas, sinon, bonjour la pagaille.
Bref, aux futurs ré-abonnés, attendez-vous à cette possibilité. Une vélibien avertit en vaut deux 😉

Virginie dit :

Très bonne initiative que ce rappel des règles du code de la route. C’est surtout un moyen de mettre les points sur les i sur la place misérable réservée aux cyclistes dans cette ville.

Remarque purement subjective, mais j’en profite pour déplorer le nombre collossal de voitures dans Paris compte tenu des infrastructures existantes au niveau des transports en commun. En tant qu’usager occasionnelle du vélo, je me permets de témoigner sur les désagréments et dangers que nous encourons à vouloir promouvoir les modes de transports non polluants dans ce royaume de la voiture.

Biensur on peut nous reprocher de rouler sur le trottoir, d’emprunter les voies de bus ou encore de déborder sur le passage piétons au feu rouge. Mais dans ce cas, j’invite les mécontents à tenter l’expérience, à se farcir les voitures garer en double file qui nous obligent à slalomer entre les voies, à se faire frôler par les voitures quand les rues sont trop étroites et à respirer les gaz d’échappement à chaque démarrage au feu vert.

Le jour où Paris sera mieux adapter aux vélos, je pense que ces derniers commettront nettement moins d’infractions.

zezette dit :

dacord avec velob !! le « parisien » enervé doit etre le premier pieton à ne penser qu’a lui et marcher sur les pistes cyclable sans se préocuper des velos,et même si ca se trouve qu’il roule en scooter gogol à 3 roues bruyant en nous rasant à 60 à l’heure dans les couloirs bus velo…Quand va t’on enfin s’ocuper de ces scooters bruyant et agressifs qui ne respecte rien,ni même les pietons sur les clous et qui se gare sur les trottoirs?j’habite pres du sentier dans le 10 e,et c’est envahi sur les trottoirs ce ces 2 ou 3 roues motorisés et bruyant

velob dit :

Un parisien a dit.
« Est-ce vraiment si compliqué que cela de respecter le Code de la Route ? »

Oui, c’est compliqué de respecter un code inventé et ecri pour les voitures et bricolé pour les cyclistes.
C’est soit incompéhensible, soit dangereux, parfois inutile. Du bricolage.
Un panneau par-ci, un coup de peinture par la, un feux en haut, un feu en bas.
Un couloir de bus autorisé, puis interdit, puis autorisé, puis plus.
Un partage entre des vehicules de 15kg et d’autres de 15 tonnes.
Qui font 50cm de large et d’autre de 2 mètres de large.
Des qui roulent a 10 km/h et d’autre à 100.
Un coup de peinture sur un trottoir ou dans le caniveau, et hop une piste cyclable.
Alors, oui c’est compliqué.

Sinon, c’est compliqué pour un pieton de tranverser dans les passages et aux feux?

Philippe Butori dit :

Le code de la route est tout à fait mal adapté et peu clair sur les règles d’utilisation et de protection des vélos. Bien sûr il faut le respecter autan que possible. Ma question est pourquoi ne pas créer un comité ou une association des utilisateurs de vélo et vélib afin de travailler une évolution du code avec le gouvernement qui intègrerai mieux le vélo, préciserai mieux les droits (par rapport aux autres usagers de la route) et devoirs du vélo ex : quand un vélo peut passer alors que le feu est rouge (situation normalement possible à certain carrefours en T qd le vélo ne croise pas de route sur sa droite et étant protégé sur sa gauche par une ligne continue sur sa gauche), protection renforcée des vélos en cas d’accrochage avec un véhicule ne respectant pas les règles de sécurité, etc…
Je comprends l’énervement de certains quant à ceux qui ne respectent pas le code, mais je comprends aussi ceux qui très prudemment vont dans certains cas faire une petite transgression au code pour fluidifier un peu leurs trajets et pallier au manque de précisions du code.
Prudence sur le ruban et tolérence ;))

PoLO dit :

je comprend que cela enerve, mais bon rien n’est parfait et qd je vois les pietons qui ralent, car je suis parfois a velo parfois pietons et bien maintenant je fais plus attention au velo, car le piétons a un cote immunité, peut traverser au rouge peut marcher dans la piste cyclable…. je pense que au dela du code qu’il faut respecter la politesse et la compréhension mutuelle est utile…

Un Parisien énervé par les Vélib' dit :

Bien le bonjour à tous
Ceci est un coup de gueule car vous ne pensez pas à respecter le Code de la Route. Ce n’est pas que vous n’y pensez pas mais que vous ne VOULEZ PAS le respecter.
Voici cette petite anecdote : « Un Vélib’ qui s’arrête au feu rouge, C’EST UN VELIB’ QUI À LE CERVEAU RETOURNÉ… »
Est-ce vraiment si compliqué que cela de respecter le Code de la Route ?
Je vous explique, pour s’arrêter à un feu rouge, il faut serrer les poignées de frein et en avoir la volonté (pour un Vélibiste)…

PoLO dit :

c’est vrai que beaucoup de cycliste grille les feu, alors perso je le fais aussi, je grille les feu toujours doucement qd il n’y a pas de croisement, autrement dit qd c’est un feu uniquement pour faire traverser les piétons, autrement il faut s’arrêter et je m’arrête. je suis surpris par certain vélo qui par exemple en venant de nation au croisement pere Lachaise, grille le feu et essaye de passer dans un carrefour pourtant dangereux.

par contre les voitures et leur conducteur qui n’ont jamais fait de vélo, ne se rendent pas compte de tous ces problèmes et en particulier les voitures qui se gare dans les pistes cyclables… je suis d’accord avec le commentaire plus haut que parfois en velo on a l’impression d’avoir qqes aménagements mais qu’on est pas des utilisateurs de la route et des qu’il faut se garer ou décharger quelquechose, oh ben si on se mettait sur la piste cyclable…

gnagnita dit :

Où exactement peut-on signaler les endroits où la signalisation n’est pas adaptée?
Je connais un endroit ou systématiquement pour passer au moment où le feu passe au vert pour les cyclistes, il faut zigzaguer entre les piétons…

Ben dit :

Bonjour,

Je suis un « Velib’ien » et j’adore utiliser ce mode de transport plusieurs fois par semaine pour aller au bureau ou me balader. Et je pense qu’il faut continuer de développer ce mode de transport qui est très adapté au trajet de quelques Km meme dans une grande ville comme Paris.

Mais on ne peut pas et on ne pourra jamais supprimer les voitures. On doit donc utiliser un code de la route commun qui à la base est prévu pour les automobiles car elles reste très majoritaires.

Les automobilistes manque parfois de civisme ou commettent des infractions mais les cylistes montrent encore moins l’exemple.

Ce n’est pas parce qu’on n’est plus faible et minoritaire qu’on doit prendre toutes les libertés comme bruler les feux, rouler sur les trottoirs etc…

Effectivement, cela m’agace de devoir m’arreter toutes les 2 min aux feux et devoir repartir mais cela partie des règles qui nous permettent de cohabiter avec les automobiles et aussi les 2 roues motorisés.

Imaginer si les voitures grillaient les feux aussi souvent que les vélib’s ?

Il faut arrêter de diaboliser la voiture. Allez voir dans d’autre metropoles comme Londre ou Madrid ou des grandes villes francaises comme Aix, Nice, Marseille et même Lyon avec ses Velo’v et vous verrai que c’est moins facile d’y faire du vélo qu’à Paris.

brigitte dit :

j’ai vécu l’opération carton jaune. Ca a au moins servi à bien finir ma journée
http://mediamaispasque.blogspot.com/2008/07/carton-jaune-le-pv-damour.html

Gébé dit :

Un cycliste sur deux à Paris grille sans état d’ame les feux rouges. Apparemment la signalisation n’est pas considérée comme s’appliquant aux cyclistes. Donc une piqure de rappel est nécessaire. Par ailleurs, d’un point de vue  »psychologique », les cyclistes ne peuvent pas demander à être respecté par les autres modes de transport utilisant la voierie si eux memes ne respectent pas les règles qui s’y appliquent.

Un cycliste

Patrick dit :

Toute initiative prise pour rappeler le code de la route et les bonnes pratiques aux cyclistes est bonne à prendre.. et ça serait bien de faire de même avec les scooter et les voitures.

Hier, en descendant tranquillement la rue du chemin vert (longue, vide en dehors des camions de livraison arrêtés des deux côtés qui obligent à slalomer et surtout en descente), je m’arrête, collé à droite autant que je peux, comme j’ai l’habitude de le faire pour laisser éventuellement la voiture qui me suit me dépasser au redémarrage… et bien la voiture qui me suis et qui avait largement la place de se décaler s’est arrêtée à 5 centimètres de ma jambe.

C’est pas qu’elle n’a pas eu le temps de s’arrêter, c’est que je pense qu’elle n’a pas réalisé que j’étais là, pourtant avec un pull bien jaune, des bandes réfléchissantes aux pieds, en plein soleil à 16 heures !

Elle aurait été quelques centimètres vers la droite, elle roulait sur la roue arrière du vélo.

Le pire dans tout ça, c’est qu’elle n’a rien vu et a démarré tranquillement (au téléphone) lorsque le feu est passé au vert (je m’étais décalé pour éviter qu’elle me chope au passage).

Du grand n’importe quoi… qu’il va vraiment falloir éliminer si on veut être tranquilles un jour. Pareil pour les cyclistes qui téléphones en pédalant… mais là c’est à priori « que » leur vie qui est en jeu.

velob dit :

Mouai, c’est gentillet ces cartons jaunes.
Faudrait déjà que le code de la route soit respectable.

Exemple 1:
Essayer de rouler dans la voie voiture, a gauche d’un couloir de bus interdit aux vélos. Et serrez bien votre droite. Effet garanti. Vous allez surprendre tout le monde, les automobilistes comme les chauffeurs de bus. C’est pourtant le code a la lettre.
Sauf que le code précise aussi qu’un véhicule qui double un cycliste doit laisser 1 mètre d’espace. Le bus ne pourra pas, puisque justement son couloir est trop étroit, d’où l’interdiction aux vélos. Il vous reste à rouler au milieu de votre voie, mais la encore, c’est les automobilistes qui ne comprendront pas pourquoi vous roulez au milieu, et vous le ferons savoir.
D’après certains sur ce blogue, la police n’hésite pas a verbaliser le roulage dans un couloir interdit. La police ne doute donc pas de ce point du code dommage.
Je comprends que le couloir de la rue Lafayette soit interdit, puisqu’il n’est pas dans cette configuration, il remonte la rue a sens unique. Seulement l’avenue de New York est aussi dans cette configuration et les cyclistes sont autorisés?!?!?

Exemple 2:
Un cycliste doit rouler à environ 1 mètre des portières des véhicules stationnés.
Un véhicule doit s’écarter d’un mètre pour dépasser un cycliste.
Un guidon de vélo fait facilement 50 cm de large.
Résultat, un vélo fait virtuellement 2 mètres 50 de large et est, dans une grande majorité des cas, indépassable. C’est hélas loin d’être le cas.
Le code prévoit pourtant ce cas de figure et préconise de rouler au milieu des rues trop étroites. Mais les automobilistes ne comprennent pas ce positionnement et force le passage.

Ne parlons même pas de la sécurité des cyclistes sur les routes départementales ou nationales, serrez votre droite et priez fort… Nan, plus fort.

On nous a oublié pendant des décennies, Pompidou et le tout voiture sont passés par la, les cyclistes se sont débrouillé tout seul au milieu de tous ces motorisés, il est temps de penser a nous maintenant, mais j’ai peur que les choses soit prisent à l’envers.

Bref, le code pour les vélos ressemble plus a un bricolage, un peu comme certaines pistes cyclables, il serait temps de prendre les cyclistes pour des vrais usagers de la route et non pour des promeneurs, probablement qu’ils se sentiront concernés par le code ensuite.

Alain dit :

Bonne initiative.

Il est toujours intéressant de privilégié la prévention et l’éducation même si pour certain seul la répression peut induire des changements d’attitude.
L’autre jour j’ai assisté à la distribution de cartons jaunes à deux cyclistes qui s’étaient avancés trop sur le passage piéton en attendant que le feu ne les autorise à avancer. Le rappel aux règles du code de la route est nécessaire. Toutefois, rien n’a été dit au voitures qui c’étaient elles aussi trop engagées, empiétant sur la zone précédent le passage piéton et marquée au sol comme réservée au vélo.

Je crains que l’opération carton jaune ne serve qu’à désigner les cyclistes comme étant des irresponsables et cause de tous les maux alors qu’il me parait important de sensibiliser l’ensemble des « catégories » usagères du domaine public, piétons, cyclistes, scootéristes, automobilistes, livreur, bus, et même les éboueurs qui engagent les poubelles entre deux véhicule en stationnement sans un regard sur ce qui peut arriver sur la chaussée.

Par ailleurs des aménagements importants sont à prévoir encore sur les routes notamment le cycle des feux. Je fais régulièrement le trajet Beaubourg-porte de Bagnolet. Il est presque impossible en roulant à vitesse normale d’enchainer deux feux vert consécutifs dont la programmation n’est qu’uniquement faite pour les voitures roulant à 50 km/h. Même constat pour la rue de Rivoli et d’autres grands axes. Aussi je comprends très bien que certain grillent ou anticipent les feux. On me répondra surement qu’il s’agit de réguler la circulation afin de limiter les embouteillages. Certes. Mais soit la circulation est bouchée et du coup cet aménagement est inutile, soit la circulation est fluide et n’a donc pas besoin d’être régulée .Mais le faut-il vraiment ?
Il faut limiter la circulation automobile, tous semblent être sur ce constat. Paris est une ville ou l’on peut aisément s’en passer si l’on y réside et seule la contrainte pourra faire efficacement évoluer les choses.
Aussi, le jour ou les automobilistes se rendront compte qu’ils se font tous doubler par des vélos alors peut être renonceront-ils à leur précieux tat de ferraille.

Bonne balade a toutes et tous

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...