L’hiver, passe-t-on en mode Vélib’ernation ?
mardi 11 mars

L’hiver, passe-t-on en mode Vélib’ernation ?

Marion
10Je partage

Quand il fait froid, quand il pleut, le nombre de cyclistes diminue dans les rues de Paris. On a clairement moins envie de prendre son Vélib’. Que celui qui n’a pas hésité lorsqu’il faisait froid me jette la première roue. Alors sommes-nous tous rentrés en Vélib’ernation en attendant le retour des beaux jours ? Il faut croire que les Parisiens sont moins ours qu’on aurait pu le croire. Nous avons été plus nombreux que prévu à braver l’hiver sur nos fiers destriers à deux roues !

Soyons honnêtes. L’hiver, on veut des tartiflettes, des feux de cheminée et une couette énorme modèle enclume qui nous bloque au fond du lit. La salade verte et le vélo, non merci ! Les pessimistes annonçaient déjà que Vélib’ ne passerait pas l’hiver et que les montures argentées attendraient sagement le dégel avant de s’élancer de nouveau sur les pistes cyclables.

Et pourtant, avec une moyenne de 40 000 utilisations par jour de Vélib’ quand il faisait froid (comme fin novembre) contre 55 000 par temps clément et jusqu’à 80 000 le week-end, la fréquentation se maintient mieux que prévu ! Exemple de ce samedi 69 600 utilisations de Vélib’ qui tombent dimanche à 37 100, hier à 33 145… Moralité : même avec la chair de poule et sous la pluie, les Parisiens enfourchent un Vélib’.

J’hésite entre plusieurs hypothèses expliquant cette Vélib’ernation modérée :

  • – nous avons adopté les mêmes astuces que Fabien pour résister aux baisses de températures 

  • – nous en avons marre de faire tous nos trajets exclusivement en métro ou en bus

  • – nous essayons d’éliminer les tartiflettes englouties nous sommes des sportifs de haut niveau qui s’ignorent prêts à s’entraîner tous les jours

  • – nous devenons insensibles au froid, hypothèse qui suppose une mutation génétique inquiétante.

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Patrick dit :

Je m’abstiens les jours de pluie (j’aime po la pluie : l’eau est pas à 37° comme sous la douche, et j’aime bien les douches chaudes), mais les autres jours, lorsqu’il y a des trajets à faire, c’est à pieds ou à vélo au maximum. Si j’osais, je dirais que Vélib’, c’est le pied !

Il est vrai que lorsque ça caille, de toute façon, il faut se couvrir, et un peu de vélo ça aide aussi à prendre un bon bol d’air frais/pourri par les voitures.

Barbara dit :

Le velib en hiver … excellent! ce qui m’ y a amené petit à petit: les jours de pluies,les seuls ou il est facile de trouver un velo! que ce soit la d’ou on part ou la ou onveut aller.
Et puis apres qq semaines, comme gnagnette ces qq minutes à velo par jour, je les apprecie et meme je ne peux plus m’en passer. Sans parler de ne plus à avoir à prendre le metro pur aller au taf!
Paris à velo , le bonheur!!!!!!!
une petite appréhension : l’arrivé de l’ete .. et le manque de vélib….

Le pire n’est pas la pluie ou la neige… mais le vent de face… terrible !

Veliba-tignol dit :

D’accord avec Zorglub : été-autommne-hiver et maintenant le printemps, on ne trouve AUCUN vélib le matin sur toute l’avenue de Clichy, sauf s’il a un pneu à plat ou un autre inconvénient qui le classe « rouge ». Et le soir, les stations sont loin d’être pleines, 2 à 4 vélos maximum au carrefour Legendre-Clichy. Il y a tellement d’espace libre que les voitures, qui recherchent désespérément des places de stationnement, commencent à se garer allègrement sur les stations du Mo Brochant, rue Legendre, rue de La Condamine, rue Pierre Ginier…

On me répondra que s’il manque des vélos, c’est la faute à la ligne 13 du métro, plus que saturée. OK. Alors installez nous des vélibs supplémentaires sur les stations de l’avenue de Clichy, SVP. Un grand merci.

gnagnette dit :

Je vais plus vite en velib’ qu’en bus. C’est 5 -10 minutes par trajet mais je les apprécie.

e-Zabel dit :

Hypothèse supplémentaire : on aime le froid, ça accentue l’impression d’efficacité du velib sur notre nous même

Axel dit :

J’ai pris mon premier bus depuis 6 mois parce qu’un ami n’avait pas de carte Vélib… Autrement dit j’ai passé tout l’hiver sur le Vélib ! Je me suis équipé en conséquence avec une parka du surplus militaire pour rester sec et au chaud, facile à laver et résistante à tout.

Que du bonheur, y a rien de mieux que de se prendre une bonne pluie battante dans le vent et le froid et de rentrer au chaud chez soi pour se faire un bon chocolat et se mettre sous la couette.

benf dit :

Hypothèse 5:
– Faire du vélib dans le froid, ça réchauffe !

Par contre pour ce qui est de la pluie, très peu pour moi, vraiment trop désagréable. Je tire mon chapeau aux irréductibles.

Cécile dit :

Je confirme aussi : même sous la pluie, je trouve qu’enfourcher mon (presque) fidèle destrier est bien plus agréable que d’aller se « sardiner » dans le métro !

Zorglub dit :

Je confirme : même quand il fait froid, il ne faut pas lever trop tard pour trouver un vélib en bas de chez moi….

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...