Gare aux écarts, je comprends enfin l’utilité des vitesses…
mercredi 27 février

Gare aux écarts, je comprends enfin l’utilité des vitesses…

Marion
3Je partage

Les conseils pour bien véliber suggèrent de démarrer en 1re. En voiture on n’a pas le choix mais en Vélib’, je ne voyais pas l’intérêt… jusqu’à la semaine dernière. Avez-vous déjà tenté un démarrage en côte en 3e ? Moi oui. Zigzags garantis.

Moins y’a de vitesses, mieux je me porte

Les vélos complexes avec deux plateaux et vingt vitesses, je n’essaye même pas ! En Vélib’, trois vitesses, cela me semblait déjà trop ! Je montais sur mon Vélib’ et pédalais. Point. Vitesse de prédilection ? La 3e. En 1re et en 2e vitesse, j’avais l’impression de pédaler comme une dératée pour n’avancer que d’un malheureux mètre. Comme je n’étais toujours pas convaincue que l’effort fourni par mes cuisses est une énergie renouvelable, j’évitais les côtes et je m’économisais en 3e. Moralité, je pestais quand le vélibeur précédent avait laissé le Vélib’ en 1re et que je devais passer en 2e puis en 3e.

Non, je n’ai pas bu !

En allant aux Buttes Chaumont, je m’arrête pour respecter une priorité à droite (n’oublions pas le Code de la route !). Je redémarre en 3e et fais une embardée de pas loin d’un mètre… rue Bouret ! Heureusement qu’il n’y avait pas de voiture à côté de moi, j’aurais au minimum rayé la portière de mon voisin… Moi qui suis une fervente adepte du partage de l’espace public dans la bonne humeur, j’aurais mal défendu ma cause… Après cette malheureuse expérience, j’ai bien compris que les vitesses ne sont pas un accessoire inutile. Même quand la pente est légère, si l’on n’est pas en 1re, on vacille comme le dernier des ivrognes. Même pour les non-sportifs comme moi qui n’affrontent pas les côtes, la 1re a une utilité. CQFD !

Laisser un commentaire

Les derniers commentaires

Mathieu dit :

Pour les vitesses qui changent d’un vélo à l’autre, ça risque de n’être que des défauts de réglage. Les vitesses sont des rapports bien définis entre le nombre de tours fait par le pédalier et le nombre de tours de la roue.

En revanche, que les vitesses des Vélib’ sautent, nous ne sommes pas que quelques uns à le constater (voir sur les autres blogs de cyclistes amateurs), entrainant des surprises lors du pédalage, des ratés à l’embrayage qui peuvent parfois pousser à faire des écarts tout aussi dangereux, voir plus. Un automobiliste (ou un chauffeur de bus) fera attention à un cycliste démarrant avec difficulté. Quand lancé dans sa course, c’est à pleine vitesse qu’il fait un écart brusque, vous imaginez les dégats possibles…

Bref, une réponse sur ce type de problème serait la bienvenue sur ce blog !!

blondinette94 dit :

c’est marrant, selon les vélos les vitesses ne sont pas réglées pareil. Pour certains, on pédale dans la semoule en 1ere et pour d’autres on peut à peine passer en 3e tellement c’est dur dur

LECLEIRE dit :

Je ne parviens pas à comprendre comment certains vélos soient si dégradés (chaînes sautées voire cassées, pneus dégonflés voire déjantés, paniers tordus, roues voilées, pédales tordues, …).
Les vélos sont-ils fragiles ou bien les utilisateurs peu soigneux ?
Je vois aussi quelque fois des vélos abandonnés au pied d’une grille ou d’un poteau, attachés par l’antivol. Après un jour ou deux je le signale à Veli’b qui apparamment vient les récupérer. Les utilisateurs en cause se voient-ils obligés de payer les heures d’immobilisation ?
Bon, globalement le système est pratique et économique; de plus, l’augmentation du nombtre de stations et/ou de points d’attache a amélioré la disponibilité du matériel dans certains quartiers comme le 18ème où j’habite.
Bravo encore !

Site Officiel Vélib
X

Articles à la une

Voir tous les articles...