Les contresens cyclables, une idée pleine de bon sens
lundi 5 mai

Les contresens cyclables, une idée pleine de bon sens

Marion
33Je partage

Retour sur une expérience qui a fait ses preuves. En 2005, les contresens cyclables ont été expérimentés à Paris sous l’autorité de l’Observatoire de la mobilité. L’enquête menée à cette occasion a montré l’intérêt de ce dispositif qui avait déjà été testé dans d’autres villes françaises comme Nantes, Bordeaux ou Strasbourg.

Jouez les saumons…

N’hésitez plus à remonter le fleuve ! Un panneau de contresens cyclable nous invite à emprunter en Vélib’ certaines rues à sens unique. Il s’agit de petites voies en zone 30 où le niveau réduit du trafic et la largeur de la chaussée permettent d’autoriser les cyclistes à circuler dans les deux sens, sans prévoir pour autant la création d’une piste cyclable matérialisée au sol.

… mais en toute sécurité

Les expériences des villes pionnières ont montré que les risques d’accidents diminuent lorsqu’un contresens cyclable existe. En effet, on se voit mieux lorsqu’on se croise que lorsque l’on se dépasse… Ces raccourcis permettent aussi aux cyclistes de réduire leurs durées de trajet et d’éviter de passer par certains grands axes ou places plus « circulés ». Pour toutes ces raisons, la Ville de Paris a étendu en 2007 ce dispositif à de nombreuses nouvelles voies situées dans les zones 30. De nouveaux aménagements étant prévus pour 2008, la carte des itinéraires et zones 30 va bientôt s’étoffer…

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Emmanuelle-CO dit :

Et voilà Tom qui est très attentif à la sécurité routière se fait insulter parce qu’il rappelle le code de la route :-(
pas cool mais pas nouveau
Alors pour cette nouvelle année espérons un peu plus de respect pour les cyclistes mais aussi des cyclistes (qui ne sont pas tous comme Tom4)
Bonne année à tous les fans de vélib et à ceux qui nous permettent que ce concept génial fonctionne

tom4_CO dit :

Bonsoir

je me suis fait récemment abordé poliment par un pieton dans un contresens cyclable. le feu des pietons étaient rouge, le feu vélo vert, et j’ai eu l’outrecuidance d’oser le klaxonner et de lui faire remarquer que c’était rouge pour lui

tom4, ce à quoi il m’a gentiment répondu « ta gu### co##ard

Mathieu_CO dit :

@MALAN : les double-sens cyclables ne sont pas plus dangereux que les rues à double-sens. Pourrais-tu nous indiquer quel est le carrefour où tu as eu deux fois ce problème afin que l’on puisse voir comment la signalisation y est faite ?

Je ne pense pas qu’il faille généraliser le comportement de deux cyclistes à l’ensemble de la population… Peut-être est-ce la nouveauté qui t’y rend si sensible ? Je ne compte plus le nombre de fois où des piétons traversent au rouge ou marchent sur les pistes cyclables, ou les voitures qui n’ont pas compris qu’on ne doublait pas à moins d’un mètre en largeur par exemple 😉

MALAN dit :

Les pistes à contresesns sont extrêmement dangereuses pour les piétons. J’ai failli me faire renverser à deux reprises par des vélos venant à contresesns (avec une insulte une fois en prime…) alors que je traversais sur un passage protégé et alors que le feu était VERT pour les piétons… J’ai deux enfants de 5 et 2 ans, et les vélos sont maintenant plus dangereux pour eux que les voitures, qui s’arrêtent lorsque c’est vert pour les piétons, ce qui n’est pas le cas des vélos. Attendra-t-on d’avoir des enfants blessés ou tués pour revoir cette mesure?

Mathieu dit :

Les seuls piétons que j’ai jusqu’ici renversés (en double-sens cyclable ou pas) étaient ceux qui avaient débuté leur traversée de la chaussée sans regarder si un véhicule arrivait (se fiant uniquement au bruit des voitures apparemment…)

Les double-sens cyclables ne sont rien d’autres que des rues « normales » où seuls les vélos peuvent passer dans un sens, elles n’ont rien de plus dangereux que les autres si on regarde avant de traverser.

Rémi dit :

je viens de me faire renverser par un abruti en vélib alors que je traversais ma rue avec mon enfant de 5 ans.
Cet individu ne s’est pas arrété, ne s’est pas excusé.
Les contre sens sont DANGEREUX pour les piétons: ASSEZ !!!

Mike dit :

C’est mesure peut être une bonne chose, mais se révèle en l’état actuel de la voirie, un phénomène accidentogène de plus. Vélo en contre sens dans des zones à 50 Kmh et à des croisements où on ne les voit pas arriver, car ils sont masqués par des véhicules en stationnement. « exemple rue Jean Nico/rue de l’université »
De plus, ce type de conduite nécessite une maîtrise totale du cycliste lorsqu’il passe dans des rues peux larges, avec un véhicule en face. Sans compté les priorités à droite non respectées.
A quand une cohabitation intelligente entre piétons, cyclistes et véhicules motorisés sans perturber la fluidité de la circulation déjà très médiocre à Paris ?
Merci monsieur le Maire de mettre des avenues comme l’avenue Marceau en sens unique, générant ainsi une pollution complémentaire lié au bouchon que ça génère. En particulier pour pour une ligne de bus si peu fréquenté. Même exemple avec les files de bus qui coupent des axes très fréquentés, comme on peut le voir Boulevard Sebastopol.
A quand une vrai réflexion qui tient compte, des contraintes de chacun, tout en préservant notre belle ville……
Cdt Mike.

Olivier dit :

Je viens de me faire insulter par un cycliste, alors que j’allais m’engager sur la voie. Pourquoi? Je n’ai pas pensé à regarder à contre sens, si un cycliste arrivait. Je pratique pourtant cette rue en vélo à contre sens…D’ailleurs je trouve que c’est une folie d’autoriser la circulation à contre sens. Dans la rue du commerce, il n’y a déjà pas assez de place pour les voitures, les scooters et les vélos, alors une voie de vélo en sens inverse, c’est mission impossible. Les véhicules vous foncent dessus pour vous faire ranger sur le trottoirs, ne sachant pas que vous êtes dans votre droit!! Essayons déjà de faire admettre le vélo en sens normal dans Paris! J’ai pratiqué Hambourg à Vélo, un pur bonheur. La ville a été conçue avec le vélo. Sachant que à Paris: élargir les rues n’est pas possible, annexer les trottoir n’est pas possible, il ne reste qu’à éduquer les engins à moteurs. Mais qui peux s’en charger? Pas la police elle est déjà bien trop occupée…

tom4 dit :

bonjour

j’en ai discuté rapidement avec un journaliste moto qui avait publié un billet d’humeur sur le sujet, et à priori, il y aurait dans paris un contresens cyclable dans une zone 50.
Sinon, je suis evidemment pour ce genre d’initiative, ca aidera peut etre à faire comprendre
– aux automobilistes qu’il y a des cyclistes en ville
– aux cyclistes qu’il faut faire attention aux voitures, que un même si on a la priorité, ça peut etre utile (voir vital parfois) de céder le passage ou ralentir quelques instants

tom4

emmanuelle dit :

je crois qu’il ne faut pas oublier que les doubles sens sont dans des zones où la circulation des véhicules est limitée à 30 Km/h. De plus, de nombreux axes sont peu fréquentés.
Quand on voit une voiture arriver, si on est censé, on ralentit : le chauffeur et le cycliste
A chacun d’apprendre à vivre avec l’autre quelque soit son mode de transport.

Fabrice dit :

Du grand n’importe quoi!!
En tant qu’automobiliste j’ai été très surpris la premiere fois ou je me suis retrouvé face à face avec un velo dans une rue ou voiture et velo ne passent pas en largeur, completement inadapté …
J’ai l’impression que le tracé de ces voies n’ont été étudié que sur un plan et non sur le terrrain… j’ai rien contre ces voies mais il faut vraiment voir au cas par cas ou c’est possible. Quand la rue est suffisament large c’est l’idéal. les élus parisiens devrait prendre le Thalys pour Amsterdam et prendre des notes la-bas ;-))

Mathieu dit :

Encore une fois, c’est une obligation prévue par la loi. La ville n’a pas d’autre choix que de respecter la loi.

raisin jerome dit :

Scandaleux !!! je pèse mes mots. Et je me rends compte aujourd’hui que des places de stationnement pour les voitures sont supprimées pour permettre cela !!! je pratique le vélo, le deux roues motorisées et je trouve cela dangereux et scandaleux !! les cyclistes ne sont pas handicapés au point de ne pas pouvoir suivre la circulation normale quand même !! Occupez vous plutôt de faire des pistes cyclables sécurisées et de qualitées.

fr dit :

Moi j’adore.
La circulation est sans doute plus calme du côté de Nation, et c’est super agréable de pouvoir prendre les rues parallèles aux axes, sans slalomer entre les bus, les taxis, les files de voiture.
Merci :)

Roux dit :

Bonjour,

Je rejoins les derniers commentaires. Je me déplace tous les jours à vélo dans Paris et j’ai constaté la mise en place de ces dispositifs mis en place dans les ruelles du 17 notamment (rue Lécluse, rue Lemercier, rue des Dames…) :

Je suis extrêmement choqué que de tels dispositifs aient été autorisés par l’Administration publique sensée assurer la sécurité des usagers alors :
– qu’ils mettent la vie des cyclistes en jeu : circulation à contre-sens, très proche des voitures garées sur le côté gauche (donc très faible visibilité pour le conducteur qui sort de son stationnement, à qui la première portière ?), ruelles très étroites ne permettant pas d’assurer un espace suffisant entre cycliste et automobiliste, stationnements erratiques sur les voies, trottoirs étroits (donc beaucoup de piétons sur la chaussée)…
– qu’ils constituent un facteur très perturbant pour les automobilistes dans un quartier où la circulation est déjà difficile.

Mettre des voies vélo en sens inverse, pourquoi pas mais la disposition des lieux (largeur des voies) et les infrastructures (muret de sécurité) mises en place doivent assurer la sécurité des usagers, piétons, automobilistes et cyclistes.

Et pourquoi pas une piste cyclable peinte sur le périphérique pendant qu’on y est, ca ferait 30Km de voies cyclables d’un coup sur lesquels la Mairie pourrait communiquer ?

En tout cas, me concernant, j’ai trouvé une solution simple : je ne les emprunterai pas.

Dominique dit :

Ca y est ! nous avons les couloirs à contre-sens aux Batignolles. Juste une trace peinture au sol. Pour ceux qui connaissent la largeur des Rue Bouseault ou Lécluse par exemple on pourrait croire à un plan concerté d’extermination de la race cycliste. En dommages colatéraux, les piétons risquent aussi dêtre gravement décimés car ils ne vont plus savoir où donner de la tête.
Ceux qui ont conçu ce projet n’ont jamais mis les pieds dans ces petites rues ou alors ce sont de grands malades. ..
A la rigueur un petit muret de protection pour interdire le franchissement aux quatre roues venant en sens inverse… Mais ça c’est surement trop demander ou ça coûte trop cher… Ils n’ont pas non plus penser mettre quelques dos d’ânes comme mesure coercitive pour que le 30 KM soit effectivement respecter par les quatres roues. Hallucinant !

olivier9e dit :

Je pratique la rue de Provence en contre sens tous jours, je trouve que c’est très dangereux, car la rue est étroite, les automobilistes s’en foutent des vélib et ne s’imaginent que nous ne sommes pas dans nos droits. Ne parlons pas de la partie de la rue de Provence derrière les grands magasins avec les livraisons, tout simplement une horreur, il faut éviter piétons, se coller au trottoir alors que ce sont les voitures et camions qui se déportent trop!
Je pense qu’il faudrait faire de vrais couloirs pour les vélos avec de petites bornes comme vers le parc Monceau pour empêcher tout risque d’accident. ça obligerait les voitures à limiter leur vitesse au lieu de rouler comme des bourrins. Merci

Nikaia dit :

Je ne pratique pas (je ne crois pas qu’il y en ait de mon côté) les contre-sens cyclable mais je vois parfaitement une rue où on pourrait en installer sans grand danger si on le voulait : c’est l’axe Avenues Octave gréard /Gustave Eiffel /Sylvestre de Sacy (parallèle au quai branly juste de l’autre côté de la tour eiffel) .. ce sreait bien utile pour rejoindre la station qui se trouve avenue gréard.

ce qui pourrait également être intéréssant ce sont des autorisations de tourner à droite à certains feux (avec des flèches clignotantes pour les cyclistes … laissant la priorité aux piétons) ou même de continuer tout droit quand on est sur une intersection en T avec voie cyclable (donc sans risque pour les voitures)…

super grammaticone dit :

les contre-sens (cyclables) tombent sous le sens :-) les petites rues offrent aux cyclistes des raccourcis et leur permettent de s’extraire des dangers et de la pollution des grands axes mais elles sont frequemment en sens unique, pourquoi ? parce que, depuis des decennies, le schema de circulation est prevu pour la circulation automobile. avec plus de deplacements en velo, ce
schema devient inadapte et doit changer. si les cyclistes empruntent parfois les sens interdits aujourd’hui, c’est parce qu’il y a generalement la place, que c’est plus court, que ca demande moins d’effort, que ca evite des detours absurdes… pas pour le frisson de l’infraction au code de la route ! faites l’essai a pied, promenez-vous dans Paris en vous imposant les sens uniques. on comprend rapidement. il faut trouver les bons amenagements de voirie, apprendre a tout le monde comment marchent ces contre-sens mais ils me paraissent inevitables.

ROZENBLUM dit :

Le contre-sens ? encore faudrait-il pouvoir cheminer sans problème ! Ce n’est pas le cas pour la rue Friant ( // à l’avenue du Général Leclerc) en direction de la porte d’Orléans, rue pour laquelle il s’agit d’un véritable parcours d’obstacles : tous les matins, sont garés (je devrais dire plantés) sur la piste cyclable entre 1 et 5 camions de livraison (en particulier face au supermarché Champion). Alors, soit, je roule sur le trottoir : les piétons ne sont pas contents, soit je roule sur la chaussée….et alors là FRAYEUR !!! face aux véhicules qui viennent de face….

Franck

Robert dit :

les contresens c’est bien et pratique mais il serait bon de les placer dans des endroits où la sécurité n’est pas engagé :
-par exemple, l’axe rue de provence -rue Richer dans le 9° est en contresens cyclable… c’est une véritable aberration car il n’y a pas la place pour une voiture et un cycliste ; un jour il y aura un accident.
– à l’inverse la rue saint fiacre (9°)comporte 20 mètres de sens interdit avec une station Vélib. elle pourrait tout à fait être en contresens
-de même pour le passage de la rue de la Verrerie (4°) qui se situe derrière le BHV. il pourrait largement être en contresens cyclable.
Ah! nos ingénieurs feraient bien d’expérimenter eux-mêmes à vélo !

Gérard dit :

le contre-sens ??? un connerie monumentale, que se passera-t-il lors d’un accident ?
qui aura raison de celui qui est dans le « bon sens » et de celui qui est dans le contre-sens ???
à trop vouloir bien faire, on fait des conneries « hénaurmes » !!!

Laetitia dit :

Pour Benf : Perso j’ai un plan payant toujours avec moi, qui coûte dans les 2 ou 3 euros, c’est bien pratique pour préparer son trajet ! J’ai même vu en librairie qu’il en existait dorénavant un avec le plan des stations vélib’ ! (seul point négatif : il n’est pas plastifié et à donc tendance à se déchirer facilement en cas de vent et d’humidité)
J’attends avec impatience un mappy pour vélo avec piste cyclable à jour, ça ce serait génial !

Laetitia

benf dit :

Merci Abel, mais le plan auquel vous faites référence est payant (même s’il semble très bien).
A ma connaissance il n’existe actuellement aucune carte accessible en ligne avec les contresens cyclables indiqués.

Laetitia dit :

Moi aussi je trouve que les contre-sens cyclables, c’est très moyen : ils sont souvent réalisés dans des rues très étroites, les voitures se déportent régulièrement sur la gauche par manque de place, et les automobilistes croient effectivement que les cyclistes sont en infraction. C’est TRES dangereux et mieux vaut rouler au pas et préparer son plus joli sourire pour indiquer le marquage au sol.

Abel dit :

@ Dan et Guillaume : la plupart des rues sont à double sens, et les rues à sens unique sont l’exception. Une rue équipée d’un contresens cyclable est une rue normale, dont un des sens de circulation est réservé à une certaine catégorie de véhicules (les vélos).

Guillaume a donc bien raison d’écrire : « Désormais, lorsque je traverse une rue en sens unique, je regarde des DEUX côtés de la rue ». C’est ce qu’il faut faire dans toutes les rues : de toutes façons, un sens unique n’est pas éternel. Certaines rues à sens unique peuvent changer de sens unique, ou repasser en double sens pour tous. C’est par exemple ce qui s’est passé il y a quelques années dans le court tronçon sud de la rue Mabillon, que de nombreux automobilistes sortant du parking du marché Saint-Germain avaient pris l’habitude de prendre en sens interdit (eh oui, Guillaume, il n’y a pas que les cyclistes qui enfreignent le code!) pour éviter un détour vers la rue Saint-Sulpice. On a avalisé le comportement infractionniste de ces automobilistes et créé ce qu’on aurait pu appeler un « contresens voiturable ». De même avec un « contresens camionnable » au sud de la rue Blomet, pris en sens interdit par des semi-remorques (eh oui, Guillaume, il n’y a pas que les cyclistes qui enfreignent le code!) livrant une grande surface !

Guillaume a par contre tout à fait tort de parler de « déroger au code de la route ». L’autorisation pour les cyclistes de rouler dans les deux sens dans une rue dans lesquels les véhicules motorisés ne peuvent circuler que dans un sens est parfaitement conforme au code de la Route.
Enfin, pour ce qui est de la sécurité, l’expérience acquise depuis très longtemps à l’étranger, depuis plusieurs années dans de nombreuses villes françaises, et depuis déjà un certain temps à Paris montre que, loin de la mettre en danger, ces aménagements l’améliorent.

Abel dit :

@ Hervé et Benf (4): j’ai mis quelques informations sur les couloirs bus dans l’article suivant (http://xen1-4.idweb.fr/blog/?p=152), commentaire 2.
@ Benf (5) : Marion a raison de dire que de nombreux contresens ont été réalisés en 2007, en particulier dans les 6°, 9°, 10°, 12°, 13°, 14° et 20° arrondissement. Mais ils ne figurent malheureusement pas sur la carte en ligne dont elle indique les coordonnées. Ceux en service à la fin mars 2008 figurent sur une carte dont j’ai effectués les relevés de terrain. (cliquer sur ma signature pour en avoir une description). Et cette mise en place continue, puisque j’en ai repéré rue Sauval (1°) et rue des Tourelles (20°), qui n’étaient pas en service en mars et ne figurent donc pas sur ma carte. On s’apercevra rapidement, comme cela a été le cas avec les cinq premiers contresens (1°, 10°, 14°) que l’habitude s’en prend rapidement, et la généralisation de ces double-sens cyclables à toutes les rues situées en zone 30 s’imposera comme une évidence …

Laurent dit :

Très mauvaise idée pour Paris, entre les cyclistes en herbe qui zigzaguent, les automobilistes irrascibles surs de leurs bon droit qui font un écart vers le vélo pour faire respecter ce qu’ils croient etre leur territoire, les piétons qui ne regardent pas du bon côté, il y a de quoi multiplier les accidents.

Guillaume dit :

L’idée me paraît assez moyenne.

Je suis piéton, cycliste, automobiliste et même parfois cavalier (Bois de Vincennes).
J’ai donc une perspective assez multiple de la circulation.

La circulation à vélo dans Paris est loin d’être exempte de tout danger. Autoriser la circulation à contre-sens sur des voies qui ne sont pas aménagées amènera fatalement à se trouver face à quelques automobilistes qui seront surpris.

Surpris parce qu’ils n’ont pas forcément vu le panneau qui indique que des vélos peuvent arriver ; dans la débauche innombrable de signalisations de toutes sortes, les gens fonctionnent plus à l’habitude qu’à la lecture systématique de tout ce qui ressemble à un panneau, il faut être réaliste….

Ça m’est arrivé à deux reprises dans une rue près du Louvre. Je me suis engagé et je me suis fait peur car en face, manifestement, les conducteurs se demandaient ce que je fichais à contre-sens et n’ont pas fait trop d’effort de ralentissement. Et il n’y avait pas vraiment de place pour se croiser.

Donc dans ce cas d’espèce, c’est une absurdité dangereuse que de permettre le contre-sens. Depuis, je ne passe plus par là.

Compte-tenu du fait que, même dans les espaces dédiés, la circulation est dangereuse : piétons qui descendent soudainement sans regarder, bus doubles qui rasent en dépassant, certains cyclistes qui déboîtent n’importe comment, etc.. ; je pense que le contre-sens sur des espaces non dédiés risque vite de devenir un nouveau pourvoyeur pour les services de traumatologie (après tout, c’est peut-être une stratégie pour « travailler plus pour… ») !

Un autre point qui me paraît important, c’est un aspect à caractère psychologique.

Nombre de gens, en apparence citoyens civilisés et respectueux d’autrui, s’imaginent, dès l’instant où ils asseoient leur postérieur sur une selle de vélo, qu’ils sont totalement dégagés des contraintes du code de la route.

A force de s’entendre répéter que le vélo c’est la liberté, leur slogan c’est : « réglements ? rien à péter !  »

Désormais, lorsque je traverse une rue en sens unique, je regarde des DEUX côtés de la rue. J’ai déjà failli me faire renverser par des cyclistes qui venaient du mauvais côté et que je n’avais pas entendus !

Je ne parle même pas des feux rouges. Là, également, avant de traverser, il faut y regarder à 2 fois pour s’assurer qu’un bolide à deux roues ne va pas émerger par surprise de la ligne des voitures sagement arrêtées [surtout quand le feu n’est pas situé à un croisement]. Il suffit d’observer la rue de Rivoli, que je fréquente presque quotidiennement, pour constater que le feu rouge n’a plus qu’une valeur de dispositif optionnel.

Egalement, toujours dans l’environnement du quartier de l’hôtel de Ville, je constate quotidiennement (le week-end, presque un déchaînement) des « incivilité » irritantes de la part de cyclistes – qui ne se rendent même pas compte que souvent ils mettent leur propre existence en danger (par ex, : de nuit, voir dans mes phares, à un croisement, soudainement un vélo débouler, comme un furieux, à contre-sens et sans éclairage (comme beaucoup)…)

Tout ceci pour dire que si on autorise les cyclistes à déroger au Code de la route (déjà un peu confus parfois; il suffit de voir les problèmes de réflexes malheureux engendrés par un double système de priorités sur les différents rond-points), qui est censé s’appliquer à tous, la situation risque de dégénérer gravement et l’accidentologie continuer de progresser.

Avec, en plus, quelques risques de pugilats entre usagers de la voie publique.

Ce ne sont pas seulement des automobilistes (cibles, semble t-il, de quelques élus intégristes) qui peuvent être excédés par les comportements inadmissibles de nombreux cyclistes parisiens mais bien des piétons qui en ont marre de voir des olibrius leur arriver dans le dos, ou de face, sur des trottoirs qui devraient demeurer leur refuge.

Des piétons également mis en danger par les imbéciles qui forcent avec inconscience le passage piétons (au mépris du feu) et obligent ces derniers à faire un bond en arrière (quand ils le peuvent).

benf dit :

Pour ce qui est des contre-sens cyclable, ils tombent sous le sens.
Mais pourquoi sont-ils si peu nombreux ?
il faut les généraliser, je connais des dizaines de sens unique qui gagneraient à être aménagés.

Un exemple: celui de la rue Duchamp (13e), qui réunit tous les critères: large et avec très peu de trafic. Le contresens cyclable permettrait de rejoindre la station vélib 13114 au croisement avec la rue Nationale (puisqu’il n’y en a pas dans la rue du château des rentiers). Actuellement on est obligé d’enfreindre le code de la route, dans l’attente d’un aménagement.

Dan dit :

attention DANGER! notament rue Richer ds le 9e car les voitures vous ignorent pensant qu’on est en infraction!!! c’est tres mal indiqué pour ces gros nazes en bagnol,g meme eu un gros c… qui a doublé une velibette en m’ignorant totalement,g du donc piler et tout ca pour que cet abruti se retrouve 4 metres plus loin au feu rouge pres des Folies Bergeres!on apelle ça un refus de priorité pis les pietons n’en parlons pas,on se fait engueuler de les surprendre se jetant a notre arrivée……………….j’ai constaté la haine des pietons envers les velib,on leur manque de respect parait-il,c bizard chaque jour je vois l’inverse. j’ai vu ca dans les commentaires sur 20minutes.fr lors du deces de cette pauvre velibette de 35 ans sur l’ « autoroute lafayette » et les chauffeurs de bus qui se rabatent sans clignotant a l’aproche de leur arret,on apelle ça une queue de poisson !!!!

Hervé dit :

On aimerai mieux que vous nous parliez des couloirs de bus !

Ceux autorisés, ceux non autorisés mais accessible en toute sécurité, et ceux non autorisés et non sécurisés comme la rue la Fayette !!

Les contre-sens-uniques sont un danger supplémentaire surtout pour ceux qui vélibent pour se balader la tête en l’air.

Cécile dit :

yes !

Ca pourrait être sympa de penser a ca lorsque des rues sont mises en sens unique pour cause de travaux (type rue des poissonniers). Les travaux empechent la circulation dans les 2 sens des voitures, mais en velo, c’est souvant possible sans danger….

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...