Analyse des résultats de l’enquête de satisfaction
mardi 13 mai

Analyse des résultats de l’enquête de satisfaction

Marion
28Je partage

Voilà neuf mois que le Vélib’ est né. Plus de 20 millions de personnes ont déjà enfourché l’une des montures argentées et plus de 190 000 franciliens ont adopté le Vélib’ en s’abonnant à l’année. Qui sont ces amateurs et aficionados du Vélib’ ? L’enquête réalisée en mars à la demande de la Ville de Paris permet de brosser le portrait des usagers et de connaître leur sentiment sur le service Vélib’, ses avantages et les points à améliorer.

Tiphaine Le Gorju, directrice d’études et Coline Jubert, chargée d’études de l’institut TNS Sofres nous éclairent sur cette enquête de satisfaction dans une interview exclusive.

img_2952_2.jpgimg_6161_2.jpg

Quels sont les principaux enseignements que vous pouvez tirer de cette étude ?

Ce que l’on peut dire d’après l’ancienneté d’utilisation du service, c’est que Vélib’, a tout de suite plu puisque plus de la moitié des usagers l’utilise depuis son lancement en juillet 2007.

Chaque usager semble avoir trouvé la formule qui lui convenait : l’abonnement courte durée pour ceux qui ont besoin d’un Vélib’ ponctuellement et l’abonnement longue durée pour ceux qui ont besoin d’un mode de déplacement simple au quotidien pour les trajets domicile – travail ou école ou bien pour les sorties.

94 % des usagers sont satisfaits du service et n’hésitent pas à en parler puisqu’ils sont 97 % à le conseiller à un ami. De très beaux résultats pour ce nouveau service !
De plus, 93% des abonnés longue durée ont l’intention de renouveler leur abonnement ; preuve, s’il en était encore besoin, que Vélib’ s’inscrit bien dans leur vie de tous les jours !

Et, qu’est-ce qui explique un tel engouement ?

Vélib’ est très apprécié pour sa facilité d’utilisation. Le fait de pouvoir utiliser le service en toute simplicité vient certainement renforcer les dimensions de plaisir et de liberté qui sont les adjectifs les plus cités pour qualifier les avantages du service.
En effet, 61 % des usagers disent spontanément que le service Vélib’ est simple d’utilisation, pratique, rapide ou disponible et pour 48% il est perçu comme une source de liberté et de plaisir, bon pour la santé et agréable.

De plus, cet engouement pour Vélib’ a des répercussions positives sur la perception qu’ont les usagers de Paris : 96%  d’entre eux pensent que Vélib’ donne une image positive de Paris et 94%  des usagers pensent que Vélib’ rend Paris plus agréable.

Pouvez-vous nous dresser le profil type d’un usager Vélib’ ?

Le profil type de l’usager : c’est un parisien qui a autour de 35 ans. Selon le type d’abonnement, nous observons des profils différents avec plus d’hommes (58%) chez les abonnés longue durée et plus de femmes chez les abonnés courte durée. (65%).

Bien sûr, il s’agit là du profil de la majorité des usagers, tous ne se retrouvent pas dans cette description !

Quelles sont les attentes des usagers en terme d’amélioration du service ?

Les éléments pointés du doigt par les usagers concernent les vélos et leur régulation.
67% des usagers aimeraient qu’un effort soit fait concernant la disponibilité des places pour déposer son vélo en station. 57% aimeraient plus de vélos disponibles en station. 
Concernant les vélos, les usagers ne sont pas entièrement convaincus par leur poids et 44% considèrent l’état de ces derniers comme un point d’amélioration.
Pour 52% la signalisation des stations est aussi vue comme un point à optimiser. 

Pouvez vous nous expliquer comment une telle enquête se déroule ?

Cette enquête de satisfaction a été réalisée en ligne du 26 mars au 31 mars 2008, auprès de 878 usagers Vélib’. Cette taille d’échantillon a été méthodologiquement retenue car elle assure la fiabilité des résultats et permet d’être représentatifs des abonnés Vélib’.

De plus afin de garantir une exactitude des informations l’échantillon était composé à 50% d’abonnés longue durée et à 50% d’abonnés courte durée, conformément au niveau d’utilisation. 

Enfin, l’interrogation des abonnés longue durée a eu lieu  selon la méthode des quotas, sur la base d’un fichier usagers. Les abonnés courte durée ont été interrogés via le panel online 6th Dimension TNS Sofres.

Plus d’informations dans  la newsletter Vélib’ du mois de mai

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

[…] Vélib et moi le blog : Analyse des résultats de l’enquête de satisfaction Tiphaine Le Gorju, directrice d’études et Coline Jubert , chargée d’études de l’institut TNS Sofres nous éclairent sur cette enquête de satisfaction dans une interview exclusive. Voilà neuf mois que le Vélib’ est né. Plus de 20 millions de personnes ont déjà enfourché l’une des montures argentées et plus de 190 000 franciliens ont adopté le Vélib’ en s’abonnant à l’année. […]

Thibault dit :

Si vous avez besoin d’un institut de sondage ayant un regard objectif et qui réalise avec une grande efficacité de l’externalisation d’analyse de données, vous pouvez nous contacter sur http://www.attitude-satisfaction.fr
Thibault

Edouard dit :

A mon tour d’en rajouter une couche !! Je suis un fan du vélib, je trouve le principe génial. Et pourtant je n’y crois plus. Je pense sincèrement que le système vélib va mourir du fait des dégradations, du vandalisme et de la logistique qui se dégrade.
Ce matin, station Montgallet 12ème, 5 ou 6 vélos, 3 sur des bornettes au rouge, 1 crevé, 2 totalement vrillés (mais comment font-ils ?!). Pour la première fois, je n’ai pas pris le risque de subir la même désillusion à la station voisine et j’ai pris le métro.

J’ai pris mon abonnement en juillet 2007, je l’ai renouvelé sans hésitation en septembre 2008. En octobre 2009, j’ai tergiversé un petit peu et j’en ai repris un (pour lequel j’ai du attendre plusieurs semaines). Que ferais-je en octobre 2010 ? En l’état actuel des choses, je ne renouvellerai pas.

Je suis curieux de savoir combien (quel pourcentage) nous sommes dans ce cas.

Emmman dit :

J’en rajoute une couche parce que rien ne bouge à ce sujet, je pense qu’il faut encore quelques morts avec qu’il ne se passe quelque chose ( comme chez FT ) .

90 % DES VELIBS NE FREINENT PLUS ASSEZ. —> Je ne parce pas de décélération, mais de freinage d’urgence, sec. 1 sur 10 permet de le faire, et encore.

Claumart dit :

Testé le vélib en abonnement à la journée, fonctionnement très compliqué, dû à la longueur de la procédure aux bornes et à l’état des velibs. Problèmes de gestion des stations trop souvent pas de velib, mais plus grave stations pleines pas possible de déposer perte de temps et souvent facturation excessive. Dans l’état actuel je n’utilise plus ce moyen de circulation.
Si les tarifs et le système de facturation ne sont pas améliorés, ne soyons pas surpris du peu engouement pour ce moyen de déplacement à Paris, nous ne sommes pas prêts de voir un centre ville comme dans certaines villes de Suisse ou du nord de l’Europe, les voitures vont continuer à avoir la part belle dans les embouteillages, et la pollution va perdurer.

[…] l’année dernière, l’enquête a été réalisée en ligne en mars (les 26 et 27 cette année) auprès […]

alain morel-bracq dit :

bonjour,
je ne connais pas le vélib car il y a 20 ans que je fais du vélo à Talence Gironde et en ville de Bordeaux et alentours.
y aurait-il un organisme capable de demander obligation d’un numéro soudé sur le cadre du vélo comme sur un véhicule à moteur… puisque dans les enquêtes ne sont pas compris le vol des vélos !! ( seulement six en 20 ans, ne pleurez pas morel. La situation s’est améliorée car nous roulons avec de vieux vélos rouillés, qui n’attirent pas l’œil.. donc des vélos lourds pas agréables.. et j’attends le : ne vous plaignez pas, ça vous fait fondre votre graisse…
une seule fois après avoir payé une assurance je me croyais qu’elle allait contribuer à réparation de vol..Il fallait lire dans votre garage fermé, avec un cadenas fermé et un point d’attache au mur !!
alors oui, il faut passer par vélib, dont les factures casses, entretiens, et vols sont payées par?? les locations !! est-ce assez?? n’y suis point déjà.. chétif vélo..
mais si vous mettez l’autolib en route, alors je vais être content.. je demanderai une borne en face la maison et les factures d’entretiens divers seront payés par la communauté.. ( lire ce paragraphe avec une pointe d’ironie, merci ) et alors que mes compatriotes feront du vélo.. tiens je me mettrais à la voiture !! AMB marathonien aussi..

BOZEC dit :

Je crois qu’effectivement l’état des velib se dégrade. Alors qu’au printemps 2008 il me fallait examiner deux à trois velib pour en trouver un « bon », j’en suis cet automne 2008 à six ou sept !
De plus, lorsque j’ai ainsi sélectionné un velib « bon », je découvre actuellement une fois sur trois (en moyenne depuis la rentrée) un défaut invisible : Changement de vitesses qui saute, pédale faussée, saut de tour de roue…
Je serais curieux de connaître la liste de vérification qu’utilise le service d’entretien.

Anne dit :

le plus gros problème commence à être celui-ci: trouver des vélos en état de marche..!
dans les 9° et 10ièmes arrt,.il n’est pas rare d’errer à la recherche du vélo en bon état!
.Le vandalisme s’est installé d’une manière révoltante!
Maintenant, on trouve des guidons qui ne guident plus(risque ‘accident! on na plus de direction et on s’en rend compte au premier virage!), freins très lâches, panier qui ne tient plus, plus de vitesse , selle bloquée, et j’ai même vu(mais comment font-ils ?)une selle totalement sciée!
Je passe sur les pneus à plat, les chaines sorties, les protections arrachées!..
il y a de quoi avoir honte devant les étrangers qui « tentent »‘ d’utiliser ce moyen de transport..
Autrement, c’est dommage parce que c’est tout simplement GENIAL quand çà fonctionne..

gérard Sommier dit :

A l’usage je trouve que le Velib a 2 gros défauts :

-guidon trop lourd pour les manoeuvres à basse vitesse,

-freins beaucoup trop faibles!

Cela rend le Velib carrément dangereux dans la circulation parisienne qui exige maniabilité et freinage !

france dit :

Habitant en bas de la colline de Montmartre, mais déjà assez en hauteur par rapport à la Place de Clichy, nous avons dès le départ eu un évident problème de réapprovisionnement des bornes qui restaient souvent vides pendant plusieurs jours. Mais depuis deux semaines, la situation a sensiblement empiré. Alors qu’il suffisait avant de marcher dix minutes jusqu’aux bornes situées un peu plus bas pour trouver un vélib, il faut maintenant parfois marcher jusqu’à Saint-Lazare pour en trouver enfin! Autant prendre le bus! Le jour de la fête du vélo, nous n’en avons pas vu un seul tout au long d’une ballade de Lamarck-Caulaincourt aux Batignolles! Enfin, pas un seul en état de marche. Car quand il y en avait, ils étaient soit au rouge, soit complètement déglingués. Comment ce fait-il que les réapprovisionnements soient aussi inefficaces et que les bornes des quartiers périphériques (18e et 17e) soient laissées ainsi à l’abandon???

eric dit :

Manu, moi j’ai eu une reponse par email (j’avais ecris en passant par leur site) le 11 juin 2008 (ce jour donc) alors que j’avais ecrit le ….22 avril 2008. Fait le compte 🙂

Manu dit :

Le concept est bon mais en pratique il y a trop souvent: des stations vides, des stations pleines, des stations fermées (cause manif), et des vélos défectueux. Tout ceci fait que ce service n’est pas fiable pour se déplacer, on ne s’en servira donc que pour se balader.
Pour couronner le tout je suis débiteur de 35 Euros pour un vélo que je n’ai pas pu prendre. J’ai rempli le formulaire sur le site qui garantit une réponse en huit jours ouvrés mais ça fait neuf jours que j’attends. J’ai donc essayé d’appeler deux fois au téléphone: après plusieurs minutes de guidage vocal fastidieux, je m’entends dire « tous nos conseillers sont occupés, rappelez plus tard ».
En bref: le service n’est pas à la hauteur !

cyril dit :

« J’ose espérer que le remplissage de certaines stations n’est pas organisé volontairement par Decaux pour grappiller quelques euros supplémentaires avec des restitutions qui ne peuvent pas se faire en temps et heure. »

L’argent généré par les abonnements et location revient à la mairie de paris et non a decaux !

Gébé dit :

Vélib est un système que je trouve excellent, luxueux meme et qui a un phénomène d’entrainement sur les autres possesseurs de vélo. Comme le tramway ailleurs, il va peut être contribuer à rendre Paris plus vivable pour tous ses habitants. Bon beaucoup de cyclistes parisiens ont tendance à reproduire le sectarisme et le jemenfoutisme (les feux c’est pas pour moi, les piétons n’ont qu’à se ranger,etc…) des conducteurs automobilistes, mais ca va changer (d’ailleurs les utilisateurs de Vélib sont généralement plus sages, timidité de débutant?).

Vélib est seulement victime de son succès. Les contributeurs qui se plaignent des problèmes de saturation ou de l’absence de vélos en station doivent prendre en compte que le ratio entre personnes actives (donc utilisateurs potentiels) et nbre de vélos disponibles est sans doute de 1 pour 300 (pifométrique) et que compte tenu de l’engouement actuel la régulation se fait … par la pénurie. Le mouvement pendulaire des vélos entre lieu de travail et lieu de résidence compte tenu de la forte polarisation des quartiers à Paris accentue le phénomène (déplacer massivement les vélos serait un non sens écologique et aurait un cout démesuré par rapport au nombre d’utilisateurs satisfaits (rappel 5 millions usagers du métro au quotidien). Il faut donc planifier un peu ses déplacements pour tenir compte du phénomène et il y plusieurs sites qui vous aident en vous donnant sur tout Paris le nombre de vélos présents par station en temps réel. L’alternative c’est multiplier par ?5 le parc mais le cout de ce qui relève à bien des égards du luxe (d’autres pb affectant les transports en commun parisien devraient avoir la priorité) et les problèmes d’encombrement dans un Paris à la voierie tres ressérée deviendraient prohibitifs

Je suis d’accord avec la proposition d’Olivier (signalisation des vélos accidentés et de la nature du défaut à la borne) qui doit permettre une amélioration du service à cout équivalent.

Depuis quelques semaines une (des?) personnes ont manifestement déclenché une campagne d’arrachage des paniers. Decaux aurait intérêt à arreter le carnage car l’impunité ca encourage et sans panier les Vélib sont quand meme beaucoup moins pratiques.

Je trouve un peu dommage que les problèmes et solutions rencontrés par le système ne fasse pas l’objet d’un débat ouvert avec les utilisateurs ou qu’il y ait pas au moins un peu de transparence de la part des acteurs sur le fonctionnement actuel. Je viens de lire par exemple dans la revue « Villes et Transports « de ce mois que 1500 vélos auraient été retirés en début d’année à cause je cite de « leur moindre utilisation et pour améliorer cette régulation ». Je n’ai rien lu sur ce sujet sur votre site ou ailleurs. D’ailleurs il devrait y avoir aujourd’hui 15000 vélib (interview de responsable Decaux par le site Velib-Pourri.com) et le nombre ne semble jamais avoir dépasser 10000 d’après les stats disponibles (parisavelo.net). Compte tenu des 1000 vélib officiellement vandalisés comment s’explique l’écart ?

martial dit :

Le velib ! Le Tank de la rue ! A chaque fois que j en prends un, par exemple a Porte d’Asnieres, le velo a soit les pneus a plat, soit le charriot en moins, soit la chaine cassé, soit le garde boue qui colle a la roue. Bientot la faillite Velib, trop de materiel deffectueux ! pourtant c est pas mal comme service.

Phil dit :

Assez satisfait jusqu’à maintenant, j’ai l’impression que la régulation du nombre de vélos par station est de moins en moins efficace et que la situation se détériore de jour en jour pour devenir catastrophique…

Exemple concret ce matin : Station porte de St Cloud complète : Je badge pour bénéficier de minutes supplémentaire : La borne m’indique qu’un emplacement est disponible alors que ce n’est absolument pas le cas ! (D’autre utilisateurs se sont découragés et ont attaché leur Vélib a d’autres Vélib en station)

La situation actuelle décourage d’utilisation de Vélib (de plus de 50 % dans mon cas) et ternit l’image du système. Les 15mn accordées lorsqu’une station est pleine ne sont pas une solution : Nous voulons simplement pouvoir rendre nos Vélib facilement dans n’importe quelle station pour que Vélib deviennent un moyen de transport alternatif réellement efficace.

Quand vous déciderez vous à mettre enfin les moyens nécessaires pour que les restitutions soient facilitées ? La solution est pourtant très simple : Largement plus de bornes que de vélos !

J’ose espérer que le remplissage de certaines stations n’est pas organisé volontairement par Decaux pour grappiller quelques euros supplémentaires avec des restitutions qui ne peuvent pas se faire en temps et heure.

Thierry dit :

Une solution excellente que je viens de découvrir et tester:
Via son téléphone mobile – envoie un SMS avec le mot “velib” + le numéro de la station où tu es ou où tu vas (par ex 12001) au n° court 20345 (service gratuit hors coût du SMS envoyé) et tu reçois en retour les disponibilités des stations aux alentours (rayon de 400 m).

Envoie « Velib + N° de la station » au 20345

Trop cool!

Thierry dit :

Globalement, je trouve le vélib très bien!
Biensûr des améliorations sont possibles et sont déjà apparues, comme les antidérailleurs qui ont l’air très efficace.
Certains se plaignent de ne pas trouver de place dans une station donnée, alors que souvent, juste à coté, il y aen a plein, il suffit de chercher un peu (sur les bornes, sur son téléphone, sur internet avant de partir, appelé un amis qui vérifie sur internet, …).
Et je pense que beaucoup de personnes qui se plaignent (c’est typiquement Français, ça non?) oublient que Vélib est un service et non pas une solution. S’il n’y a pas assez de vélos, il faut prendre le métro comme avant, ou aller à pied, ou en voiture (non, je déconne!!!)!
C’est vrai que c’est un peu plus compliqué quand on veut poser un vélo s’il n’y a pas de place, mais il y a quand même quelques solutions (voir plus haut).
Pour être un peu raleur aussi, un truc super bien, serait d’avoir des panneaux indiquant les places disponibles par quartier (Odéon, Les Halles, Bastille, …) , un peu comme certaines villes font pour les places de parking. Equipé d’un plan (ou en allant voir sur la première borne), on irait directement à la station indiquée. Mais j’ai cru lire quelque part que JCD travaille sur ce système. Trop cool!! Heu, j’ai pas raler, là!!!

AUBEL dit :

Je ne fais ss doute pas partie de la majorité des satisfaits:
– votre site tél: HS ce matin.
– les vélos de + en + en mauvais état
– et enfin, votre délestage reste à améliorer: la station Dutot 15018 que j’emprunte quotidiennement, souvent à court de vélos et le peu, en mauvais état; par contre la station Vaneau 7002, où j’essaie de déposer l’engin, très souvent pleine.
Tout cela n’est pas encore au point, + d’un an après la mise en service.
PEUVENT MIEUX FAIRE.
Alain AUBEL qui trouve que ce site fait bcp d’autosatisfaction…

Claude dit :

Velib est vraiment un service très actuel et pratique. Cette enquête ne met pas assez en évidence l’impact sur la santé, sur l’aisance qu’on acquière par une pratique régulière et l’impression de liberté qu’on y gagne. Grâce à une demi heure de vélo par jour, je fais deux heureux: mon médecin et moi.
Pour reprendre le débat sur la dégradation des vélos, j’ajouterai que, comme les livres dans les bibliothèques, les vélos s’usent plus vite parce qu’on s’en sert (en neuf mois de trajets quasi quotidiens, j’ai déraillé et crevé 1 seule fois). Mais il y a des pratiques condamnables comme des pneus crevés pendant les grèves RATP ou des bornes vandalisées par des pièces de métal insérées dans les gâches magnétiques. Le succès fait des grincheux ou des jaloux qu’il est concrètement difficile d’empêcher de nuire. La seule réponse est de réparer vite… mais c’est une autre histoire. Mais pour ceux qui abandonnent les velib, une sanction financière reste possible.

Cooper.S dit :

Ok, nous sommes presque tous satisfait du systeme, forcement avant ca n’existait pas, c’est devenu logiquement un plus pour bcp de monde.

Malheureusement JC Decaux reste trop muet quant à l’état DEPLORABLE des vélos… bientot 1 an, et 1/4 des vélos restent bloqués en station sans pneus, sans chaines, sans freins, sans paniers, etc… cela devient problématique et surtout dangereux.
Il y a 10 jours, Paris a connu des violents orages… résultat, un grand nombre de chaine sont rouillées !!! franchement, c’est à croire que c’est aux usagers de faire une partie du boulot de Decaux.

Pour ma part, je préfèrerai rouler comme un homme sandwich, arborant fièrement des publicités sur le garde-boue ou la panier (enfin s’il en existe encore aujourd’hui!), mais au moins avec un velo en état de marche …

Caroline dit :

Velib est un service extraordinaire. C’est vrai qu’il y a des points à améliorer, notamment la disponibilité de places ou de vélos, suivant le point de vue (et l’heure) où l’on se place.

Quant aux vélos abimés, je suis tout aussi consternée que Gaelle, mais Velib n’est pas en cause. Travaillant dans un lieu où le public vient pour le luxe et le confort de travail (c’est bien ce qui ressort des réponses aux enquêtes), je passe mon temps à empêcher les dégradations … Pendant les grèves de novembre, j’ai vu les vélib transporter plusieurs personnes, dont une généralement installée dans le panier. Etonnons-nous qu’il n’ait pas résisté à 85 kgs d’étudiant bien nourri. Le public n’est pas sage et se plaint ensuite des conséquences de ses actes (c’est sale par terre, mais ils ont été les premiers à jeter leurs papiers gras). Si seulement l’auteur de la dégradation pouvait être responsabilisé ! La peur du gendarme, c’est, malheureusement, ce qui fonctionne encore le mieux.

andré dit :

Mais à quoi bon ça servirait de signaler les pannes? Dans la station de la rue des Beaux-Arts un vélo totalement abîmé (roue pliée, plus d’éclairage etc) est attaché à une bornette depuis un mois. Je l’ai signalé à plusieurs reprises. Le 5 mai la bornette a enfin été mise au rouge. Aujourd’hui, le 19 mai, le vélo est toujours là, de plus en plus dégradé. Je viens d’appeler pour la n-ième fois-« on est au courant, il sera récupéré ». Dans un an? Pour les réparations c’est pareil. Alors ne soyons pas surpris par les freins qui lâchent…

CHRISTELLE dit :

Chapeau à tous les Parisiens qui restent calmes lorsqu’ils rentrent du boulot et qu’il faut plus d’une heure pour trouver une station!
Mention spéciale pour les arrondissements dont on bloque les stations les jours de grève et que l’on ne pense pas à rouvrir après 21h.
Et surtout, bravo à Vélib qui en profite pour facturer le temps supplémentaire engendré par la mauvaise gestion des stations.

Retapons nos vieux vélos et vive la liberté!

Gaëlle dit :

Je suis effectivement consternée de voir les dégradations récentes sur les vélos.

J’utilise Vélib depuis le début, je circule sur des pavés, etc … et jamais je n’ai réussi à crever un pneu, à casser le dérailleur, à briser la manette de la selle et encore moins à désosser le panier.
Il y a surtout des gens qui n’en n’ont rien faire de ce qu’on leur prête et qui manque cruellement d’éducation et de respect.

Mis à part la régulation qui a encore des soucis, le service vélib est vraiment chouette.

Olivier dit :

Pour l’état des vélos je pense qu’il y a un moyen simple de l’améliorer, la déclaration d’état.
Il faudrait que sur les bornes il y ait moyen d’indiquer l’état du vélo lorsqu’on vient de le reposer. Un schéma montre les différentes parties, on clicke sur une partie qui laisse à désirer et on choisit dans une liste (comprenant un « autres symptômes ») le problème identifié.
De manière à fiabiliser les déclarations, ce diagnostic est confronté à l’état des lieux constaté par l’agent d’entretien lorsqu’il interviendra sur le vélo, on obtiendra un taux de fiabilité de l’abonné qui permettra de corriger plus rapidement et efficacement les défauts.
Actuellement, statistique personnelle, une fois que j’ai éliminé les défauts visibles à l’arrêt et choisi mon vélib, une fois sur quatre il a un défaut en roulant : roue déformée, pare boue qui frotte, vitesses qui sautent, pédalier voilé,… c’est beaucoup et c’est désagréable.

Hervé dit :

Alors évidemment il faut préciser 2 choses importantes :

– ce sondage a été réalisé bien avant l’accident du 2 mai, où on parle de plus en plus de la défaillance des freins du Vélib’ (l’accident ayant eu lieu dans une descente).

– les vols et/ou abscence des paniers ne datent pas de l’époque du sondage mais bien plus récemment encore …

Ainsi le résultat de satisfaction passerait nettement en dessous de 90%.
Je dirai même 75% …

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...